ALTER INFO

Les 10 plus gros mensonges sur le sida


Article initialement publié le 22 avril 2007


danyquirion@videotron.ca
Samedi 31 Mars 2012

Les 10 plus gros mensonges sur le sida

Commençons par la fin, le 10e mensonge : Les scientifiques sont tous d’accord au sujet de la cause virale du sida

Plusieurs centaines de scientifiques, et non les moindres, ont préféré prendre des risques sur des carrières qui s’annonçaient souvent très prometteuses plutôt que d’accepter les nombreux mensonges et incohérences distillés par les instances officielles. [Vous trouverez des références à la fin de cet article.]

Présentation de cet article

« Les 10 plus gros mensonges sur le sida » Livre écrit par le Dr Étienne De Harven et le journaliste scientifique et technique Jean-Claude Roussez. Publié en 2005 aux éditions Dangles, en France Article de Dany Quirion pour Alter Info Il est important ici de souligner que cet article est uniquement composé d’extraits intégraux tirés du livre. Plusieurs autres informations cruciales ne sont pas abordées ici et elles demeurent à découvrir dans le livre.

Reprenons depuis le début. 1er mensonge : Le sida est une nouvelle maladie.

Aussi bien le grand public que la majorité des professionnels de la santé sont persuadés que le sida est un phénomène épidémique apparu soudainement au début des année 80, causé par l’émergence d’un nouveau virus. Le syndrome d’immunodéficience acquise, ou sida, n’est pas à proprement parler une maladie. Un syndrome n’est qu’un ensemble de signes et de symptômes survenant simultanément chez le patient, qui se caractérise par une forte diminution, voire un effondrement, des défenses immunitaires. Depuis longtemps les deux principales causes d’immunodéficience acquise étaient parfaitement connues et documentées : - la malnutrition; - l’usage de substances dangereuses pour le système immunitaire (drogue, certains médicaments, sang transfusé).

2e mensonge : Il existe un virus du sida : le VIH

Lorsque l’on prend le temps (et il en faut beaucoup) de consulter la littérature scientifique relative au virus proprement dit, on est frappé par le fait qu’aucune de ces investigations n’a jamais réussi à mettre directement en évidence la présence de la moindre particule virale, et en particulier pas la moindre particule rétrovirus, chez un malade du sida. […] C’est une équipe de l’Institut Pasteur dirigée par Luc Montagnier qui a la première annoncée la découverte d’une activité virale, en 1983, à partir de prélèvements effectués sur un malade du sida. L’année suivante, l’équipe de Robert Gallo, aux États-Unis, fit une annonce similaire. On s’apercevra par la suite que Gallo avait quelque peu fraudé en utilisant pour sa « découverte » un échantillon que Luc Montagnier lui avait généreusement offerte quelques mois auparavant. Il arriva la même mésaventure à Robin Weiss, le grand spécialiste britannique du sida, qui fut obligé de reconnaître que sa propre découverte du virus résultait du fait qu’il avait, lui aussi, reçu un échantillon de la culture de Luc Montagnier. On peut ainsi constater que, de part et d’autre de l’Atlantique, les trois équipes les plus en pointe sur le sujet, n’ont réussi à annoncer qu’une très vague présomption à partir de cultures cellulaires issues d’un même patient! Il n’y a d’ailleurs dans toute la littérature médicale pas un seul article dans lequel on pourrait trouver la conclusion selon laquelle un tel rétrovirus a été isolé, et que ce virus est la cause du sida.

3e mensonge : Le VIH est la cause du sida

Revenons au début des années 80. Les premiers cas de sida ont été détectés aux États-Unis au sein de la communauté homosexuelle et chez les toxicomanes par voie intraveineuse. Il est nécessaire de préciser que ce n’est pas le fait d’être homosexuel qui constitue un facteur de risque vis-à-vis du sida. Seul le style de vie de certains homosexuels masculins est de nature à provoquer une immunodéficience. […] Différentes drogues circulaient abondamment (cannabis, cocaïne, amphétamines, LSD, barbituriques, héroïne…), mais les vedettes incontestées étaient les « poppers », petites fioles contenant du nitrite d’amyle, un puissant vasodilatateur possédant des vertus apparemment aphrodisiaques. À l’origine, ce produit était un médicament utilisé comme dilatateur coronarien dans le traitement des crises d’angine de poitrine. La communauté homosexuelle détourna les nitrites de leur usage thérapeutique pour en faire leur stupéfiant le plus prisé, et cela dès les années 60. […] Dès qu’ils sont dans le sang, les nitrites se transforment en oxyde nitrique et endommagent les parois internes des vaisseaux sanguins, ce qui explique leur implication dans un cancer des capillaires : le sarcome de Kaposi. Bien qu’interdits, les poppers ont continué jusqu’à aujourd’hui à être disponible, que ce soit en empruntant des noms innocents comme « nettoyant pour cuir », ou bien en plein jour, par exemple dans les sex-shops. Le phénomène s’est même aggravé par la suite puisqu’ils ont été adoptés par certains hétérosexuels en quête de performances. Malgré l’évidence que l’usage des poppers était associé à la majorité des cas de sida chez les homosexuels, aux États-Unis, certains médias appuyés par les organismes de santé publique diffusèrent dès 1983 auprès de la communauté gay des informations disculpant totalement les nitrites. Cette attitude peut être qualifié de criminelle. Il a fallu attendre 1994 pour que Robert Gallo, « co-découvreur » du « VIH » et (riche) promoteur du premier test de dépistage, admette lors d’une conférence du NIDA (National institute on drug abuse) que le sarcome de Kaposi, maladie typique de la communauté homosexuelle, ne pouvait être causé par un virus mais que les poppers devaient en être la principale cause. Cet aveu tardif n’a absolument rien changé à l’attitude officielle. [Ce chapitre contient d’autres informations sur les toxicomanes, les hémophiles, les mal-nourris, etc.]

4e mensonge : Les médicaments antiviraux sont bénéfiques

En 1987, apparut le premier médicament antiviral prétendument spécifique au sida : l’AZT. L’azidothymidine, ou AZT, fut découverte dès 1964 et proposée en vue d’une utilisation dans les thérapies anticancéreuses. Ses effets dévastateurs (et systématiquement mortels chez les souris de laboratoire!) ont suscité un rejet catégorique de la part des autorités chargées de l’accréditation des nouveaux médicaments anticancéreux. Autres temps autres mœurs : le besoin de fournir aux malades du sida une thérapie […] on accorda de toute urgence l’autorisation surprenante de mettre sur le marché l’AZT, malgré sa très haute toxicité. - Les autres antiviraux : Chacun possède son propre système d’effet génétique mais le principe est tours le même.

5e mensonge : La séropositivité est un signe d’infection par le VIH

Ce mensonge est certainement le plus inique de tous ceux qui sont dénoncés dans cet ouvrage, car il a permis de faire croire à des millions de personnes qu’elles étaient malades et contagieuses. […] Le test de type « Western Blot » est utilisé pour confirmer une séropositivité lorsque celle-ci a été détectée par un ou deux tests de type « Elisa ». C’est donc un test considéré comme plus fiable. Un test Western Blot comprend dix bandes alignées correspondant aux dix protéines que l’on a définies comme étant typiquement et exclusivement relatives au « VIH ». L’harmonisation internationale des diagnostics étant inexistante, on peut être déclaré séropositif dans certains pays lorsque seulement deux bandes ont réagi. Dans certaines contrées, il en faut trois. Dans d’autres, quatre bandes sont nécessaires. On voit donc que selon le pays où l’on réside, le même sérum, analysé dans des conditions identiques, peut fabriquer un séropositif ou un séronégatif, au gré de la législation en vigueur. Mais il y a plus intéressant encore. Puisque les dix protéines utilisées dans les tests sont annoncées comme typiques du « VIH », on peut se poser les deux questions suivantes, totalement à l’opposé l’une de l’autre : - Pourquoi deux à quatre bandes sont-elles nécessaires alors qu’une seule devrait être suffisante pour diagnostiquer la présence du virus? - Pourquoi seulement deux à quatre bandes sont-elles nécessaires alors que la présence du virus devrait impliquer obligatoirement la présence des dix protéines qui lui sont attribuées, donc la réaction de toutes les dix bandes du test? […] Cela dit, il faut signaler que ces tests inspirent si peu confiance qu’aux États-Unis, la FDA (Food and drug administration) n’a apportée sa caution à aucun d’entre eux. […] Il est important de rappeler que, faute de standard internationale, on peut être classé séropositif ou séronégatif selon le pays où l’on réside. Sur les dix bandes de test que compte le Western Blot, il suffit d’en avoir deux qui soient jugées « positives » pour être déclaré infecté en Afrique. Il en faudra trois en Grande-Bretagne et quatre en Australie. Il y a plus grave. Les tests sont si peu spécifiques que les fabricants eux-mêmes annoncent que leurs tests ne peuvent servir à affirmer ou infirmer la présence du « VIH ». Ils signalent également qu’il y a de nombreuses sources possibles de faux-positifs, en tout une soixantaine. […] - La charge virale Le concept de « charge virale » a été introduit aux USA par le docteur David Ho, par ailleurs promoteur des multithérapies, espérant ainsi fournir une explication au fait que personne ne trouvait de « VIH » directement chez aucun patient. Le médiatique personnage (élu « homme de l’année 1996 » par Time Magasine) proposa alors que le virus savait se rendre indétectable mais qu’on pouvait néanmoins le mettre en évidence grâce à la technique PCR (polymerase chain reaction), qui est un procédé de multiplication de l’ADN. En 1997, David Ho et ses collaborateurs traitèrent un groupe de vingt patients avec une bithérapie associant AZT et inhibiteur de protéase. Dès le début du traitement, la fameuse « charge virale » de ces patients était tombée à un niveau indétectable et y est restée. Ce résultat fut présenté comme l’évidence que la bithérapie prescrite était efficace. Selon les scientifiques orthodoxes eux-mêmes, au moins 99,8% des particules mesurées par le test de charge virale ne sont pas infectieuses! D’où viennent-elles? De « VIH » mal assemblés, bons pour le rebut? Le problème, c’est que ces virus boiteux, tout comme ceux qui sont présents comme virulents, n’ont jamais été vus au microscope électronique. Pourtant, avec la quantité importante de particules que l’on prétend trouver, il n’y aurait rien de plus facile. […] Mieux encore : l’inventeur de la technique PCR [PCR le test de la charge virale], Karry Mullis (qui a obtenu le prix Nobel de chimie en 1993 pour cette invention) tient pour frauduleuse l’utilisation de son procédé dans la recherche de la « charge virale ». Ce scientifique authentique et incontestable se heurte pourtant à un mur. On étouffe ses propos contestataires, bien que sa démonstration soit brillante et documentée. Trop d’intérêts et de carrières sont en jeu.

6e mensonge : Le sida est contagieux

Toutes les maladies vénériennes (syphilis, blennorragie, herpès génital ou anal …), dès qu’elles ont été sexuellement transmises, provoquent une infection dont les symptômes sont évidents au bout de quelques jours, et cela sans faire de distinction entre les individus. - Le sida des homosexuels Les cinq premiers cas de sida furent observés et décrits à Los Angeles, en 1981. L’auteur du premier rapport sur ces cinq cas initiaux, Michael Gottlieb, avait clairement indiqué que ces cinq patients étaient homosexuels, et faisaient tous usage de nitrite d’amyle (poppers). En outre, il indiquait que ces cinq malades ne s’étaient jamais rencontrés et n’auraient donc pas pu se contaminer l’un l’autre. Qu’est-ce qui a bien pu faire penser à Michael Gottlieb qu’il venait de découvrir une nouvelle maladie infectieuse? Rien ne permet de répondre à cette question, et le mystère reste entier. Une parabole aidera à mieux saisir l’importance de la question : imaginons qu’un médecin ait pour mission de surveiller la santé d’une centaine d’ouvriers travaillant tous dans une usine de colorants. C’est une vieille usine, mal ventilée, et où l’on manipule une abondance de sels de plomb. Après quelques années, le médecin identifie une dizaine de cas de saturnisme parmi ces ouvriers. Va-t-il en conclure que le saturnisme est une maladie contagieuse parce que les malades travaillaient tous dans la même usine? Ou va-t-il conclure que ses patients ont tous été exposés au même risque toxique et ont par conséquent tous développé la même maladie? La réponse est trop évidente… Comment expliquer que le docteur Gottlieb n’ait pas raisonné de la même façon, et n’ait pas immédiatement compris que ses cinq patients avaient tous été exposés aux mêmes drogues toxiques, et par conséquent avaient tous développé la même pathologie?

7e mensonge : Le VIH est la source de nombreuses maladies

Le virus de la rougeole n’est présent que chez les rougeoleux, celui de la grippe chez les grippés, etc. Avec le « VIH », une nouvelle ère a commencé : celle des virus polyvalents, polymorphes et tout-puissants, capables de causer non seulement une importante variété de maladies infectieuses (dues à l’immunodéficience), mais aussi des pathologies n’ayant rien à voir avec le système immunitaire. En tout, c’est une trentaine de maladies qu’est supposé provoquer ce tueur invisible, plus proche monstrueux et pitoyables aliens des films de science-fiction que d’un micro-organisme. Comment les biologistes et les professionnels de la santé ont-ils pu avaler cette couleuvre qui remettait en cause tout ce qu’ils avaient appris jusque-là? Il faut croire que leur faculté de raisonnement a été anesthésiée par les beaux discours venant des mandarins et des laboratoires pharmaceutiques. Car il faut le souligner, dès que l’on fait partie de l’élite scientifique, on peut se permettre d’émettre l’hypothèse la plus délirante en étant certain d’être suivi par l’ensemble d’une opinion publique informée par des médias en recherche permanente de surenchère et de sensationnel. Apporter la moindre preuve est inutile : seule compte la notoriété. [Docteurs : Dépêchez-vous à mettre votre nez dans ce livre, principalement ce chapitre.]

8e mensonge : Il vaut mieux savoir que l’on est séropositif

Le stress aigu a parfois des conséquences salutaires, car il permet de réagir efficacement en face d’un danger immédiat (fuir ou combattre). En revanche, le stress permanent est une source de déséquilibre entraînant une cascade d’événements préjudiciables. Les perturbations psychologiques provoquées par l’annonce d’une séropositivité et les réactions émotionnelles qui en découlent induisent des réactions physiologiques dommageables pour la santé, en affaiblissant les réactions naturelles de défense de l’organisme. C’est ainsi que la boucle de régulation hormonale mettant en jeu les glandes surrénales et certaines glandes endocrines du cerveau (hypophyse, hypothalamus, épiphyse) se trouve fortement perturbuée en cas de stresse intense, l’une des conséquences étant une surproduction de certains messagers chimiques (neuromédiateurs), comme le cortisol qui est une hormone immunosuppressive. Le stresse affaiblit donc l’activité du système immunitaire, mais provoque aussi de nombreuses autres perturbations, […]

9e mensonge : L’épidémie du sida est dévastatrice

Les organismes de santé publique s’accordent à donner des informations apocalyptiques sur la progression du sida dans le monde. Elles sont relayées avec beaucoup de complaisance (et sans vérification) par l’ensemble des médias et par les organisations dont le sida est la raison d’exister. Cette montée de la terreur s’est faite par étapes successives : 1. Attribuer à un virus l’immunodéficience acquise a été le premier pas. Un pas décisif qui a permis d’imposer l’idée que le sida était une maladie infectieuse, donc transmissible. 2. Mettre au point des tests de séropositivité a servi ensuite à prétendre pouvoir détecter une infection au sein de population en bonne santé (et inventer en même temps le sida hétérosexuel). 3. Dans un troisième temps, le nombre des maladies censées être causées par le « VIH » a progressé par paliers, passant de trois à trente en quelques années. 4. En plus, la définition même du sida a été profondément modifiée à quatre reprises (1982, 1987, 1992 et 1998) par les CDC (Centers for disease control and prevention) et l’OMS (Organisation mondiale de la santé), chaque nouvelle définition entraînant une escalade catastrophique de l’apparente épidémie. 5. Enfin, les statistiques basées sur des extrapolations acrobatiques ont permis d’augmenter chaque année les chiffres de la contamination, surtout dans les pays où les contrôles sont les plus difficiles à opérer. Quelle est la situation actuelle, lorsque l’on s’en teint aux faits? Dans les deux régions du monde où le sida a fait ses premières apparitions, les États-Unis et l’Europe de l’Ouest, la prétendue épidémie a fait long feu. En Océanie, elle n’a même jamais débuté. En revanche, les statistiques officielles annoncent une flambée des infections dans plusieurs zones qui avaient été longtemps épargnées. [Chacune de ces régions sera analysée par la suite dans le chapitre, de même que les statistiques.]

10e mensonge : Les scientifiques sont tous d’accord

[Nous l’avons partiellement vu au début de l’article, mais voici quelques noms de dissidents à cette adresse :] http://www.virusmyth.net/aids/group.htm Seul site français entourant la controverse du sida : www.sidasanté.com Et un dernier article intéressant: http://www.planetenonviolence.org/VIH-et-Sida-Voix-dissidentes,-dissensions-volontairement-ignorees-BIZZ-comme-d-Hab_a342.html


Samedi 31 Mars 2012


Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

201.Posté par you le 23/02/2013 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le débat aurait pu rester intéressant.... si certains n'avaient pas eu de réactions remplies de suffisance et de méchanceté. Parler d'analphabète, d'handicapé... Piètre humanisme.
Jeter le discrédit, insidieusement, par le biais d'une "déficience orthographique"... démontre un état d'esprit peu constructif. Ou démontre une incapacité à défendre son idée autrement qu'en se tentant de se positionner "supérieurement" ?! Comme si le fait d'être bon (ou exceller) en orthographe, voire en rhétorique, donnait le droit de poser un jugement de valeur sur toute autre personne.
Dommage. Le fond du débat était intéressant. Quant à la forme, elle laisse à désirer.

202.Posté par linda75 le 21/07/2013 17:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous,

Je souhaiterais donner mon avis concernant les recherches et analyses du Dr De Harven.
Je n'ai pas de connaissances scientifiques poussées sur le VIH et le SIDA. Toutefois, je voudrais apporter mon expérience à tous ceux qui souffrent d'une diminution significative de leur défense immunitaire.

Je suis atteinte d'une maladie auto-immune depuis 12 ans (atteinte d'une MICI).
Ceci, s’est déroulé il y a 10 ans : Pour me soigner, les médecins me proposaient plusieurs traitements ciblés pour cette maladie. Je ne les supportais pas. On m'avait donc proposé d'autres traitements tels que les immunosuppresseurs. Ce sont des traitements destinés aux patients ayant subis des transplantations d’organes (les greffés). Ces traitements diminuent considérablement les défenses immunitaires lorsque leurs prescriptions médicales sont détournées.
Et pour cause, dès la prise de ces traitements (imurel, néoral...) j'avais contracté des germes intestinaux ultra résistants aux antibiotiques (Clostridium, Escherichia coli...). L'on a eu beaucoup de mal à me soigner et entre temps je perdais considérablement du poids (1,73m et 39 kg à cette période!). Je pensais même être en fin de vie ! J'avais des diarrhées (20 par jour!!!) des vomissements, des douleurs épigastriques très puissantes, une fatigue généralisée causée par l’anémie... Tout mon système immunitaire étant gravement endommagé.
J'ai donc étudié de manière approfondie les effets secondaires de ces traitements et j'avais compris que c'étaient ceux qu'on m'avait prescrit qui avaient "bousillé" ma santé. Dès l'arrêt de ces traitements, ma santé commençait à se rétablir... Curieusement...
Lorsque je disais à l'équipe médicale que c'était ces traitements qui étaient la cause de tous ces maux, ils ne me croyaient pas et pensaient que je divaguais ! En réalité, ce sont eux qui divaguent ! Ils pensent tous avoir la science infuse sous prétexte d'avoir Bac + 12 ! Un bon médecin, c'est celui qui est à l'écoute de ses patients et qui sait faire la distinction entre la théorie et l'analyse, le diagnostic. Seulement, la plupart d'entre eux se basent sur la théorie. Chaque être humain est unique de par son physique mais également son métabolisme. Deux malades atteints d'une même maladie ne réagit pas de façon analogue aux traitements, et les symptômes peuvent aussi différer.

Dans l'impuissance des médecins à traiter ces maladies, ils font souvent recours à des traitements palliatifs en contournant les effets de base de ceux-ci. Les immunosuppresseurs ne sont destinés qu'aux greffés pas aux autres malades ! A chaque malade son traitement. Et de nombreux médecins, pour ne pas dire tous, ne se soucient guère des conséquences engendrées par l'utilisation des médicaments non destinés pour certaines maladies. C'est complètement irresponsable. Il faut savoir qu'il n'y a plus de moral aujourd'hui.

Moi, je n'ai plus confiance aux médecins. J'"écoute" mon corps c'est à dire que j'essaie de comprendre ce qu'il se passe à l'intérieur. Notre corps donne toujours des alertes via des symptômes. Je ne dis pas qu'un médecin est inutile mais il faut faire du tri entre ce qu'il nous dit et la façon dont se manifeste une maladie.

Ayant une bonne connaissance clinique des perturbations du système immunitaire, j'accorde du crédit à l'analyse qui a été faite par le Dr De Harven. L'industrie pharmaceutique est un gigantesque rouleau compresseur et elle ne lésine pas à inventer je ne sais quels produits pour soutirer de l'argent aux malades. Les médecins eux sont les intermédiaires, les prescripteurs, les complices... Il faut savoir que beaucoup de laboratoires offrent des prestations de luxe (grands voyages, avantages commerciaux...) aux médecins les plus "obéissants". Il est très difficile de s'attaquer au corps médical. Le médecin qui a le malheur de donner un avis contraire et qui est cohérent dans son analyse sera immédiatement évincé du cercle corporatiste. Cela devient le pot de fer contre le pot de terre.
Aucun média n'accordera une interview publique ou un débat sur la polémique du pseudo VIH et sida. Car le Sida rapporte trop d'argent ! C'est d'un cynisme jamais égalé. Le Dr De Harven a choisi de libérer sa thèse dès sa retraite car il devait savoir qu'il aurait eu probablement des conséquences négatives sur sa carrière professionnelle. Tout ce que dit ce médecin, j'y crois en raison de mon expérience en tant que malade.
Lui ne fait que dénoncer des incohérences manifestes mais ne donne pas de mode d'emploi pour soigner les malades du sida.

Un conseil pour toutes les personnes souffrantes d’une maladie : Renseignez-vous au maximum sur la pathologie dont vous souffrez et les traitements qu’on vous propose (l’efficacité et surtout les effets secondaires…). C’est très important.
Cela va peut-être faire rire certains, mais je suis devenue une « anti médocs » car trop de souffrances endurées par les médicaments. J’ai carrément modifié mon mode de vie : pas d’alcool, pas de drogue, pas de tabacs, je fais du sport, je privilégie une bonne alimentation (adieu les fast food !)… Aujourd’hui, j’ai toujours cette maladie mais je suis en bonne santé depuis plusieurs années !

203.Posté par coralie2187 le 13/08/2013 11:07 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un scientifique, le Dr Willner, s''est inoculé le vih afin de prouver qu''il n''était pas destructeur. Il se porte tjs en très bonne santé et il n''a pas le sida. Documentez vous, un dossier de 30 pages est sorti chez nexus en mars avril 2012 à ce sujet

204.Posté par Dominique le 17/08/2013 14:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Syndrome ou virus, après tout peu d'importance, mais COMMENT CA SE SOIGNE ? car enfin, il y a bien eu des centaines de milliers de personnes qui en sont mortes dans les années 1980 avant la tri-thérapie

205.Posté par UneOnceDeBonSens le 03/11/2013 01:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je cite coralie2187 (#203)
Un scientifique, le Dr Willner, s''est inoculé le vih afin de prouver qu''il n''était pas destructeur. Il se porte toujours en très bonne santé et il n''a pas le sida. Documentez vous, un dossier de 30 pages est sorti chez nexus en mars avril 2012 à ce sujet


En effet, il n'a pas le sida : il est mort en 1995.

206.Posté par Blanc le 03/11/2013 18:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faut arrêter de délirer, là. Le virus du sida existe, il est contagieux, des millions de gens meurent. Il est criminel de laisser quiconque croire le contraire.

Les scientifiques qui travaillent sur le sujet depuis des dizaines d'années le regardent dans leur microscope tous les jours, l'ARN du VIH a été transcrit, les différentes protéines de son enveloppe font l'objet de recherchent particulièrement approfondies car elles sont responsables de l'entrée du virus dans les globules blancs et les bloquer représentent un espoir d'empêcher l'infection.

Vous croyez qu'on peut inventer tout ça????

207.Posté par MIRANDE le 02/01/2014 18:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On vit une époque ou hélas on ne peut plus confiance en personne, pour cause nombreux sont ceux qui veulent s'enrichir à n'importe quel prix et à tous les niveaux " à la poubelle la morale" c'est leur devise,

Concernant le SIDA je ne peux pas discuter de ce que j'ignore relativement aux "recherches scientifiques"

Toutefois en accord avec ce que j'écris plus haut, qui ignore que les grands laboratoires pharmaceutiques se démènnent pour remplir leurs caisses.....

Il n'y a jamais de fumée sans feu...

A bons entendeurs......

208.Posté par christophe le 03/03/2014 02:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

b[onjour
je suis seropo depuis janvier 1998 les medecin mon oblige a prendre une trie therrapie
apres avoir eu tt les effet secondaires mais vraiment tt
j ai decide de mettre fin a tt mes traitement les medecins mes amis ma famille mon insulte mon dit que j etais depressif et suicidaire
aujourd hui 12ans plus aucun traitement uniquement des produits naturelle l agenine quinto hypertonic exc....
une psychoterapie (4ans) des seance de reky et la tt nouveau la microkine je mesens bien fatigue c vrais mais aucun effet secondaire
allors que les medecin me donner 2 ans pour mourir et voila 12 ans ares je suis encore la
je ne preconnise ca a personne car chacun est differant il faut etre suivis comme meme mais il y a toujours des alternatif aux traitements c mon avis et ca n engage que moi

209.Posté par Colin le 18/03/2014 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La communauté scientifique considère que les preuves que le VIH cause le sida sont concluantes, et rejette ces théories, qui sont, pour elle, négationnistes et essentiellement basées sur des arguments pseudo-scientifiques et des théories du complot.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Contestation_de_la_responsabilit%C3%A9_du_VIH_dans_le_sida

210.Posté par HAPPY le 06/10/2014 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon nom est heureux, des Etats-Unis, je veux témoigner de la façon dont je me suis guéri du VIH SIDA. J'ai vécu avec cette maladie mortelle pour le passé 11 mois, j'ai fait tout mon possible pour guérir cette maladie, mais tous mes efforts avorté jusqu'à ce que j'ai rencontré un vieil ami à moi qui m'a parlé d'un herboriste Afircan qui utilisent des herbes et des racines à guérir toutes sortes de maladies, bien que je n'ai jamais cru qu'il peut guérir du VIH, mais j'ai décidé de lui donner un essai quand je l'ai contacté, il m'a aidé à débusquer le virus de mon corps, faible et voici, quand je suis allé pour un examen i on m'a dit que je suis négatif. Contactez ce grand herboriste via cet email okonofuatem99@gmail.com ou okonofua_solution_tem99@hotmail.com ou vous pouvez me contacter pour plus d'éclat ajouter moi sur facebook happyaa4@gmail.com.

Les remercie encore une fois de vous Docteur Paul Emen je vais continuer de témoigner sur vous pour me sauver la vie.

211.Posté par C~ram le 09/10/2014 23:22 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce que moi je sais c'est que le SIDA existe,il faut toujours se méfier de ça au lieu de penser toutefois à la fièvre hémorragique Ebola.Merci et que Dieu nous protège des maladies qui menacent si tant le monde actuel.

212.Posté par faculté snv le 23/12/2014 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci pour l'article

213.Posté par anonyme13 le 30/03/2015 00:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonsoir. Si le sida n existe pas. Que le vih ne donne pas de maladie et on peut etre positif pour autre choses. Donc si on couche avec un sois disant seropositif sans capote. On risque quoi si le vih n existe ??

214.Posté par Lecteur le 03/03/2016 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faits:


On ne détecte pas le virus ou que très rarement même chez des malades au stade final du sida, seule une chance rare et une extrême persévérance peuvent faire apparaître le VIH chez une personne séropositive, donc un problème énorme se pose pour les virologues qui ne trouvent pas de virus actif chez les malades...

On ne remarque que des anticorps qui serait une réponse de défense au VIH. En fait ces anticorps sont non spécifiques puisqu'on les retrouves dans 70 autres causes ou facteurs pouvant faire cette même réaction de "séropositivité". Les anticorps sont traditionnellement un signe de ce que le système immunitaire a rejeté le virus. Ce sont les anticorps que reconnaissent les tests de dépistage de l'infection...

La plupart des gens croient que le test de charge virale met en évidence le vrai virus, or ce n’est pas le cas. Ce test recherche de minuscules brins d’ARN qu’on déclare être spécifiques au VIH. On applique alors une formule mathématique complexe qui génère un nombre qu’on étiquette « charge virale » ce terme est trompeur car il suggère que le virus est présent à un titre élevé, bien qu'un virus infectieux soit généralement indétectable. Au lieu de cela, ce terme désigne la quantité de fragments d'ADN viral qui peuvent être générés in vitro par la réaction en chaîne polymérase, au départ de l'ARN de rares virus neutralisés par les anticorps ou de l'ADN des rares cellules infectées de manière latente isolées à partir du patient.

Le nombre d’unités infectieuses constitue le seul critère clinique correct pour déterminer si l’on est en présence d’une pathogénie virale. Aucun scientifique n'a JAMAIS réussi à démontrer, au microscope électronique, la moindre particule de rétrovirus directement dans le sang d'un patient étiqueté comme ayant une "charge virale" élevée! (toujours pas isolé et multiplié en culture de manière purifiée à ce jour).

Le virus latent et biochimiquement inactif 'VIH' n'est présent que dans moins d'un lymphocyte T4 sur 500, il n'existe en biologie aucun précédent de gène dormant ayant jamais eu un effet quelconque ni, moins encore, causé une maladie mortelle.

Le virus HIV ne respecte aucun des postulats de Koch qui servent à prouver qu'un microbe est la cause d'une maladie. C'est la seule maladie vraiment virale qui ne se conforment pas parfaitement aux postulats de Koch.

Plus de 30 ans et plus de 200.000.000.000 de dollars ont été investi dans la recherche sans aboutir, alors que le premier virus a été isolé au 19ème siècle en 1 semaine et sans moyens. Il serait temps d'investiguer vers d'autres pistes plus prometteuses, car l'hypothèse VIH-SIDA est restée improductive jusqu'à ce jour.

Les gens prennent position sans étudier les cas, d'abord lire puis réagir...

215.Posté par Martin le 09/08/2016 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci, mais.. vous ne nous dites pas tout, vous cachez et ne dîtes rien du départ, des gays de New-York et... par exemple de 1982 où il n'y avait que 200 malades du Sida, tous homosexuels et une seule femme prostituée, puis la suite..

216.Posté par Aguer le 18/09/2016 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je trouve votre article très intéressant. Par contre il ne parle pas des cas de "contamination" par le sang contaminé des petits hémophiles ou des femmes hétérosexuelles qui n'ont pas le profil de vie débridés , de contact avec le poppers ou autres drogues?
Merci de m'éclairer la dessus pour que votre information soit complète.

217.Posté par Pointeur2flingue le 23/09/2017 08:47 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Après deux heures de lecture, je ne sais plus trop quoi penser en tout cas ca devrait s''appeler un fléau et non une maladie, mais en faisant naître le doute de l''existence de cette "maladie" je me sens rassuré.

218.Posté par Wadjo le 30/05/2018 23:49 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment comprendre que des grands scientifiques ne parviennent pas à isolé le virus depuis de nombreux années .comment comprendre que la lecture des tests sanguins varie selon les pays.l''argent prend le dessus sur la santé

219.Posté par emil malthe le 09/11/2018 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous, Mon nom est EMIL MALTHE, je viens du Danemark, j’ai le témoignage de faire savoir à tout le monde comment je suis guéri de la maladie du VIH grâce à l’aide du médicament à base de plantes DR UDO. Beaucoup de personnes pensaient que le VIH n’était guéri, mais J'écris ce témoignage pour vous faire comprendre que le VIH est guérissable. Un de mes amis m'a dit qu'un docteur en herbe appelé DR UDO avait guéri tant de personnes de la maladie du VIH et d'autres maladies similaires, alors il m'a donné DR UDO adresse e-mail et numéro whatsapp, je lui ai écrit sur mon état de santé, a-t-il répondu le 3ème jour, il a dit qu'il pouvait me soigner, il m'a expliqué tous les processus en place avant que je puisse commencer le traitement, j'ai fait tout ce qu'il m'avait demandé Au départ, je ne pensais pas que le Dr UDO préparerait le médicament et me l'enverrait, mais je n'ai d'autre choix que de faire confiance à lui, il m'a en fait écrit après quelques jours qu'il a terminé la préparation du médicaments, il m'a dit de lui envoyer mon adresse personnelle et mon numéro de téléphone pour permettre à UPS ou à FEDEX de me livrer le médicament dans mon pays, j’ai rapidement envoyé l’adresse du domicile et mes numéros de téléphone, il m’a envoyé le médicament avec une liste des ordonnances indiquant comment je devais le prendre. , j'ai tout fait exactement comme il l'avait dit, le dernier jour des 3èmes semaines de traitement, je suis allé à l'hôpital pour faire un test et j'ai été confirmé séronégatif pour le VIH, je suis allé dans deux autres hôpitaux différents et ils ont tous eu les mêmes résultats.Je suis allé l'apprécier pour son travail bien fait et c'est à ce moment-là qu'il m'a dit qu'il avait des solutions à divers types de maladies et de maladies comme le VIH, l'herpès, l'hépatite B, le diabète, les infections virales, le cancer, la bactérie de la bactérie de la bactérie , PNEUMONIE et bien d’autres. Voici l’adresse électronique du DR UDO et son numéro WhatsApp.EMAIL ...... DRUDOAZIBAHIVHEALINGCENTRE@GMAIL.COM.
WHATSAPP NUMBER ........ + 2348051075165. DR UDO est un médecin des plantes puissant, quel que soit votre problème, il apportera une solution. ICI est mon adresse e-mail dans le cas où vous souhaitez me joindre. email .... EMILMALTHE03@GMAIL.COM.

1 ... « 2 3 4 5
Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires