Economie

Le sionisme économique


Al Jazeera

Saïf Da'na


Saïf Da'na
Lundi 22 Février 2010

Le sionisme économique
Dans la suite de mon article sur le sionisme culturel, celui-ci propose une introduction à l'étude du sionisme économique, qui est l'un des piliers du projet sioniste en terre de Palestine. Selon l'hypothèse présentée, il existe une relation étroite et continue entre, d'une part, la situation et la fonction d' "Israël" dans le système capitaliste mondial et la structure économique du projet sioniste et, d'autre part, le caractère guerrier du sionisme qui s'illustre dans les guerres sans cesse menées contre les Arabes.
 
Une fonction politique et non économique
"Israël" occupe une position médiane dans le système capitaliste mondial (entre le centre capitaliste et les pays de la périphérie), soit une position semi-périphérique, pour utiliser la terminologie de la théorie du "système international". Tout positionnement dans ce système suppose un rôle économique, généralement quantifié par l'ampleur de la participation du pays en question à la production internationale, ou déterminé par la nature de l'activité économique prépondérante (activité industrielle dans les pays du centre, agricole dans les pays de la périphérie, et un mix des deux ou une activité industrielle de plus faible rentabilité pour les pays semi-périphériques).
Sur la base de ces critères, "Israël" apparaît comme une quantité totalement négligeable, dont l'éventuelle disparition n'entraînerait absolument aucun effet sur l'opération d'accumulation du capital international. Cette insignifiance économique d' "Israël" sur le plan de l'économie internationale s'accompagne toutefois d'un positionnement semi-périphérique dans le système capitaliste international, qui se traduit par un revenu moyen relativement élevé, et un soutien politique et militaire quasi absolu de la part des pays du centre capitaliste. Ceci mérite une explication.
Peu de pays bénéficient d'un positionnement semi-périphérique dans le système capitaliste international, l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid en constituait un des rares exemples. Or, "Israël" ne répond pas aux conditions économiques d'un tel positionnement, en dépit de l'existence de certains indicateurs économiques, tel un revenu moyen élevé, dont l'interprétation peut être trompeuse.
Un positionnement semi-périphérique peut être dû, comme c'est le cas pour "Israël", à un rôle politique ou militaire régional, joué par le pays en question au profit des pays du centre impérialiste, ou à leur place. Le positionnement dans ce cas revient à une fonction de gendarme régional chargé de garantir et de faciliter la poursuite de l'opération de l'accumulation du capital international, et non à une fonction économique directe. Cette fonction est évidemment rémunérée par des aides économiques et militaires et une protection politique.
Les données économiques fournies par la Banque mondiale n'indiquent aucune situation particulière, ou même avancée, d'"Israël" au Proche-Orient ou dans le monde. En effet, cet Etat est en quatrième position dans la région avec un produit national brut (PNB) de 199 milliards de dollars (et représente moins de 0,3% du PNB mondial qui s'élevait à plus de 60 trillions de dollars en 2008), contre l'Arabie saoudite en deuxième position (467 milliards de dollars), l'Iran en troisième position (385 milliards de dollars), et assez proche de l'Algérie en cinquième position (174 milliards de dollars) et de l'Egypte en sixième position (163 milliards de dollars).
Par ailleurs, ces pays sont dotés d'une population dont "Israël" ne pourra jamais bénéficier, même si tous les juifs du monde, soit un total de 13 millions en comptant les juifs d'Israël, y émigraient.
Une simple comparaison des capacités israélienne et arabes permet de mettre un terme à l'illusoire force économique de l'entité sioniste. C'est ainsi que le PNB de quinze pays arabes (avec un grand et riche pays comme l'Irak non inclus faute de données exploitables) a atteint près de 1.650 milliards de dollars en 2008, soit huit fois le PNB israélien. De plus, le PNB de l'ensemble des pays arabes (soit 1,8 trillions de dollars selon le rapport économique arabe unifié) est plus de neuf fois supérieur au PNB israélien. Si on prend en plus compte du facteur de la population, qu'aucun soutien international ne pourra fournir à "Israël", on en finit avec le discours dominant qui glorifie les capacités de l'entité sioniste. Enfin, le PNB israélien correspond à moins de la moitié (42%) du PNB de la seule Arabie saoudite, et la population de l'entité sioniste s'élève à peine au quart de celle du royaume.
 
Une économie militaire et une structure guerrière
Depuis son origine, l'économie israélienne s'est caractérisée par la prépondérance militaire, non seulement en raison de la hausse relative de la rentabilité moyenne de ce secteur jusqu'aux années 80 du siècle précédent, mais aussi en raison de la nature politique et militaire, et non économique, du rôle de l'entité sioniste au sein du système capitaliste international. Ce facteur n'explique évidemment que partiellement la nature guerrière originelle du sionisme et son projet (le reste trouve son explication dans les autres structures de la société sioniste, notamment la structure culturelle), ainsi que la persistance du conflit arabo-israélien et l'échec de toutes les tentatives de réglements, malgré les hallucinantes concessions arabes et la disposition de la majorité des Arabes à reconnaître Israël depuis 1949, à en croire les nouveaux historiens israéliens.
La nature de l'économie israélienne, qui révèle la nature, la structure et la fonction guerrière de l'entité sioniste, est depuis le début, un des piliers du conflit et une des causes de sa persistance, sans laquelle le sionisme aurait perdu la raison de son existence. En d'autres termes, le sionisme et le projet sioniste incarnés dans l'Etat juif, est nécessairement guerrier, sinon comment expliquer la structure économique sioniste à dominance militaire et ses répercussions politiques qui se traduisent en guerres et agressions continuelles.
Certains chiffres sont éloquents, tel le taux de dépenses militaires israélien par rapport au PNB qui est le plus élevé du monde : 13% dans les années 50, 22% dans les années 60, 32% dans les années 70, 24% dans les années 80 malgré l'"accord  de paix" conclu avec le plus grand pays arabe et l'entrée des Arabes et de l'OLP dans la logique des négociations depuis le milieu des années 70.
D'après les chiffres de la Banque mondiale, on constate que, depuis la fin des années 80 et jusqu'en 2008, le taux des dépenses militaires israéliennes par rapport au PNB (de 8,12 à 15,4%) dépasse de très loin le taux des dépenses militaires international moyen (qui se situait autour de 3,65% en 1990 et de 2,43% en 2008), en dépit des accords conclus avec un certain nombre de pays arabes et l'OLP.
A titre de comparaison, le taux des dépenses militaires par habitant en "Israël" est deux fois plus élevé que le taux états-unien et quatre fois plus important que les taux britannique, français et allemand au plus fort de la guerre froide. Par ailleurs, le taux des effectifs militaires sionistes est de 50 pour mille habitants, un chiffre cinq fois plus important qu'aux Etats-Unis et qu'en France et dix fois supérieur au taux britannique en pleine guerre froide. On peut en conclure l'existence d'une relation primordiale entre la structure de l'entité et sa nature guerrière, du fait que la guerre et l'agression ont toujours été et continuent d'être une industrie rentable.
Au cours des premières années de l'histoire économique israélienne, entre la création de l'"Etat" et jusqu'à la fin des années 60 et le début des années 70, les investissements militaires (sur lesquels se sont concentrées les principales sociétés et banques israéliennes) étaient non seulement les plus rentables économiquement (au contraire des autres investissements), mais ils ont contribué au niveau macro-économique, dans le cadre d'une croissance économique générale, à la répartition des bénéfices et à la croissance des autres activités économiques. C'est par conséquent l'ensemble de la société israélienne qui a profité de l'industrie guerrière et des agressions contre les Arabes.
Au cours de la période suivante, à partir du début des années 70, les investissements des multinationales et des grandes banques dans l'industrie militaire se sont poursuivis, alors que ces investissements ne jouaient plus aucun rôle macro-économique, et qu'ils n'avaient plus aucun impact sur la croissance économique générale en raison de la modification du contexte économique mondial. On retrouve là les conditions classiques de la montée du facisme. C'est au cours de cette période qu'a commencé la formation du "Nouvel Israël", ou "Israël néolibéral", un système qui se caractérise par le développement externe de l'économie (ce qui explique que les négociations de paix visent à résoudre les problèmes israéliens par la formation d'une alliance et d'un marché régionaux avec les élites économiques arabes, et non à conduire à la paix) parallèlement à un conservatisme et à un ultraracisme au niveau social et politique (qui explique la structure politique de la Knesset depuis la fin des années 70).
Le plus important, c'est que cette période a vu la montée et la domination d'une nouvelle classe sociale israélienne qui a continué à investir massivement dans l'industrie militaire, ascension qui s'est traduite politiquement par la montée en force du Likoud. Il n'est pas d'exemple plus évident de la nature guerrière israélienne, comme produit de la structure économique et du projet sioniste dans son ensemble, que la guerre contre le Liban déclenchée en 1982. D'après l'expert militaire Avner Yaniv, "Israël" s'est trouvé contraint d'envahir le Liban pour des raisons stratégiques, en clair en réponse à la campagne pour la paix menée par l'OLP et à l'adoption par la direction palestinienne du projet des deux Etats.
En vérité, cette guerre n'avait rien à voir avec "la paix en Galilée" comme le prétendait l'entité sioniste, en fait elle servait à poursuivre l'occupation de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza, comme l'a montré Norman Finkelstein, tandis que l'OLP se conformait à un engagement non officiel de cessez-le-feu entre le 28 juillet 1981 et le 9 mai 1982.
Pendant ce temps, des sources des Nations Unies enregistraient 2.125 violations israéliennes de l'espace aérien libanais et 652 violations de l'espace terrien et maritime (données documentées par Chomsky). La réponse israélienne à toutes les campagnes de paix arabes ont toujours été le refus et l'agression, les documents révélés par les nouveaux historiens israéliens ont par ailleurs montré que les propositions de paix et les disposition officielles des régimes arabes à reconnaître Israël remontent à 1949.
On peut en déduire que tous les prétendus dangers pour l'existence et la sécurité qui menacent Israël dans le contexte arabe actuel en particulier, ne sont que pure propagande qui vise à justifier la poursuite des guerres et des agressions contre les Arabes et à légitimer la prédominance de l'industrie militaire au sein de la structure économique israélienne.
A supposer que le conflit avec l'entité sioniste soit uniquement militaire, ce qui est entièrement faux en réalité, compte tenu des données ci-dessus qui prouvent que les Arabes disposent d'une immense supériorité en termes de produit national et de population, les chiffres de l'industrie militaire et du taux de militarisation de la société israélienne ne devraient engendrer aucune crainte, au contraire, car, même si les Arabes se contentaient du taux de dépenses militaires moyen international  (2,43% en 2008), ils atteindraient le double des dépenses militaires israéliennes.
Or, ce taux, pour ceux qui l'ignorent, est très inférieur aux investissements passés et présents des Arabes en matière d'armement, et la plupart des pays arabes dépassent le taux moyen d'investissement militaire international (sauf l'Egypte avec un taux de 2,29% et la Libye avec un taux de 1,1%, en 2008), et pour certains d'entre eux, tels l'Arabie Saoudite  (15,2% en 1988 et 8,17% en 2008) et Oman (18,3% en 1988 et 11,3% en 2006), dépassent le taux israélien. Enfin, le montant total des dépenses militaires arabes est cinq fois supérieur aux dépenses israéliennes. Cependant, en l'absence d'une stratégie de confrontation, ces dépenses militaires ne sont que gaspillages inutiles. De son côté, l'Iran, qui fait si peur à l'Occident et à "Israël", se contente d'un taux d'investissement égal à la moyenne internationale (2,47% du PNB en 2008). On peut en conclure que ce n'est pas le génie israélien mais bien l'absence d'un projet arabe, ou régional avec soutien arabe, de confrontation qui est à l'origine de la force d'"Israël".
 
Un colonialisme économique
Outre la centralité de l'économie guerrière dans le structure de l'entité sioniste, je voudrais mentionner deux cas qui illustrent bien, en dépit des déclarations d'intention et des discours de propagande, la présence de forces centrales influentes et agissantes en "Israël", dont les intérêts s'opposent structurellement et stratégiquement avec le principe même d'un quelconque réglement (lequel de toutes façons ne concède rien aux Palestiniens).
D'ailleurs, outre le pouvoir absolu détenu par l'institution militaire et les officiers de grade supérieur, le fait que la Cisjordanie et la Bande de Gaza soient du ressort du ministère de la Guerre israélien, montre bien que l'armée en tant qu'institution, et les individus qui en font partie, ont grand intérêt à ce que l'occupation se perpétue de quelque manière que ce soit.
Comme élements de preuve, rappelons qu'un officier israélien prend sa retraite à 45 ans avec le grade de colonel, et reçoit près de deux millions de dollars, outre sa pension de retraite, de plus il se voit attribuer un poste dans le conseil d'administration d'une des sociétés d'armement ou de sécurité. L'armée et les individus dont elle se compose n'a, par conséquent, aucun intérêt à ce que le conflit s'arrête, bien au contraire.
Les colonies et les colons : outre le fait qu'elles sont un instrument de domination de la terre, les colonies sont un facteur et une base d'attraction des investissements. Le soutien gouvernemental considérable, conjugué au vol des terres arabes, permet de proposer un environnement propice aux multinationales telles que Matrix, qui sont à la recherche d'une main d'oeuvre bon marché occidentale (car Israël est une entité occidentale) qui concurrence les salaires asiatiques.
C'est ainsi que l'industrie de l'immobilier et celle de la construction constituent deux fondamentaux  de l'économie israélienne et que l'expropriation perpétuelle des biens arabes constitue la ressource d'un taux de rentabilité relativement élevé, ce qui explique que des banques et des capitaux étrangers continuent à investir dans ces domaines. Les colonies ne sont pas de simples regroupements de racistes et d'extrémistes, dont l'évacuation nécessite une "décision politique courageuse", comme on dit, mais elles sont un fondement de l'économie israélienne et une source de revenu et d'investissement pour des forces économiques et des grandes banques, dont l'influence est prépondérante à l'extérieur desdites colonies.
 
Dans toutes les sociétés, on trouve un groupe qui profite de la guerre, de l'agression et du pillage, mais dans le cas d'"Israël", on se trouve face à une entité construite et fondée sur le facteur agression qui est l'essence de sa structure et de sa fonction, et la raison même de son existence.
 
 


Lundi 22 Février 2010


Commentaires

1.Posté par said le 22/02/2010 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

en fait c'est compréhensible car s'il devait faire la paix il se retrouverait minoritaire donc ce n est pas leurs intérêts par contre rester dans l'état actuel pour l'instant ça rapporte de faire croire qu'il est agressé et mal aimé et comme cela il maintient le statu quo, allumer la mèche entre les arabes pour pouvoir faire vendre des armes et prendre des commissions au passage et en même temps il sert de chien de garde de l'occident mais il reste pas moins que c'est invivable
pour les hommes de bonne volonté qui cherche à calmer la région de ces guerres intestines
qui font sans cesse des victimes non vraiment c est une gangrène intenable pour la région

2.Posté par Neo le 23/02/2010 07:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pouvez-vs m'éclairer sur un point? Je n'arrive pas à comprendre comment un investissement militaire peut être rentable... Est-ce parce qu' on prend le contrôle d'un d'un territoire et par conséquent, le contrôle des entités commerciales? Ou juste la vende d'arme est suffisante?
Je m'excuse si cette question paraît sans intéret pour certains et merci à celui ou ceux qui pourront m'éclairer!

3.Posté par ben le 24/02/2010 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

plusieurs question vous parler dans l'article des concession s incroyable que les arrabes ont fait a israel lesquels?????????????je n'en es vue aucune par contre les concessions israelienne au arrabe je peut vous en donnez quelque une enfin ce qui me viennent a l'esprit comme ca le retrait du liban/le retrait de gaza/l'autonomie dans une partie de notre terre d'israel je peut aussi vous dire ce que nous avons eu en echange des kidnapings une intifada duex guerres un soldat kidnaper et lincher a gaza et combien de gens attaquer tuer mutiler alors oui l'armee israelienne coute cher aau peuple israelien mais elle est la seule solution a la barbarie arrabe
alorsfaut revenir sur terre le seul but des arrabe est de tous nous faire partir d'ailleurquand nous avons etait attaquer en 48 (la guerre d'independance)ce n'est pas nous qui avons dit au palestiniens de partir mais les armee arrabes qui leur ont demanderde partir le temps qu'il nous jette a la mer

4.Posté par said le 24/02/2010 20:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ben tu sais il ne faut pas trop vous vanter des guerres 48 et 67 c etait l occident afin que psychologiquement intimider les arabes mais la seule belle action de
votre armee c est dar-yacine ou ils ont tues des civils des femmes et des enfants
les betes n ont pas ete epargnees il ne faut pas oublier qu a l epoque tous les arabes
etaient sous colonialisme francais ou anglais grace a churchill le sioniste
alors je ne vois pas ou est la gloire il ne reste pas moins que c est des terres spoliees et que la reconnaissance de l etat d israel etait façile les sionistes etaient infiltres dans toutes les
fraiches institutions creees apres les deux guerres decidees par des sionistes dont le
createur de l association sioniste theodor herltz

5.Posté par ben pour said le 24/02/2010 20:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tu as raison il ne faut pas nous vantez des guerres de 48 67 et des autres enfin vous etiez combien deja ? mais sans blague quelle deculoter les libannais siriens jordaniens en deroute les egiptiens qui ont eu telment peur qu;il ont abandonner leur chaussure pour courir plus vite et ce theodore hertzl quelle genie quelle visionnaire vous deviez en 48 nous jetez a la mer en quelque jour mais 60 apres c'est vous qui n'etes pas loin d'etre jetez a la mer avec vos super chef qui ce cache dans les caves des hopitaux ou naze srala qui vie cacher dans une cave depuis la derniere guerre tu veut peut etre parler des prix nobel ou des decouverte et invention meme sans faire la comparaison meme sans faire le rapport 1milliard et demi de musulment et 12 millions de juif meme sans faire le rapport la aussi ont vous ecrasent non vraiement si une des deux nation doit disparraitre il vaut mieux que ce soit la votre vous n'apporter rien a l'humanite a part des attentas

6.Posté par Aigle le 24/02/2010 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le BEN tu es la derniere trouvaille des LABOS SIONISTONAZIS ?? Mais fallait pas avoir fait toute cette torture cervicale pour nous rabbacher une millionieme fois des mensonges que meme tes idoles tels le videur de bordel moldave ou la lesbienne tzipi ne veulent plus entendre ......Les RRRRRRRRAAAAABBBEEEESSS T'ONT ATTAQUE TOI LA MERDE DEBARQUEE DE LITUANIE , RUSSIE , FRANCE , ESTONIE , Tchequie et j'EN PASSE ??? En 48 les aaarrrraaaaabbbeees etaient sous occupation ou protectorat de tes PARRAINS BRITISH ET FRANCAIS, TU PARLES DE RETRAIT DU LIBAN COMME SI C'ETAIT UN CADEAU TRIPLE M.... PUANTE ? C'est LES HOMMES LIBRES QUI VOUS ONT DONNE LA RACLEE MALGRE TOUT L'APPUI OCCIDENTAL DONT VOUS AVEZ BENEFICIE ......Retrait de gaza ???? MAIS QUADRUPLE M.... DEMANDE A SHARON COMMENT IL A ETE OBLIGE PAR LES RESISTANTS PALESTINIENS DE FOUTRE LE CAMP , DEMANDE A TON ALTER EGO , C'EST A DIRE LE LACHE PAR EXCELLENCE DAVID LEVY COMMENT IL N'A PAS PU PROPOSER UNE SOLUTION A SHARON POUR NE PAS S'ENFUIR DE GAZA , DEMANDE LUI ..., MOI JE LES AI ENTENDU PETITE FRAPPE DE CIRQUE QUE TU ES ...........

7.Posté par ben pour aigle le 24/02/2010 20:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bon d'abors je viens de france il y a longtemps que je vous es abbandonner ce pay en plein decadence comme dans tous les endroit ou vous metter les pieds et en 48 les eanglais au debut ont miser sur vous mais devans votre incapaciter il ont vite compris qui aller gagner la france avec de guaule nous a meme menacer avant la guerre de 6 jours (le plus beau coup de pied au cul de tous les temps)pour l'instant car le plus beau est pour bientot la prochaine guerre et tu veut parler de la derniere guerre au liban dit moi quelle pay a etait obliger de tous reconstruire a la fin ouvre les yeux et regarde ou sont les plus gros degat tu verra qui a gagner gaza qui nous a poussez a partir surment pas vous la preuve ont rerentre quand ont veut vous redonner un fesser

8.Posté par rachi le 24/02/2010 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah bon , tu viens de France le BEN !!! Ce n'est sûrement pas en France que tu as appris le français , dans un kibboutz en palestine occupée sans doute ? Tu as des progrès à faire, retourne à ton étude c'est ce que tu as de mieux à faire.



9.Posté par Aigle le 24/02/2010 21:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme dit Rachi tu as du apprendre le francais dans un Bordel ou tu dois etre né d'ailleurs quelque part dans la Toundra lituanienne .......La prochaine guerre tu peux pas savoir combien je l'ATTENDS ........Et ce n'est pas les Pilotes amerloques et les equipements High tech à 2 sous qui vont nous empecher de venir jusqu' a des detritus dans ton genre pour vous déloger de la surface de la terre palestinienne d'abord et entiere ensuite .....Hizballah et Hamas et d'autres resistants que vous connaitrez a la derniere minute prendront le temps quand meme de t'apprendre quelques mots de francais avant de te ramasser comme un detritus sur le trottoir .....A bientot lacheté ambulante .........

10.Posté par dik le 27/02/2010 23:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très bon article. Instructif à plus d'un titre. L'industrie de la guerre est tellement rentable pour le Sionistan, grâce à laquelle chaque guerre n'est qu'un prélude à la suivante, jusqu'à la nuit des temps! Pour cause, s'il en faut une, le Sionistan est la seule entité au monde n'ayant ni constitution ni frontières officielles! Des chairs ou chiens à canons. L'ONU, les droits de l'Homme, la démocratie et tout le pataclan n'est que poudre aux yeux, une poudre épaisse qui aveugle!

Merci encore à l'auteur.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires