Diplomatie et relation internationale

Le vice-ministre iranien : ' la voie du Conseil de Sécurité est une voie erronée et inutile'


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



IRNA
Mardi 20 Mars 2007

 Le vice-ministre iranien : ' la voie du Conseil de Sécurité est une voie erronée et inutile'
Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé des affaires juridiques internationales, tout en rappelant le droit indéniable du peuple iranien à l'énergie nucléaire a des fins pacifiques, a qualifié d' "erroné et d'inutile" la voie du Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations unies.

Abbas Araghchi, qui a rencontré des ambassadeurs étrangers en poste à Téhéran, rappelant l'anniversaire de la nationalisation du pétrole
iranien qui coincide avec cette reunion où à la même époque
" un membre du Conseil de Sécurité (USA) avait qualifié
la nationalisation de l'industrie pétrolière en Iran de menace pour la paix et la sécurité internationale, en présentant une résolution contre
cette nationalisation, et, n'ayant pas eu de succès
dans son entreprise, a essayé de poursuivre ses fins
au moyen d'un coup état et de destitutions."

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a fait un bilan de l'historique du Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations unies et de ses activité au sujet de la nationalisation de l'industrie du pétrole iranien dans les années 50, pendant l'invasion de l'Iran par le régime de Saddam dans les années 80,
l'indifférence démontrée par ce Conseil de Sécurité dans
l'utilisation de l'armes chimiques par l'armée de l'ex dictateur iraquíen et l'indifférence de cet organisme de l'ONU dans l'attaque récente du Liban par le régime sioniste a ajouté : "l'actuelle activité du Conseil de Sécurité devant les activités pacifiques nucléaires iranien est la conséquence de l'instrumentalisation par les USA et quelques autres pays occidentaux de cet organisme ."

Le vice-ministre iranien a rappelé comme preuve les mots de l'ambassadeur américain dans l'ONU, John Bolton, qui a dit que "nous utilisons le Conseil de
Sécurité pour mobiliser l'opinion publique et comme un outils de notre "caisse à outils"".


Abbas Araghchi a indiqué que ces déclarations sont un témoignage
évident de la véritable nature du Conseil de Sécurité
comme instrument des USA .


Ensuite, Abbas Araghchi a rappelé la longue histoire de
l'énergie nucléaire de l'Iran, qui a commencé dans les
annee 50, des accords avec le régime monarchique
précédent avait fermé avec les USA dans ce
domaine et des nombreuses violations des accords
entre Téhéran et quelques pays occidentaux
comme l'Allemagne, la France et le Canada, et a ajouté
: "l'expérience de la défiance envers les pays
occidentaux et la nécessité d'énergie
nucléair pour l'Iran, a fait que la République Islamique peut se targuer
d'autosuffisance dans ce domaine."

Abbas Araghchi s'est aussi référé à la coopération maintenue
avec l'Organisation Internationale
de l'Énergie Atomique (AIEA) et a parlé des deux ans
et demi durant lesquels ont duré les négociations avec les
Européens, années également pendant lesquelles Téhéran a totalement
suspendu l'enrichissement d'uranium, y compris la
recherche dans ce domaine et a indiqué que la
condition posée par les pays occidentaux de suspendre
récemment ce programme d'enrichissement est déjà
"prouvée et éprouvé", c'est pourquoi elle n'a aucune
base logique. "L'Iran ne réclame rien qui ne rentre pas dans le cadre
des droits légitimes, stipulés dans le
TNP.


L'Iran reste disposé à coopérer avec les pays occidentaux" a t'il
insisté.


Abbas Araqchi a expliqué que l'Iran est disposé à payer le prix afin de sauvegarder son indépendance et de faire valoir ses
droits, comme il l'a déjà fait dans le passé.


Mardi 20 Mars 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires