Politique Nationale/Internationale

Le vrai problème d’Obama, c’est Larry Summers !



Mardi 24 Mars 2009

Le vrai problème d’Obama, c’est Larry Summers !
Comme Lyndon LaRouche l’a souligné lors de sa conférence internet du 21 mars, la personnalité la plus encombrante de l’administration Obama n’est pas le secrétaire au Trésor Timothy Geithner, mais Larry Summers, à la tête de l’équipe des conseillers économiques de la Présidence.

LaRouche a demandé que Summers soit immédiatement démis de ses fonctions.

Frank Rich, un chroniqueur du New York Times, sans aller aussi loin, rappelle toutes les politiques calamiteuses du personnage : « Un secret encore plus sale, c’est que Larry Summers a défendu la légalité de ce type de comportement [celui des cadres d’AIG qui ont empoché des bonus géants notamment grâce à l’aide du contribuable américain]. Il a tout fait pour torpiller la régulation des produits financiers dérivés quand il faisait partie de l’administration Clinton. A l’époque, son mentor, le secrétaire au Trésor de Clinton, Robert Rubin, dans une note interne, disait ni plus ni moins que Summers sous-évaluait le risque des dérivés à pouvoir se multiplier ‘dans des circonstances hors du commun’. »

Rich note également que Summers, une fois écarté de la Présidence d’Harvard en 2006, a travaillé pour D.E. Shaw, un hedge fund très discret.

Nos propres archives débordent de preuves dévastatrices contre Summers, ancien sous-secrétaire au Trésor sous Clinton avant de remplacer Robert Rubin comme secrétaire au Trésor en 1999 :

  • Il fut l’homme clef qui a imposé la « thérapie de choc » ultra-libérale en Russie avec les conséquences désastreuses que l’on connaît. Il est violemment détesté par les Russes pour cela, notamment par le professeur Stanislav Menchikov.
  • Il est partisan d’un pouvoir accrû du Fonds monétaire international (FMI).
  • Il a exercé des pressions massives sur le Japon pour la dérégulation de leur économie en 1997.
  • Il a forcé la Corée du Sud à augmenter ses taux d’intérêt et à procéder à des coupes budgétaires.
  • En 2000, il fut l’un des plus vifs défenseurs de la création des marchés de dérivés de gré à gré (Over the counter ou OTC), des paris purement financiers décrits par Summers comme « une composante importante des marchés de capitaux américains et un symbole puissant du type d’innovation et de technologie financière qui ont permis au système financier américain d’être si fort aujourd’hui... »
  • Toujours en 2000, Larry Summers avait rejoint Alan Greenspan et Ken Lay pour déréguler le secteur de l’énergie en Californie, ouvrant la porte à l’escrocquerie aux escrocs d’Enron.

http://www.solidariteetprogres.org http://www.solidariteetprogres.org



Mardi 24 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par Ramos le 24/03/2009 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et Rahm emanuel aussi a l'air d'un parfait petit ange! J'espere que ceux qui etaient euphorique a l'election d'obama ont la gueule de bois!

2.Posté par Marie le 25/03/2009 22:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien avant le 21 Mars, il y eut l'article méticuleusement détaillé par Henry Makow, le 13 Décembre 2008.
En Anglais.

Madoff - dont on découvrira — merci à Alter Info : "Release Madoff or Risk War" du 19/03/09 : http://www.alterinfo.net/Release-Madoff-or-Risk-War-,-Israel-Warns-US_a30854.html?preaction=nl&id=6614869&idnl=47246& qu'il était le grand financier du vaste réseau d'espionnage et de sabotage, le Shin Bet — fait visage pâle comparé à Robert Ruben, un directeur de Citibank : seulement 50 misérables milliards contre les 122 milliards de fraude bancaire imputée au dernier ; auxquels s'ajoutent 150 milliards supplémentaires de ventes suspicieuses en stock options...

Aucune publicité n'est faite du recours déposé contre Ruben, à la même date que celui contre Madoff. La réponse se trouve certainement dans cette petite phrase : (...) "Robert Rubin's son Jamie was Obama's main Wall Street fundraiser and is now one of his principal advisers. More significant, Obama's economic team consists of Rubin's proteges "

Pour la suite, c'est ici :
http://www.henrymakow.com/we_all_are_victims_of_a_giant.html

Bienvenus au monde des intérêts bancaires toxiques (monnaie virtuelle) qui s'échangent en monnaie sonnante grâce aux dons des contribuables. Sortez à découvert !

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires