Conflits et guerres actuelles

Le « surge » américain en Afghanistan est une menace de guerre plus étendue



Vendredi 9 Janvier 2009

photo: www.telegraph.co.uk/
photo: www.telegraph.co.uk/

Selon de récents reportages de presse, les Etats-Unis et l’OTAN projettent de créer de nouvelles routes d’approvisionnement allant des républiques d’Asie centrale aux forces d’occupation en Afghanistan. L’initiative est prise en préparation au doublement attendu du contingent militaire américain sous le gouvernement Obama et en réaction au nombre grandissant d’attaques perpétrées contre sa principale ligne d’approvisionnement en provenance du Pakistan.

Par Tom Eley
9 janvier 2009
Actuellement, plus de 80 pour cent de l’ensemble de l’approvisionnement destiné aux troupes américaines et alliées sont déchargés au port pakistanais de Karachi puis transportés à Peshawar dans le nord, en traversant le Pakistan, pour finalement arriver en Afghanistan en franchissant le col de Khyber, un passage montagneux et étroit qui sépare les deux pays.

Comme la résistance à l’armée américaine s’est accrue au sein des tribus, tant afghanes que pakistanaises, les attaques contre les convois d’approvisionnement sont devenues de plus en plus fréquentes. En décembre, lors d’une attaque particulièrement hardie, un grand nombre de militants avaient envahi des dépôts à Peshawar, une ville de trois millions d’habitants située au sud du col de Khyber, et détruit plus de 300 jeeps Humvee et des camions destinés à être livrés aux forces de l’OTAN en Afghanistan (Voir (en anglais): « Insurgent attacks on NATO trucks highlight US military crisis in Afghanistan. »)

L’armée pakistanaise a réagi à la détérioration de la sécurité en occupant le col de Khyber et en opérant des représailles contre les tribus dans la région. Toutefois, les efforts entrepris par Islamabad ne parviendront pas à apaiser les inquiétudes de Washington quant à l’approvisionnement de ses forces. Il n’est pas certain que l’armée pakistanaise soit en mesure de rétablir le contrôle dans la région où des combattants hostiles aux Etats-Unis, et qui seraient compréhensifs à l’égard des talibans, jouissent d’un vaste soutien. De plus, la survie même du régime pakistanais est incertaine étant donné que la crise économique et sociale grandissante engendre une haine populaire à l’encontre de la politique pro-américaine du gouvernement.

La situation est pire encore dans l’Afghanistan sous occupation américaine. Le régime de Karzaï est partout haï et des attaques militantes se produisent de plus en plus régulièrement et en toute impunité de par le pays. Pour ne citer qu’un exemple, un chef de tribu afghan, Mullah Salam, de Musa Quala qui, avait annoncé l’année dernière son soutien pour Karzaï, a été victime de tentatives d’assassinat répétées. Dernièrement, un groupe de 30 combattants ont attaqué sa maison, tuant plus de 20 de ses gardes du corps.

En vue de réagir contre le caractère précaire de sa principale route d’approvisionnement à travers le Pakistan et avant l’intensification de la guerre en Afghanistan les Etats-Unis ont multiplié les efforts pour bénéficier de la collaboration d’anciennes républiques soviétiques situées en bordure de la frontière au nord de l’Afghanistan, le Turkménistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan. Ils s’efforcent aussi de réduire les opérations d’approvisionnement avec le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, état riverain de la mer Caspienne, et la Russie.

L’expansion proposée des routes d’approvisionnement américaines pour la guerre en Afghanistan à partir de l’Asie centrale et du Caucase représente une évolution inquiétante. Elle reflète les objectifs expansionnistes et hégémoniques des Etats-Unis qui sont déterminés à étendre leur influence militaire, économique et politique sur l’Asie centrale aux dépens de ses principaux rivaux dans la région, la Chine, la Russie et l’Iran.

C’est ce qu’a révélé le diplomate de carrière indien, M K Bhadrakumar, dans un récent article publié par Asia Times Online (« All roads lead out of Afghanistan », [Tous les chemins conduisent hors d’Afghanistan]). « Les Etats-Unis poussent fortement en avant une présence militaire accrue dans l’arrière-cour de la Russie (et de la Chine) en Asie centrale, » écrit-il, « au motif que les exigences d’un effort renforcé en Afghanistan rendent précisément nécessaire une telle extension de la présence militaire américaine. »

Selon un récent article du New York Times (« US to Widen Supply Routes in Afghan War » [Les Etats-Unis cherchent à élargir les routes d’approvisionnement dans la guerre en Afghanistan]) les Etats-Unis cherchent à obtenir des concessions de la part de pays d’Asie centrale, notamment l’Ouzbékistan et le Tadjikistan, en promettant que les livraisons seront assurées par des entreprises commerciales et ne comporteront pas d’armement. De son côté, l’OTAN tente d’élaborer un accord par lequel la Russie lèverait son interdiction sur l’acheminement d’armement vers l’Afghanistan via son espace aérien.

Cependant, les routes d’approvisionnement ne sont qu’une première étape. Le chef de l’état-major général des forces armées russes, le général Nikolaï Makarov, qui selon Bhadrakumar « n’aurait pas pu s’exprimer sans l’autorisation du Kremlin », avait dernièrement « révélé que Moscou avait des informations selon lesquelles les Etats-Unis insistaient sur l’installation de nouvelles bases militaires au Kazakhstan et en Ouzbékistan ».

Comme le signale Bhadrakumar, le problème auquel les Etats-Unis sont confrontés est qu’il n’existe présentement aucune alternative sûre de route terrestre vers l’Afghanistan qui ne traverse le territoire d’une puissance rivale, à savoir la Russie, la Chine ou l’Iran. Les Etats-Unis pourraient préparer une autre route caspienne qui traverserait la Géorgie sur la mer Noire où les Etats-Unis se trouvent dans les étapes finales de l’élaboration d’un accord de défense, en direction de l’Azerbaïdjan sur la mer Caspienne et puis des Etats d’Asie centrale. Ceci pourrait aussi servir de route du pétrole et du gaz indépendante de la Russie et étendre potentiellement l’OTAN dans le Caucase et en Asie centrale si les puissances européennes acceptent la nécessité d’une défense des sources d’énergie vitales, conduite par les Etats-Unis.

La tentative d’étendre l’influence américaine en Asie centrale a lieu après des années durant lesquelles leur position s’était détériorée dans la région. Les Etats-Unis se sont servi des attaques terroristes du 11 septembre contre le World Trade Center en 2001 pour déclencher une guerre prédatrice contre l’Afghanistan. A l’époque ils purent gagner à leur cause plusieurs pays d’Asie centrale. Mais la position des Etats-Unis s’est vite érodée.

Des organisations rivales telles l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) et l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) ont repris de l’assurance. En 2005, l’Ouzbékistan a expulsé l’armée américaine. Parmi les Etats d’Asie centrale, actuellement seul le Kirghizistan permet aux Etats-Unis d’opérer des bases militaires sur son territoire.

Lors de sa campagne présidentielle, Barack Obama a fait de l’extension de la guerre américaine en Afghanistan son objectif central de la politique étrangère. Ce faisant, il s’exprimait au nom d’une section de l’establishment politique qui croyait que l’accent primordial accordé par le gouvernement Bush à la guerre en Irak avait été mis aux dépens de sa position en Asie centrale face à la Chine et à la Russie. Le besoin de troupes supplémentaires en Afghanistan est devenu depuis une politique consensuelle au sein de l’élite dirigeante américaine.

La tentative américaine de regagner sa popularité en Asie centrale est motivée par des intérêts géostratégiques bien définis et qui seront poursuivis de manière encore plus agressive par un gouvernement Obama. L’actuel ministre de la Défense de Bush, Robert Gates, qui a été reconduit à son poste par Obama, expose les grandes lignes d’un tel approfondissement de la guerre dans l’actuelle édition du magazine Foreign Affairs.

« Pour être franc, écrit Gates, ne pas réussir, ou avoir l’air d’échouer, soit en Irak soit en Afghanistan serait un coup désastreux porté contre la crédibilité des Etats-Unis à la fois auprès des amis et des alliés que des adversaires potentiels… A bien des égards, l’Afghanistan représente un défi à long terme bien plus complexe et bien plus difficile que l’Irak, un défi qui… nécessitera pendant un certain temps un important engagement militaire et économique américain. »

L’amplification de la présence américaine en Afghanistan et en Asie centrale représente un nouvel avertissement selon lequel la crise économique est en train d’exacerber les tensions géopolitiques et représente la menace d’une guerre de bien plus grande envergure et plus destructrice encore.

http://www.wsws.org/



Vendredi 9 Janvier 2009


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires