ALTER INFO

Le sionisme : théologie de la conquête et de la terreur


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



syryne3@hotmail.com
Dimanche 23 Septembre 2007

Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.

Puisant la force dans un soutien indéfectible de la première puissance mondiale, l’entité sioniste n’approuve même pas la position des pays occidentaux et de la communauté internationale qui demande « à Israël de faire preuve de retenue » en exécutant ses stratégies d’épuration ethnique et les massacres contre les semblables de Mohammed AI Durra, la démolition des maisons sur la tête de ses occupants, du passage du bulldozer sur le corps des pacifistes étrangers venus apporter leur soutien à un peuple soumis en permanence aux incursions meurtrières de chars et de snippers. Si l’idée motrice du sionisme est de regrouper les juifs du monde entier en terre palestinienne, le sionisme préconise de trouver l’appui d’une puissance militaire, en l’occurrence les Etats-Unis d’Amérique. C’est ainsi que l’opinion mondiale est soigneusement abrutie par des messages mensongers véhiculés par une presse à la merci du pouvoir de l’argent et de la politique sioniste, pour changer le fait d’être agresseur en victime, en maintenant des opérations dignes d’un génocide contre les femmes et les enfants. L’opinion dominante au sein de la soldatesque israélienne est que pour s’approprier la Terre promise, il faut exterminer les populations locales et entretenir la thèse selon laquelle Israël est en danger de mort permanent. Cet état de fait n’est pas nouveau, puisque depuis la résolution des Nations unies « à permettre la création d’un foyer pour les juifs », à ce jour, le peuple palestinien a subi les pires massacres semblables à ceux des Américains commis au nom de la destinée manifeste en Amérique (4) pour mettre en place un système colonial dominateur avec des pulsions racistes et xénophobes.

Le démembrement des Etats arabes
Si l’objectif fondamental des sionistes est de bâtir un foyer pour les juifs, il n’en demeure pas moins qu’entre autres objectifs, il cherche à atteindre des buts importants, notamment le démembrement des Etats arabes, maintenir une subversion pour dissimuler ses sévices. Notons au préalable qu’il y a aussi une grande ressemblance entre la conquête de l’Amérique par les premiers « pères », colons blancs et ceux de l’occupation de la Palestine par les hordes sionistes qui, depuis leurs premières conquêtes des terres arabes, commettent des crimes dignes de la Cour pénale internationale et dont la peine ne serait que celle de l’exécution à mort des responsables. Il serait peut-être intéressant de relire critiquement l’histoire de cette ressemblance entre les deux colonialismes pour saisir toute la portée de la fondation d’une ambassade chrétienne internationale par les descendants des pères pèlerins évangéliques américains à El Qods en 1980 pour assister au retour de Jésus. La stratégie sioniste consiste à perdurer les négociations de paix dans le temps et l’espace pour fatiguer et épuiser les partenaires par des rendez-vous sans lendemain et sans perspectives d’aboutir à des solutions exécutoires ; sinon comment expliquer le fait que cet Etat sioniste n’a jamais respecté le résultat des négociations et l’esprit des accords bien que ceux-ci soient parrainés par les puissances occidentales. En plus du fait du non-respect des accords, le sionisme bénéficie du support multidimensionnel d’une autre doctrine aussi raciste que xénophobe, celle de l’américanisme qui a épousé toutes les thèses mythiques du sionisme sur les différents concepts de la politique, de la défense et l’extermination des « indigènes », spécialement avec l’avènement de la droite chrétienne connue comme étant le sionisme chrétien. Ayant déjà passé la phase de la reconnaissance diplomatique – y compris par les pays arabes de façon officielle ou informelle – comme Etat, pourquoi le sionisme ne reconnaît-il pas le droit au peuple palestinien d’être sous un toit étatique reconnu et souverain ? Surtout pourquoi toutes les parties existantes militent-elles pour instaurer un fascisme juif dans tous les territoires ? Pourquoi le sionisme signe des traités de paix avec ses voisins pour les violer par la suite ? D’ailleurs, par la voix d’un leader sioniste, en l’occurrence David Ben Gourion, il reconnaît le droit explicite aux Palestiniens de ne pas signer de traité ni d’accord de paix avec eux : « Si je serais un leader arabe, je ne signerais jamais un accord avec Israël. C’est normal ; nous avons pris leur pays. ( ... ) Notre dieu n’est pas le leur. Il y a eu l’antisémitisme, les nazis, Hitler, Auschwitz, mais était-ce leur faute ? Ils ne voient qu’une seule chose : nous sommes venus et nous avons volé leurs terres. Pourquoi devraient-ils accepter ça ? » Au moment où le sionisme tue en Palestine et au Liban, l’Occident demande à l’Etat hébreu un « peu de retenue » et un self-contrôle et que les Etats-Unis d’Amérique considèrent le crime comme une légitime défense, les Arabes sont fatigués, ne serait-ce que de dénoncer les meurtres et la destruction. The Koenig Report qui, dans un rapport confidentiel, confectionne dans les laboratoires sionistes avec la bénédiction des Américains en 1976, dans lequel il est noté que la domination des Arabes doit passer par la déportation et l’expulsion des Arabes des territoires, comme stratégie tactique de la finalisation de l’objectif vital de la doctrine sioniste, définissent par voie de conséquence la possibilité de mettre les Arabes dans des camps de concentration avant de trouver un pays preneur. Ce même document préconise clairement une épuration et un nettoyage ethnique de la race arabe exprimés dans le passage suivant : « Nous devons utiliser la terreur, l’assassinat, l’intimidation, la confiscation de terres et la coupe de tous les services sociaux pour débarrasser la Galilée de sa population arabe ».(5) Il n’est donc guère étonnant d’entendre le discours de la droite sioniste et son écho de la part de la gauche comme cette déclaration du criminel de guerre Ariel Sharon Premier ministre israélien lors d’un meeting de militants du parti d’extrême-droite Tsomet et rapporté par l’AFP (15 novembre 1998) « Tout le monde doit bouger, courir et s’emparer d’autant de collines qu’il est possible pour agrandir les colonies, parce que tout ce que l’on prendra maintenant restera à nous. Tout ce que nous ne prendrons pas par la force, ira à eux ». Ou encore sa déclaration en 1956, exubérant son état se service barbare à Rafah et exultant ses envies criminelles et dispensant ses encouragements à des soldats assoiffés de sang arabe : « Je jure que si j’étais juste un civil israélien et que je rencontre un Palestinien, je le brûlerais et le ferais souffrir avant de le tuer. J’ai tué 750 Palestiniens d’un seul coup (à Rafah en 1956). Je voulais encourager mes soldats à violer les filles arabes comme la femme palestinienne est une esclave pour les juifs et nous leur faisons de toute façon ce que nous voulons et personne ne nous dit ce que nous devons faire, mais nous disons aux autres ce qu’ils doivent faire. » Ariel Sharon, dans une interview avec le général Ouze Merham, en 1956. Cette géostratégie sioniste repose sur l’appui militaire et politico-diplomatique de l’Occident en général et américain en particulier. A la lumière de ce que nous avons pu voir, on est tenté de dire que la création de cet Etat sioniste en Palestine est en grande partie une réhabilitation politique de l’Occident vis-à-vis des juifs du fait de la persécution dont ils ont été l’objet soit en Russie tsarienne ou en Europe. C’est une réparation pour la persécution des Occidentaux contre les juifs et une procédure de se débarrasser d’un fardeau humain et empoisonner la vie des Arabes. C’est pourquoi, le monde entier, notamment les puissances occidentales, ferme les yeux sur beaucoup d’interdits comme l’utilisation de la famine comme méthode et moyen de guerre, la destruction de biens et d’infrastructures indispensables à la survie de la population civile et les attaques qui « causent incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles ou des dommages aux biens de caractère civil qui seraient excessifs par rapport à l’avantage militaire concret et direct attendu ». Tous ces crimes sont définis par le protocole de Genève de 1977 comme des crimes de guerre et crime contre l’humanité. Parce que comme la « pure race juive » est synonyme avec le raisonnement nazi d’Hitler de la « pure race aryenne ». Il s’agit avant tout d’un chauvinisme extrême qui se base sur la pensée de lien entre le sang et la terre. Le sionisme n’aurait jamais pu atteindre ses objectifs de coloniser la Palestine s’il n’avait pas bénéficié du soutien inconditionnel occidental. C’est ainsi que l’Etat sioniste obtient annuellement une cagnotte de trois milliards de dollars US. Le support diplomatique au sein des instances internationales est permanent réfutant toute condamnation des actes criminels des bouchers sionistes au point où l’Etat sioniste bénéficie de deux représentants permanents aux Nations unies dont l’un est doté du puissant droit de veto. Depuis sa formation en 1949, l’Etat d’Israël a coûté aux contribuables des Etats-Unis plus de 130 milliards de dollars. L’apport militaire est une donnée stratégique pour les Etats-Unis dans la mesure où le sionisme est synonyme de lutte contre le terrorisme et « l’Islam d’ante-Christ », selon la prophétie des nouveaux sionistes chrétiens et le groupe des néoconservateurs qui dominent les couloirs de la Maison-Blanche et ses instances. L’aide américaine au sionisme à porté un préjudice moral et politique aux Etats-Unis d’Amérique sur le plan mondial et local. Pour le président de l’Organisation d’unité et défense des droits des Américains d’origine européenne, le coût de ce soutien ne concerne pas uniquement l’injection de milliards de dollars, mais c’est aussi la peur de représailles de la part des peuples opprimés par la force américano-sioniste. Par la force de cet appui américain, l’Etat sioniste a désobéi pendant 18 ans aux résolutions des Nations unies lui ordonnant de quitter le Liban (...). La véritable cause de ce terrorisme est notre engagement et notre soutien au comportement criminel de l’Etat d’Israël (6) Notons enfin un chiffre éloquent de l’aide américaine – hors soutien financier– à son rejeton moyen oriental qui est de l’ordre de plus de 100 milliards depuis 1985.La mort du président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat, n’a pas réglé le problème des négociations et l’engagement du président américain de voir deux Etats au Moyen-Orient ne sera pas atteint, car celui-ci est entouré d’une bande de néocons acquis à la thèse du sionisme politique qui ne peut pas admettre de voir des Arabes en Palestine vivre en paix. Elle n’a pas, non plus, résolu le problème d’interlocuteur viable avec les sionistes qui cherchent à négocier avec un homme politique prêt à apposer sa signature sur un document blanc. La domination sioniste des appareils décisionnels américains est parfaitement illustrée par la déclaration du sanguinaire Sharon qui, au cours d’une interview avec Shimon Pérès, affirme qu’« à chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela... Je veux te dire une chose très claire, ne t’inquiètes pas des pressions américaines sur Israël Nous, le peuple juif, contrôlons l’Amérique et les Américains le savent », (déclaration faite le 3 octobre 2001, sur les ondes de Radio Kol d’israël). Les leaders sionistes sont conscients que « les accords d’Oslo sont très importants pour les Palestiniens depuis que ce sont les seuls accords officiels qu’ils possèdent. Nous avons un autre document, encore beaucoup plus ancien... la Bible ». (Ariel Sharon parlant dans une conférence à Washington, le 8 mai 1998). Le contrôle de l’Amérique par la horde criminelle de l’Etat sioniste est un point déterminant dans les actions criminelles de ses dirigeants à tel point que l’idéologue des néocons William Cristol admet que la dernière guerre sioniste contre le Liban est une guerre de l’Amérique, car c’est une guerre à connotation religieuse considérant que Jérusalem est la capitale d’une nation qui « les soutient et qui a la volonté de combattre à leur côté, contre un ennemi commun, c’est pourquoi, c’est aussi leur guerre contre le Liban » (7) Les activités de subversion dans le monde Les actions subversives des sionistes dans le monde sont le moyen le plus efficace pour détourner les projecteurs sur les agressions et les crimes de l’entité sioniste au Moyen-Orient. Elles visent surtout à terroriser le monde en portant la responsabilité à des Arabes. Les cas les plus célèbres de l’activité subversive sioniste sont les attentats sionistes organisés et exécutés par Israël en 1954 contre des cibles britanniques en Egypte (affaire Layon baptisée du nom de Pinhas Layon, ministre israélien de la Défense, en 1953). Il y eut aussi l’attaque, le 8 juin 1967, du vaisseau de guerre américain USS Liberty : 34 marins américains tués, 171 blessés. Il faut peut-être s’attarder un peu sur les dernières révélations de l’attentat à la camionnette piégée contre la mutuelle israélite de Buenos Aires, qui fit 85 morts et 300 blessés le 18 juillet 1994 et l’ambassade israélienne en 1992, prouve la responsabilité de l’Etat israélien et des USA avec la connivence des Argentins. Les preuves ont été mises en évidence par deux personnes dans une enquête indépendante, José Petrosino et Oscar Abudara Bini qui ont fouiné pendant plus de 14 ans sur cette affaire scabreuse des services secrets de la coalition américano-sioniste. La conclusion de leur enquête est édifiante dont en voici les principales : 1. Les explosions ont eu lieu à l’intérieur des deux bâtiments ; 2. de fausses preuves ont été introduites sur les lieux afin de faire figurer des voitures piégées inexistantes dans les deux attaques ; 3. de faux témoignages, relayés par les services de police locale, les agences de renseignement et la classe politique ont visé à impliquer des voitures piégées et des kamikazes de façon à orienter l’opinion sur des terroristes musulmans fondamentalistes.

(A suivre)

NOTES :

(4) Cf notre étude en trois parties sur la notion de la destinée manifeste favorisant l’extermination des peuples amérindiens. El Watan 24, 25 et 26 juillet 2006.

(5) Document classé confidentiel qui fut élaboré par Yisraël Koenig, membre du Parti travailliste en 1976 et dont ls « fuies » ont été révélées par le journal israélien Al Hamishmar. Notons ici que les Arabes sont toujours leurrés et trahis par leurs sentiments de soutien pour porter les « travaillistes » au pouvoir de l’Etat sioniste lors des élections législatives. A chaque appel des urnes, la presse arabe évoque la « flexibilité » du parti travailliste dans les négociations ; une simple illusion qui ne doit jamais faire partie de la politique de tous les leaders sionistes à Sabra, Qana, Jenin, Ghaza, Rafah et… avec les Shimon Pérès ou Yehud Barak, Ariel Sharon ou Yizhak Shamir. Le crime est une constante chez tous les sionistes.

(7) Kristol William : « Its Our War Bush should go to Jerusalem ; Weekly Standard, 07/24/2006, Volume 011, Issue 42,conformément aux lois de l‘Etat fédéral et qui exerce de façon publique, à l’opposé des activités des groupes de pression. Le point le plus important à notre sens est celui du lobbying politique et diplomatique qui combine avec les efforts sionistes à faire ressentir au monde occidental un sentiment de culpabilité pour la persécution des juifs, a abouti à une sympathie hypocrite des pays occidentaux. Le lobbying est une mission dédiée à toutes les institutions sociopolitiques, économiques ou para militaires entretenues par l‘Etat israélien dans les capitales occidentales les plus influentes sur la décision internationale. Nous avons déjà évoqué le travail mobilisateur des associations juives et sionistes dans nos précédentes études et son alliance avec les groupes de pouvoir au Etats Unis d’Amériques, notamment depuis l’arrivée des néocons et qui a commence avec l’ère du président Roland Reagan. Durant le mandant du précèdent Sénat au moins onze membres étaient juifs sur les cent membres au total, alors que la population juive ne dépasse guère les 2 % de la population américaine. Un des plus importants rédacteurs des discours du président Georges Bush est un « Think Tanker » très proche des thèses sionistes. Il s’agit de David Frum à qui beaucoup de chercheurs attribuent le mérite de réinventer la notion de l’axe du mal. Sur le même plan, des visites sont organisées par les associations sionistes pour les membres du Congrès et du Sénat afin de pouvoir mobiliser la décision politique en faveur de l‘Etat sioniste.

Lakhdar Ydroudj

http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=75541


Dimanche 23 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par M'çammi le 24/09/2007 02:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


En résumé,
Pour que le sionisme perdure il faut qu'il crée des guerres...
Guerre = sionisme .
Faire la guerre au sionisme pour retrouver la PAIX. Se taire c'est capituler .
Chasser les sionistes c'est chasser le guerre, C'est Sauver La Paix ...
Vive les Résistants et Vive LA RESISTANCE .
Bravo à Alterinfo.

2.Posté par perditadeblanc le 24/09/2007 10:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le courage d'alterinfo n'est plus à démontrer...encore bravo pour la qualité de cet article,mais il faut savoir qu'outre" l'état de guerre permanent"auquel est soumise la planéte enti"re ,un plan établi et préconisé par probablement le théoricien sioniste le plus influent de ce siécle,LÉO STRAUSS maître à penser de tous les néo -cons de la maison blanche,rabbin talmudiste de la lignée des chefs rabbins pharisiens KHAZZARS qui poussent israël et les usa vers l'holocauste nucléaire afin de provoquer la venue du messie ni plus ni moins.la fin des temps n'est qu'un épisode sans véritable importance aux yeux des sionistes....Et ça les iraniens le savent et les sionistes savent que les iraniens le savent.

3.Posté par PATMOS le 24/09/2007 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce que suggère PEDITADEBLANC apparaît effectivement souvent: Perspectives apocalyptiques et messianiques partagées avec les "fondamentalistes" chrétiens, construction du troisième temple etc... Et si j'ai mis des guillemets à "fondamentalistes", c'est pour souligner qu'il est plein de chrétiens « dans la ligne théologique » (j’en suis…) qui affirment que le vrai fondamentalisme est qu'un tel messianisme et à vouloir le provoquer est une hérésie et que les projets de troisième temple un blasphème. Il me semble aussi qu'il existe depuis l'origine même du sionisme et même antérieurement (mais je ne voudrais pas dire de bêtises... je n'en sais guère plus...) un mouvement hassidique de pieux et fondamentalistes juifs orthodoxes qui renient également avec véhémence le sionisme. Il me semble même, mais là je m'avance peut-être encore plus, que cette discussion remonte au Talmud ou à ses commentaires... Les pages d’Alter Info se sont fait l’écho de tels mouvements… et je trouve cela tout à fait passionnant. Il n'y a donc pas que les iraniens qui le sauraient... Mais ça je n'ai pas bien compris...

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires