Diplomatie et relation internationale

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères : la position de la Russie vis-à-vis de l'Iran ne change pas


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Lundi 16 Février 2009

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères : la position de la Russie vis-à-vis de l'Iran ne change pas
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Alexei Borodavkin, a déclaré dimanche que son pays est déterminé à poursuivre sa coopération avec l'Iran et que la position de la Russie concernant l’Iran ne changera pas.

Dans une interview exclusive avec le correspondant de l'IRNA, Alexei Borodavkin a précisé : « en dépit de la demande de quelques pays notamment à l’occasion de la conférence sur la sécurité qui s’est tenue à Munich pour un changement de politique de la Russie envers l'Iran, les responsables russes ne voient aucune raison pour aller en ce sens. »

Se félicitant de l’élargissement des coopérations entre Téhéran et Moscou, Alexei Borodavkin a affirmé que la « Russie poursuit avec succès le renforcement de ses liens avec son vieil allié voisin qu’est l'Iran. »

Il a précisé à l'IRNA que le démarrage de la centrale iranienne de Bouchehr devrait finalement avoir lieu avant la fin de l'année, au mois d’août selon toutes vraisemblances.


Le lancement de la centrale nucléaire de Bouchehr doit avoir lieu d'ici la fin de l'année, a déclaré jeudi le chef de l'Agence fédérale russe de l'énergie atomique (Rosatom), Sergueï Kirienko.


Interrogé pour savoir si un lancement "technique" était possible en 2009, M. Kirienko a répondu: "Oui, tout se passe selon le calendrier".


La société russe Atomstroïexport, chargée de la construction de Bouchehr, avait affirmé début septembre 2008 que le lancement aurait lieu au plus tard en août 2009.


« La coopération économique entre Téhéran et Moscou s’est traduit par une accroissement du volume des échanges commerciaux entre les deux pays qui a atteint les 3.2 milliards de dollars en 2008 » a annoncé le vice-ministre russe des Affaires étrangères.


Il a ajouté que les deux pays travaillent sur divers projets dans le domaine nucléaire, mais aussi gazier et pétrolier.


Evoquant la conférence internationale sur l’Afghanistan lancée par l'Organisation de Coopération de Shanghai en mars prochain à laquelle l'Iran assistera à titre d’observateur, Alexei Borodavkin a espéré que l'Iran jouerait un rôle actif à l’occasion de cette conférence permettant également un renforcement des liens bilatéraux entre les deux nations.


Alexei Borodavkin avait indiqué lors d’une rencontre avec le nouvel ambassadeur d’Iran en Russie, Mahmoud-Reza Sajjadi, qu’il espérait voir s’accélérer les relations entre les deux pays et favoriser leurs relations.


Il avait déclaré que la Russie était disposée à coopérer avec l’Iran sur les questions internationales, régionales, culturelles, économiques et politiques.



Le vice-ministre russe des Affaires étrangères : la position de la Russie vis-à-vis de l'Iran ne change pas

Mohammad El-Baradei : l'Iran n'a pas produit la bombe atomique

Le directeur général de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique a déclaré que bien que l'Iran dispose d’atouts et des connaissances scientifiques dans le domaine de la technologie nucléaire, il n'a pas produit de bombe atomique.

Selon l’Agence internationale sur l’énergie atomique (AIEA), l’Iran n’a pas encore acquis l’arme nucléaire.


Par contre l’Inde et le Pakistan ont tous les deux la bombe et peut être qu’en cas de conflit, ils pourraient en faire usage.


Il a fait ces déclarations lors d'une conférence à l'université américaine du Caire.


Concernant les rumeurs de possibles attaques contre les installations nucléaires de l'Iran, il a précisé « si une centrale nucléaire iranienne est détruite, les Iraniens en construiront une autre. »

Quant à l'influence croissante de la République Islamique d’Iran dans la région, il a averti que l'Occident ne peut se contenter d'agiter la politique de la carotte et du bâton envers ce pays.


Le directeur de l’agence onusienne a réitéré qu'il y a des problèmes qui devraient être résolus d’une part entre l'Iran et l'Occident et d’autre part entre l'Iran et les états arabes.


Le diplomate en chef de l'Union Européenne,Javier Solana est arrivé samedi à Téhéran avec une proposition de "vaste et généreuse" coopération avec les grandes puissances, y compris dans le nucléaire civil.


"Je pars pour présenter une offre vaste et généreuse"illustrant le "désir de construire avec l'Iran une relation constructive dans le domaine nucléaire et beaucoup d'autres", a déclaré Javier Solana juste avant son départ.


Il est arrivé tard vendredi soir à Téhéran pour des rencontres samedi avec le ministre des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki et le négociateur en chef sur le nucléaire Saïd Jalili.


http://www2.irna.ir/fr/ http://www2.irna.ir/fr/



Lundi 16 Février 2009


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires