ALTER INFO

Les 10 plus gros mensonges sur le sida


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 18 Juillet 2014 - 23:50 Epandage de pesticide en question


Article initialement publié le 22 avril 2007


danyquirion@videotron.ca
Samedi 31 Mars 2012

Les 10 plus gros mensonges sur le sida

Commençons par la fin, le 10e mensonge : Les scientifiques sont tous d’accord au sujet de la cause virale du sida

Plusieurs centaines de scientifiques, et non les moindres, ont préféré prendre des risques sur des carrières qui s’annonçaient souvent très prometteuses plutôt que d’accepter les nombreux mensonges et incohérences distillés par les instances officielles. [Vous trouverez des références à la fin de cet article.]

Présentation de cet article

« Les 10 plus gros mensonges sur le sida » Livre écrit par le Dr Étienne De Harven et le journaliste scientifique et technique Jean-Claude Roussez. Publié en 2005 aux éditions Dangles, en France Article de Dany Quirion pour Alter Info Il est important ici de souligner que cet article est uniquement composé d’extraits intégraux tirés du livre. Plusieurs autres informations cruciales ne sont pas abordées ici et elles demeurent à découvrir dans le livre.

Reprenons depuis le début. 1er mensonge : Le sida est une nouvelle maladie.

Aussi bien le grand public que la majorité des professionnels de la santé sont persuadés que le sida est un phénomène épidémique apparu soudainement au début des année 80, causé par l’émergence d’un nouveau virus. Le syndrome d’immunodéficience acquise, ou sida, n’est pas à proprement parler une maladie. Un syndrome n’est qu’un ensemble de signes et de symptômes survenant simultanément chez le patient, qui se caractérise par une forte diminution, voire un effondrement, des défenses immunitaires. Depuis longtemps les deux principales causes d’immunodéficience acquise étaient parfaitement connues et documentées : - la malnutrition; - l’usage de substances dangereuses pour le système immunitaire (drogue, certains médicaments, sang transfusé).

2e mensonge : Il existe un virus du sida : le VIH

Lorsque l’on prend le temps (et il en faut beaucoup) de consulter la littérature scientifique relative au virus proprement dit, on est frappé par le fait qu’aucune de ces investigations n’a jamais réussi à mettre directement en évidence la présence de la moindre particule virale, et en particulier pas la moindre particule rétrovirus, chez un malade du sida. […] C’est une équipe de l’Institut Pasteur dirigée par Luc Montagnier qui a la première annoncée la découverte d’une activité virale, en 1983, à partir de prélèvements effectués sur un malade du sida. L’année suivante, l’équipe de Robert Gallo, aux États-Unis, fit une annonce similaire. On s’apercevra par la suite que Gallo avait quelque peu fraudé en utilisant pour sa « découverte » un échantillon que Luc Montagnier lui avait généreusement offerte quelques mois auparavant. Il arriva la même mésaventure à Robin Weiss, le grand spécialiste britannique du sida, qui fut obligé de reconnaître que sa propre découverte du virus résultait du fait qu’il avait, lui aussi, reçu un échantillon de la culture de Luc Montagnier. On peut ainsi constater que, de part et d’autre de l’Atlantique, les trois équipes les plus en pointe sur le sujet, n’ont réussi à annoncer qu’une très vague présomption à partir de cultures cellulaires issues d’un même patient! Il n’y a d’ailleurs dans toute la littérature médicale pas un seul article dans lequel on pourrait trouver la conclusion selon laquelle un tel rétrovirus a été isolé, et que ce virus est la cause du sida.

3e mensonge : Le VIH est la cause du sida

Revenons au début des années 80. Les premiers cas de sida ont été détectés aux États-Unis au sein de la communauté homosexuelle et chez les toxicomanes par voie intraveineuse. Il est nécessaire de préciser que ce n’est pas le fait d’être homosexuel qui constitue un facteur de risque vis-à-vis du sida. Seul le style de vie de certains homosexuels masculins est de nature à provoquer une immunodéficience. […] Différentes drogues circulaient abondamment (cannabis, cocaïne, amphétamines, LSD, barbituriques, héroïne…), mais les vedettes incontestées étaient les « poppers », petites fioles contenant du nitrite d’amyle, un puissant vasodilatateur possédant des vertus apparemment aphrodisiaques. À l’origine, ce produit était un médicament utilisé comme dilatateur coronarien dans le traitement des crises d’angine de poitrine. La communauté homosexuelle détourna les nitrites de leur usage thérapeutique pour en faire leur stupéfiant le plus prisé, et cela dès les années 60. […] Dès qu’ils sont dans le sang, les nitrites se transforment en oxyde nitrique et endommagent les parois internes des vaisseaux sanguins, ce qui explique leur implication dans un cancer des capillaires : le sarcome de Kaposi. Bien qu’interdits, les poppers ont continué jusqu’à aujourd’hui à être disponible, que ce soit en empruntant des noms innocents comme « nettoyant pour cuir », ou bien en plein jour, par exemple dans les sex-shops. Le phénomène s’est même aggravé par la suite puisqu’ils ont été adoptés par certains hétérosexuels en quête de performances. Malgré l’évidence que l’usage des poppers était associé à la majorité des cas de sida chez les homosexuels, aux États-Unis, certains médias appuyés par les organismes de santé publique diffusèrent dès 1983 auprès de la communauté gay des informations disculpant totalement les nitrites. Cette attitude peut être qualifié de criminelle. Il a fallu attendre 1994 pour que Robert Gallo, « co-découvreur » du « VIH » et (riche) promoteur du premier test de dépistage, admette lors d’une conférence du NIDA (National institute on drug abuse) que le sarcome de Kaposi, maladie typique de la communauté homosexuelle, ne pouvait être causé par un virus mais que les poppers devaient en être la principale cause. Cet aveu tardif n’a absolument rien changé à l’attitude officielle. [Ce chapitre contient d’autres informations sur les toxicomanes, les hémophiles, les mal-nourris, etc.]

4e mensonge : Les médicaments antiviraux sont bénéfiques

En 1987, apparut le premier médicament antiviral prétendument spécifique au sida : l’AZT. L’azidothymidine, ou AZT, fut découverte dès 1964 et proposée en vue d’une utilisation dans les thérapies anticancéreuses. Ses effets dévastateurs (et systématiquement mortels chez les souris de laboratoire!) ont suscité un rejet catégorique de la part des autorités chargées de l’accréditation des nouveaux médicaments anticancéreux. Autres temps autres mœurs : le besoin de fournir aux malades du sida une thérapie […] on accorda de toute urgence l’autorisation surprenante de mettre sur le marché l’AZT, malgré sa très haute toxicité. - Les autres antiviraux : Chacun possède son propre système d’effet génétique mais le principe est tours le même.

5e mensonge : La séropositivité est un signe d’infection par le VIH

Ce mensonge est certainement le plus inique de tous ceux qui sont dénoncés dans cet ouvrage, car il a permis de faire croire à des millions de personnes qu’elles étaient malades et contagieuses. […] Le test de type « Western Blot » est utilisé pour confirmer une séropositivité lorsque celle-ci a été détectée par un ou deux tests de type « Elisa ». C’est donc un test considéré comme plus fiable. Un test Western Blot comprend dix bandes alignées correspondant aux dix protéines que l’on a définies comme étant typiquement et exclusivement relatives au « VIH ». L’harmonisation internationale des diagnostics étant inexistante, on peut être déclaré séropositif dans certains pays lorsque seulement deux bandes ont réagi. Dans certaines contrées, il en faut trois. Dans d’autres, quatre bandes sont nécessaires. On voit donc que selon le pays où l’on réside, le même sérum, analysé dans des conditions identiques, peut fabriquer un séropositif ou un séronégatif, au gré de la législation en vigueur. Mais il y a plus intéressant encore. Puisque les dix protéines utilisées dans les tests sont annoncées comme typiques du « VIH », on peut se poser les deux questions suivantes, totalement à l’opposé l’une de l’autre : - Pourquoi deux à quatre bandes sont-elles nécessaires alors qu’une seule devrait être suffisante pour diagnostiquer la présence du virus? - Pourquoi seulement deux à quatre bandes sont-elles nécessaires alors que la présence du virus devrait impliquer obligatoirement la présence des dix protéines qui lui sont attribuées, donc la réaction de toutes les dix bandes du test? […] Cela dit, il faut signaler que ces tests inspirent si peu confiance qu’aux États-Unis, la FDA (Food and drug administration) n’a apportée sa caution à aucun d’entre eux. […] Il est important de rappeler que, faute de standard internationale, on peut être classé séropositif ou séronégatif selon le pays où l’on réside. Sur les dix bandes de test que compte le Western Blot, il suffit d’en avoir deux qui soient jugées « positives » pour être déclaré infecté en Afrique. Il en faudra trois en Grande-Bretagne et quatre en Australie. Il y a plus grave. Les tests sont si peu spécifiques que les fabricants eux-mêmes annoncent que leurs tests ne peuvent servir à affirmer ou infirmer la présence du « VIH ». Ils signalent également qu’il y a de nombreuses sources possibles de faux-positifs, en tout une soixantaine. […] - La charge virale Le concept de « charge virale » a été introduit aux USA par le docteur David Ho, par ailleurs promoteur des multithérapies, espérant ainsi fournir une explication au fait que personne ne trouvait de « VIH » directement chez aucun patient. Le médiatique personnage (élu « homme de l’année 1996 » par Time Magasine) proposa alors que le virus savait se rendre indétectable mais qu’on pouvait néanmoins le mettre en évidence grâce à la technique PCR (polymerase chain reaction), qui est un procédé de multiplication de l’ADN. En 1997, David Ho et ses collaborateurs traitèrent un groupe de vingt patients avec une bithérapie associant AZT et inhibiteur de protéase. Dès le début du traitement, la fameuse « charge virale » de ces patients était tombée à un niveau indétectable et y est restée. Ce résultat fut présenté comme l’évidence que la bithérapie prescrite était efficace. Selon les scientifiques orthodoxes eux-mêmes, au moins 99,8% des particules mesurées par le test de charge virale ne sont pas infectieuses! D’où viennent-elles? De « VIH » mal assemblés, bons pour le rebut? Le problème, c’est que ces virus boiteux, tout comme ceux qui sont présents comme virulents, n’ont jamais été vus au microscope électronique. Pourtant, avec la quantité importante de particules que l’on prétend trouver, il n’y aurait rien de plus facile. […] Mieux encore : l’inventeur de la technique PCR [PCR le test de la charge virale], Karry Mullis (qui a obtenu le prix Nobel de chimie en 1993 pour cette invention) tient pour frauduleuse l’utilisation de son procédé dans la recherche de la « charge virale ». Ce scientifique authentique et incontestable se heurte pourtant à un mur. On étouffe ses propos contestataires, bien que sa démonstration soit brillante et documentée. Trop d’intérêts et de carrières sont en jeu.

6e mensonge : Le sida est contagieux

Toutes les maladies vénériennes (syphilis, blennorragie, herpès génital ou anal …), dès qu’elles ont été sexuellement transmises, provoquent une infection dont les symptômes sont évidents au bout de quelques jours, et cela sans faire de distinction entre les individus. - Le sida des homosexuels Les cinq premiers cas de sida furent observés et décrits à Los Angeles, en 1981. L’auteur du premier rapport sur ces cinq cas initiaux, Michael Gottlieb, avait clairement indiqué que ces cinq patients étaient homosexuels, et faisaient tous usage de nitrite d’amyle (poppers). En outre, il indiquait que ces cinq malades ne s’étaient jamais rencontrés et n’auraient donc pas pu se contaminer l’un l’autre. Qu’est-ce qui a bien pu faire penser à Michael Gottlieb qu’il venait de découvrir une nouvelle maladie infectieuse? Rien ne permet de répondre à cette question, et le mystère reste entier. Une parabole aidera à mieux saisir l’importance de la question : imaginons qu’un médecin ait pour mission de surveiller la santé d’une centaine d’ouvriers travaillant tous dans une usine de colorants. C’est une vieille usine, mal ventilée, et où l’on manipule une abondance de sels de plomb. Après quelques années, le médecin identifie une dizaine de cas de saturnisme parmi ces ouvriers. Va-t-il en conclure que le saturnisme est une maladie contagieuse parce que les malades travaillaient tous dans la même usine? Ou va-t-il conclure que ses patients ont tous été exposés au même risque toxique et ont par conséquent tous développé la même maladie? La réponse est trop évidente… Comment expliquer que le docteur Gottlieb n’ait pas raisonné de la même façon, et n’ait pas immédiatement compris que ses cinq patients avaient tous été exposés aux mêmes drogues toxiques, et par conséquent avaient tous développé la même pathologie?

7e mensonge : Le VIH est la source de nombreuses maladies

Le virus de la rougeole n’est présent que chez les rougeoleux, celui de la grippe chez les grippés, etc. Avec le « VIH », une nouvelle ère a commencé : celle des virus polyvalents, polymorphes et tout-puissants, capables de causer non seulement une importante variété de maladies infectieuses (dues à l’immunodéficience), mais aussi des pathologies n’ayant rien à voir avec le système immunitaire. En tout, c’est une trentaine de maladies qu’est supposé provoquer ce tueur invisible, plus proche monstrueux et pitoyables aliens des films de science-fiction que d’un micro-organisme. Comment les biologistes et les professionnels de la santé ont-ils pu avaler cette couleuvre qui remettait en cause tout ce qu’ils avaient appris jusque-là? Il faut croire que leur faculté de raisonnement a été anesthésiée par les beaux discours venant des mandarins et des laboratoires pharmaceutiques. Car il faut le souligner, dès que l’on fait partie de l’élite scientifique, on peut se permettre d’émettre l’hypothèse la plus délirante en étant certain d’être suivi par l’ensemble d’une opinion publique informée par des médias en recherche permanente de surenchère et de sensationnel. Apporter la moindre preuve est inutile : seule compte la notoriété. [Docteurs : Dépêchez-vous à mettre votre nez dans ce livre, principalement ce chapitre.]

8e mensonge : Il vaut mieux savoir que l’on est séropositif

Le stress aigu a parfois des conséquences salutaires, car il permet de réagir efficacement en face d’un danger immédiat (fuir ou combattre). En revanche, le stress permanent est une source de déséquilibre entraînant une cascade d’événements préjudiciables. Les perturbations psychologiques provoquées par l’annonce d’une séropositivité et les réactions émotionnelles qui en découlent induisent des réactions physiologiques dommageables pour la santé, en affaiblissant les réactions naturelles de défense de l’organisme. C’est ainsi que la boucle de régulation hormonale mettant en jeu les glandes surrénales et certaines glandes endocrines du cerveau (hypophyse, hypothalamus, épiphyse) se trouve fortement perturbuée en cas de stresse intense, l’une des conséquences étant une surproduction de certains messagers chimiques (neuromédiateurs), comme le cortisol qui est une hormone immunosuppressive. Le stresse affaiblit donc l’activité du système immunitaire, mais provoque aussi de nombreuses autres perturbations, […]

9e mensonge : L’épidémie du sida est dévastatrice

Les organismes de santé publique s’accordent à donner des informations apocalyptiques sur la progression du sida dans le monde. Elles sont relayées avec beaucoup de complaisance (et sans vérification) par l’ensemble des médias et par les organisations dont le sida est la raison d’exister. Cette montée de la terreur s’est faite par étapes successives : 1. Attribuer à un virus l’immunodéficience acquise a été le premier pas. Un pas décisif qui a permis d’imposer l’idée que le sida était une maladie infectieuse, donc transmissible. 2. Mettre au point des tests de séropositivité a servi ensuite à prétendre pouvoir détecter une infection au sein de population en bonne santé (et inventer en même temps le sida hétérosexuel). 3. Dans un troisième temps, le nombre des maladies censées être causées par le « VIH » a progressé par paliers, passant de trois à trente en quelques années. 4. En plus, la définition même du sida a été profondément modifiée à quatre reprises (1982, 1987, 1992 et 1998) par les CDC (Centers for disease control and prevention) et l’OMS (Organisation mondiale de la santé), chaque nouvelle définition entraînant une escalade catastrophique de l’apparente épidémie. 5. Enfin, les statistiques basées sur des extrapolations acrobatiques ont permis d’augmenter chaque année les chiffres de la contamination, surtout dans les pays où les contrôles sont les plus difficiles à opérer. Quelle est la situation actuelle, lorsque l’on s’en teint aux faits? Dans les deux régions du monde où le sida a fait ses premières apparitions, les États-Unis et l’Europe de l’Ouest, la prétendue épidémie a fait long feu. En Océanie, elle n’a même jamais débuté. En revanche, les statistiques officielles annoncent une flambée des infections dans plusieurs zones qui avaient été longtemps épargnées. [Chacune de ces régions sera analysée par la suite dans le chapitre, de même que les statistiques.]

10e mensonge : Les scientifiques sont tous d’accord

[Nous l’avons partiellement vu au début de l’article, mais voici quelques noms de dissidents à cette adresse :] http://www.virusmyth.net/aids/group.htm Seul site français entourant la controverse du sida : www.sidasanté.com Et un dernier article intéressant: http://www.planetenonviolence.org/VIH-et-Sida-Voix-dissidentes,-dissensions-volontairement-ignorees-BIZZ-comme-d-Hab_a342.html


Samedi 31 Mars 2012


Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

209.Posté par Colin le 18/03/2014 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La communauté scientifique considère que les preuves que le VIH cause le sida sont concluantes, et rejette ces théories, qui sont, pour elle, négationnistes et essentiellement basées sur des arguments pseudo-scientifiques et des théories du complot.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Contestation_de_la_responsabilit%C3%A9_du_VIH_dans_le_sida

208.Posté par christophe le 03/03/2014 02:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

b[onjour
je suis seropo depuis janvier 1998 les medecin mon oblige a prendre une trie therrapie
apres avoir eu tt les effet secondaires mais vraiment tt
j ai decide de mettre fin a tt mes traitement les medecins mes amis ma famille mon insulte mon dit que j etais depressif et suicidaire
aujourd hui 12ans plus aucun traitement uniquement des produits naturelle l agenine quinto hypertonic exc....
une psychoterapie (4ans) des seance de reky et la tt nouveau la microkine je mesens bien fatigue c vrais mais aucun effet secondaire
allors que les medecin me donner 2 ans pour mourir et voila 12 ans ares je suis encore la
je ne preconnise ca a personne car chacun est differant il faut etre suivis comme meme mais il y a toujours des alternatif aux traitements c mon avis et ca n engage que moi

207.Posté par MIRANDE le 02/01/2014 18:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On vit une époque ou hélas on ne peut plus confiance en personne, pour cause nombreux sont ceux qui veulent s'enrichir à n'importe quel prix et à tous les niveaux " à la poubelle la morale" c'est leur devise,

Concernant le SIDA je ne peux pas discuter de ce que j'ignore relativement aux "recherches scientifiques"

Toutefois en accord avec ce que j'écris plus haut, qui ignore que les grands laboratoires pharmaceutiques se démènnent pour remplir leurs caisses.....

Il n'y a jamais de fumée sans feu...

A bons entendeurs......

206.Posté par Blanc le 03/11/2013 18:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faut arrêter de délirer, là. Le virus du sida existe, il est contagieux, des millions de gens meurent. Il est criminel de laisser quiconque croire le contraire.

Les scientifiques qui travaillent sur le sujet depuis des dizaines d'années le regardent dans leur microscope tous les jours, l'ARN du VIH a été transcrit, les différentes protéines de son enveloppe font l'objet de recherchent particulièrement approfondies car elles sont responsables de l'entrée du virus dans les globules blancs et les bloquer représentent un espoir d'empêcher l'infection.

Vous croyez qu'on peut inventer tout ça????

205.Posté par UneOnceDeBonSens le 03/11/2013 01:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je cite coralie2187 (#203)
Un scientifique, le Dr Willner, s''est inoculé le vih afin de prouver qu''il n''était pas destructeur. Il se porte toujours en très bonne santé et il n''a pas le sida. Documentez vous, un dossier de 30 pages est sorti chez nexus en mars avril 2012 à ce sujet


En effet, il n'a pas le sida : il est mort en 1995.

204.Posté par Dominique le 17/08/2013 14:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Syndrome ou virus, après tout peu d'importance, mais COMMENT CA SE SOIGNE ? car enfin, il y a bien eu des centaines de milliers de personnes qui en sont mortes dans les années 1980 avant la tri-thérapie

203.Posté par coralie2187 le 13/08/2013 11:07 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un scientifique, le Dr Willner, s''est inoculé le vih afin de prouver qu''il n''était pas destructeur. Il se porte tjs en très bonne santé et il n''a pas le sida. Documentez vous, un dossier de 30 pages est sorti chez nexus en mars avril 2012 à ce sujet

202.Posté par linda75 le 21/07/2013 17:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous,

Je souhaiterais donner mon avis concernant les recherches et analyses du Dr De Harven.
Je n'ai pas de connaissances scientifiques poussées sur le VIH et le SIDA. Toutefois, je voudrais apporter mon expérience à tous ceux qui souffrent d'une diminution significative de leur défense immunitaire.

Je suis atteinte d'une maladie auto-immune depuis 12 ans (atteinte d'une MICI).
Ceci, s’est déroulé il y a 10 ans : Pour me soigner, les médecins me proposaient plusieurs traitements ciblés pour cette maladie. Je ne les supportais pas. On m'avait donc proposé d'autres traitements tels que les immunosuppresseurs. Ce sont des traitements destinés aux patients ayant subis des transplantations d’organes (les greffés). Ces traitements diminuent considérablement les défenses immunitaires lorsque leurs prescriptions médicales sont détournées.
Et pour cause, dès la prise de ces traitements (imurel, néoral...) j'avais contracté des germes intestinaux ultra résistants aux antibiotiques (Clostridium, Escherichia coli...). L'on a eu beaucoup de mal à me soigner et entre temps je perdais considérablement du poids (1,73m et 39 kg à cette période!). Je pensais même être en fin de vie ! J'avais des diarrhées (20 par jour!!!) des vomissements, des douleurs épigastriques très puissantes, une fatigue généralisée causée par l’anémie... Tout mon système immunitaire étant gravement endommagé.
J'ai donc étudié de manière approfondie les effets secondaires de ces traitements et j'avais compris que c'étaient ceux qu'on m'avait prescrit qui avaient "bousillé" ma santé. Dès l'arrêt de ces traitements, ma santé commençait à se rétablir... Curieusement...
Lorsque je disais à l'équipe médicale que c'était ces traitements qui étaient la cause de tous ces maux, ils ne me croyaient pas et pensaient que je divaguais ! En réalité, ce sont eux qui divaguent ! Ils pensent tous avoir la science infuse sous prétexte d'avoir Bac + 12 ! Un bon médecin, c'est celui qui est à l'écoute de ses patients et qui sait faire la distinction entre la théorie et l'analyse, le diagnostic. Seulement, la plupart d'entre eux se basent sur la théorie. Chaque être humain est unique de par son physique mais également son métabolisme. Deux malades atteints d'une même maladie ne réagit pas de façon analogue aux traitements, et les symptômes peuvent aussi différer.

Dans l'impuissance des médecins à traiter ces maladies, ils font souvent recours à des traitements palliatifs en contournant les effets de base de ceux-ci. Les immunosuppresseurs ne sont destinés qu'aux greffés pas aux autres malades ! A chaque malade son traitement. Et de nombreux médecins, pour ne pas dire tous, ne se soucient guère des conséquences engendrées par l'utilisation des médicaments non destinés pour certaines maladies. C'est complètement irresponsable. Il faut savoir qu'il n'y a plus de moral aujourd'hui.

Moi, je n'ai plus confiance aux médecins. J'"écoute" mon corps c'est à dire que j'essaie de comprendre ce qu'il se passe à l'intérieur. Notre corps donne toujours des alertes via des symptômes. Je ne dis pas qu'un médecin est inutile mais il faut faire du tri entre ce qu'il nous dit et la façon dont se manifeste une maladie.

Ayant une bonne connaissance clinique des perturbations du système immunitaire, j'accorde du crédit à l'analyse qui a été faite par le Dr De Harven. L'industrie pharmaceutique est un gigantesque rouleau compresseur et elle ne lésine pas à inventer je ne sais quels produits pour soutirer de l'argent aux malades. Les médecins eux sont les intermédiaires, les prescripteurs, les complices... Il faut savoir que beaucoup de laboratoires offrent des prestations de luxe (grands voyages, avantages commerciaux...) aux médecins les plus "obéissants". Il est très difficile de s'attaquer au corps médical. Le médecin qui a le malheur de donner un avis contraire et qui est cohérent dans son analyse sera immédiatement évincé du cercle corporatiste. Cela devient le pot de fer contre le pot de terre.
Aucun média n'accordera une interview publique ou un débat sur la polémique du pseudo VIH et sida. Car le Sida rapporte trop d'argent ! C'est d'un cynisme jamais égalé. Le Dr De Harven a choisi de libérer sa thèse dès sa retraite car il devait savoir qu'il aurait eu probablement des conséquences négatives sur sa carrière professionnelle. Tout ce que dit ce médecin, j'y crois en raison de mon expérience en tant que malade.
Lui ne fait que dénoncer des incohérences manifestes mais ne donne pas de mode d'emploi pour soigner les malades du sida.

Un conseil pour toutes les personnes souffrantes d’une maladie : Renseignez-vous au maximum sur la pathologie dont vous souffrez et les traitements qu’on vous propose (l’efficacité et surtout les effets secondaires…). C’est très important.
Cela va peut-être faire rire certains, mais je suis devenue une « anti médocs » car trop de souffrances endurées par les médicaments. J’ai carrément modifié mon mode de vie : pas d’alcool, pas de drogue, pas de tabacs, je fais du sport, je privilégie une bonne alimentation (adieu les fast food !)… Aujourd’hui, j’ai toujours cette maladie mais je suis en bonne santé depuis plusieurs années !

201.Posté par you le 23/02/2013 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le débat aurait pu rester intéressant.... si certains n'avaient pas eu de réactions remplies de suffisance et de méchanceté. Parler d'analphabète, d'handicapé... Piètre humanisme.
Jeter le discrédit, insidieusement, par le biais d'une "déficience orthographique"... démontre un état d'esprit peu constructif. Ou démontre une incapacité à défendre son idée autrement qu'en se tentant de se positionner "supérieurement" ?! Comme si le fait d'être bon (ou exceller) en orthographe, voire en rhétorique, donnait le droit de poser un jugement de valeur sur toute autre personne.
Dommage. Le fond du débat était intéressant. Quant à la forme, elle laisse à désirer.

200.Posté par FAVRE le 22/02/2013 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme son nom l'indique sndrome immuno déficitaire acquis j'avais en mon temps émis une hypothèse qui s'est révélée adoptée par l'industrie pharmaceutique et la communauté médicale en partant de la simple observation de la photo de ce virus si vous l'entourez en utilisant son contraire vous annulez l'effet c'est à dire que pour les puissances + et + VOUS ARRIVEZ A ZERO si vous faites une simulation informatique en prenant la forme informatique vous arriverez à l'annulation informatique, partant de ce constat si vous l'appliquez en traitement médicamenteu vous aurez sur le plan médical l'annulation de ce P..... de virus et dans la vie de tous les jours lorsque votre PC est infecté vous aurez le choix dans une multitude d'antivirus OK POUR LA SIMPLE EXPLICATION

199.Posté par Patrice le 31/01/2013 03:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les tests du VIH sont les mêmes que ceux de la maladie de lyme... probablement la vrai cause du syndrome car il est bien connu que la maladie de lyme cause une immuno-dépression en attaquant le foie et le pancréas ce qui ammène une anémie qui finit en immuno-dépression... comme le VIH...

198.Posté par karimdz le 30/01/2013 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je veux bien croire qu il y a une exploitation commerciale de laboratoires dans le traitement du sida, mais de là à dire, que la maladie n existe pas, qu il ne faut pas se soigner, cela me parait toute de meme tres grave, c est inciter les gens à prendre des risques mortels faut il le rappeler. Certainement que les medicaments sont à revoir, car parfois pires que mieux.

Si on impute le vih à l utilisation du popers, il me semble pas que ce soit la cause de centaines de milliers de morts en Afrique, surtout dans des zones pauvres, ou ce popers est quasiment inconnu.

En tout cas, le prudence est de mise et pour l heure la prevention est de mise, et l utilisation du popers doi etre interdite totalement.

197.Posté par Mouef le 30/01/2013 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

https://www.google.fr/search?q=photo+du+vih&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&um=1&ie=UTF-8&hl=en&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&ei=NT4JUfeAMYe2hAeO8YBg&biw=1472&bih=708&sei=Oz4JUde4IpCShgex2oFI#um=1&hl=en&safe=off&client=firefox-a&tbo=d&rls=org.mozilla:fr%3Aofficial&tbm=isch&sa=1&q=vih+microscope+%C3%A9lectronique&oq=vih+microscope+%C3%A9lectronique&gs_l=img.3...110724.114606.0.114698.27.25.0.2.2.0.137.1737.22j2.24.0...0.0...1c.1.PP_N9K2X1Pk&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_cp.r_qf.&bvm=bv.41642243,d.ZG4&fp=206fddb296e832e&biw=1472&bih=708

196.Posté par Mouef le 30/01/2013 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

5eme mensonge: j'ai trouvé une série de photo du virus au microscope électronique. Fake ?

195.Posté par SimonT le 08/11/2012 18:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Delatria

Lui faire lire ce site. Votre ami se sent-il malade, véritablement ? Non, je suppose. Surtout qu'il ne prenne rien comme médicaments !
Mais par contre, par souci de précaution, il est condamné à mettre des capotes toute sa vie. Pas trop contraignant...

194.Posté par Delatria le 22/08/2012 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

Un de mes amis originaire du Congo arrivé en France il y a 4 ans vient de faire le test du VIH, il est séropositif.
Il a donc demandé au 3 dernières filles avec qui il a eu des relations sans préservatifs depuis 1an d'aller faire le test, il s’avère que les 3 demoiselles sont séronégatifs.
actuellement il a fait tous les tests possibles (hépatite, syphilis, ...) il s’avère qu'il est bien portant sauf le manque de vitamine D.
Il est donc parti voire un spécialiste qui lui a demandé de refaire d'autres examens, surtout de voir à quel moment il devra commencé le traitement antirétroviral après les résultats.
mon ami est désemparé, je ne sais pas comment lui remonté le moral, que dois-je faire pour lui?

Merci d'avance.

193.Posté par bryce le 18/08/2012 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vérité fait souvent peur!
Les syndromes de déficiences immunitaires sont nombreux. Le Sida cumule de nombreux facteurs à ce sujet
Un syndrome de déficience immunitaire ne se transmet pas, le Sida ne se transmet pas.
Il serait tant que chacun s'intéresse de plus près à ce qu'est un système immunitaire.
Depuis notre agriculture moderne, notre technologie dévastatrice, nos organismes sont soumis à des dérèglements incessants d'où l’apparition de maladies auto-immunes, avec en tête le Sida! 2012, apocalypse, non révélation que nous marchons sur la tête, nous nous sommes coupés de la nature en la pervertissant.
Nos corps et nos croyances sont ce reflet là! Ça risque de faire encore plus mal, le "Sida" ou l'idée qu'il véhicule semble t-il n'est peut que le commencement..."Science sans conscience n'est que ruine de l'âme"


192.Posté par xray le 06/07/2012 16:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Sida est un empoisonnement qui cible « les victimes ». Il s’attrape mais ne se transmet pas !

Sida, un petit mensonge (Le complot des blouses blanches et des soutanes)
http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/31/sida-un-petit-mensonge.html

SIDA, L’IMPOSTURE (Le complot des blouses blanches et des soutanes)
http://levirusmachin.hautetfort.com/archive/2010/11/27/sida-l-imposture.html

191.Posté par jcm17000 le 05/07/2012 23:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En réponse à Xray :
Le VIh est évidemment sexuellement transmissible : les homosexuels sont 200 fois plus touchés et les multipartenaires hétérosexuels aussi: que le Sida soit dû ou non à un virus ne change rien à l'affaire : il y a quelque chose de sexuellement transmissible.

La terreur médicale : j'accrédite volontiers cette formulation : on contrôle ainsi les populations, mais encore faut-il remarquer qu'on les touche d'autant plus si la terreur médicale affecte l'intime, c'est à dire le sexe. Votre argumentaire complotiste aurait tout intéret à reconnaitre le caractère sexuellement transmissible du VIH au lieu de dire que le VIH n'existe pas. L'oppression sur les comportements que vous dénoncez et son instrumentalisation sont parfaitement réelles, mais un agent transmissible sexuellement existe lui aussi.

Les drogues etc.....les célèbres cofacteurs du sida sont très certainement une nécessité pour expliquer le sida. Oui, mais j'en sais beaucoup plus la dessus que vous n'en avez dit. Je pourrais résumer toutes les faiblesses majeures des théories classiques reconnues par ceux qui admettent néanmoins l'existence du VIH. Le Pr Lebowitch a écrit un livre récent ( en finir avec le sida ) qui résume tous les faits que la théorie actuelle n'explique pas,. La faiblesse de votre argumentaire est d'être "lazariste" : vous voulez voir pour croire que vous savez ou que sans voir il n'est pas de preuve. Cela est complètement faux , la vérification expérimentale peut se passer de photographie. Les physiciens qui vont détecter l'éventuel boson de Higg ne vont pas l'isoler à la façon dont on capture un tigre mis en cage.

A qui profite le sida ?

certainement pas aux laboratoires pharmaceutiques : le sida est une maladie orpheline qui n'a aucune solvabilité pour les laboratoires, tant sont peu nombreux les patients solvables dans le monde. la plupart des labos ont définitivement abandonné la recherche non seulement de vaccin mais même de médicament.

La haine du riche est à la mode, mais je constate que les gauchiste genre act-up sont en réalité le fléau réactionnaire le plus à la pointe des prédicateurs de capote , avançant une argumentation encore plus fausse que la votre, ayant trahi les malades en leur cachant que les traitements rendaient non contaminants etc....


Que le sida soit lié à un virus ou à un phénomène encore inexpliqué autre ou parallèle à un virus colatéral qui suit le requin comme un poisson pilote n'a aucune espèce d'importance : seule la science peut libérer les populations de ceux qui veulent leur dicter aujourd'hui , grâce au sida, leurs plaisirs et leurs amours.

Le problème dans nos pays riches où le sida mortel est disparu et l'épidémie sous contrôle, n'est plus le VIH, mais la capote, et donc je soutiens à fond les scientifiques ( les médecins sida n'en sont pas , au passage ), et en priorité les laboratoires, fissent-ils des profits que je leur accorderai volontiers tant la délivrance qu'ils apportent n'a pas de prix.




190.Posté par xray le 05/07/2012 16:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Médical terreur !

Une maladie qui n’est pas contagieuse ne peut être provoquée par un virus.

Le Sida est un empoisonnement. Le Sida n’est pas contagieux !
Il n’est même pas sexuellement transmissible. En revanche, il cible « les victimes ».


Le Sida, la vache folle, la grippe aviaire, la grippe porcine, etc.

Les terreurs médicales sont des moyens qui contribuent à soumettre les populations.

Sida, un petit mensonge (Le complot des blouses blanches et des soutanes)
http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/31/sida-un-petit-mensonge.html

Le virus de la Grippe aviaire
http://levirusmachin.hautetfort.com/archive/2007/08/01/le-virus-de-la-grippe-aviaire.html


189.Posté par xray le 21/06/2012 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Le VIH n'a JAMAIS été détecté directement (c'est la vérité, il n'y a qu'à consulter les documents officiels. Tout ce qu'on arrive éventuellement à détecter, ce sont les soi-disant anticorps en réaction au VIH, ce qui ne veut rien dire en soit vu que quelqu'un de déprimé, une femme enceinte, quelqu'un qui vient de se faire vacciner contre la grippe, etc. auront aussi un résultat de test positif!!!), et plus de 2700 spécialistes (immunologues, virologues, biologistes, médecins...) remettent en cause son existence même!

Le SIDA par contre, est une réalité, mais son origine virale est plus que discutable. Il semblerait qu'il soit plutôt lié à l'usage de drogues récréatives, style poppers, à bas de nitrite d'amyle/ de butyle ou d'isobutyle .C'est une substance qui avant était utilisé dans les médicaments contre les angines de poitrine.
L'effet secondaire de cette drogue est qu'elle affecte très profondément le système immunitaire (vous me voyez venir?), et causait à terme un cancer appelé sarcome de Kaposi, qu'on retrouve... chez les malades du Sida.
On retrouvait aussi ce sarcome à des fréquences 500 fois supérieures à la normale chez les transplantés, à qui on prescrit des immunodépresseurs -à la composition très proche du poppers- pour éviter les rejets de greffe. Tout ça est su depuis au moins 1981.

On a observé les symptômes du SIDA dès le début du 20e siècles chez les forts consommateurs de morphine parisiens (étude datant de 1909). Une étude américaine de 1921 observe que de très nombreux drogués souffrent de tuberculose et de syphillis, dans le cadre d'une immunodéficience généralisée.
Depuis, quantité d'études ont documenté ce type de maladies et les symptômes présentés par les usagers à long terme de drogues dures. On retrouve entre autres: immunodéficience, pneumonie, tuberculose, candidose, lymphadénopathie, perte de poids, diarrhées, fièvres... Ca ne vous rappelle rien?
Eh ouais! on vous ment depuis des années! et qui c'est que ça arrange ce petit business à votre avis?
Porte

Sida, un petit mensonge (Le complot des blouses blanches et des soutanes)
http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/31/sida-un-petit-mensonge.html



188.Posté par jcm le 20/06/2012 23:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le problème avec les négationnistes , c'est qu'ils mélangent le faux et le vrai, et que la vérité , quand ils la profèrent, n'est plus crue. Or ils ont raison sur certains points : exemple :" il vaut mieux savoir que l'on est séropositif". Au delà des cas individuels discordants, il faut bien dire que la prévention balance une sauce dans le but d'inciter les gens au dépistage mais si ce dépistage est bon pour les autorités ( car les traitements rendent non contaminants quand ils sont bien pris ), en revanche, il expose des naifs à des catastrophes s'ils se révèlent séropositifs sans y avoir été préparés.

Il existe bien un virus du sida. Il n'est besoin d'aucune preuve supplémentaire pour observer que les individus infectés finissent tous mourir s'ilsne reçoivent pas de médicament. Pour autant les mécanismes qui conduisent à la mort sont mal connus, bien plus mal que l'on ne croit. l'immunité est une science très en retard, les globules blancs seraient des policiers qui tuent virus et bactéries etc...l'imagerie connue est globalement fausse, l'immunité est très différente de ce schéma. On observe par exemple des singes où les fameux CD4 sont anéantis mais les singes survivent très bien. Les CD4 dont la disparition expliquerait la mort chez nous n'est pas la cause du sida. la chute des CD4 accompagne un mécanisme bien plus complexe, et l'un des progrès de la science consistera par exemple à montrer que l'on peut survivre malgré la destruction même complète de certains globules blancs, le jour où l'immunité en saura plus sur les interactions et les vrais causes de phénomènes encore très mal expliqués.....de là à dire que le virus n'existe pas et que l'infection n'est pas due au VIH, il y a une marge que certains franchissent très vite : ici pour se dire que l'on n'est pas coupable si l'on transmet un VIH à quelqu'un, là pour dire que tout est un complot du grand capital pour vendre des médicaments, lesquels seraient dangereux. Non, le seul danger est dans les personnes qui profèrent de telles aneries.
Oui le sida n'est pas ce que vous croyez savoir aujourd'hui, mais il est encore moins ce que certains négationnistes amateurs colportent.

**********************************************************

La poele se moque du chaudron :
Les soi disant savants qui critiquent les négationnistes ne valent souvent pas mieux.

certains messages sont délivrés pour la bonne cause, mais sont complètement faux.
" Les traitements réduiraient la transmissibilité du VIH" . derrière ce message d'espoir, il se cache un sacrifice absolument scandaleux. Il s'agit en fait de cacher au grand public que les traitements rendent en réalité non contaminants. Autant chez les homosexuels que chez les hétérosexuels, les traitements bien pris permettent d'avoir des rapports sans préservatif et sans risque.
Aujourd'hui, le voile se lève sur ce secret, peu à peu,......si vous ne me croyez pas aujourd'hui, revenez me lire dans quelque temps, vous saurez que je suis un initié ! dommage que je ne vous donne pas de conseils boursiers !

Par quel procédé cache-t-on cette vérité ? Pourquoi ?
Le pourquoi est complexe, il y a eu une sorte d'alliance de tous horizons , des gens aux motivations adverses, mais qui se sont trouvés d'accord pour cacher ensemble cette information. Nous dirons simplement que ces gens sont en général les membres actuels des organismes de préventiion, et qu'ils ont été recrutés à une époque où leur profil correspondait aux moyens disponibles. Ces moyens ont changé, et les acteurs de la prévention sont devenus aujourd'hui la plaie ouverte de la nouvelle prévention, laquelle est freinée par ces véritables boulets, et disons -le ouvertement, il faudrait licencier tout l'ancien personnel , ce qui est clairement difficile à faire, tant moralement que juridiquement. .

Peu importe le pourquoi , le comment est plus important.

Que savez - vous du sida ? Que la capote en protège.
Quand elle est mise, elle évite 99,5%des contaminations. Oui, mais elle n'est pas mise justement, et son efficacité pratique est une baisse de 40% des contaminations sur la population globale.
Prenons les traitements : quand les séropositifs sont en charge virale sanguine faible après 6 mois de traitement, même sans préservatif il n'y a pas de contamination , pour être exact il y en a un peu moins que celles liées aux accidents de capote. Il arrive que les malades ne prennent pas toujours bien leur traitement, et on arrive alors à un trou dans la protection, exactement comme les accidents de capote : sauf que l'efficacité globale est de 92% , c'est à dire bien mieux qu'avec la capote.
Ainsi, on a observe dans un groupe de 2000 couples sérodiscordants ( un séropositif et un seronégatif vivant ensemble ) , 1 seule contamination quand le patient était bien soigné, et 42 quand le coujple ne disposait que de la capote.

Donc le premier mensonge de la prévention est de dire que seule la capote protège du sida. c'est archi faux. La fidélité protège aussi mais elle n'est pas respectée. alors la capote , au contraire , est un peu mieux mise, mais en réalité, elle ne l'est pas tant que ça, et s'il y a un moyen que les patients utilisent à coup sûr, SI on les informe correctement, c'est le traitement qui rend la capote superflu.
Le mensonge des acteurs de la prévention est facile à expliquer. Si les gens apprennent que les traitements rendent non contaminants, les gens n'auront plus peur de contaminer, or déjà, ils ont moins peur d'être contaminés eux-mêmes, alors il faut préserver coute que coute la culpabilité qui fait de l'acte sexuel authntique ( et le seul satisfaisant ), un acte COUPABLE.
Ces acteurs de la prévention se sont donc concertés pour répéter des messages faux habillés en vérité inattaquable aux yeux de la justice :
"seul le préservatif protège du sida "
" les traitements réduisent la transmission du VIH".

La première phrase est assurément fausse, la deuxième est ce qu'on appelle un mensonge habillé en vérité. On dit le dixième d'une vérité pour cacher le reste.

Les traitement protègent environ 50 fois mieux que la capote. leur degré de protection est équivalent à celui du préservatif, mais le préservatif n'est définitivement pas mis par de nombreuses personnes, lesquelles se révèlent parfaitement disposées au contraire à prendre les traitement pour prévenir le sida.

Si certains médecins se sont cru autorisé à choisir s'ils devaient informer ou non que les traitements empechaient la transmission, ils ont commis une lourde, très lourde erreur, et on peut déjà dire que la plupart des procès contre des séropositifs sont en réalité le résultrat de leur choix bienveillant. Il est prouvé depuis 30 ans que 25% des séropositifs ne mettent pas de capote, et il est impossible de croire qu'on a fait son travail une fois qu'on a dit dit à un séropositif de mettre une capote, si dans le même temps on lui cacheles moyens d'être non contaminant grace au traitement. ces patients qui nne mettent pas de capote n'ont pas toujours pris leur traitement, et l'on sait aujourd'hui qu'il en aurait été tout autrement si on leur avait dit la vérité vraie, et non le prétexte permettant de l'occulter. ( usage totalement abusif du terme réduction pour cacher qu'il s'agit en fait d'une élimination, d'un effet plus protecteur que la capote ).

Un usage accru du dépistage aurait éliminé le VIh dans tous les pays occidentaux aujourd'hui, si on avait utilisé cette connaissance quand on l'a découverte : vers 1997. Il est tout à fait compréhensible que les labos ont eux mêmes passé sous silence les talents merveilleux de leur médicaments. A trop les utiliser, l'épidémie aurait disparu, les privant de chiffre d'affaire. Si peu à peu ils se mettent à lacher le morceau, sachez-le déjà, c'est qu'ils y gagneront. ce sera pour écouler le stock de médicament avant qu'un procédé plus puissant ne les remplace, en particulier un traitement thérapeutique , uniquement pour les séropositifs, mais qui leur permettront de se passer de traitement, ou la mise en place de stratégies de réduction des traitements qui sont aujourd'hui très massivement surdosés pour garantir une charge virale minimale chez le patient.


*****************************************************

En conclusion :
Tant chez les acteurs de la prévention "capote" que chez les négationnistes, il y a une volonté délibérée de cacher les avancées de la science. Les deux écoles sont deux faces d'une même personne, hostile à la sexualité , au capitalisme. Ils mélangent le vrai du faux de façon différente, mais sont unanimes pour réfuter d'un commun intéret les réalités libératrices contre le sida, réalités qu'ils étouffent.

Les autorités sont aujourd'hui mieux averties de ces avancées scientifiques absolument majeures. les experts ont repris la main sur les groupes communautaires de tout poil qui sévissent au nom de la prévention, et font tout le contraire de ce qu'ils prétendent.

Pour vaincre le sida, il faut le banaliser à outrance, car on a les moyens de le soigner ET de le prévenir : encore faut-il que les gens le sachent. Et ce moyen, ce n'est pas la désagréable capote : quel dommage n'est-ce pas : la fin du sida , le retour du vice , de l'infidélité et des cochonneries.......

187.Posté par xray le 05/06/2012 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Médical terreur !

Une maladie qui n’est pas contagieuse ne peut être provoquée par un virus.

Le Sida n’est pas contagieux ! (Ni même sexuellement transmissible).

Sida, un petit mensonge (Le complot des blouses blanches et des soutanes)
http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/31/sida-un-petit-mensonge.html



186.Posté par CLOVIS SIMARD le 04/06/2012 19:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Blog(fermaton.over-blog.com),No-9, THÉORÈME BROUWER. - Vérité et infini ?

185.Posté par Tristan C. le 03/06/2012 22:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense que dans l'ensemble des cas cités le plus important n'es pas de perdre du temps à se disputer sur les "mensonges" relatifs au sida ou vih, d'après moi ça serait de passer ce temps perdu à lutter contre cette maladie ou infection...

184.Posté par Patrice le 01/04/2012 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sida=borréliose+Chlamydia pneumonie... et les deux se traitent avec des anti-biotiques!!!

183.Posté par xray le 31/01/2012 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


@ Mr Jack

Sous de multiples pseudos, Mr Jack ne cesse de pourrir les commentaires. L’intox imbécile mille fois rabâchée, il l’a bien comprise. Il l’a répète. Au service de qui ?

Monsieur Jack ne sait pas mais il explique aux autres. Il sait bien lui, que les autres sont des criminels. Pas lui ! Son curé lui a dit !

Les grandes impostures :
Les seules à ne pas savoir sont toujours : « Les journalistes, les politiques, les enseignants et les curés ».

CONQUISTADOR SPACE (La conquête spatiale)
La connerie humaine est la seule approche que l’on peut avoir de l’infini.
http://conquistador-space.over-blog.fr/

Le 9/11
Une opération menée par l’armée américaine
http://mondehypocrite501.hautetfort.com/

Sida, un petit mensonge (Le complot des blouses blanches et des soutanes)
http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/31/sida-un-petit-mensonge.html

La loi 1905 (France) La première grande imposture du 20 ième siècle.
http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2008/05/06/moralistes-par-devant-sans-scrupule-par-derriere.html



182.Posté par Mr. Jack le 28/01/2012 20:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vraiment on sent que vous n'êtes pas très honnête, cher auteur d'article, puisque vous venez de supprimer mon commentaire précédent qui vous mettait en garde sur la criminalité de votre publication.

Je suppose que ce message ci sera aussi supprimé, mais notez tout de même qu'il est irresponsable de la part de quelqu'un qui ne sait pas de quoi il parle d'aborder un sujet SI grave et si dangereux pour la santé d'autrui que celui du VIH.

Certaines personnes n'ont pas l'esprit critique et gobent tout ce qu'elles voient sur la toile, pour preuve, quelqu'un a même demandé conseil ici même a vous autres théoricien du VIH s'il ou elle devait arrêter son traitement préventif.

La portée de vos propos est très dangereuse, les conséquence de cette désinformation peuvent être vraiment grave si par hasard il s'avère que vous ayez tort. Repensez bien à tout cela, à tout ces gens à qui ont a du mal a faire comprendre que mettre une capote pourrait leur sauver la vie.
Votre article est une excellente propagande contre la protection de sa propre santé et de celle de ses partenaires.


Je répète, il est IRRESPONSABLE, IMMORAL d'aborder un tel sujet quand on ne sait absolument pas de quoi on parle.


Bien à vous cher bloggeur a la langue de bois qui ne supportez pas que l'on ne soit pas d'accord avec lui et que EN PLUS on en ait les arguments.

181.Posté par Mr Jack le 28/01/2012 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous avez peut-être raison ( ce dont je doute mais la n'est pas la question ) mais si vous avez tort cet article et ce livre possèdent alors un caractère meurtrier à tout épreuve.
De plus ici aucun preuve réelle n'est avancé, je n'y trouve qu'affabulation et faux arguments plutôt creux.

VIH ou pas, il y a tout de même des millions de gens qui doivent se demander de quoi ils sont mort, si ce n'est pas de ça. Parce que si ce sont les médicaments et le mode de vie qui tuent, comment expliquer que des gens qui ne se droguent pas n'ont pas accès aux médicaments meurent bizarrement de ce qu'on appelle le VIH si celui ci n'existe pas, après une exposition accidentelle à ce dernier.


Il vaut mieux pour votre vie parier qu'il existe, que de parier qu'il n'existe pas, c'est franchement plus rentable.

180.Posté par SimonT le 21/11/2011 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je viens de voir à la télé, un de ces documentaires criminels comme il en fleurit beaucoup sur la TNT

Un documentaire très intéressant sur un tueur en série, arrêté et emprisonné. Et c'est là qu'on apprend qu'il "a le sida", en fait il est déclaré "séropositif".
Et bien entendu, en prison, on le "soigne", c'est à dire qu'on lui donne certainement la fameuse tri-thérapie, qui contient de l'AZT, d'après ce qu'on m'a expliqué.

Le type est condamné à la prison à vie. Et on constate qu'il dépérit, proche de la mort. On l'autorise alors à finir ses jours hors de la prison. Par contre, s'il va mieux, il devra retourner en prison

Et que nous explique le documentaire : une fois dehors, il a une vie sociale normale, se fait des amis dans le village où il habite. Et surtout sa santé redevient éclatante ! Et c'est un dilemme pour lui, car il va devoir retourner en prison

Du côté des autorités, on suit, bien évidemment, le bonhomme, et l'on est très étonné que celui-ci retrouve la santé. Et c'est là qu'on entend une réflexion surréaliste dans le documentaires : "Il ne prend plus ses médicaments...". Comme pour expliquer son retour à la santé...

Conclusion : il parait évident que les "malades du sida" meurent plus des médicaments qu'on leur ordonne d'ingurgiter que d'un soi-disant virus qui n'a jamais été véritablement isolé à partir d'un seul malade du sida.

Que l'AZT, qu'on continue à donner actuellement, d'après ce qu'on m'en a dit, était donné autrefois aux malades du cancer, avant qu'on ne le retire pour ses effets secondaires désastreux. Et que ce "médicament" est certainement responsable de la mort de nombreuses personnes déclarées à tort "malades du sida".

Et que pour celles et eux que cela intéresse, Rock Hudson, l'acteur homosexuel dont on s'est servi pour promouvoir l'idée de l'existence du VIH, n'est pas mort du sida, mais d'un cancer de la peau appelé Sarcome de Kaposi, maladie de la peau due à une absorption trop abondante de popper dans le milieu homosexuel de San Francisco dans les années 80 pour mieux s'envoyer en l'air, et qui ravage le visage, comme on a pu le constater avec Rock Hudson.






179.Posté par xray le 21/11/2011 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


La science est une religion esclavagiste de remplacement (Autrefois les miracles étaient l’œuvre des Saints, aujourd’hui ils sont l’apanage des scientifiques.)
Mais, les miracles d’aujourd’hui s’accompagnent toujours du même cortège d’illusions, de supercheries, de mensonges, d’offrandes, de sacrifices, de répressions qu’autrefois.


Êtres séropositif ne veut rien dire.

Le Sida n’est pas une affaire médicale mais une affaire politico-religieuse.

On ne parviendra jamais à imaginer le nombre de gens qui se sont pourri l’existence (Et qui ont pourri l’existence des autres) à cause de ces virus de curés.

Sida, un petit mensonge




178.Posté par Moggy le 30/09/2011 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah, tiens, mon précédent commentaire n'est plus là...

Bon, je refais une tentative : S'il y a la moindre chance que vous vous soyez trompés, votre démarche est criminelle. Il vaut mieux tuer notre espoir de survie que tuer les gens avec qui nous faisons l'amour.

(J'espère que le "mystérieux bug" qui a effacé mon message précédent autorisera celui-ci à rester affiché. ça me semble la moindre des choses sur un site de libre-penseurs, non ?)

177.Posté par Simon95 le 21/09/2011 08:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Déjà parler de "maladie", en ce qui concerne le sida, prouve qu'on n'a rien compris à l'histoire...

176.Posté par xray le 21/09/2011 07:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Comment discuter avec un pareil crétin ? Puisqu'il suffit qu'un chanteur soit mort pour qu'il ai raison.


LES GRANDES IMPOSTURES

CONQUISTADOR SPACE (La conquête spatiale)
La connerie humaine est la seule approche que l’on peut avoir de l’infini.
http://conquistador-space.over-blog.fr/

Le 9/11
Une opération menée par l’armée américaine
http://mondehypocrite501.hautetfort.com/

Sida, un petit mensonge (Le complot des blouses blanches et des soutanes)
http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/31/sida-un-petit-mensonge.html



175.Posté par SimonT le 01/09/2011 01:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@InVino

Se faire morigéner par un analphabète dans votre genre, cela prête à sourire.

J'adore la phrase : "des milliers d'articles remplies (sic) de preuves irréfutables rédigés par de vrais médecins". Le jour où les médecins seront capables de recherche scientifique n'est pas encore venu. Des biologistes certes, comme le Pr Beljanski, ou des virologues comme Étienne de Harven ou le Dr Peter Duesberg, professeur de biologie moléculaire à l'université de Berkeley, sont capables de fournir des productions scientifiques. Mais des médecins...

Vous parlez de ce que vous n'avez pas lu. Car quand on lit le livre d'Étienne de Harven, la supercherie est évidente : absence de protocole pour isoler le virus, le sida la première maladie administrative, comment les premiers soi-disant malades du sida n'avaient en fait qu'un cancer, etc...

L'atroce vérité : des virologues ont inventé le SIDA pour se survivre :
http://www.sidasante.com/journal/verite.htm


174.Posté par InVino le 31/08/2011 22:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sources non-médicales (aucun article, rien, juste des liens vers des sites douteux), à part ce fameux Dr Etienne de Harven, arguments basés sur des anecdotes (et non sur des preuves), et j'en passe et des meilleures...

Pour les incultes, direction pubmed, des milliers d'articles remplies de preuves irréfutables rédigés par de vrais médecins (oui, c'est compliqué, y a des chiffres et c'est écrit en anglais, mais c'est ça, la recherche).

Quand au gens qui prennent la liberté de relayer de telles tissus de conneries pour faire du sensationnalisme/jouer les petits rebelles, j'espère que les gens qui vous écouteront et ignoreront les risques viendront vous demander de prendre vos responsabilités en temps voulu.

Bien à vous.

173.Posté par xray le 25/08/2011 20:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Êtres séropositif ne veut rien dire.

Le Sida n’est pas une affaire médicale mais une affaire politico-religieuse.

On ne parviendra jamais à imaginer le nombre de gens qui se sont pourri l’existence (Et qui ont pourri l’existence des autres) à cause de ces virus de curés.

Il faut vraiment être le dernier des crétins pour accepter de se laisser manipuler par quelque chose qui n’existe pas.

Sida, un petit mensonge (Le complot des blouses blanches et des soutanes)




172.Posté par SimonT le 25/08/2011 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Dylan

Sur un site où on t'explique que les tests de séroposivité n'ont aucune valeur scientifique, puisque basés à partir de protéines attribuées à un virus qui n'a jamais été isolé, selon Etienne de Harven, tu demandes s'il faut continuer à prendre les médocs de la médecine officielle ?

Je crois que tu n'as pas bien lu de quoi on parle ici...


171.Posté par Dylan le 25/08/2011 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hello,

Je veux faire part d'un fait qui m'est arrivé il y a 2 semaines.

Je suis un homme hétérosexuel et j'ai eu un rapport sexuel (pénétration vaginale) avec une escort girl dont la sérologie est inconnue.
Malheureusement, il a eu rupture de préservatif.

J'ai pris dans les 2 jours une PEP (Prophylaxie post-exposition). Je la supporte bien maintenant et j'espère que ça va continuer encore pendant les 2 semaines restantes.

Mais, je me rends compte qu'il peut y avoir des effets secondaires à long termes (oncologie, tératogène, cholestérol, diabète, foie, reins, hépatite, etc).

Quelqu'un pourrait-il me dire si je devrais continuer le traitement ou l'arrêter?
Ai-je pris un grand risque? Puis-je avoir été contaminé par le HIV de la sorte.

Merci de vos prompts réponses. Je dois faire vite.

Dylan

170.Posté par SimonT le 16/08/2011 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Face à la désinformation qui commence à sévir ici, un petit rappel sur les produits Beljanski.

Le Pr Beljanski , biologiste, donc l'équivalent de Pasteur, a étudié dans les locaux de l'institut Pasteur l'influence de certains alcaloïdes extraits de plantes sur des cellules cancéreuses, dont le fameux Pao-Pereira.

Je me suis posé longtemps la question : "Mais comment a-t-il fait pour trouver ces plantes ?". Jusqu'à ce que je trouve la réponse dans un vieux livre : ces plantes sont connues depuis le début du 20ème siècle pour leurs actions anti-cancéreuses. Beljanski n'a fait qu'étudier scientifiquement ce que les gens utilisaient de façon empirique depuis des siècles.

Il a d'abord travaillé sur le cancer des plantes, qui elles aussi peuvent être atteintes de cancer. Quand on déverse une solution de Pao Pereira sur une cellule cancéreuse, donc déformée, on peut voir au microscope qu'elle redevient normale.

En conclusion : Beljanski n'a rien inventé. Il n'a fait qu'étudier scientifiquement des plantes, dont le Rauwolfia et le Pao Pereira, dont les actions diffèrent en fonction de chaque cancer. Le Pao Pereira traverse la barrière méningée, ce que ne fait pas le Rawolfia, qui lui sera plus utilisé dans le cancer de la prostate, par exemple.

Beljanski a publié ses recherches dans les plus grandes revues scientifiques, avant de faire l'objet d'attaques de la part de lobbies qui ont des intérêts financiers : soigner un malade du cancer à l'hôpital coûte à la société (mais rapporte à d'autres) 1500€ ... par jour. Une gélule Beljanski ne coute que 1euro et il n'en faut que 8 par jour pour une personne de 80 Kg. Comme on le voit, il n'y a pas photo...

On rappelle tout de même que Mitterrand a utilisé les gélules Beljanski pour traiter son cancer de la prostate, des gélules que Beljanski a mis au point spécialement pour lui, plus dosées que pour le malade moyen. Quand il partait en voyage officiel, Mitterrand emmenait une valise entière de gélules Beljanski.
Cela a été révélé par son médecin, le fameux Dr Gubler.

Mitterrand aurait pu révéler à la face du monde comment ces produits lui avaient redonné bonne figure, alors qu'il commençait à être ravagé par la maladie. Mais il a préféré garder le secret pour lui. Rien d'étonnant de la part de ce personnage.

Rappelons pour finir, que l'alimentation est la clé de voute pour se soigner. J'avais appelé un jour une personne qui utilisait les produits Beljanski. Je suis tombé sur son mari et je lui ai demandé : "Est-ce que cela marche pour votre femme ?". Il m'avait répondu : "Ouais. Mais cela ne donne pas tout à fait les résultats escomptés". Très étonné, je lui demande alors : "Mais est-ce que votre femme fait un régime ?". Et c'est alors que j'ai reçu cette réponse hallucinante : "Ma femme a un cancer, vous ne croyez pas non plus, qu'en plus, elle va faire un régime !..."

Faire un régime, et surtout s'alcaliniser est absolument obligatoire pour empêcher les cellules cancéreuses de se développer. Il y a toute une littérature sur le net. Taper "équilibre acido-basique" pour trouver les aliments qui alcalinisent ou non. Prendre aussi des citrates alcalins.

David Servan-Schreiber vient de nous quitter. Son livre sur le cancer donne des aliments anti-cancer qui ont fait leur preuve. Cependant, dans son livre, il ne parlait pas de la notion d'acido-basique. Et ne l'a certainement pas appliqué à lui-même.

Lire le livre du Docteur Philippe-Gaston BESSON sur le sujet, surtout la 2ème partie plus compréhensible.




169.Posté par Arthur Gohin le 03/06/2011 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Shyroki
Vous commencez à etre étrangement étonnant.

Le fait que l'on peut vivre très longtemps infecté par le HIV sans que la maladie ne se déclare est annoncé partout dans les publication officielles. Grand public certes, mais tout de meme; c'est meme l'argument central pour pratiquer le test de séro positivité. Ceci, comme il a été fait remarqué, n'est pas du tout courant dans les infections virales ou autres.

Vous m'étonnez aussi pour un chercheur. Assistant ingénieur certes, mais tout de meme.
Henri Boiteux, qui a travaillé 11 ans au CNRS sur le cancer en tant que directeur de recherche, et qui a été guéri du cancer de la prostate par la méthode Beljanski, estime que celui-ci mérite 4 prix nobel. Et vous exigez de moi que je vous fournisse les références de Beljanski? Vous n'avez pas la curiosité d'aller voir par vous meme? Etes vous sincèrement inconscient de cette histoire? 150 publications c'est bien trop pour que je choisisse (et de plus mes documents sont en France) .
Je vous ai expliqué qu'il y a une omerta dans le corps médical français sur l'affaire. Bien des médecins se soignent eux et leurs tout proches avec Beljanski et n'en parlent pas à leurs patients de peur de très graves ennuis (j'en connais un très proche). Etes-vous sincèrement surpris de ne pas trouver d'opinion officielle favorable?

Il va vous falloir travailler cher monsieur si vous voulez etre éclairé sur l'affaire.
"Il faudrait éplucher la littérature scientifique pour comprendre pourquoi son produit est jugé inefficace et dangereux par l'ANRS ? " dites-vous? J'ai correspondu quelques temps avec le directeur de la ligue contre le cancer; il n'a jamais été capable de me fournir un fait ou une étude pour étayer son scepticisme sur Beljanski, et de plus quand j'ai montré que je ne suis pas novice en la matière, il a changé de ton et rapidement terminé la correspondence.
Le CIRIS est l'association française qui s'occupe de faire connaitre les travaux et les médicaments Beljanski.
Inutile de vous répéter que je me ris de la dénomination "complément alimentaire" pour des fragments d'ARN, et des extraits complexes d'alcaloides végétaux. Complexes parce que les imitations marchent mal voire peuvent nuire . Vous n'etes pas un crétin, n'est-ce pas? Veuillez comprendre que cette dénomination est imposée par les lobbies.
Ce qui sont réellement des compléments alimentaires sont les suppléments d'oligo éléments qui font partie de la thérapie Beljanski laquelle controle, en plus et en moins, le bilan oligo éléments du corps humain.

Bon travail et à bientot. Veuillez ne parler qu'en homme averti.


168.Posté par xray le 02/06/2011 14:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Les produits BELJANSKI

Face à un poison absolu, un simple placebo fait des miracles.
C’est la raison pour laquelle, face à l’AZT, les produits Beljanski font des miracles.

Beljanski avait la possibilité de sauver davantage de personnes. Mais, il aurait gagné beaucoup moins.

J’ai assisté aux procès Beljanski à Créteil puis à Paris.
Pour « les Beljanski », l’équation était simple :
- soit on se défend, on gagne et on est ruiné ;
- soit on ne se défend pas, on perd, on paie l’amende et on continu le business ailleurs.

(Le Sida n’est pas une affaire médicale.)

Affaire Beljanski
http://levirusmachin.hautetfort.com/archive/2010/04/09/affaire-beljanski.html



167.Posté par shyroki le 02/06/2011 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

citer :
selon les test de séro positivité, le virus VIH est bel et bien présent de façon inoffensive pendant des décenies chez certains patients


Ca serait bien que tu donne un article scientifique, avec une étude pour soutenir cet argument, car je ne le comprend pas ?
Je sais qu'un très faible pourcentage de caucasien sont naturellement immunisé contre le HIV, il ne peut pas rentrer dans leur cellule pour les infecter, on peut donc retrouver les anti-corp anti-HIV chez des patient sein, mais on ne peu pas retrouver le virus ???

Wikipédia ne fait pas beaucoup d'éloge à Mirko Beljanski
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mirko_Beljanski

Visiblement ce produit PB100 est vendu comme "complément alimentaire" et non comme un médicament, ailleur qu'en france.
Il faudrait éplucher la littérature scientifique pour comprendre pourquoi son produit est jugé inefficace et dangereux par l'ANRS ?

Si il est dans le vrai, il faudrait fournir plus de preuve pour qu'une AMM lui soit accordé.

166.Posté par xray le 02/06/2011 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Les produits BELJANSKI

Face à un poison absolu, un simple placebo fait des miracles.
C’est la raison pour laquelle, face à l’AZT, les produits Beljanski font des miracles.

Beljanski pouvait sauver davantage de personnes. Mais, il aurait gagné moins.

Affaire Beljanski
http://levirusmachin.hautetfort.com/archive/2010/04/09/affaire-beljanski.html



165.Posté par Arthur Gohin le 02/06/2011 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les produits beljanski sont autorisés presque partout dans le monde sauf en France, et considérés comme médicaments vu leur efficacité. Aux extraits de Pao Pereira ginko biloba et autres il faut ajouter les fragment d'ARN.
L'institut pasteur ne veut pas reconnaitre Beljanski car ce serait reconnaitre une attitude scandaleuse et criminelle de sa part.
Je rapelle aussi à Chiroky que, selon les test de séro positivité, le virus VIH est bel et bien présent de façon inoffensive pendant des décenies chez certains patients. Ce test n'est pas fiable à 100%. en conséquence il se peut que d'autres virus soient cachés de meme.

164.Posté par shyroki le 01/06/2011 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Arthru Gohin

Je dois avouer que pour une fois une réponse apporte quelques arguments.
Comme je l'ai déjà dit, je suis mal placé pour répondre à ce qui est dit, je ne suis qu'un humble technicien et qui travail sur autre chose en se moment, mais j'ai déjà travaillé quelques mois sur le HIV et c'est un virus bien concret. Des médecins ne vous répondrons jamais, certaine affirmation ici sont sans le moindre fondement et ne mérite pas vraiment d’être répondu.

Nos connaissances actuel sur le system immunitaire me permette de te répondre que non, nous n'avons pas de virus présents dans notre sang. Si des virus "non pathogène" et qui peuvent se propager existait, il demande encore a être découvert ainsi que leur rôle, ce type de micro organisme ne serait pas appelé des virus.
Le HIV par son mécanisme est un virus pathogène pour l'homme.

L'article que je donne date des années 90 soit près de 20ans, ils n'avaient que pour but de vous donner le protocole d'isolation du HIV et pas de n'importe qu'elle autre virus, çela soulève bien sur d'autre questions que d'autre article répondes, suffi de chercher. (Les 40% c'était à l'époque )

L'article (et pas juste le résumer), vous donne le protocole exacte et comment il a était mit au point, si vous en avez les moyens absolument rien ne vous empêche de reproduire ces expériences par vous même, avec des test négatif de patient sein (et oui ils l'ont fait :P)

Simon95, le HIV après infection se cache au milieu de notre ADN, il a besoin d'une "activation" pour se propager, in-vitro il a fallut mettre au point cette activation artificiellement, ce que d'autre virus n'exige pas.
Cependant chaque virus a besoin d'un protocole qui lui est propre pour le cultiver in-vitro, de plus rare sont les virus autre que le HIV qui infecte les PBMC (globule blanc).

Voila une phrase intéressante de la part de Arthru, "le HIV n'en est peut-etre qu'un cofacteur ou meme qu'un symptome"
Pour le coté symptomatique, ce n'est pas le cas car en diminuant le HIV, on diminue la maladie, mais existe-il des cofacteur ? ça c'est une question intéressante, qui mérite des recherches et qui comme souvent en recherche peuvent ne pas aboutir.

Pour le test du wester blot je vais donc rerépondre :
Je ne sais pas combien de protéines du virus sont cherché pendant le test ?
Mais lors de ce test un patient possédant le HIV aura toute les bandes positive dans la majorité des cas.
Et un patient ne possédant pas le HIV aura toute les bandes négative dans la majorité des cas.
Mais la biologie est loin d’être aussi simple et donc certain patient possédant le HIV peuvent avoir un HIV qui a muté et 1 bandes peut être négative (c'est rare)
Ainsi qu'un patient ne possédant pas le virus peu avoir un sérum hyper sensible et faire apparaitre 1 bande positive (c'est rare)

Voila ça c'est la réalité, afin de combler le problème de savoir si c'est un patient qui a sérum hyper actif, ou un patient possédant le HIV, il a donc était décidé de rechercher plusieurs protéines, si il l'ait a presque toutes, il a le HIV, si il en a presque aucune il ne la pas.
Les différents pays ne sont pas d'accord sur cette notion de "plusieurs", mais ça ne change rien au test.

Seulement voila et si c'est entre les deux ? certain serait positif dans un pays et négatif dans un autre ?
En tant que technicien je vous répondrait que ça n'arrive jamais et même dans cette éventualité infime, ça soulèverai des questions et on ne lâcherait pas le patient comme ça.

Simon95, il n'y a pas de brevet pour les tests HIV, rien ne t’empêche d’ailleurs de fabriquer ton propre test, c'est assez courant en recherche, il suffit d'injecter une protéine purifier du HIV à un animal pour en récupérer les AC. Mais bon dur de te convaincre car tu ne croit pas en l’existence du HIV.

Je ne me suis pas penché sur le travail de Mirko Beljanski, mais rien ne vous empêche de lire ses articles sur pubmed. Cependant je sais qu'une AMM n'est pas donné comme ça et peut être que son travail a manqué de soutien financier ?

163.Posté par Simon95 le 01/06/2011 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Arthru Gohin

Les produits mis au point par Beljanski ne sont pas des "médicaments". Pour cela, il faudrait qu'ils aient reçu l'AMM, chose que le milieu médical a toujours refusé.

Les produits Beljanski sont été développés à partir d'alcaloïdes connus pour leurs propriétés anti-cancer depuis le début du XXème siècle, mais non étudiés scientifiquement. Ce qu'a fait Mirko Beljanski à l'institut Pasteur.

Il a travaillé d'abord sur le cancer des plantes, et s'est aperçu qu'en déversant une solution de ces alcaloïdes, la cellule cancéreuse qui avait tendance à se déformer retrouvait sa forme normale.
Puis il a travaillé sur les virus à ARN, virus dont ferait partie le VIH, sans avoir vraiment étudié ce dernier. Et pour cause...

Au sujet du sida, on peut faire remarquer que ce n'est pas une maladie en soi, mais un syndrome donc un ensemble de maladies qui se développent à cause de la déficience de l'immunité.

Donc pas besoin de virus pour cela. Les drogués qui se déversent dans le sang des tas de saloperies chimiques n'ont pas besoin de VIH pour voir leur système immunitaire chuter. Le corps n'était pas fait à l'origine pour être gavé de substances chimiques.
De même pour les transfusés en permanence. Le corps est-fait pour qu'on change le sang en permanence ? Non.

En Afrique, on nous assène qu'il y a une épidémie du sida. Ce qui est encore faux puisque le sida n'est pas une maladie. Ce sont les tests qui détermineraient cela. Risible, quand on sait que ces tests sont basés sur la présence d'anticorps dans le sang et que l'on sait que les gens de race noire ont plus d'anticorps que les autres. Mais bon, cela fait travailler le commerce.

Au fait, qui possède les brevets des tests de séropositivité ? Devinez...





162.Posté par Arthru Gohin le 01/06/2011 09:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Shyroki

L'article dont vous conseillez la lecture indique que moins de 40% des laboratoires pouvaient toujours trouver le virus du sida à partir du sang de patients malades de cette maladie. Et que en uniformisant la méthode la situation doit pouvoir s'améliorer.
Donc un virus existe bel et bien chez les sidéens. L'ennui c'est qu'il n'est pas bien défini: c'est semble-t-il une famille aux contours indéfinis et changeants dans le temps. Or n'avons nous pas toujours des virus présents dans notre sang, sans qu'ils soient bien genants pour autant? Les 40% de laboratoires efficaces ont-ils fait des essais sur des non malades du sida? Je parie que non. N'oubliez pas que comme par hasard bien des séro positifs ne développent pas de sida. Ou tellement plus tard que le lien de cause à effet est plus que discutable.

Ainsi donc la présence de ce virus ne prouve pas qu'il soit responsable de la maladie, il n'en est peut-etre qu'un cofacteur ou meme qu'un symptome. Et vous avouez vous meme qu'il n'y a pas de protocole qui puisse le prouver.
Vous avez vu l'action de ce virus sur une cellule. Bien. Mais il y a tout un monde entre une cellule isolée et une cellule au sein du corps humain infiniment plus complexe et qui, comme chacun sait, est doué de sentiments. (Mon point de vue personnel est que c'est l'ame humaine qui est douée d'un corps).

Point indépendant, le test de séropositivité. Si une bande suffit réellement, pourquoi en faire 2, 4,5 ? Parce ce test n'est pas fiable, on vous demande de l'avouer clairement. Il n'est pas fiable certainement entre autres raisons parce que le virus du sida est mal défini et variable.

Enfin puisque vous etes dans le milieu et que vous faite l'effort d'écrire ici, je vous suggère un autre effort capital à mon sens. Mettez vous au courant des médicaments mis au point par Mirko Beljanski pour le sida entre autres, moins chers et non toxiques. La persécution qu'il a subit toute sa vie de génie de par le corps médical ne porte pas à la confiance en ce corps médical. CNRS compris. Entre crapulerie et incompétence, ils ne savent pas bien ou ils en sont.
Si vous vous savez ou vous en etes, je lirai avec intéret votre réponse.

161.Posté par Simon95 le 01/06/2011 08:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@shyroki

Effectivement, on peut tout à fait isoler un virus classique à partir d'un patient. Mais ici, on parle du VIH, un virus qui n'a jamais subi les différentes étapes que nécessite un protocole particulier.

Et pour l'isoler à partir d'un patient, encore faut-il que le virus existe...

Il faut lire le livre.


160.Posté par shyroki le 01/06/2011 01:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je me suis un peu penché sur cette histoire d'isolation, car je ne comprenais pas pourquoi, vous prétendez qu'on ne pouvait pas isoler le virus ?

J'ai trouvé cet article sur pubmed :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1629336

Comme je le pensais, on peu tout à fait isoler le virus d'un patient, c'est juste compliqué à faire et un programme d'assurance de la qualité a due être mit en place dans les années 90 pour que différents laboratoires puissent mieux l'isoler.
Les arguments mit en avant ici sur l'isolation sont historique et s'attaque à la première isolation du virus en faisant abstraction aux suivantes.

Cet article scientifique est écrit en anglais dans un bon orthographe, il date de 1992, je vous invite a éplucher d'autre article sur pubmed, le point 2 vous le conseil, ce n'est pas si long que ça et on trouve
Ca vous permettra d'y voir plus claire sur la toxicité et efficacité de l'AZT par exemple.

Simon95 je te conseil de chercher des images de microscopie électronique du virus

En science un argument est vrai jusqu’à preuve du contraire, ce n'est pas le cas de la religion mon chère xray alias Bernard Monnier (au faite il manque la zone 51 et l'affaire JFK sur ton blog ^^)

1 2 3 4 5
Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires