Palestine occupée

Le téléphone mobile, un nouvel outil pour attirer les gens vers l'abîme de la trahison


Dans la même rubrique:
< >

Khan Younis – CPI

Plusieurs activistes palestiniens ont dévoilé des tentatives du service israélien de renseignements visant à attirer des jeunes palestiniens vers le gouffre de la trahison au service de l'occupant.


palestine-info.com
Samedi 23 Juin 2007

Le téléphone mobile, un nouvel outil pour attirer les gens vers l'abîme de la trahison
Abou Mohammed

A titre d'exemple seulement, l'activiste palestinien, qui se nomme "Abou Mohammed" et qui travaille dans la force exécutive du ministre de l'intérieur, montre son grand étonnement face à cet appel téléphonique qu'il avait reçu sur son portable d'une personne parlant l'arabe avec un accent hébreu. Cette personne, avec une incroyable arrogance, s'est présentée à lui comme étant un membre du service de renseignements sionistes. Il lui a proposé d'avoir la vie saine et sauve contre des informations concernant la résistance palestinienne !

"Au départ, dit-il, j'ai cru que c'était une plaisanterie. Mais l'interlocuteur m'a affirmé l'affaire en me proposant une procédure de contact, toujours avec cette incroyable arrogance".

L'activiste s'est enfin trouvé obligé de non seulement éteindre son téléphone mobile, mais de détruire en plus sa carte SIM pour ne plus recevoir une telle communication.

Tentatives à répétition

Les tentatives de ce genre n'ont pas l'air de vouloir s'arrêter.

Ce qui s'est passé avec Abou Alayham en est autre exemple. Ce membre des brigades d'Al-Aqsa, branche militaire du mouvement du Fatah, a lui aussi reçu un appel téléphonique d'une personne prétendant être membre du service des renseignements israéliens. Ce dernier lui a proposé de coopérer avec eux contre de l'argent et une vie sauve !

Ledit officier israélien a prétendu qu'un bon nombre de cadres de la résistance auraient travaillé avec eux. Et ils auraient profité d'une protection, du fait qu'ils ne seraient pas visés ; ils seraient également assurés, financièrement ; ils auraient eu des voitures luxueuses.

Avertissements

Toutes ces informations inquiétantes ont poussé un responsable sécuritaire palestinien, qui est un captif récemment libéré, à lancer des avertissements contre de telles communications dangereuses.

De son côté, le porte-parole de la force exécutive du ministère de l'intérieur Islam Chahwan croit que ces communications "font partie de la guerre psychologique pratiquée de la part du service israélien de renseignements contre notre peuple palestinien et contre les hommes de la résistance, une guerre pratiquée en parallèle avec la guerre militaire menée par les forces de l’occupation israélienne : bombardement, destruction, assassinat…"

"Les tentatives sionistes, poursuit-il, visant à pousser les jeunes palestiniens vers l'abîme de la trahison n'ont jamais connu un quelconque repli, tout autant que la guerre psychologique n'a jamais connu d'accalmie, tant s'en faut avec toutes les nouvelles technologies".

"Le service israélien de renseignements croit qu'en communiquant avec les jeunes résistants sur leur portables, ils peuvent installer le doute dans leur âme ; ils se demanderont d'où ce service aurai pu obtenir les numéros de leurs téléphones mobiles", a-t-il ajouté.

Il faut prendre toutes les précautions, informer les responsables qui pourront déceler les sources de ces appels douteux, insiste Chahwan.

Faire attention

Dans le même contexte, Abou Hamad, un captif libéré après une douzaine d'années passées dans les prisons de l'occupation israélienne, pense qu'on doit prendre au sérieux ces communications qui pourront bousculer les jeunes et la résistance au gouffre de l'enfer de la trahison, avec connaissance de cause ou non.

Abou Hamad insiste qu'on ne doive pas entamer avec cet interlocuteur douteux un dialogue qui pourrait aller plus loin et pourrait être profitable pour le service israélien de renseignements. Ceux-là auront l'occasion d'utiliser tous les moyens afin d'abuser du jeune contacté.

Ces communications prennent de plus en plus d'ampleur, dans la mesure où le service israélien des renseignements n'a plus le contact quasi-direct avec les jeunes palestiniens après la retraite de la bande de Gaza. Il faut mener une campagne d'information pour attirer l'attention des jeunes vers ce danger permanent, confirme le captif libéré



Samedi 23 Juin 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires