Tribune libre

Les Algérois renouent avec les balades nocturnes : Bab El Oued by night


L’Algérois est assurément casanier. Il ne sort que rarement de son chez soi. Les tourments de la décennie passée n’ont fait que le renforcer dans ce penchant. « Faire la gazouz » pour reprendre une phrase du patois bien senti des petits blancs de Bab El Oued, sur laquelle l’on a préféré jeter notre dévolu, le temps d’une escapade de nuit, n’est pas leur fort.


almas_31@msn.com
Dimanche 21 Août 2005

Les Algérois renouent avec les balades nocturnes : Bab El Oued by night
Toutefois, voilà que les Algérois retrouvent, l’espace d’une saison, les plaisirs insoupçonnés du farniente après que la capitale eut connu une léthargie certaine, pour les raisons que l’on sait. Il n’y a qu’à partir du côté du Kettani pour s’en convaincre. Le parcours itinérant du boulevard Icosium jusqu’au prolongement de la rue Meriem Abdelaziz qui donne sur le front de mer lequel domine, sur quelques mètres, la plage El Kettani (ex- Padovani) grouille d’une foule heureuse et agitée qui prend d’assaut, à toute heure de la journée et jusque tard dans la nuit, le moindre empan. Ils ne sont guère gênés par ceux qui préfèrent, suprême hérésie, laisser leur tacot sous leur fenêtre. Même les jeunes de notre Harlem national, Bab El Oued en l’occurrence, s’y sont mis en proposant aux chalands des gâteries en tout genre. « Un tabou est cassé. il y a, tout compte fait, un mieux. Jamais l’endroit n’a connu pareil affluence. ça circule partout. Cela doit, impérativement, s’inscrire dans la durée », nous dira, comme pour dissiper un malentendu, un vieux, qui ressassait le temps passé avec ses vieux copains du quartier. De plus, il ajoute, parlant du travail des policiers et de celui de la Protection civile :« Doit-on s’en réjouir, assurément, mais le problème de la sécurité demeure toujours pendant. Un seul poste ne suffit pas. Il faut en aménager un autre sur l’esplanade puisque les policiers se contentent de faire leur tournée juste sur la plage. » Piqué au vif, un autre renchérit : « D’accord pour dire que jusqu’à récemment les familles ne pouvaient pas sortir mais ne nous voilons pas la face le problème récurrent est celui de l’inexistence de boutiques et autres toilettes. » « Pas insolite de voir des énergumènes faire leurs besoins ‘’en l’air’’ », tonna un vieux. « On y vient du Tout-Alger et même d’ailleurs pour une balade le long du boulevard et pour faire trempette », lâchera un jeune, la trentaine consommée, qui s’apprêtait, la dégaine alerte, à rallier la plage de Kettani. Aussi n’était-il pas étonnant de rencontrer des femmes emmitouflées dans leur haïk et trimballant un couffin. « Il fait bon vivre. On y va pour humer l’air frais du large et piquer une tête jusqu’ à 1h ou 2h », dira ce monsieur accompagné de sa femme et de ses enfants en bas âge.
Snif et éclats de rire
La plage est devenue, à n’en point douter, la destination des familles des quartiers environnants et même des hauteurs d’Alger qui y affluent en grand nombre. Une police de proximité ainsi qu’une brigade de la Protection civile ont pris leurs quartiers sur la plage et veillent au grain. « Le poste de police a été installé le 5 juin dernier pour une période de 4 mois. Pas moins de 20 policiers sont sur le qui- vive. Pas étonnant alors de voir tout ce monde qui prend d’assaut les escarpements de la plage », nous informa un policier, un tantinet rigolo, son talkie-walkie en évidence. Plus loin, des jeunes campant en bas de l’esplanade de l’hôtel El Kettani sniffent, dans des éclats de rire, des poudres douteuses et boivent des breuvages qu’ils font accompagner de gestes saccadés. Cela en dit long sur leur désarroi. Les petites gens pressent le pas, indifférents à ces vies loqueteuses qui tranchent avec l’ambiance alentour. Sur l’esplanade de cette bizarrerie architectonique qu’est l’hôtel El Kettani qui dépasse, en somme, en hauteur et en horreur le reste du bâti environnant, se hâtent des familles qui se délectent, aussitôt assises à table, des délices que leur offre la structure. Cette dernière a la cote auprès des familles. « La prestation et l’accueil simple y sont pour beaucoup », dira un père flanqué de sa smala. « Les coupes de glace sont cédées à 80 da pour la petite, entre 120 da et 150 da pour la moyenne et 180 da pour la grande. On sert aussi à boire des boissons fraîches », lâchera, tout sourire, Mohamed, un chef de rang originaire de Tigzirt, tiré à quatre épingles. Selon lui, l’effectif est renforcé pour atteindre 5 éléments suivant l’affluence qui se fait plus nombreuse à partir de 21h. Au loin, nous apparaît la piscine muette et renfrognée sur elle-même contrairement à l’habitude qui s’est établie. En effet, le soir venu, à partir de 18h, sont organisées dans son enceinte des fêtes mondaines. Elle accueillerait, en outre, la journée durant, à en croire un plaisancier, jusqu’à 1000 baigneurs entre hommes, femmes et enfants, qui possède chacun son pré carré. La chose nous prend par surprise. Et pour cause. D’improbables pêcheurs à la ligne s’adonnent, dans la nuit noire, à leur sport favori. Ils sont clairsemés. « La prise du jour tient beaucoup plus à la houle. Reconnaissons qu’aujourd’hui ça se gâte », lâcha, à l’évidence tourmenté par notre intrusion, un habitué des lieux. Nous le quittons pour l’esplanade du millénaire qui est comme partagée et cloisonnée. Pour les bambins et leur « papa maman gâteau », la plus grande part. Un peu moins pour les plus âgés. Ces derniers, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, jouent aux boules. « Même quand il fait froid ces mordus de la boule ne délaissent pas leur habitude », dira un vieux venu tout spécialement de Hussein Dey pour voir des copains et se piquer de temps à autre au jeu. « C’est nous qui avons aménagé, à nos frais, ce lieu, en installant des projecteurs et des garde-fous pour éviter de blesser les pêcheurs. Depuis son inauguration par l’ancien gouverneur d’Alger, Cherif Rahmani, le coin est délaissé. Les choses ne cessent d’empirer chaque jour un peu plus. L’APC n’a pas mis le moindre sou pour nous aider », lança, visiblement exaspéré, Noureddine Lalilèche qui n’évoque pas sans déplaisir le temps passé. « La boule a valu des satisfactions à l’Algérie en 1964. Même notre président actuel a joué à la pétanque. Comme quoi ce sport est prisé par les grands de ce monde », ajouta un quadragénaire qui a... la boule. Il a, à l’entendre, participé à un championnat du monde. La place est, certes, médiocrement éclairée et mérite mieux que le sort qui lui est fait. L’expérience du Manège du bonheur qui a ouvert ces portes l’année passée semble, à tout point de vue, probante. « L’APC de Bab El Oued a apprécié notre travail. Après un premier contrat de 3 mois qui a expiré le 1er octobre 2004, elle nous a renouvelé pour une année », dira Dahmane Aït Zarrouk, un forain de profession, ancien émigré. « Les gens viennent de toutes les villes et les émigrés de passage font une halte chez nous, nos manèges sont les plus demandés sur la place d’Alger. » Les prix sont abordables pour les familles. 20 da pour les différents manèges au nombre de 6 et 30 da pour le circuit de voitures. Les handicapés ne sont pas oubliés puisqu’ils peuvent jouer gratuitement en se munissant d’un badge que leur donne « la maison ». Des boutiques pour barbe à papa et de pop-corn ainsi que des chaises sont installées sur le site qui ne ferme qu’à 1h, pour le plus grand bonheur des enfants et de leurs parents.


Lundi 22 Août 2005


Commentaires

1.Posté par jurjura le 23/02/2007 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les interet americainne et juif sera lacimetierrrre en algerieee

2.Posté par dédé le 21/06/2007 06:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous nous avez fait le coup a nous les francais mais sans les interet comme vous ditte vous créveriez de fain la guerre est fini olors au travail et tout ira bien ne rester pas assis

3.Posté par SEDDIK le 21/06/2007 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dédé, tu creves de faim, tu lance un SOS alors que le pied noir tortionnaire que tu est agonise. Saches que tes crimes sont imprescriptibles même jusqu'à la tombe, toi qui ironise sur les exploits macabres de l'OAS.

4.Posté par dino le 20/08/2007 17:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Italo-kabyle, je regrette sincèrement le départ des pieds-noirs d'algérie, nous, berberes, autochtones, véritables habitants de la terre d'afrique du nord, ce sont les arabes que nous aurions dus chasser!

5.Posté par saure le 20/08/2007 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hey Dino: tu crois pas qu'avant les berberes y avait des noirs en afrique du nord?

Je croyais que les berbères étaient d'origine celte: retourne en bretagne ou va en irlande si tu veux retrouver tes racines.

Mais non chuis bête: italo kabyle... Donc ton papa était surement pied noir italien...

6.Posté par Gilles COUTURIER le 21/08/2007 02:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous mélangez toutes les races et pour cause..

.Les kabyles, blonds aux yeux bleus et les berbères, d'origine celtes, se sont perdus en rentrant des croisades et n'ont jamais retrouvé le chemin de l'Europe ! Entièrement séduits par cette terre merveilleuse qu'était le Maghreb....etc...etc...

7.Posté par redk le 21/08/2007 17:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

rassurées moi ya pas que des cons qui visite se cite? quart a la vue des ecrits ya des quesstions a se posées franchement!! dédé relis ton histoire de france deja l'algerie fournisser des céréales a l'armée de napoleon 1er, ils onts pas atendue que l'on viennes les coloniser pour aprendre a semées,pour dino le nostalgique et oui cetais le bon temps quent ton grand pére colon verre de pastis a la main assis sur une chaise longue sous un soleille brillant et sourire au levres regardé le mien travaillé sa propre terre le dos courbé pour une ration de nouriture pour lui es sa famille,mai bon comme tu sait toute le bonnes choses on une fin.. ps sans rancune ou haine de ma part

8.Posté par algeriana le 26/01/2008 04:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne sait pas d'ou viennent les berbere exactement mais en tant que kabile,j'aimerais bien savoir d'ou il vienne et qu'elle sont leur origine.J'ai entendu qu'il vienne de yougoslavie et d'autre m'ont dis que leur ancetre était peut-etre du yémen ou peut-etre meme juif???

9.Posté par aurélie le 26/01/2008 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Personne ne sait d'ou vient les berbères, c'est un peuple mystérieux à la limite batârd et personne ne peut confirmer quoi que ce soit, tout ce que vous dites n'est que conjectures.
Ils doivent beaucoup aux brillantes civilisations d'orient tel les Phéniciens et Carthaginois, Grecs, Romains etc...
Et contrairement à vos allégations, tous n'ont pas les yeux bleus, bien au contraire ils ont une parenté africaine commune beaucoup plus proche.
Et je peux confirmer que c'est grâce à l’Islam, donc aux Arabes, qu'ils ont pu se faire une petite place dans l'histoire des civilisations.
Personne ne conteste qu’ils aient été le fer de lance de la conquête musulmane en Espagne, pour le grand bien de tous, et qu’ils étaient et sont toujours les fervents défenseurs de cette magnifique religion qui a su réaliser ce qu’aucune autre religion ni puissance militaire n’a pu faire : Le magnifique exploit de rayonner d’une extrémité de la terre à l’autre…Pour le salut de tous.
Sans L’Islam et donc sans les Arabes, noble peuple dont est issu notre illustre prophète Mohamed, que le salut et la bénédiction de Dieu soient sur lui, (ainsi que tous les autres prophètes qui sont issus de l’Arabie !!!, Moise né à Memphis, Jésus à Nazareth et Mohamed à la Mecque, parole rapportées de Napoléon même.)

Sinon les Berbères seraient restés au rang des peuplades anonymes, primitives et primaires réfugiées dans leurs montagnes, a traire leurs chèvres et cueillir des baies…
Je n’insulte personne, mais je ne fais que rapporter la vérité vraie que l’on trouve dans tous les manuels d’histoire sans que personne n’aie à y redire.
Ceci dit, de grâces,épargnez nous votre vanité et amour propre déplacé, s’ils étaient d’origine Celte pourquoi n’existe-t-il aucune concordance ni un mot commun entre les langues celtes et berbère ???



10.Posté par Huguette le 08/04/2008 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Certains commentaires sont inadmissibles, il y a eu des tors des deux côtés et pourquoi vivre avec de la haine au coeur. Je suis pied noir, je suis née à Birmandreis et malgré cette gueurre je garde au fond de mon coeur cette enfance joyeuse. Essayons de ne plus avoir de rancoeur. Amitiés Huguette

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires