Conflits et guerres actuelles

Le rapport du Pentagone et du Conseil de sécurité national américain sur l'Afghanistan



Mercredi 24 Décembre 2008

Le rapport du Pentagone et du Conseil de sécurité national américain sur l'Afghanistan
"C'est le moins que l'on puisse dire : aucun des objectifs militaires de la coalition occidentale n'est atteint en Afghanistan", pays qui s'embase, de part en part, dévoré par les démons terroristes. Ce constat d'échec, ce ne sont pas les détracteurs d'une guerre condamnée, dès le départ à tourner court qui le formulent, mais des stratèges du Pentagone et ceux du Conseil de sécurité national américain qui, inquiets, ont décidé de déchirer le voile du mensonge et de dire au Président Obama: "assez d'hypocrisies".

Selon le "Los Angeles Time", le rapport que ces derniers viennent de remettre au futur locataire de la Maison Blanche est plus qu'alarmant : il brosse un tableau apocalyptique des déboires bushistes, dans un pays, destiné, il y a à peine 8 ans, à devenir un havre de paix et de prospérité et qui s'enfonce, à présent, dans le chaos le plus indomptable. 32% du territoire national sont, désormais, entre les mains des Talibans qui maintiennent une présence active sur 72% du sol national.

Le ressentiment anti-américain se généralise, à la faveur de frappes aériennes meurtrières et de fouilles nocturnes violentes des forces de la coalition, dans un pays à l'économie inexistante. Dans ce contexte de tension extrême, de désintégration générale, le déploiement annoncé de 20 à 30.000 GI's supplémentaires relève des soins palliatifs. Le malade est mourant et on se contente de lui assurer une fin de vie moins douloureuse. A Obama, les experts du Pentagone conseillent, donc, vivement, de changer de stratégie, avant qu'il ne soit trop tard. Il demande à celui qui a séduit tant de monde par son credo "We can change" de revoir ses rapports avec les institutions étatiques afghanes, de redistribuer les aides américaines, de façon plus équitable; bref, qu'il cesse de faire du Bush, alors qu'il est élu pour modifier, de façon radicale, le paysage de la politique étrangère des Etats-Unis.

Mais Barack Obama saura-t-il les écouter ? Le quotidien allemand, "Tages Spiegel", n'en est pas trop sûr, vu les composantes de l'équipe qui entoure le Président. Quant au reste de la presse et de l'opinion publique, ils souhaitent, sincèrement, que le journal allemand se soit trompé.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mercredi 24 Décembre 2008


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires