ALTER INFO

Le rayonnement de la téléphonie mobile sabote le sommeil


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Geoffrey Lean
Lundi 21 Janvier 2008

Le rayonnement de la téléphonie mobile sabote le sommeil


Les propres scientifiques des fabricants de téléphonie mobile découvrent que passer un coup de fil à l'heure du coucher peut entraîner des maux de tête, de la confusion et de la dépression


The Independent, par Geoffrey Lean, le 20 janvier 2008


​​​​Selon une nouvelle étude, le rayonnement des téléphones mobiles retarde et réduit le sommeil, et provoque des maux de tête et de la confusion.


​​​​La recherche, parrainée par les entreprises de téléphonie mobile elles-mêmes, montre que les gens qui utilisent ces appareils avant le coucher mettent plus de temps à atteindre les phases de sommeil profond, et diminue la durée de celles-ci, interférant avec la capacité du corps à réparer les dommages subis pendant la journée .


​​​​Ces résultats sont surtout inquiétants pour les sujets qui ont particulièrement besoin de sommeil, les enfants et les adolescents, qui, d'après ce que suggère l'enquête, utilisent pour la plupart leur téléphone tard dans la nuit. L'incapacité à avoir assez de sommeil peut amener des changements d'humeur et de personnalité, des manifestations semblables aux symptômes du TDAH, dépression, manque de concentration et maigres résultats scolaires.


​​​​L'étude, réalisée par des scientifiques de premier ordre de l'Institut Karolinska et de l'Université d'Uppsala en Suède, et de Wayne State University dans le Michigan aux États-Unis, est considérée comme la plus exhaustive du genre.


​​​​Publiée par Progress in Electromagnetics Research Symposium du Massachusetts Institute of Technology, et financée par Mobile Manufacturers Forum, qui représente les principales entreprises du mobile, elle a suscité de vives inquiétudes chez les grands experts du sommeil, l'un d'eux déclarant qu'il y avait désormais « plus qu'assez de preuves » démontrant que les radiations « affectent le sommeil profond. »


​​​​Les scientifiques ont étudié 35 hommes et 36 femmes de 18 à 45 ans. Certains ont été exposés à des radiations qui simulaient exactement ce que l'on reçoit en utilisant un téléphone mobile. Les autres ont été placés dans exactement les mêmes conditions, mais ils n'ont pas du tout reçu de radiation, juste un simulacre d'irradiation.


​​​​Les personnes qui ont reçu les radiations ont mis plus de temps pour entrer dans la première phase de sommeil profond, et elles ont passé moins de temps dans la phase la plus profonde. Les chercheurs ont conclu : « Cette étude indique que, pendant l'irradiation des signaux hertziens à 884 MHz en laboratoire, les composantes du sommeil, que l'on pense importantes pour récupérer de l'usure et des accrocs quotidiens, sont affectées. »


​​​​Mobile Manufacturers Forum, embarrassé, a minimisé les résultats, en insistant, en désaccord manifeste avec la conclusion publiée, sur le fait que ces « résultats étaient peu concluants, » et que « les chercheurs n'avaient pas affirmé que l'irradiation provoquait des troubles du sommeil. »


​​​​Mais le professeur Bengt Arnetz, qui a dirigé l'étude, déclare : « Nous avons trouvé des effets réalistes provenant du scénario d'exposition à la téléphonie mobile. Cela suggère qu'elle a des effets mesurables sur le cerveau. »


​​​​Il pense que le rayonnement peut activer un système de stress « rendant les gens plus actifs et plus focalisés, et qui réduit leur capacité à décompresser et à s'endormir. »


​​​​Environ la moitié des gens étudiés pensaient être « électrosensibles, » rapportant des symptômes du style maux de tête ainsi que l'affaiblissement de la fonction cognitive provenant de l'usage du téléphone mobile. Mais ils se sont révélés incapables de dire s'ils avaient été exposés aux radiations lors de l'étude.


​​​​Cela renforce la conclusion de l'étude, car ça règle toute suggestion du fait que la connaissance de l'irradiation influencerait les formes de sommeil. Plus significatif encore, ça met en doute la pertinence des études de l'industrie dépendantes de l'affirmation selon laquelle la radiation n'aurait aucun effet mesurable.


​​​​Une série d'entre elles, notamment une récente étude à grande publicité de l'Université d'Essex, ont aussi montré que des gens qui prétendaient être électrosensibles ne pouvait distinguer l'activité de l'irradiation en conditions de laboratoire, ce qui suggère qu'ils n'étaient pas affectés.


​​​​Des critiques ont attaqué cette méthodologie d'étude, mais les nouvelles découvertes lui donnent un sérieux souffle. Car elles montrent que les radiations avaient un effet, même quand les gens ne pouvaient dire s'ils étaient exposés.


​​​​Cela complète aussi d'autres recherches récentes. Une vaste étude, qui a suivi 1.656 adolescents belges pendant un an, a constaté que la plupart d'entre eux utilisaient leur téléphone après s'être mis au lit. Elle a conclu que ceux qui le faisaient une fois par semaine étaient plus de trois fois plus susceptibles d'être « très fatigués, » et que ceux qui les utilisaient encore plus souvent l'étaient plus de cinq fois.


​​​​Le Dr Chris Idzikowski, directeur du Centre du Sommeil d'Édimbourg, dit : « Il y a maintenant plus qu'assez de preuves, d'un grand nombre de chercheurs réputés qui constatent que l'exposition au téléphone mobile une heure avant de dormir affecte le sommeil profond. »


​​​​Le Dr William Kohler de l'Institut du Sommeil de Floride a ajouté : « Tout ce qui perturbe l'intégrité du sommeil aura potentiellement des conséquences défavorables au fonctionnement durant la journée, comme être râleur, la difficulté à se concentrer, et l'hyperactivité et les problèmes de comportement chez les enfants. »


​​​​David Schick, directeur général de Exradia, qui fabrique des dispositifs de protection contre les radiations, a instamment demandé aux ministres de mener « une enquête publique » sur les effets de la téléphonie mobile.



Original : http://news.independent.co.uk/sci_tech/article3353768.ece
Traduit au mieux par Pétrus Lombard pour Alter Info




Lundi 21 Janvier 2008

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires