Histoire et repères

Les 7 merveilles arabes : La Mosquée des Omeyyades de Damas (2/7)


Les Arabes ont été les auteurs de grandes civilisations à travers l’histoire. Ils ont laissé un patrimoine et des vestiges exceptionnels. Certains de ces vestiges ont disparu, d’autres sont toujours d’actualité et nous rappellent leur grandeur. Il sera ainsi question, à travers une série d’articles, de redécouvrir ce patrimoine en mettant en lumière sept merveilles arabes.

Focus dans cet article sur la mosquée des Omeyyades de Damas (2/7)


NAHLA AL AYAD
Vendredi 28 Février 2020

Vue aérienne sur Damas (Syrie) et la mosquée des Omeyyades.
Vue aérienne sur Damas (Syrie) et la mosquée des Omeyyades.
Mosquée de la capitale omeyyade

La mosquée des Omeyyades, appelée « La Grande Mosquée » fut bâtie entre l’an 87 et l’an 96 de l’Hégire (706 – 715 calendrier grégorien) par le calife Al- Walid Ier . Le souverain voulait doter la ville de Damas – alors nouvelle capitale de l’empire – d’un monument à sa hauteur.

La ville était un passage incontournable pour voyager en Orient, notamment pour se rendre à la Mecque. La “Grande Mosquée” a fait l’objet de nombreux récits de la part de géographes, historiens et voyageurs à l’instar d’al-Idrisi, Benjamin de Tudèle, Ibn Battuta, Ibn Jubayr ou encore Ibn Khaldun qui rivalisèrent de superlatifs pour en louer le caractère unique et faire état de leur émerveillement à la vue de la magnificence des lieux.

C’est ainsi qu’au XIV ème siècle, Ibn Battuta la décrivit en ces termes :

” C’est la plus sublime mosquée du monde par sa pompe, la plus artistement construite, la plus admirable par sa beauté, sa grâce et sa perfection. On n’en connaît pas une semblable, et l’on n’en trouve pas une seconde qui puisse soutenir la comparaison avec elle. Celui qui a présidé à sa construction et à son arrangement fut le commandeur des croyants al-Walid, fils d’Abd al-Malik, fils de Marwân.”

Les chroniques relatent même qu’un ambassadeur de Byzance se serait évanoui en découvrant l’intérieur de la salle de prière. Le récit Merveilles de la Création (ʿAjâjʾib al-makhlûkât), œuvre composée par al-Qazwînî au XIII ème siècle fait également mention de la beauté de la mosquée.

Il s’agissait à la fois d’un lieu de culte et de savoirs où l’on prodiguait divers enseignements. Construite non loin d’un palais d’époque omeyyade – découvert lors de récentes fouilles archéologiques – elle est avec le Dôme du Rocher en Palestine et Qusair Amra « le Palais rouge » en Jordanie ; un des seuls monuments de l’époque omeyyade à avoir conservé un état proche des plans originels.

Calife omeyyade Al-Walid Ier
Calife omeyyade Al-Walid Ier

Le plus grand bâtiment du monde musulman à son époque : Modèle à suivre

De par ses dimensions (157 × 77 m), cet édifice était alors le plus grand bâtiment du monde musulman et servit de modèle à toutes les autres mosquées de l’Empire. La “Grande Mosquée” est un exemple typique du plan arabe. Trois entrées permettent son accès : à l’ouest : “Bab el Bared”, à l’est “Bab Al Juryun” et enfin au nord “Bab Al Faadis”. Une fontaine est présente dans la cour pour les ablutions.

Le décor est constitué par des mosaïques de verre à fond d’or qui recouvrent en grande partie les murs, mais aussi de bois sculptés et de marbre blanc présent également sur le sol. Six grilles de marbre à motifs géométriques sont jusqu’à aujourd’hui conservées. Toutefois, les peintures et apports de bronze (lustres et feuillets recouvrant le bois, comme au dôme du Rocher) n’existent plus. Le mihrab est quant à lui sculpté en pierres précieuses.

A travers l’art, on peut voir deux principaux thèmes qui se dégagent. L’édifice en pierre représente un monde pacifié et musulman et les décors floraux représentent quant à eux la ville idéale imaginée par les Omeyyades.

Mihrab principal de la mosquée des Omeyyades, Damas (Syrie).
Mihrab principal de la mosquée des Omeyyades, Damas (Syrie).

Une histoire mouvementée

La mosquée connut plusieurs tremblements de terre et incendies en 1069, 1166 et 1174. C’est toutefois en 1893 qu’elle connut l’incendie le plus ravageur. Il fallut trois décennies pour mener à bien la restauration de l’édifice.

En 2013, suite au conflit en Syrie, un tir de mortier a atteint la façade de la Grande Mosquée et des mosaïques ont été détériorées mais leur restauration a été immédiate. La mosquée fut relativement épargnée par la guerre du fait que la capitale se trouve assez éloignée des zones de conflits.

Une Mosquée aux tombeaux illustres


Tombeau du Prophète Yahya (Jean-Baptiste)
Tombeau du Prophète Yahya (Jean-Baptiste)

La mosquée de Damas abrite les tombeaux de plusieurs grands personnages qui ont marqué l’histoire des Arabes et de l’Islam. On y trouve le tombeau de Salahddine (Saladin) (1138-1193), premier calife de la dynastie Ayyubide, connu comme l’artisan de la reconquête d’Al Qods (Jérusalem) face aux croisés. Son tombeau est le plus visité de la mosquée avec celui de Hussein, fils de Ali et petit-fils du Prophète Muhammad, dont la tête est conservée.

On trouve également les tombeaux des Prophètes Yahia (Jean-Baptiste) et Yunus ( Jonas).



Jeudi 27 Février 2020


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires