Diplomatie et relation internationale

Le sénateur suisse, Dick Marty, dans le collimateur


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


Deux personnalités impliquées dans l’affaire des vols secrets de la CIA, en Europe, ont menacé de déposer une plainte contre le rapporteur du Conseil de l'Europe, le sénateur suisse, Dick Marty. Le rapporteur suisse avait, auparavant, établi deux rapports détaillés sur les centres de détention de la CIA et ses vols secrets, en Europe.


Irib
Mercredi 18 Juillet 2007

Le sénateur suisse, Dick Marty, dans le collimateur
Dans son deuxième rapport sur la CIA qu'a approuvé le Conseil de l'Europe, il a, notamment, mis en cause la Roumanie et la Pologne, pour avoir abrité des centres de détention de la CIA, entre 2003 et 2005. Il assure, d'ailleurs, que "les plus hautes autorités" de ces deux pays étaient au courant des activités illégales de la CIA sur leur territoire.

En Pologne, il met en cause Marek Siwiec, eurodéputé, membre du groupe socialiste, alors Chef du bureau de la sécurité nationale, et, en Roumanie, Oran Mircea Pascu, ancien Ministre de la défense, qui assume, actuellement, la Présidence du Conseil des relations extérieures du parlement européen. Siwiec a rejeté devant la presse ces accusations, demandant que son nom soit supprimé de la liste des accusés.

Dans son premier rapport, présenté, en juin 2006, au parlement européen, Dick Marty a fait référence à 14 Chancelleries européennes, parmi lesquelles, l'Italie, la Grande-Bretagne, la Suède et l'Allemagne, qui étaient impliquées dans les actes illégaux de la CIA, en Europe. Le rapport susmentionné souligne que certains pays européens ont, sciemment, abrité, entre 2001 et 2005, des centres secrets de détention gérés par la CIA, en Europe, chose qu'ils ont toujours démentie.

Seule, la Secrétaire britannique au Foreign office, Margaret Beckett, a reconnu l'implication de son pays dans le scandale de la CIA, en Europe. Aux termes du rapport de Marty, les appareils de la CIA, en accédant à l'espace aérien de divers pays européens, ont effectué, entre 2001 et 2005, des milliers de vols secrets. Après que le voile ait été levé sur l'existence des prisons de la CIA, en Europe, les suspects terroristes de l'Agence centrale de renseignements américaine ont été transférés dans certains pays asiatiques.

De l’avis des politologues, l'existence de tels centres de détention secrets sur le sol européen a, avant toute chose, porté atteinte au prestige de l'Europe. Par ailleurs, l'aval, donné, par les pays européens, au transfert, via leur territoire, des suspects terroristes, va à rebours de l'article 6 de l'Accord du parlement européen et d'autres accords européens, dans le domaine des Droits de l'homme. On peut, donc, en conclure que l'administration américaine se comporte, aujourd'hui, avec les pays européens, de la même façon qu'avec ses pays satellites.


Mercredi 18 Juillet 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires