Proche et Moyen-Orient

Le sens de la victoire


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:29 THERESE MAY ET LES ROITELETS DU C.C.G



crekkab@wanadoo.fr
Lundi 19 Janvier 2009

Le sens de la victoire
Le sens de la victoire

Qui a gagné, qui a perdu, telle est la question qui préoccupe actuellement l'ensemble des analystes politique de par le monde.
Dans un conflit mettant en présence des forces armées régulières, la réponse à cette question fondamentale pour la suite des évènements, serait apparue clairement : Une des armées est battue, mise en déroute avec ou sans pertes importantes et contrainte à une reddition sans conditions. L'autre armée est considérée par conséquent comme victorieuse et le pouvoir politique du pays dont elle dépend, impose ses conditions au gouvernement défait. Cela se conclue généralement par la signature d'un traité de paix assorti d'un "prix à payer" par le vaincu au vainqueur et d'autres contraintes visant à limiter, voire annihiler les capacités militaire de l'ennemi de manière à lui ôter toute volonté d'agression future.
Concernant le conflit israélo-palestinien, les paramètres de l'affrontement classique, les données stratégiques de la guerre et les objectifs poursuivis n'obéissent à aucune règle pouvant être élaborée avec précision par les Gouvernements et les Etats Majors. En effet, si dans une guerre classique il faut défaire l'armée ennemie avant d'entamer les démarches politiques pour concrétiser la victoire, dans un conflit de résistance à un occupant, l'action politique est concomitante et le "résistant" s'en sert comme d'une arme en essayant en plus d'en priver la partie adverse.
Le résistant ne se fixe pas comme objectif prioritaire de vaincre militairement l'armée d'occupation car il sait qu'il ne peut pas y parvenir. Moins armé, souvent inférieur en nombre et sans moyens logistiques efficaces, il cherchera surtout à exister, à durer et à être reconnu nationalement et internationalement par la justesse de la cause dont il porte l'étendard.
Par des actions furtives et souvent très efficaces, il harcèle l'ennemi semant le doute parmi les soldats et les civils si ces derniers soutiennent l'occupation. Il se fond parmi la population dont il tire l'essentiel de sa subsistance et il "pousse" l'adversaire à commettre l'irréparable de manière à le discréditer aux yeux de l'opinion publique, tant nationale que mondiale.
L'histoire lui enseigne enfin qu'aucun peuple n'a jamais réussi à se libérer du joug de la colonisation sans le recours à une violence parfois extrême. Elle lui enseigne aussi que l'ennemi finit toujours par se lasser, incapable qu'il est d'anéantir la résistance tant dans les esprits que sur le terrain. Cette résistance se régénère continuellement et gagne en importance proportionnellement aux exactions de des armées d'occupation.
Ainsi, sans avoir infligé une défaite militaire à l'ennemi, le résistant peut se déclarer vainqueur car ses objectifs sont atteints à savoir la libération du pays et le recouvrement de la dignité du peuple.
L'occupant ne peut être considéré que comme défait car ses propres objectifs ne sont pas réalisés à savoir la destruction physique de la résistance et la poursuite de l'occupation, redue impossible.

Dans le drame de Gaza, malgré les effroyables massacres commis par les sionistes, on peut affirmer, de manière objective que le Peuple Palestinien et le Hamas sont sortis vainqueurs. La volonté de résister à l'occupant n'est pas altérée, bien au contraire, et Hamas est toujours opérationnel !

Penchons nous maintenant sur les objectifs d'Israël pour sa honteuse campagne. Ils sont au nombre de quatre :
Deux militaires :
1 - Faire cesser les tirs de roquettes,
2 - Abattre le Hamas.
Deux politiques :
1 - Faire renoncer les Palestiniens à toute volonté de résistance,
2 - Provoquer un soulèvement, une révolte contre le Hamas.
Nous pouvons même y ajouter un bonus, celui de libérer un mercenaire franco-israélien que je ne nommerai pas pour des raisons de décence.
le Premier Ministre de l'entité sioniste déclare être parvenu à ses fins et même au delà. Seulement voila, il oublie de nous préciser ce que cette campagne lui a procuré de plus et omet de parler du séisme diplomatique qu'il vient de faire subir à son gouvernement de criminels.
Olmert est l'homme du crime et de l'échec et il doit endosser, lui-même comme ses complices et alliés arabes et occidentaux la responsabilité de cet innommable bain de sang totalement gratuit... à moins que ce ne soit le seul objectif qu'Israël voulait concrétiser.

claudio


Lundi 19 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par sormiou le 19/01/2009 17:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://december18th.org/

2.Posté par hélène le 19/01/2009 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

nos plus chaudes félicitations à ces jeunes refuzniks: ce sont de véritable être humains.

3.Posté par abouyasser le 19/01/2009 19:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour.je dirai tout simplement le sang a trionfer sur le sabre car le vrai sens de la victoire c 'est de resister devant un tyran ou toute autre injustice c'est les generation avenir qui accompliront la vectoire finale

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires