Géopolitique et stratégie

Les Canons d’août 2007 : Cheney a déjà les doigts sur la gâchette


Le 16 juillet, le Guardian de Londres rapportait que sous l’influence forte du vice-président Cheney, le président Bush serait en faveur d’une action militaire contre l’Iran avant que son mandat ne finisse. D’après le récit du Guardian, le vice-président a profité d’une série de réunions entre les officiels de la Maison Blanche, du Pentagone et du Département d’Etat pour marteler que l’option diplomatique poursuivie par la secrétaire d’Etat Condoleeza Rice et le secrétaire à la Défense Robert Gates était un échec et que les gouvernements suivants n’auraient jamais le courage de recourir à la force contre Téhéran. Toujours d’après ce compte-rendu, le président Bush s’est aligné sur l’avis de Cheney et les perspectives d’une nouvelle guerre préventive dans le golfe Persique pèsent sur Washington.

Par Jeffrey Steinberg


Jeffrey Steinberg
Mercredi 25 Juillet 2007

  Les Canons d’août 2007 : Cheney a déjà les doigts sur la gâchette

Cette fuite dans le Guardian vient de cercles proches de la Maison Blanche qui sont profondément opposés à l’idée de frappes préventives contre des cibles en Iran. Des sources très bien informées contactées par l’EIR ont confirmé que le président Bush penchait finalement pour un soutien à la proposition de Cheney de frapper préemptivement les supposés sites d’armements nucléaires, et que la raison la plus persuasive avancée par Cheney et ses alliés néo-cons est qu’à moins d’une attaque des Etats-Unis sur Téhéran, Israël partira seul à l’offensive, ce qui créerait une situation encore plus désastreuse pour Washington.

Se faisant la voix des patrons londoniens de Cheney, Patrick Cronin, le directeur des études d’un des think tank anglo-américain les plus en vu, l’International Institute for Strategic Studies (IISS) à Londres, est cité par le Guardian : « Cheney n’a plus beaucoup de crédibilité, mais s’il veut l’utilisér entièrement sur cette question, il peut toujours avoir un impact (...) La ligne rouge n’est pas en Iran. La ligne rouge est en Israël. Si Israël est inflexible elle attaquera, et les Etats-Unis devront agir décisivement. Reste trois options : dire non à Israël, laisser faire le boulot à Israël, ou faire le boulot soi-même. »

Et le consensus parmi les stratèges militaires américains c’est qu’Israël n’a pas la capacité d’endommager sérieusement le programme nucléaire iranien, largement dispersé dans le pays, à moins d’avoir recours à des armes nucléaires.

Les deux Liebermans

Alors que Cheney arrangeait son coup au sein du gouvernement, il pouvait compter sur le soutien des “deux Liebermans”. Début juillet, le Ministre israélien des Affaires stratégiques Avigdor Lieberman s’est rendu à Bruxelles pour s’entretenir avec des hauts responsables de L’OTAN. A son retour, il a déclaré à la radio de l’armée israélienne qu’il avait obtenu le soutien des Etats-Unis et de l’Europe pour des frappes préventives sur les sites nucléaires iraniens. Lieberman, qui est connu parmi les analystes israéliens pour être « ce qu’il y a de plus proche d’un National Socialiste en Israël », a expliqué que si Israël venait à lancer une frappe contre les sites nucléaires iraniens, l’Otan s’adjoindrait à la défense d’Israël face à des représailles iraniennes. Lieberman n’aurait pas pu être plus direct « On [l’OTAN] est coincé en Afghanistan, et les troupes européennes et américaines s’engloutissent dans le marécage irakien, ce qui empêchera les dirigeants européens et américains de décider l’emploi de la force pour détruire les installations nucléaires iraniennes », et il conclut « Ainsi, avant la tombée du soir, Israël sera obligé d’écarter la menace nucléaire iranienne avec les moyens dont elle dispose, et elle ne pourra pas compter sur une coopération internationale ». Mais le ministre israélien ajouta ensuite « L’Europe et les Etats-Unis nous soutiendrons ». Le 11 juillet, le même jour où Avigdor Lieberman menaçait de frappes préemptives contre l’Iran, le sénateur indépendant du Connecticut Joseph Lieberman introduit un amendement au programme des dépenses militaires américaines exigeant que les agences de renseignement rapportent au Congrès toutes les activités iraniennes en Irak tous les 60 jours. Bien que l’amendement de Lieberman contenant des affirmations mensongères sur le soutien des iraniens aux combats contre les forces américaines en Irak, visait clairement à faire soutenir par le sénat une politique belliqueuse contre l’Iran, les sénateurs ont voté comme des moutons pour le stratagème de Lieberman, à 97 voix (sur 100) contre 0.

De crainte qu’il y ait quelques soupçons sur la coordination de Lieberman avec Cheney, son amendement citait abondamment le général Kevin Bergner, ancien assistant du néo-conservateur Eliott Abrams au Conseil de Sécurité Nationale, qui était en mission à Bagdad en juin 2007 pour superviser le contrôle de l’information de guerre. Bergner a sorti toute une série d’informations fausses ou exagérées sur l’implication iranienne dans la résistance irakienne. La propagande de Bergner a même rendu furieux le Comité des chefs d’Etat-major interarmes, qui ont cru voir resurgir les canaux de renseignement frauduleux qui alimentaient le bureau du vice-président depuis le bureau des plans spéciaux au Pentagone dans la période menant à l’invasion de l’Irak. Cette fois, personne ne peut prétendre que la propagande de guerre a été passée au crible par les services de renseignement du Pentagone. Elle a été passée par le général Bergner directement de Bagdad à Cheney, Lieberman et compagnie, et est relayée de plus en plus sur CNN et d’autres médias.

Destituer ou démissionner Cheney immédiatement

Ce virage vers la guerre contre l’Iran qui vient des mêmes habitués à Washington, doit être vu comme s’opposant à l’ouverture issue du sommet entre les présidents Bush et Poutine à Kennebunkport le 1er et 2 juillet dernier. Les deux jours de discussion sous le patronage de l’ancien président Georges H. W. Bush père, représentaient une percée stratégique potentielle dans les relations américano-russe. Le président Poutine a proposé un partenariat stratégique à long terme entre Washington et Moscou, incluant toute l’Eurasie dans une alliance sur la sécurité basée sur une proposition initiale de LaRouche pour une défense stratégique qui devint ensuite l’IDS du président Reagan. Quelques jours avant Kennebunkport, à Yalta en Ukraine, l’ancien président Clinton s’est aussi engagé sur cette proposition, révélant une intervention puissante des institutions de la présidence américaine, au coté de la présidence russe, pour éviter la guerre en Eurasie dans les décennies à venir.

Les initiatives de Cheney sont donc une réponse à cette stratégie, ce qui remet potentiellement les Etats-Unis sur les rails d’une guerre proche. Une guerre se diffusant bientôt depuis l’Asie du Sud Ouest aux autres parties de l’Eurasie, menant finalement à une quatrième guerre mondiale engageant les Etats-Unis contre la Russie et la Chine.

C’est pour cette raison que lors d’une discussion avec des diplomates le 19 juillet, LaRouche a affirmé qu’étant donné la date avancée, la seule manière d’arrêter la guerre avant que les canons d’août retentissent est de destituer ou démissionner Cheney immédiatement.

C’est aussi dans ce contexte que LaRouche a réitéré son message à la sénatrice démocrate Hillary Clinton, la candidate de tête pour emporter la nomination présidentielle démocrate. LaRouche a appelé Clinton à prendre les devants dans la bataille pour éliminer Cheney, promettant que si elle s’éxécutait, elle deviendrait présidente par acclamation grâce à un électorat qui demande massivement l’éviction de Cheney.

Le message de LaRouche raisonne également dans les cercles républicains qui craignent d’être anéantis lors des élections de 2008, si Cheney reste plus longtemps en poste et que les frappes préemptives contre l’Iran ont lieu. Alors que chez les Républicains des voix se font entendre, dont l’ancien du Département de la Justice sous Reagan Bruce Fein, l’ancien candidat présidentiel Pat Buchanan et l’ancien officier de la CIA et actuel éditorialiste de l’American Conservative Phil Giraldi, puisqu’ils ont tous exigé que Cheney soit évincé immédiatement, les dirigeants du parti républicain ont jusqu’ici échoué à confronter le président Bush et à forcer le départ de Cheney. Et les démocrates du Congrès ont décidé de ne pas toucher à Cheney, préférant adopter des postures impuissantes, comme lors de ce débat d’une nuit entière sur la guerre en Irak où le nom de Cheney n’a pas été mentionné une fois. L’acte de lâcheté ultime étant la capitulation face à la manœuvre de Joe lieberman.

LaRouche à fréquemment averti qu’une telle lâcheté et un tel opportunisme peuvent amener à la destruction de la République américaine et à une guerre permanente qui s’emparerait de la planète pour plusieurs générations à venir.

Cheney et Bandar

Pendant que le juke-box du Général Bergner continue à cracher sa propaganda de guerre depuis Bagdad - poussant l’idée d’une action militaire contre l’Iran pour « sauver la vie des GI américains » en combattant les insurgés d’Irak « soutenus par l’Iran » - des spécialistes du renseignement américain ont alerté l’EIR de la tournure inquiétante que prend la résistance irakienne. L’Arabie Saoudite, via le prince Bandar Bin Sultan qui est le meilleur allié de Cheney dans la région et le conseiller à la sécurité nationale du roi Abdullah, a fourni armes et argent aux tribus sunnites de l’Ouest irakien qui deviennent ce que certains officiels du renseignement américain appellent « Al Qaida II ».

Ces réseaux wahabites irakiens, différent de l’appareil Ben Laden/Zawaheri d’ « Al Qaida en Irak » constitué de combattants étrangers, ont émergé dans les derniers mois comme un élément important dans la rébellion irakienne. D’après ces mêmes sources, « Al Qaida II » fait partie du plan de Cheney - conçu à Londres par les semblables du Dr Bernard Lewis - pour promouvoir un conflit régional permanent entre Sunnites et Shiites.

Ces sources avertissent que l’effort de Cheney et Bandar alimente les provocations contre l’Iran et ouvre la possibilité d’une explosion prochaine. Début juillet 2007, un émissaire du prince Bandar a délivré 750 000 dollars aux Moudjahidine du Peuple (MEK), un groupe iranien exilé qui travaillait pour Sadam Hussein et qui est sur la liste des organisations terroristes internationales du Département d’Etat pour avoir assassiné des officiers de l’armée américaine en Iran. Le MEK participe actuellement à des opérations de sabotage et d’assassinat à l’intérieur de l’Iran, avec le soutien intéressé des néo-cons à Washington, qui à l’image de Daniel Pipes ont récemment participé au rassemblement du MEK en Seine-Saint-Denis, où l’argent de Bandar a été remis.

Le département américain de la Justice enquête déjà sur le Prince Bandar pour le rôle qu’il a joué dans le scandale de BAE Systems autour des contrats d’Al Yamamah, portant sur 100 milliards de dollars de fonds secrets destinés à financer des opérations sales. Au moins 2 milliards des fonds d’Al Yamamah ont été transférés directement sur les comptes bancaires de Bandar aux Etats-Unis, et d’après des sources du renseignement américain, une partie de ces fonds est allée aux insurgés wahabites. Ce que les enquêteurs du Département de la Justice devraient chercher à savoir c’est si ces fonds financent le MEK, qui sert aux plans de guerre de Cheney.



Mercredi 25 Juillet 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires