Palestine occupée

Leila Mazboudi (rédactrice en chef de la télévision Al Manar) : 'Ca fait 60 ans qu’Israël dépasse les bornes'


Dans la même rubrique:
< >


Chris Den Hond, Mireille Court et Nicolas Qualander
Mercredi 26 Septembre 2007

Leila Mazboudi
Leila Mazboudi

Interview de Leila Mazboudi, rédactrice en chef de la télévision Al Manar

Leila Mazboudi est rédactrice en chef à la télévision Al Manar, la télé du Hezbollah. Elle a grandi en France, mais a fini ses études de journalisme au Liban. La télévision Al Manar a été une des premières cibles de l’armée israélienne pendant la guerre de 33 jours en 2006. Mais il n’y a pas que l’Etat d’Israël qui vise la très populaire Al Manar, considérée comme une arme de propagande qui dérange Israël. Le CSA en France a retiré la licence d’Al Manar. L’interview nous a été accordée dans le quartier populaire chiite au sud de Beyrouth.

Est-il facile de travailler dans le mouvement islamiste en tant que femme ?

J’ai commencé mon travail de journaliste en 1986 pour un magazine. En 1987, ils m’ont donné le poste de directeur du département culturel du magazine. Quand une femme a des compétences, on lui accorde le poste qui lui convient. Ce n’est pas compliqué. Ce n’est pas non plus un miracle d’être rédactrice en chef à la télévision Al Manar, qui est la télévision du Hezbollah. En 1987, j’étais déjà directrice du département culturel d’un magazine. Ce n’est pas maintenant qu’on désigne des rédactrices en chef. Cela a été le cas dès le début, pendant les années 80. Il y a des femmes partout au Hezbollah. Quand elles sont compétentes, elles obtiennent des postes. C’est une question de compétence et pas de sexe féminin-masculin ou mâle-femelle. Ca fait 30 ans qu’on nous pose la même question. Ca fait 30 ans qu’on donne les mêmes réponses. Pourquoi ne veut-on pas nous croire ? L’acquisition des droits est un processus qui ne se termine jamais, aussi bien pour les femmes musulmanes que pour les femmes dans les sociétés laïques. Ce processus est en pleine évolution et nous sommes comme tout le monde.

Au départ, je vivais en France, je suis venue au Liban dans les années 80, je ne connaissais pas bien l’Islam non plus. Je n’avais pas une culture musulmane. Ma mère a 70 ans, elle n’a jamais été voilée. Mon père n’est pas pratiquant non plus. Je n’ai pas vécu dans un milieu pratiquant. Je suis venue au Liban et j’ai fait la connaissance de ceux qui ont fondé le Hezbollah au début des années 80, tout ceux qui sont actuellement à la direction du Hezbollah. Ce que j’aime bien justement dans l’école chiite, c’est ce rôle accordée à la femme, qui est beaucoup plus important que dans les écoles sunnites.

Quelle est l’influence de la révolution iranienne en 1979 sur le Hezbollah ?

Dans les années 80, la révolution iranienne a joué un rôle très important, même dans la création du Hezbollah. La révolution iranienne est une révolution chiite, le Hezbollah aussi est un parti chiite, donc bien sûr il y a eu une influence iranienne, mais actuellement la relation est beaucoup plus indépendante. Aujourd’hui il y a moins de dépendance qu’au début des années 80.

Y avait-il des raisons de bombarder la télé Al Manar ou de retirer sa licence ?

Le fait d’avoir interdit Al Manar c’est vraiment une arnaque, parce que justement il y avait un accord et la direction d’Al Manar était prête à procéder à certains changements. Elle avait déjà commencé, mais on ne lui a pas donné le temps. Dans une des éditions, on avait dit qu’Israël commettait des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité et c’est à cause de cela que la licence a été retirée par la CSA français. C’est la 2ème raison. La 1ère raison, c’est l’histoire de ce feuilleton sur la diaspora. La direction d’Al Manar a reconnu qu’il y avait eu une erreur. Mais c’est ensuite, quand un présentateur de l’émission en français a dit qu’Israël commettait des crimes contre l’humanité, que notre licence a été retirée. Ca se sent qu’il y a eu des pressions, parce qu’il y avait un accord entre la direction d’Al Manar et Dominique Baudis, le directeur du CSA. On avait entamé certains changements conformément à l’accord conclu entre Al Manar et la CSA. On ne nous a pas laissé faire. Le Ministre israélien des affaires étrangères, Sylvan Shalom, a même déclaré : "C’est grâce à notre pression qu’Al Manar a été interdite en France". On se demande vraiment quel est le rôle de la France. On a l’impression que les organisations pro sionistes travaillent vraiment à partir de la France. C’est ça la liberté d’expression ?

Quelle est la fonction de filmer les combats du Hezbollah ?

Au début, quand Al Manar a été créé, les programmes les plus importants ont été justement ces films de combat, filmés au coeur de la bataille. Ils portent la preuve à notre public, à l’opinion publique libanaise que notre résistance est en train de se battre et qu’ils sont en train de vaincre, en train de frapper les positions de l’ennemi. Comme nous suivons en détail les télévisions israéliennes, eux aussi nous suivent de près. Surtout dans les années 90, il y avait presque toutes les semaines des batailles et des opérations. Filmer les combats permet de contourner la censure dans la presse ou télévision israélienne.

Il y a beaucoup de programmes sur les martyrs avant qu’ils meurent, qui montrent leur vie, qui montrent que ce sont des gens normaux, qui sont gentils, parfois très gais, qui aiment plaisanter et blaguer. Ce sont vraiment des héros. Chacun d’entre eux, c’est une histoire. Une des histoires qui m’a vraiment le plus touchée, c’est l’histoire d’un jeune qui a toujours voulu combattre les Israéliens. Pour sa mère, c’était très difficile. Il est allé combattre contre son gré. Pendant la bataille, il a été très grièvement blessé à la jambe. On a dû lui faire une opération chirurgicale. On voulait lui amputer la jambe, mais il a refusé catégoriquement d’avoir la jambe amputée. On a donc tout fait pour sauver sa jambe et quand - après beaucoup de souffrances - sa jambe a été plus ou moins remise en état, il est reparti à la bataille. Il est reparti avec une jambe boiteuse. En général, ce sont les jambes qui portent le corps, mais chez lui, c’était son corps qui portait ses jambes et il est reparti. Vraiment, il y a des histoires qui sont très émouvantes, très fortes.

As-tu d’autres souvenirs forts de la dernière guerre ?

Vous savez les derniers souvenirs, les plus forts, c’est vraiment ceux du jour de la fin des hostilités. Ma copine et moi, nous sommes allées directement dans la banlieue sud de Beyrouth où étaient situés les quartiers généraux du Hezbollah et aussi les studios d’Al Manar. Moi je n’ai pas pu parler pendant deux heures. On a fait tout le tour du sud de Beyrouth, on est rentré dedans, c’était horrible. Tout le coeur du quartier sud de Beyrouth a été détruit. Il n’y avait plus rien. Au début j’avais le sentiment que j’avais perdu la mémoire, je n’avais plus de souvenir de ce qu’il y avait avant : les magasins, les boutiques, l’épicerie, tout le quartier qui entourait Al Manar a été complètement rasé. J’avais perdu tous les repères. Là on sent que c’est trop, vraiment trop. Là on sent qu’il y a une limite à la guerre. Les Israéliens ont passé toutes les limites pendant la dernière guerre. En 1982 ou en 1996, quand on était face à face, cela restait quelque part humain, mais là, ce n’était plus humain, c’était la volonté d’éliminer l’autre. La dernière guerre n’était pas une guerre contre le Hezbollah, c’était une guerre contre les civils et 90% des victimes sont des civils, beaucoup de femmes et d’enfants. Vraiment il faut aller voir les rescapés, ceux et celles qui ont perdu toute leur famille, des familles entières qui ont été éradiquées. Le premier jour de la guerre par exemple, c’est la famille d’un cheikh avec ses 9 enfants et sa femme qui ont été tous tués. Leur maison s’est écrasée sur leur tête. Il y a cette histoire d’une femme qui a essayé de fuir avec ses enfants. Les Israéliens ont frappé sa voiture.

Vraiment, les Israéliens, tu sais, pendant cette guerre-là, je suis arrivée à cette conviction qu’on ne peut plus vivre avec eux. On ne peut pas vivre avec des gens qui éliminent les autres, qui éliminent leur voisin comme ça. Cela montre qu’ils ne peuvent pas appartenir à cette région. Ils ne peuvent pas ! Cela fait 60 ans qu’ils essaient de s’imposer par la force, ils s’y sont très mal pris. Dés le début, à la création d’Israël, Moshé Dayan l’a dit : "Il faut qu’on s’impose par la force, parce que les autres nous refusent." On le sent toujours, ils sont prêts à éliminer tout leur entourage pour pouvoir rester. Ils ont vraiment passé les bornes. Ca fait 60 ans qu’ils dépassent les bornes. Ca fait 60 ans qu’il y a tout un peuple, le peuple palestinien dont l’histoire, la géographie ont été volées et la citoyenneté usurpée, un droit pourtant fondamental.

Il faut qu’ils prennent en considération ce que nous voulons, ce que les populations autour veulent, les Syriens, les Libanais, nous sommes tous concernés par ce conflit. Les Français, les Belges, les Suisses, tous ont le droit de venir pour préconiser des solutions, tandis que nous, les Syriens et les Libanais, n’avons pas voix au chapitre. Aucune solution ne passera sans notre acceptation. Ce que nous soutenons, c’est qu’il y ait un Etat qui rassemble tout le monde. Je pense que c’est compatible avec la laïcité, avec l’Islam, avec la chrétienté, avec tout le monde. L’Etat juif par contre, je suis désolée, ce n’est pas une terre sans peuple, il y avait une terre avec un peuple, avec une histoire et les sionistes doivent corriger l’erreur qu’ils ont commise il y a 60 ans.

Est-ce que la gauche et le mouvement islamiste peuvent travailler ensemble ?

Ca m’a fait plaisir cette rencontre de soutien à la résistance en Irak, en Palestine et au Liban. Cette conférence internationale s’est tenue à Beyrouth en novembre 2006. Ca m’a fait vraiment plaisir que la Gauche européenne ou occidentale avec un grand G - parce qu’il y a aussi une gauche à la Blair avec un petit g - soit réunie avec le mouvement islamiste. Nous avons beaucoup de points en commun et le fait qu’on croit ou on ne croit pas en Dieu, c’est une affaire personnelle. Cela ne doit pas entraver l’action commune qui peut se faire et qui peut être très bénéfique.

Par Chris Den Hond, Mireille Court et Nicolas Qualander

Septembre 2007



Mercredi 26 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par Fred le 26/09/2007 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lors d'un précédent poste, j'avais déjà évoqué le fait que le Hezbollah est largement aussi extremiste que les américains et qu'il sagit d'un mouvement possedant une branche terroriste. Aillant laisser mon mail dans le poste car j'assume entièrement mon propos, j'ai eu la surprise de recevoir un mail ce jour qui donne bien l'état d'esprit qui participe aux principe de ces individus. en voici la copie exacet (avec les fautes d'ortographe :
(pour les neveux des couchons et des singes.

Vous avez G-W BUSH mais vous oublié que vous n’avez pas dieu c plus essentiel que votre BUSH en tout cas vous le savez et on le sait nous aussi les musulmans que nous allons vous battre un jour et ce jour est tout parait inchallah, vous avez peur de la mort nous nom en veut mourir pour dieu.


Je croie que le message se passe de comentaire, en tout ca

2.Posté par Ouais le 26/09/2007 16:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bah écoute je vois pas ce qu'il y'a de choquant dans le mail que t'as reçu... C'est clair que les américains et les israeliens ne sont pas dans leur bon droit et que Dieu n'est pas avec eux. Et il est aussi vrai que l'axe du "mal" judéo-chrétien va se faire battre, c'est écrit dans les prophéties. Il est vrai également que les soldats iraeliens ou us se font dessus quand ils voient la mort de près, car leur foi est médiocre voire inexistante et qu'ils préfèrent la vie d'ici bas.

Quant aux fautes d'orthographe, essaye d'écrire arabe que je me marre, tu feras moins le malin, d'ailleurs tu fais quelques fautes aussi, et dans ta langue natale. ^^

Comme tu dis ça se passe de commentaires, t'as voulu provoquer des réactions de rejets, mais tout ce que tu obtiens c'est que je me fous de ta gueule.

3.Posté par ALLAIN JULES COMMUNICATION le 26/09/2007 16:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le seul pays au monde qui n'a jamais exécuté une seule sanction de l'ONU. Avec ça on nos vend des chimères. Démocratie de pacotille qui ne profite qu'aux seuls ashkenazes. Les Noirs, Arabes, Bédouins étant considérés comme des sous-
hommes.

L'Europe au Proche-Orient en somme. Normal quand on a l'arme de dissuasion, tout le monde vous respecte.

Il faut que l'Iran se dote rapidement de sa bombe pour équilibrer ce "deux poids deux mesures"


4.Posté par Fred le 26/09/2007 16:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu ne fais que confirmer mes soupçons, pas de discutions possible avec les religieux de tout poile.

Aucun esprit critique, ausune remise en question, puisque c'est marqué dans le grand livre, ça dois être vraie.

En fait le croyant et comme l'abruti devant Fox News, décérébré .

Avec une tel mentalité de chaque coté, je crois aussi que l'on va à la guerre, puisque tout le monde la veut.

5.Posté par goul le 26/09/2007 16:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fred: apprend à écrire le français please

6.Posté par Stéphane D. le 26/09/2007 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article intéressant, mais pas très sérieux.
La série "Diaspora" diffusée par Al Manar, était pleine de scènes antisémites. Quand j'étais expat' au Liban, je l'ai vu de mes propres yeux. Une scène montrait par exemple des rabbins en train de pomper le sang d'enfants chrétiens pour fabriquer du pain azyme ! C'était vraiment digne de l'antisémitisme le plus médiéval et le plus grotesque. La diffusion eut bel et bien lieu en novembre 2003, vous pourrer le vérifier et consulter la décision du CSA pour vous assurer que madame Mazboudi est à côté de la plaque (ou ment). On ne peut vraiment pas croire non plus que ce soit une "erreur" de programmation de la part des dirigeants de la chaine, car c'était un programme majeur à une heure de grande écoute.
D'ailleurs, certains membres du Hezbollah se montraient bien plus tranchés dans leurs affirmations antijuives que Leila Mazboudi, lorsqu'ils s'exprimaient devant des auditoires libanais. Je me souviens notamment du moment où la justice argentine a découvert que le responsable de l'attentat contre le centre juif de Buenos Aires (1994) était un membre du Hezbollah. Je vous fais d'ailleurs remarquer au passage qu'il s'agissait alors de tuer le plus de juifs possibles (cet attentat en avait tué 85) et non pas d'Israéliens.
Par ailleurs, l'idée d'une alliance du Hezbollah avec la gauche ressemble vraiment à de la propagande destinée à l'Occident, c'est le genre de propos qui fait doucement rire la plupart des Libanais. Que le Hezbollah commence par s'allier avec la gauche au Liban avant d'aller draguer la gauche anglaise ou française ! En fait, l'histoire de la plupart des partis islamistes montrent que, une fois arrivés au pouvoir, ils s'empressent de limiter ou d'abolir le pluralisme. Car tant qu'ils peuvent trouver des alliances ou des "idiots utiles", ils les flattent et leur tiennent des propos douceureux (genre "la religion est une affaire personnelle") mais une fois le pouvoir conquis, fini la comédie ("la charia est une affaire nationale").
Où donc est-ce que l'islamisme accepte le pluralisme politique ?
En tout cas pas en Iran, pays phare pour le Hezbollah, et surtout pays où les élections sont libres, certes, mais pas les partis !


7.Posté par Fred le 26/09/2007 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Désolé Goul, c'est une de mes lacunes, ça ne m'empèche pas je l'epère de penser à un monde meilleur ou les gens se respecteraient vraiment. Là, comme l'exprime mieux que moi le post de Stéphane D, on ne peu pas tolérer l'intolérence.

8.Posté par zephir le 27/09/2007 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut
un arabe, un undien ne peuvent être anti-sémites, car ils appartiennent eux m^mes aux semites qui sont les indiens les arabes et les hebreux. je crois qu'ils faut arreter de corrompre les termes et les sens de ces termes.

9.Posté par BIEN ZEPHIR le 27/09/2007 22:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet effort d'éclaircissement était méritoire... Mais il me semble que toi même Zéphir tu t'es un peu emberlificoté... Je peux me trompé mais il me semble que les indiens ne vont pas être d'accord. Et puis les arabes et les hébreux qui restent, c'est un peu limitatif... Que vont dire les chaldéens (descendants des assyriens et babyloniens), les syriaques, les éthiopiens probablement, et tous ces groupes épars afro-asiatiques qui relèvent de la même mouvance... Je crains que le concept "sémite" soit tout aussi complèxe que le concept "celte": Plus une culture et une famille linguistique, qu'une éthnie... Mais je peux me tromper...

10.Posté par moi le 15/03/2008 14:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous serez le peuple elu et si on changait peuple par monde tous ne serait que paix

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires