Propagande médiatique, politique, idéologique

Les Documents Secrets Sur Le Prétendu Programme Militaire Nucléaire Iranien Sont Des Faux, L’AIEA Le Sait Mais Se Tait


L’Iran a fourni des preuves que ces documents ont été fabriqués mais l’AIEA n’a pratiquement rien fait pour vérifier leur authenticité auprès des gouvernements qui les lui ont fournis dont la Sarkosie.


Mireille Delamarre
Jeudi 17 Septembre 2009

Révélations sur les secrets de l'arsenal nucléaire israélien - Sunday Times 05101986
Révélations sur les secrets de l'arsenal nucléaire israélien - Sunday Times 05101986

L’AIEA Dissimule Des Preuves Que Les Documents Contre l’Iran sont Des Faux

L’AIEA dit qu'actuellement son objectif concernant l’Iran c’est d’essayer de déterminer si les documents secrets montrant l’existence prétendue d’un programme nucléaire d’armement iranien entre 2001 et 2003, sont ou non authentiques. Selon ses rapports, le problème c’est que l’Iran refuse de l'aider à clarifier le problème.

Mais l’AIEA a refusé de reconnaître publiquement que l’Iran a attiré son attention sur des preuves significatives que les documents avaient été fabriqués, et elle a fait peu d’effort, si tant est qu’elle en ait faits, pour vérifier l’authenticité des documents secrets ou pour interroger les responsables des gouvernements qui les détiennent selon ce qu’a appris IPS.

L’Agence a fortement suggéré dans ses rapports publiés que la documentation qu’elle est supposée vérifier est crédible, parce qu’ » il semble que cela provienne de sources multiples à des moments différents, possède un contenu détaillé, et semble généralement cohérent. »

Le directeur du Département Sauvegarde de l’AIEA, Oli Heinonen, a signalé son acceptation de facto de ces documents d’ « études supposées » quand il a présenté une charte organisationnelle du projet d’armement nucléaire secret basé sur ces documents, lors d’un « briefing technique » aux états membres en Février 2008.

D'autre part, l’AIEA a présenté l’Iran comme n’ayant pas répondu adéquatement à la « substance » de ces documents, estimant que l’Iran ne s’était focalisé que sur leur « style et forme de présentation ».

Cependant, en fait, L’Iran a soumis des preuves sérieuses que les documents étaient frauduleux. Le représentant permanent de l’Iran aux Nations Unies à Vienne, l’ambassadeur Ali Asghar Soltanieh, a dit à IPS lors d’une interview qu’il avait fait remarquer à une équipe de responsables de l’AIEA lors d’une réunion à Téhéran au printemps 2008 portant sur les documents, qu’aucun de ces documents militaires prétendument top secrets ne portait une quelconque marque de sécurité et que les prétendues lettres de responsables du ministère de la défense iranien ne portaient pas de cachet du gouvernement.

Soltanieh a rappelé qu’il avait fait depuis la même remarque « de nombreuses fois » lors de réunions du Conseil des Gouverneurs. « Personne ne m’a jamais contesté« a dit l’ambassadeur.

L’AIEA n’a jamais reconnu publiquement le problème de l’absence de marques de sécurité ou de cachets dans les documents, omettant de mentionner que l’Iran s’était plaint de ce problème des rapports. Son rapport du 26 Mai 2008 disait que l’Iran avait « déclaré, inter alia, que les documents n’étaient pas complets et que leur structure variait. »

Mais un haut responsable de l’Agence familier de l’enquête sur l’Iran qui a parlé avec IPS à condition qu’il ne soit pas identifié, a confirmé que Soltanieh avait effectivement fait remarqué l’absence de marques de classification sécuritaire, et qu’il avait eu raison de le faire.

Ces documents portant sur de « prétendues études » comprennent une correspondance entre le « responsable du projet » celui le supervisant au Ministère de la Défense d’Iran et des chefs de projet sur ce qui aurait été parmi les secrets militaires les plus sensibles du régime.

Même si le haut responsable a reconnu que l’absence de marques de sécurité pouvait être considéré comme dommageable pour la validité des documents, il a défendu le refus de l’Agence de reconnaître le problème.

« Ce n’est pas un argument tueur « a dit le responsable.

Celui-ci a suggéré que les états qui avaient fourni les documents avaient pu enlever les marques avant de transmettre les documents à l’AIEA. Cependant, la raison pour laquelle les services secrets auraient voulu enlever des documents des marques importantes fournissant une preuve de leur authenticité n’est pas claire.

« Nous ne savons pas si les lettres d’origine portaient ou non confidentiel marqué dessus » a- t-il dit, indiquant que l’AIEA n’avait pas questionné les Etats Unis et les autres états ayant fourni les documents sur l’absence de marque de confidentialité.

Le manque d’intérêt apparent de l’AIEA sur l’absence de marques de sécurité et de cachets sur les documents est à l’opposé de l’enquête faite par l’AIEA sur les documents sur l’uranium du Niger cités par l’Administration de George.W. Bush comme justification de la guerre contre l’Iran en 2002-2003.

Dans l’affaire du Niger, l’Agence avait conclu que les documents avaient été fabriqués en se basant sur la comparaison de la « forme, du format, des contenus, et signature » des documents avec d’autres correspondances adéquates, selon la déclaration faite le 7 Mars 2003 par le directeur général de l’AIEA, Mohammed ElBaradei, devant le Conseil de Sécurité de l’ONU.

L’Iran a aussi fourni à l’AIEA des preuves que les notes manuscrites sur une lettre de Mai 2003 qui faisait soit disant le lien entre un entrepreneur privé iranien et les « prétendues études » avaient été fabriquées par une agence étrangère. La lettre provenait d’une entreprise d’ingénierie à la société Kimia Maadari, que d’autres documents identifient comme responsable d’une partie du soit disant programme d’armement nucléaire clandestin appelé le « Green Salt Project ».

La lettre en elle-même n’a rien à voir avec le projet « Green Salt » mais les notes manuscrites sur la copie de la lettre donnée à l’AIEA par un gouvernement non identifié se référaient à des individus nommés dans d’autres documents secrets comme participants à des « prétendues études » selon le dernier rapport de l’AIEA.

Mais l’original, que l’Iran a fourni à l’AIEA, ne portait aucune note écrite dessus. L’Ambassadeur Soltanieh a rappelé qu’il avait montré l’original à une équipe de l’AIEA dirigée par le sous directeur de l’AIEA au Département Sauvegarde, Herman Nackaerts, à Téhéran le 22-23 Janvier 2008.

Il a dit que l’équipe de l’AIEA a pu comparer l’original et la copie qu’on leur avait donnée comme faisant partie des documents sur les prétendues études et que Nackaerts avait déclaré que son équipe acceptait l’authenticité de l’original qu’on leur avait montré.

L’AIEA a confirmé dans son rapport du 28 Avril 2009 qu’elle avait eu accès à l’original de la lettre. Mais le rapport suggère que l’existence de l’original confirme l’authenticité des documents portant sur des prétendues études, car cela « démontre un lien direct entre cette documentation et l’Iran ».

Cet argument semble avoir délibérément regroupé la lettre d’origine, que l’Agence a admis n’avoir rien à voir avec les prétendues études, avec la copie avec les notes inscrites dessus prétendument accusatrices.

Le haut responsable a cherché à discréditer la lettre d’origine en suggérant que les Iraniens auraient pu « effacer les notes manuscrites ». Puis il a ensuite proposé une théorie alternative estimant qu’il y avait deux originaux, l’un conservé par l’envoyeur et que les notes manuscrites avaient été trouvées sur le deuxième.

Mais l’AIEA aurait pu vérifier auprès de la société d’ingénierie qui a envoyé la lettre qu’il existait un deuxième original et si le gouvernement iranien avait obtenu la lettre d’eux.

Le haut responsable de l’AIEA n’a fourni aucune indication sur le fait que l’AIEA avait fait cela.

Des responsables iraniens ont également affirmé qu’il y avait d’autres inexactitudes dans les documents portant sur des erreurs techniques et des noms d’individus qui n’existent pas d’après eux.
L’AIEA n’a mentionné dans ses rapports aucun effort spécifique pour soumettre les documents des « prétendues études » à des expertises légales ou d’obtenir de telles données des gouvernements qui détiennent les documents.

Le haut responsable de l’AIEA a rappelé que la reporter du Washington Post Dafna Linzer avait écrit que les documents avaient été envoyés à trois différents laboratoires et que deux avaient dit qu’ils étaient crédibles alors que le troisième avait exprimé des doutes sur leur authenticité.

Mais l’article de Février 2006 de Linzer rapportait seulement que le Sandia National Laboratories au Nouveau Mexique avaient fait des simulations par ordinateur sur les études sur un véhicule de réentrée du Shahab 3 - qui suggéraient qu’il pouvait transporter une charge nucléaire – et avaient conclu qu’aucun des plans n’aurait fonctionné.

Linzer, actuellement grand reporter pour l’organisation pour le journalisme dans l’intérêt du public, Pro Publica, contacté la semaine dernière par téléphone, a dit à IPS qu’elle n’avait jamais rapporté que deux autres laboratoires avaient effectué des tests sur les documents.

Linzer a exprimé des doutes sur le fait qu’un autre laboratoire national ait eu la capacité de mener les tests faits au Sandia Labs.

Quand on lui a demandé si l’AIEA avait cherché à obtenir les résultats des simulations de Sandia Labs, le responsable de l’AIEA a refusé de répondre, disant seulement : « notre personnel suit l’affaire ».

Gareth Porter – 15/09/09 – IPS - www.antiwar.com

SarkoSioniste Mégaphone de Tel Aviv contre le programme nucléaire iranien

Pour SarkoSioniste cela ne fait aucun doute que l’Iran dissimule un programme d’armement nucléaire. Lors d’une réunion de ses larbins parlementaires de l’UMP à l’Elysée mardi, Sarkosioniste a affirmé que :

« C’est une certitude pour tous nos services secrets. L’Iran travaille actuellement sur un programme d’armes nucléaires ».

On peut s’interroger sur le NOS ?

Les services secrets israéliens qui ont fabriqué les faux documents fournis à l’AIEA par plusieurs gouvernements étrangers dont les US et la France via la MEK cette secte terroriste qui pavoise en région parisienne sous la haute protection de la SarkoBarbouzerie et pour qui l’agent sioniste qui dirige le Quai d’Orsay, Kouchner, a obtenu de l’UE qu’elle la retire de sa liste noire des organisations terroristes ?

SarkoSioniste s’est d’ailleurs empressé d’ajouter que : « nous ne pouvons permettre à l’Iran d’acquérir des armes nucléaires » car ce serait aussi selon lui une menace pour Israël.

Appliquant à la lettre le dictat de Tel Aviv, les agents sionistes qui occupent le Quai d’Orsay ont fait savoir par la bouche du porte parole de Kouchner, Bernard Valero, que l’Iran devait faire des « gestes concrets » et que l’option de nouvelles sanctions restait de mise si l’Iran «faisait une erreur de choix » lors des prochaines discussions qui doivent avoir lieu le 1er octobre entre les 5 + 1 (France, Russie, Grande Bretagne, Chine, US et Allemagne) probablement en Turquie.

Pour la première fois, les US participeront officiellement à cette rencontre puisque c’est le sous secrétaire d’état pour les affaires politiques, Williams Burns, qui y représentera les Etats Unis.

Valero a ajouté que « c’était à l’Iran de restaurer la confiance internationale … et montrer qu’il était prêt à discuter sérieusement de ses activités sensibles ».

Auparavant, SarkoSioniste s’était entretenu avec Obama au téléphone discutant des moyens d’amener l’Iran à « se soumettre aux résolutions de l’ONU » sur son programme nucléaire. Selon l’AFP « les deux dirigeants ont discuté du statut des efforts diplomatiques pour amener l’Iran à se soumettre à ses obligations internationales concernant son programme nucléaire « Le Conseil de Sécurité de l’ONU a déjà voté trois fois des sanctions contre l’Iran.

Pendant ce temps, le président de la Commission à l’Energie Atomique israélienne, Shaul Chorev, dans un discours prononcé à Vienne devant l’AIEA, a eu le toupet d’accuser certains états dont la Syrie et l’Iran de violer leurs engagements vis-à-vis de l’Agence. Si la Syrie et l’Iran sont signataires du TNP, Israël ne l’est pas bien qu’ayant développé - grâce à l’aide de la France qui lui a fourni gratuitement tout le savoir faire nécessaire dans les années 60 - un programme militaire nucléaire qui lui a permis de fabriquer plus de 200 bombes atomiques.

L'arrogance des Sionistes est vraiment sans limite. Alors que c’est Israël qui a introduit l’arme nucléaire au Moyen Orient, Chorev a dit qu’Israël :

« aiderait la communauté internationale dans ses efforts pour empêcher une prolifération dangereuse des armes nucléaires, et l’abus du droit pacifique à l’énergie nucléaire…On doit répondre aux activités de ces pays ( Syrie, Iran) qui ne respectent pas leurs engagements internationaux et leurs obligations par des mesures internationales immédiates… Les violations ne peuvent rester impunies ».

Lors du discours de Chorev, tous les représentants des pays arabes à l’exception des deux pays collaborateurs, la Jordanie et l’Egypte, ont quitté l’auditorium.

Israël considère qu’il n’est pas possible de dénucléariser le Moyen Orient tant que certains pays de la région manifesteront à son égard une attitude hostile.

Autrement dit, Israël, seul pays au Moyen Orient a avoir des armes nucléaires, refuse cette dénucléarisation qui le vise et reconnaît ainsi implicitement qu’il à la bombe et à l’intention de la garder comme force de dissuasion dans un environnement géopolitique qui lui est hostile tout en réclamant un contrôle draconien d’autres pays de la région cherchant à développer un programme nucléaire civil pacifique. 

http://www.planetenonviolence.org http://www.planetenonviolence.org



Jeudi 17 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par taleb le 17/09/2009 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Magnifique article qui nous démontre la vérité .

2.Posté par Aigle le 17/09/2009 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Pulsions criminelles des Sarkouchner precipiteront la France dans la Tourmente pour ordre et compte du Sionistan ....Le CRIF ET SES NERVIS DU BETAR Y VEILLENT .....

3.Posté par VIRGILE le 17/09/2009 22:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui est remarquable en ces "temps", c'est que les américano-sionistes multiplient les "bavures" et leurs "faux" sont tellement vite bâclés que n'importe quel petit expert boutonneux a vite fait de démasquer l'imposture et les "traces" de plus en plus visibles, à l’instar de cet abominable false flag qu’est le 11/09 pour entuber le peuple américain et conséquemment, les pays d’Orient pour leur pétrole !

La Cia/Mossad ne perd pas la main (les crimes et renversement d'état augmentent) mais comme ils ont trop multiplié leurs crimes avec précipitation, souvent en des lieux planétaires simultanés, forcément, il y a de plus en plus de "coquilles"; Cette hâte ne les précipitera que plus vite dans leurs néo-merdier vietnamien, tout en sachant que nous savons que ces pays impérialistes et destructeurs, n'ont strictement plus aucune crédibilité.

C'est toujours affligeant et rebutant de voir ces meurtriers, pris sur le fait à plusieurs reprises, pulvérisant des civils pour de sordides gains matérialistes, clamer leur innocence comme une vierge effarouchée devant le grand Juge ! Bibliquement, ce type de "nuques raides" et aveugles sont toujours destinés pour le barbecue de l'enfer éternel.

Et faire passer le sage Iran pour de dangereux terroristes, alors qu'ils ne cherchent qu'à se protéger des pires criminels contre l'humanité tout à leurs portes, c'est bien un "transfert" de leur état d'âme cancérisée. Les Iraniens, à l'instar du président Chavez, nous donne une leçon de courage et de persévérance. En souhaitant que cela fasse « tâche d’huile », tout comme en Suède, pour la simple dignité humaine.

La lâche tentation serait de laisser faire ces saxons-sionistes ? COMME POUR Munich 1938, alors que ce ne sont que de grandes gueules schizophréniques, qui ne savent pas se battre sur "le terrain" sans couches-culottes.

4.Posté par me le 18/09/2009 06:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand le mensonge sera transformé en vérité,
Quand l'injustice sera transformée en justice,
Quand les criminels apparaitront comme victimes,
Il sera malheureusement trop tard.
Merde, on dirait que ...

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires