ALTER INFO

Le voile est levé sur la campagne d'intoxication US contre le nucléaire iranien


Dans la même rubrique:
< >


IRIB
Mardi 11 Décembre 2007

Le voile est levé sur la campagne d'intoxication US contre le nucléaire iranien
Ces jours-ci, le récent rapport des services des renseignements américains a fait la une des médias. Le National Intelligence Estimate (NIE) est composé de 16 agences du renseignement dont la CIA qui en est la composante la plus importante. Ces services secrets ont récemment rendu public un rapport sur le nucléaire iranien lequel rapport réitère comme d'habitude la prétendue existance des activités secrètes iraniennes destinées à fabriquer la bombe atomique avant de préciser l'arrêt de ces activités en 2003. L'intéressant est que ces services ne disposent d'aucun indice, prouvant une quelconque dérive dans le programme nucléaire iranien. En fait, s'il existait des documents concernant une prétendue déviation, les 16 agences en question auraient du présenté quleques pièces à l'appui. Il est à rappeler que l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est la seule instance légale et compétente à se prononcer à ce propos. Dans son récent rapport, le Directeur général de l'AIEA, Mohammad El-Baradeï, a refusé de reconnaitre le caractère militaire du nucléaire iranien et cela prouve bien le non-fondement des allégations américaines selon lesquelles l'Iran se serait consacré avant 2003 à la fabrication des armes nucléaires. Le rapport de 2005 du NIE avait affirmé que l'Iran faisait tout son possible pour fabriquer une ou deux bombes nucléaires. Il y a effective une contradiction des plus flagrantes entre ces deux rapports, contradiction qui témoigne des déclarations non-authentiques et irresponsables des Autorités américaines sur l'Iran. Le dernier rapport du renseignement américain, prétendant que l'Iran a suspendu dès 2003 ses activités nucléaires à vocation militaire, mérite réflexion. Tout d'abord, les aveux du plus grand service secret des Etats Unis d'Amérique prouve le caractère mensonger des affirmations de ces 4 dernières années de l'administration Bush sur l'Iran et son programme nucléaire. En réalité, ce qui est mis sur la table du Conseil de Sécurité des Nations Unies sous le nom du dossier nucléaire iranien, est falsifié par les services secrets américains. Les déclarations irréelles des autorités américaines sur les activités nucléaires de l'Iran ont été à l'origine du transfert du dossier iranien au Conseil de Sécurité de l'ONU. Depuis que les mensonges des Américains sur les activités nucléaires iraniennes ont été dévoilés, la saisine du Conseil de Sécurité à ce sujet n'a plus aucun sens et elle est même illégale. Voilà pourquoi , l'Iran résiste à se plier aux résolutions 1737 et 1747 du Conseil de Sécurité. Un jour après la publication du rapport, le Président américain, George W Bush a tenté de justifier lors d' une conférence de presse ses mensonges. Il a prétendu qu'il avait été informé la semaine dernière de l'existence du dit rapport. Cependant, le journaliste de renom Seymour Hersh indique que de telles informations étaient depuis quelques mois mis à la disposition de Bush. Selon le journaliste, le Président Bush avait décidé de reporter la publciation de ce texte en attendant que le Chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique rende public son rapport. Bush souhaitait voir le rapport d'el-Baradeï mettre en cause le caractère pacifique des activités nucléaires iraniennes, permettant ainsi à Washington de faire adopter un nouveau train de sanctions contre l'Iran. Mais le rapport d'El Baradi a fait volé en éclat ses espoirs confirmant de nouveau l'absence de tout dérive militaire. Deux jours après la publication du rapport sur l'Iran, le Directeur général de l'AIEA a souligné dans une conférence de presse au Brésil que ledit rapport se faisait effectivement l'écho du caractère civil des opérations nucléaires iraniennes. Le rapport du renseignement américain prétendant que l'Iran a suspendu son programme nucléaire militaire a divisé la communauté internationale au point qu'il est difficiles de vouloir intensifier les pressions sur Téhéran. A présent, les milieux politiques et médiatiques occidentaux, se référant au rapport du NIE, soulignent la campagne de désinformation américaine qui a précédé l'invasion de l'Irak. En ce sens, le président de la commission des renseignements du sénat, Jay Rockefeller, se félicite que les services des renseignements américains aient tiré leçon du scandale de l'administration Bush en Irak. "L'administration Bush, ayant toujours des affaires avec la RII, accuse aujourd'hui l'Iran de faire tout pour se doter de la bombe atomique. Mais les documents classifiés qu'ont mis sur la table les 16 agences US du renseignement sur le nucléaire iranien, ont divulgué les propos faux et trompeur du camp Bush sur l'Iran. ", peut on lire dans le " New York Times". Selon le quotidien, le rapport du renseignement américain allège la pression sur Téhéran. " Il n'y donc point de doute que le rapport du NIE sur l'Iran a nui à la rhétorique bushienne.", écrit de son côté le " Washington Post". Citant l'ancien haut responsable de la CIA, Broos Ridel, l'auteur de l'article écrit que suite à la publication du récent rapport du NIE, les tentatives d'adopter de nouvelles sanctions contre l'Iran restent stériles. Depuis le coup de tonnerre lundi provoqué par ce les dissonances à l'intérieur des Etats-Unis se multiplient. La CNN, faisant allusion aux critiques de George W Bush, de son Secrétaire d'Etat, Condoleezza Rice et John Bolton contre le dernier rapport du Directeur général de l'AIEA, réitérant le caractère civil des activités nucléaires iraniennes, corrobore celui d'El-Baradeï, confirmant la non-dérive du nucléaire iranien. Les aveux du renseignement US sur le dossier nucléaire iranien ont deux acquis importants. D'une part, les désinformations des services secrets américains sur le programme nucléaire iranien ont été portés au grand jour. Le document publié par le NIE affirme que ' Bush ,au mépris total des analyses et preuves authentiques et réelles, persiste constamment dans la poursuite de son unilatéralisme, en cherchant à perpetuer le scénario mené en Irak. De l'autre, cette démarche dénonciatrice du service du renseignement US a embarrassé le clan Bush. Cela va même exacerber les divisions entre la Russie et la Chine d'un côté et les autres pays de l'autre.


Mardi 11 Décembre 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires