ANALYSES

Le règne du chaos (deuxième partie)


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »



redaction@mecanopolis.org
Samedi 4 Juillet 2009

Le règne du chaos (deuxième partie)

X6tenZ

La première partie de cet article se trouve ici

L'extrême cynisme qui domine la gestion mafieuse de la société se mesure dans la violence des attaques subies par la classe politique occidentale. Ceux qui tombent sous le coup d'affaires sont le plus souvent remplacés par des hommes et des femmes « aux ordres ». Les médias n'échappent pas à ce processus : ce qu'ils dévoilent par leur travail de recherche se retourne contre eux. On peut même affirmer qu'il n'y a plus de journalistes d'investigation dans les médias officiels contrôlés par de grands groupes économiques : les nouvelles affaires qu'ils « découvrent » sont le plus souvent téléguidées.

La gestion chaotique d'une crise virtuelle, qui n'est en réalité qu'une mutation de la circulation monétaire, condamne à la misère assistée la plus importante partie de la population des pays dits « riches ». Cet assistanat se manifeste d'abord par une surconsommation médiatique, mais jamais par une aide financière proportionnée à la richesse générale. Pour les pauvres des sociétés occidentales, la misère est criante et l'argent se fait rare, mais les médias rayonnent. Les aides octroyées aux miséreux les maintiennent de toute façon en dessous du seuil de pauvreté.

Ceux qui n'ont plus rien, hormis la faculté de se reproduire, sont désignés comme les responsables d'une situation qui les condamne simultanément à la pauvreté aggravée et à la mortification. La crise dont on les accuse est virtuelle. Elle n'existe que dans le discours médiatique. Elle est la technique de désinformation utilisée par les stratèges du chaos pour supprimer les libertés et augmenter les bénéfices.

Un degré supérieur de l'infamie à été atteint lorsque, après le 11 septembre, des présidents et des ministres fantoches ont exhorté ceux qui subissent les privations les plus grandes à consommer massivement en empruntant l'argent qu'ils ne pourront jamais rembourser, de sorte à soutenir un ordre mondial qui les rend totalement esclaves.

Les stratèges du chaos, qui dissimulent leurs intentions par un usage systématique des sigles, ont inventé le FMI. Quelques lettres anodines qui cachent une infinité de fonctions. On l'utilise surtout pour gérer la crise de la dette, et pour cautionner le leurre d'une crise de l'économie. Nous vivions une crise virtuelle et le FMI, comme un leurre, est l'agent de cette modélisation. Selon un dispositif chaotique, le FMI dénonce des détails subalternes en ne les traitant pas, pour mieux dissimuler le sujet de sa mise en scène d'une économie de crise.

Ce ne sont pas le FMI et les instances monétaires qui interviennent directement dans les conflits en cours, mais ceux qui les animent, ceux qui s'agitent dans leur ombre, les manipulateurs de leur image virtuelle, ceux qui savent que l'ONU est désactivée par un nouvel ordre mondial, ceux qui connaissent les arborescences de la scène monétaire, ceux qui peuvent blanchir l'argent de la drogue, ceux qui peuvent négocier le sort des Palestiniens et composer avec les mafias russes et chinoises, ceux qui peuvent financer les Talibans - au nom du pétrole - et produire une série de clones de Ben Laden, ceux qui peuvent utiliser des armes à uranium appauvri en Irak et condamner les Serbes, ceux qui peuvent laisser pourrir les « cités » et privatiser l'enseignement, ceux qui peuvent empoisonner la planète et uniformiser tous les goûts et toutes les saveurs, ceux qui peuvent jouer avec les gènes comme ils jouent à la bourse tout en planifiant une « réduction massive de la population ».

Les créanciers des État-Unis ne connaissent pas de frontières. Ils sont parfois Américains. Cela importe peu. Le réseau criminel appelle un centre symbolique. Le crime à toujours besoin d'une cohérence centrale. Cette cohérence, ce sont les organisations monétaristes, qui n'existent que par leur sigle, qui la lui apportent.

La démocratie américaine est une fiction. Aux États-Unis cohabitent toutes les nuisances de l'époque : argent sale, puissance mafieuse, monétarisme incontrôlé, pauvreté tiers-mondiste et richesse éhontée, manipulation génétique, pollution exponentielle, intégrisme aveugle. Mais la fiction de la démocratie américaine est nécessaire a sa survie : la guerre. L'armée américaine est devenue l'équivalent moderne et à grande échelle de le Condottiere qui faisait la guerre pour le prince le plus offrant. Aujourd'hui, il n'y a qu'un seul prince et le Condottiere n'a plus le choix. Les États-Unis sont dotés de l'armée la plus moderne, technologiquement, et la plus soumise. Ils sont les Condottieri d'un groupe militaro-économico-industriel qui commande par sigles. Ils guerroient pour le compte de leur maîtres, avec la garantie morale du FMI.

On voudrait toujours nous faire croire qu'il y a une super-puissance qui contrôle, avec plus ou moins de succès, la planète. Des séries télévisées guerrières produites par CNN et ses clones tentent de nous en convaincre. On nous montre une armée et une bannière étoilée. Il semble que les morts sur l'écran soient de vrais morts. Mais les soldats à la bannière ne sont pas ce qu'ils pensent être. Ils ignorent pour qui ils se battent. A qui appartiennent les grands réseaux médiatiques ? Ils sont virtuellement américains. Des soldats se battent., tuent et meurent en brandissant leur bannière, image de synthèse d'un nouvel ordre mondial, en ignorant l'incroyable partie d'échecs dont ils ne sont que les pions.

x6tenz, pour
Mecanopolis Rédaction Mecanopolis



Samedi 4 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par fadi le 04/07/2009 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut avouer qu'on est fasse à une pensée machiavéquement trés sophistiqué,peut etre
qu'on devrait retudier plus profondement les raisons de l'chec de la mouvance communiste
et gauchiste à empecher le regne quasi total de ces finnanciers trop puissant .

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires