International

Le printemps arabe aura-t-il lieu en Algérie ?


Que répondre aux experts et tous ceux qui pensent que le printemps arabe, commencé en Tunisie puis en Egypte, ne tardera pas à se reproduire en Algérie pour y répandre ses effets « bénéfiques » ? Ma réponse est que les uns se trompent sur toute la ligne en raison de leur analyse théorique complètement déphasée par rapport à la réalité algérienne, et les autres en raison du fait qu’ils se laissent bercer d’illusions romantiques. Si je laisse ces derniers ainsi que tous ces profanes en politique de côté, qui s’exaltent et s’enthousiasment au moindre écho de « l’évènement chaud » pour ne fixer mon attention que sur les « experts », indépendants aussi bien que patentés, je dirai que leurs hypothèses d’une éventuelle « contamination » de l’Algérie par les révoltes arabes, « réussies » ou mises en échec, du moins provisoirement, par les régimes en place (Syrie, Yémen…) se fondent sur des données d’autant plus fragiles qu’elles auront toutes les chances de ne pas se réaliser en Algérie. Pourquoi ? Les raisons en sont à la fois nombreuses et complexes.


Ahmed ROUADJIA
Mercredi 5 Octobre 2011

Le printemps arabe aura-t-il lieu en Algérie ?

Le régime algérien ne connaîtra pas le même sort que les régimes arabes déchus

D’abord, le système politique algérien ne se laisse pas appréhender par les outils conceptuels classiques de la science politique, car il se singularise par des traits de conduite qui ne trouvent de parallèle nulle dans le monde en général et dans le monde arabe en particulier. En lui s’incarnent en effet des traits de comportements paradoxaux, qui déroutent l’esprit « civilisé » : il est autoritaire, paternaliste, populiste et démocrate à sa façon, mais allergique au débat contradictoire ; il est nationaliste, fier et ombrageux, mais non patriote au sens de l’amour du pays et de l’intérêt suprême de la collectivité nationale. Naguère vrai et sincère, son nationalisme s’est émoussé au fil du temps pour devenir un simple article de foi.

Démocrate et patriote, sans l’être vraiment, sinon du bout des lèvres, il tolère la liberté d’expression dans certain cas, mais il la réprime ou la criminalise dans d’autres. Les poursuites judiciaires pour délit d’opinion à l’encontre de certains citoyens, notamment contre les journalistes honnêtes qui font leur métier, et la grande tolérance manifestée envers les propagateurs de fausses rumeurs, souvent colportées par certains quotidiens arabophones intéressés (ou manipulés ?) , témoignent de ce paradoxe.

Ensuite, le régime politique algérien, quoique opaque et fermé au débat, y compris en son propre sein, il se laisse critiqué avec virulence aussi bien par la presse indépendante que par l’homme de la rue. Il donne l’impression, dans ce cas, d’un régime tolérant et ouvert, puisqu’il se plie aux règles du pluralisme.

Quoique les poursuites judiciaires pour fait d’opinion et d’atteintes flagrantes à l’encontre de la liberté de conscience, et de de culte, ne soient pas rares, nos prisons ne sont pourtant point emplies de prisonniers politiques, comme ce fut le cas en Tunisie, en Egypte, et comme c’est le cas encore en Syrie, en Irak , en Arabie Saoudite, etc. Certes, pourra-t-on rétorquer que les islamistes de l’ex-FIS ont été déportés par centaines et internés dans les camps du grand sud, et que beaucoup d’entre eux auraient été sauvagement torturés quand d’autres disparurent sans laisser de trace. Tout cela est vrai et constitue une page sombre dans notre histoire ; il ne rime à rien donc de l’escamoter sous prétexte de réconciliation nationale.

Notre régime politique est « doux » et « civilisé » comparé à ses pairs arabes

Mais ce drame dont la responsabilité est partagée par les protagonistes de la scène politique de l’époque s’est produit plus sous l’effet d’une mauvaise gestion politique de la crise, mais aussi sous l’effet de la peur du « péril vert », pour reprendre cette expression, chère au journalisme occidental, que sous l’impulsion d’une volonté du régime, consciente et planifiée, d’en finir avec tous les islamistes de la nébuleuse de l’ex- FIS. En dépit de tout, le régime politique algérien paraît bien plus « doux », plus « civilisé », et donc bien moins sanglant ou barbare que ne le sont les régimes arabes cités. Il laisse, malgré toutes ses dérives autoritaires, de larges champs de liberté de penser et d’agir et ne fait pas disparaître pour un oui ou pour un non ses opposants ; les prisons existantes et celles qu’il fait construire par les Chinois ne leur sont pas destinés, mais réservées théoriquement aux auteurs des délits et des crimes…

Le peuple veut le changement par « le haut » et non par « le bas »

En établissant ce parallèle entre l’Algérie et certains régimes arabes, mon intention n’est pas d’exhumer de leurs cendres ces désagréables souvenirs des années 90, ni de réactiver le feu de la passion et de la haine génératrices de discorde, choses horribles dont l’Algérie n’a vraiment pas besoin, mais de dire et de faire voir que le peuple algérien, bien qu’il ne soit point à présent en phase avec ses dirigeants est bien loin de penser à se « soulever » pour réclamer « la démocratie », notion qui ne frôle pas du tout son esprit, par ailleurs préoccupé . Il ne cherche pas non plus à mettre bas le régime et dont seule une minorité jure sa perte. Dépolitisé et fortement imprégné par la culture de la « débrouillardise » et de la mentalité d’assisté social, ce peuple pourtant ardent et imaginatif, ne pense qu’à soutirer le maximum d’avantages de l’Etat-Providence :logement, emploi, aides sociales diverses, etc.

Il n’attend pas de l’Etat, ni des partis politiques dits d’opposition, « la démocratie » dont les contours lui paraissent flous, mais le pain, l’emploi, le logement et un peu de justice sociale avec la hogra en moins. La courte expérience pluraliste du début des années 90, qui a tourné très vite au vinaigre, a laissé de mauvais souvenirs aux Algériens pour qu’ils puissent se mobiliser aujourd’hui en faveur de son « retour ». Pour eux, cette « démocratie » expérimentée a été un désastre dont ils ne veulent pas rééditer l’expérience.

Au lieu de constituer un attrait, elle devient à leurs yeux un repoussoir. Elle est associée dans l’imaginaire de nos concitoyens à la fitna, mais aussi au mensonge et à la « manipulation politique ». S’il les amuse de loin et capte leur attention, « le printemps arabe » ne les intéresse pas en tant que modèle à suivre. C’est parce qu’il parle d’instituer la démocratie en lieu et place de la dictature déchue que « le printemps arabe » est récusé comme modèle de « transition ». Ce que les Algériens cherchent en vérité, c’est le changement par « le haut » et non par le « bas ».

Certes, il y a beaucoup d’Algériens, voire la majorité, est tentée par l’idée de la violence et le désordre envisagés comme unique mode possible de changement du « système », mais l’idée reste cependant cantonnée dans le domaine du fantasme et de l’imaginaire. Là où le passage à l’acte est possible, c’est quand il s’agit d’action revendicative précise et localisée, comme c’est le cas des émeutes urbaines motivées par l’insatisfaction des demandes du logement, de l’emploi et de l’enchérissement des moyens de subsistance.

La corruption comme culture et comme système de gouvernance

La récurrence des émeutes urbaines ces dernières années, notamment à propos du logement, ne visent nullement à mettre en cause le système politique ou l’Etat-système. Elles ne visent rien d’autres qu’à faire des pressions sur le Système pour qu’il lâche plus des lests. Tout en stigmatisant la corruption qui gangrène la plupart de nos institutions, le petit peuple aussi bien des campagnes que des villes n’est pas moins gagné par certaines formes de corruption. Ainsi, le fait de surendetté en s’achetant un emploi, contractuel ou durable, auprès d’un chef véreux de l’une des filiales de la SONATRACH moyennant cent ou deux cents mille dinars n’est-elle pas une forme caractérisée de la corruption ?

Le même geste corrupteur est pratiqué pour l’obtention d’un logement auprès d’un maire ou d’un chef de Daïra peu soucieux de l’éthique et de la morale religieuse dont il se fait pourtant le chantre en public. L’Etat fournit, quand il peut, logement et emploi aux nécessiteux, mais beaucoup de nécessiteux recourent, quand ils le peuvent, à la corruption pour obtenir un logement ou un avantage quelconque auprès du fonctionnaire véreux de l’administration. Mais ce fonctionnaire n’est pas né corrompu, il l’est devenu par la force des choses, des habitudes contractées et de la routine. Autrement dit, il est devenu corrompu parce que le citoyen ordinaire aussi bien que le citoyen bien nanti auxquels il a affaire se font corrupteurs en lui faisant miroiter des « récompenses » en contrepartie des services rendus.

Nous sommes tous ou presque des corrompus…

Nous devons être honnêtes avec nous-mêmes en avouant franchement que nous sommes tous plus ou moins corrompus. Accuser le « Système » ou les hommes du Système d’être les seuls corrompus, c’est escamoter la part de la responsabilité qui en incombe au peuple et à ses élites soit –disant intellectuelles et universitaires. Sur ce point, non seulement les responsabilités sont partagées, mais il y a même un consensus tacite, malgré les accusations mutuelles de corruption que les uns portent contre les autres. Je n’accuse pas tout le monde d’être corrompu, car il en est bien des gens honnêtes et moralement irréprochables, mais j’affirme sans trop de crainte de me tromper que la pratique de corruption et d’ agiotage est devenue en notre pays une culture dominante et largement partagée.

Dépouiller l’Etat d’une partie de ses trésors, confondre les biens collectifs avec les biens privés, détourner les lois et les réglementaires ( comme la passation des marchés publics), etc., sont autant d’actes qui s’intègrent dans le psychisme social et qui apparaissent aux yeux des agents en acte comme des faits « normaux ». Celui qui ne fait pas preuve de « débrouillardise », qui ne vole pas ou qui ne sait pas utiliser son imagination pour piller l’Etat est considéré soit comme une personne naïve , soit comme une personne attardée.

Autour de moi, j’entends souvent ce terrible propos tenu par des gens humbles : « Eux ils volent, pourquoi pas moi ? » Ce « eux » désigne aussi bien les gens de l’Etat que les gens du peuple. Lorsque l’on parle et l’on encourage ainsi sans retenue ni honte le vol , c’est que l’idée du vol s’est tellement banalisée qu’elle est devenue licite. Vol et corruption marchent de pair et se soutiennent mutuellement.

L’imprégnation des « élites intellectuelles » par la culture de la corruption et de la résignation

Dans ces conditions, comment voulez-vous qu’un peuple gagné en grande partie par l’idée séduisante de la corruption qu’il condamne en théorie mais qu’il pratique par ailleurs sous les formes les plus variées( commissions consistantes en argent, en voitures et appartements de luxe jusqu’aux petits cadeaux offerts sous forme de dattes, de tête de bétail, de chakhcoukha, et de whisky… ) puisse réclamer ou revendiquer son « printemps arabe » ? Comment peut-on croire aux sornettes de certains partis dits d’opposition quand ils condamnent le « Système » et ses méfaits réels et supposés alors qu’ils reproduisent en leur sein propre ses pratiques corrompues et ses méthodes autoritaires ?

N’en déplaisent aux « experts » aux hypothèses bâclées et aux analyses superficielles, le système politique algérien demeure, malgré toutes ses failles apparentes, solide et inébranlable. Il tient sa solidité moins à sa logique interne ou à son fonctionnement intrinsèquement opaque qu’à l’acceptation voulue ou résignée de la corruption de la part du peuple, des partis politiques d’opposition », et des « intellectuels » dont la majorité écrasante s’y accommode.

La chose des plus déplorables, des plus graves, ce n’est pas que le petit peuple soit charmé par la culture de la corruption qui s’est répandue partout par la pratique au point de conditionner les réflexes mentaux et psychiques des individus ; le plus grave réside dans la passivité, dans le comportement démissionnaire et fataliste de nos « élites intellectuelles » qui se prétendent être le lieu d’où jaillit le savoir et les « lumières » mais qui, cependant, se laissent prendre au jeu de « l’entrisme » qui consiste à occuper des postes administratifs et à les utiliser à des fins personnelles en vue de l’argent et du prestige, et tout cela au grand dam de la recherche, des publications et de l’esprit critique. Certains se laissent même corrompre, et d’autres, soit par désengagement volontaire de la scène sociale et politique, soit par pur lâcheté, font leur le fameux adage arabe qui dit : « Gardes le mîm te garderas » ( Ahfad el-mîm tahfdak »).

Le système politique algérien, expression condensée, mais pervertie de la culture sociale

Lorsque on parle du « Système politique » algérien, il ne faut pas le borner aux seuls « décideurs » ; il faut y inclure aussi le système de représentation culturelle de la société, les valeurs, les mœurs, les traditions, les us et les coutumes. Car le système politique n’est pas un corps étranger, autonome, par rapport à la société globale, mais il en est la produit direct, la forme abrégée. Il résume en quelque sorte le patrimoine culturel et génétique de la société qui lui a donné naissance et c’est de celle-ci qu’il puise ses sources d’inspiration philosophiques et les traits politiques qui sont constitutives de sa personnalité. C’est dire, en un mot, que c’est le peuple qui a accouché du système politique qu’il s’est donné ou qui s’est imposé à lui, et non l’inverse.

L’immobilisme de ce dernier prend sa source ultime du conformisme du peuple, mais aussi de sa peur de rechuter dans la fitna des années 90 et qu’il ne voudrait pas voir se rallumer à nouveau. Dépourvu de représentation authentiquement reconnue, et d’encadrement intellectuel et politique autonome, le peuple voit son salut non pas dans le changement du système dont il s’accommode malgré tout, mais dans l’amélioration de ses conditions matérielle d’existence, lesquelles passent par sa remise de soi entière au système en place blâmé pourtant par tous, et globalement contesté. Tel est l’un des paradoxes évoqués.

C’est pourquoi « le printemps arabe » rêvé par les experts à l’optimisme béat n’aura pas lieu en Algérie, même si des émeutes urbaines intermittentes ne manqueraient pas de se reproduire à l’avenir, et même de s’amplifier. Mais tant que le pétrole continue de couler à flot et que les diverses formes d’allocations allouées par l’Etat aux couches sociales démunies, jointes aux pratiques de corruption universelles, sont maintenues en l’état, il n’y aura point péril en la demeure. Comme système dans le système, la corruption saisie au double sens du mot, économique et morale, au lieu de constituer un ferment de dissolution du système politique, le renforce au contraire en dépit de la conjoncture politique, régionale et internationale, qui lui paraît très défavorable.

(*)Biographie

Ahmed Rouadjia,né en avril 1947 ( Algérie), doctorat d’histoire obtenu à Paris VII ( Jussieu) en 1989,ex-Maître de Conférences en science politique, Université de Versailles ex-chercheur au Centre d’Histoire du Droit et de Recherches internbormatives de l’Université de Picardie Jules Vernes (1991-1999) et de l’INED (1997-2000). Assistant stagiaire à l’Université de Constantine (1983-1988). Actuellement, Maître de Conférences à l’Université de Msila (2006-2011) et directeur du Laboratoire de Recherche d’histoire de sociologie et des changements sociaux et économiques .

Bibliographie :

-Les Frères et la mosquée. Une enquête sur le mouvement islamiste en Algérie, Paris, Karthala, 1990.
-Grandeur et décadence de l’Etat algérien, Paris, Karthala, 1994.
-Les enfants illégitimes de la République, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004.
-Le management. Etude à l’usage de l’entreprise, Alger, Chihab,2010


Mercredi 5 Octobre 2011


Commentaires

1.Posté par Ax Sami le 05/10/2011 20:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous attendons l'hivers europen qui commencera à Paris .

2.Posté par bba 34 le 05/10/2011 22:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tu la dit AX SAMI .tres bonne article

3.Posté par tartuz le 05/10/2011 22:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Libye - Appel d’urgence - ILIBIYA.TV قناة تلفزيون الجماهيرية الفضائية
Publié le 05/10/2011 à 18:04 - 90 visites
Source : Algeria isp
Libye - Appel d’urgence - ILIBIYA.TV قناة تلفزيون الجماهيرية الفضائية

Nous avons reçu ce communiqué de ILIBIYA.TV ; la télévision de Jamahiriya. Aidez nous à le diffuser pour sauvez la population assiégée dans la ville de Sirte et Bani walid.

Nous vous écrivons avec la conviction que vous avez le pouvoir et la possibilité de faire parvenir une aide humanitaire à une bonne partie de la population Libyenne qui subit quotidiennement torture et exactions de la part de ce qu'on appelle les "rebelles insurgés" . Des milliers de disparus ainsi que des milliers de jeunes (souvent des
moins de 18 ans) qui n'ont aucun rapport avec la situation politique ou militaire sont emmenés brutalement dans des camps et prisons secrètes sur une simple base appartenance ethnique et tribale.
Plusieurs localités ainsi que des familles subissent un véritable nettoyage ethnique comme ce qu'ont connu les habitants de Taourgha, Elquoualish et Laâouina. Avec aussi des déportations, massacres et extermination par les faim des villes assiégés à l'image de Bani Walid et Syrte et ses environs.
Si on s'adresse à vous aujourd'hui ,c'est pour vous mettre devant vos responsabilités sur les plans éthique ,humain et juridique afin de protéger un peuple victime de graves injustices et de massacres comme a rarement connue l’humanité par des bandes armées assoiffées de sang que certains appellent "révolutionnaires"
Nous espérons une intervention rapide et urgente de votre part pour sauver les vies qui restent et pour secourir ces innocents Libyens victimes à chaque instant d'injustices et de barbarie. Pour acheminer aussi une aide humanitaire et médicale d'urgence à la population des villes assiégées.
Vous trouverez en pièces jointes des vidéos montrant une partie de l'horreur vécu par la population de Syrte et l'état désastreux des hôpitaux de cette ville sinistrée et martyrisé par les bombardements aveugles de l'OTAN et de ses révolutionnaires qui ont meurtrie la population par leurs tirs à l'arme lourde.

4.Posté par idriss le 05/10/2011 23:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le printemps arabe a déja eu lieu en automne le 5 octobre 1988....................Le reste n'est que péripétie mondialiste.

5.Posté par Joszik le 06/10/2011 09:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Ahmed ROUADJIA, je pense que tu te trompes.
C"est ce que l'on appelle le syndrome africain : c'est de penser que ces révolutions sont faites par des africains pour des africains, d'ailleurs dans ton analyse les interventions étrangères n'ont que peut d'importances, alors qu'en Libye les vecteurs de cette révolution sont à 90% étranger, tu pense que ce sont des algériens qui vont faire la révolution alors que l'on sait que ce sont les même qui sont intervenus en Libye et en Tunisie et qui affutent leurs couteaux pour égorger des algériens.
Quand je disait aux Ivoiriens de faire attention, ils me répondaient tous que les ivoiriens sont intelligents et ne se laisseront manipuler par les français, que la Cote d'Ivoire était un grand pays.
Aujourd'hui c'est la même histoire au Cameroun, j'ai beau en parler avec des camerounais, il semblerait qu'ils sont seuls maitre de leur destin et que les étranger ne peuvent pas déstabiliser leurs pays.
c'est seulement quand ils voient le visage du diable qu'ils comment à crier et courir partout comme des fous pour sauver leurs familles et leurs biens. L'Irak n'a servit d'exemple à personne.

6.Posté par dembry le 06/10/2011 13:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L' article rappelle la tendance neorealiste du film italien des années 60 . L' auteur se dit historien , je ne connais pas d' universitaire qui ont etudié l' histoire pour faire des analyses superfiecelles sur tel ou tel phenomene social .Bien que la description du phenomene de la corruption est reelle ,il n' en demeure pas moins que les causes qui ont conduits a cette situation n' emanent pas , ne sortent pas et ne sont pas le produit de l' esprit et de la conscience nationale des algeriens. Choses que l' auteur ne cherche pas a expliquer pourtant sa discipline normalement l' exige .Par incompetence peut etre ,ou par peur de gener certaines sensibilités au pouvoir . Une autre anomalie que je trouve en lisant son texte c' est celle qui consiste a dire
que les revoltes qu' a connue l' algerie en 1988 sont spontanées et exprimé la revolte du peuple , alors qu 'il
s' agit tout a fait du contraire . Les jeunes a l' origine des manifestations obeissaient a des clans politiques aux pouvoir a l' epoque . En effet, il s'agissait de rivalités ideologiqiues , les uns voulaient l' ouverture selon les exigences du FMI et du systeme liberal, et les autres plus reticents s' etaient opposé ,bien sur tous cela sur fond de lutte pour la magistrature supreme. Pour rappel a l' auteur qui semble meconnaitre sa propre histoire,
en algerie a une date toute recente on critiquait severement les pays ou la corruption etait entrée dans les moeurs du quotidien des citoyens comme en egypte et au maroc et , c'est par le contact et les relations avec ces pays que l' algerie ai été contaminée .Monsieur l' historien ,l' algerie etait tres propre en tout point de vue et maintenant c' est les relations et les contacts avec les BHL , et ajouter un peu à çà , des ecrits dans le genre de vos analyses qui vont creer des revoltes concertées depuis paris ,londres et washingston tout a fait au gout d' israel pour enterrer a jamais la question palestinienne. A vous de jugez camarade ,mais allez au fond des choses .......

7.Posté par la furtune le 06/10/2011 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le régime dictateurs libyens toujours partagent le pétrole et ressource gaz naturelle vers pays afrique et l'union européenne

8.Posté par Djazaïri le 07/10/2011 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ joszik
Salam mon frère et bravo pour ton intervention;
je suis tout à fait d'accord avec ce que tu as écrit et suis naturellement contre ce qu'a écrit l'auteur de cet article qui ne prend pas en compte l'intérêt des occidentaux de fomenter les soulèvements dans tous les pays stratégiques. S'agissant de l' Algérie, le bénéfice de ces derniers serait quadruple:
- arrêter l' hostilité aux intérêts sionistes et l'aide aux palestiniens
-disposer des ressources du pays
-implanter l'africacom
-protéger le royaume chérifien en abandonnant la question sahraouie.
C'est très clair que pour arriver à ces objectifs, la division est primordiale, et qu'elle commence par la publication de tels articles destinés à assoir petit à petit leurs idées dans les têtes (qu'ils jugent mal pensantes) de nos concitoyens.
Restons vigilants et combatifs par nos écrits et tout ce qui sera utile pour protéger notre pays et contrer les tentacules de la bête affamée de sang et de pétrole.
Que Dieu nous vienne en aide, amin.

9.Posté par Trop speed le 07/10/2011 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien sûr qu'il aura lieu en Algérie ! L'OTAN et les sionistes ont pour but de détruire TOUT le monde arabe en attendant le Dajjal. Tfou !

10.Posté par tiziouzou le 07/10/2011 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si un conflit armé a lieu en algérie,ce ne sera pas une révolution de jasmin ou un printemps quelconque mais ce sera certainement un JIHAD!!!un Jihad qu Allah nous offrira comme une bénédiction et une miséricorde a l encontre de tout le maghreb car si un conflit a lieu en algérie,il résonnera dans toute la région ouest de l afrique et plus encore inshallah...

11.Posté par Dan Bassorah le 22/10/2011 03:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oh, cher frères et sœurs en Islam, algériennes et algériens ! Que vous arrivent-ils pour souhaiter voir votre chère nation à feux et à sang, toute en décomposition, pour défendre des intérêts étrangers au détriment des vôtres ? N’avez-vous pas vu ce qui arriva aux libyens, tunisiens, égyptiens… ? C’est aberrant de savoir qu’un croyant musulman puisse oublier les recommandations divines contenues dans le Saint Coran. Dieu da dit : « Il (Allah) tient les clefs de l’avenir ; Lui Seul le connaît….C’est Dieu qui vous délivre. C’est sa Bonté qui vous soulage de la peine qui vous oppresse ; et ensuite, vous retournez à l’idolâtrie. Dis : Il peut entasser le malheur sur vos têtes, ouvrir des abîmes des abimes sous vos yeux, semer la discorde parmi vous, faire éprouver aux uns la détresse des autres. Voyez quels tableaux variés nous vous offrons de la puissance divine, afin de vous dessiller les yeux. Ta propre nation accuse de mensonge le livre qui contient la vérité. Dis-leur : Je cesse d’être Avocat. Chaque prédiction a son terme fixé. Vous verrez. Eloignes-toi de ceux qui, aveuglés par le charme de la vie, se jouent de la religion… » Sourate VI – les Troupeaux – Versets 59~69 du Saint Coran. Ils aiment la vie terestre.
Par ce rappel, chers algériens ; dites-vous que Satan et ses serviteurs qui commandent les nations, qu’ils soient américains ou français, anglais ou israéliens, … Tous sont même pipe même tabac et s’entendent. Ils sont tous de mèches dans toutes les sauces amères qui se cuisinent à travers le monde. Ils concoctent et entretiennent des conflits dans le monde pour un but que toi, ignorant et mal éclairé, ne peut imaginer. Dis-toi :
1/ Des petits sous groupements des états, il y eut des organisations sous régionales, régionales et enfin une de stature continentale : Afrique (OUA devenue Union Africaine), Asie (Union des Etats asiatiques), Amérique (Union des Etats américains) et Europe (Union Européenne). Tout ceci fut mis au point selon un terme fixé tel qu’Allah l’a dit dans le Saint Coran. Lorsque ces quatre grandes Union continentales seront bientôt réunies ; il en résultera une super Organisation Mondiale qui contrôlera la planète entière. Quand elle verra le jour ; aucun pays, aucune nation ne peut se targuer de son autonomie à s’autogérer car la gestion de sa population et de sa richesse sera dirigée au niveau de la Super Structure Mondiale. Actuellement, la Démocratie Populaire dont on se targuait la défense pour le bien-être des gens, va disparaître car tout est préétabli par les Maitre du Monde qui décident de qui vient et qui restent au pouvoir. Et, les pseudos promesses faites aux électeurs ne reflètent rien de ce qui fut programmé quant au devenir de la nation. Certes, deviendra dirigeant d’un peuple ou d’une nation que celui qui servira de sbire aux puissances mondiales pour une Super Puissance Mondiale dont les décideurs sont maitres et contrôlent les routes mondiales d’alimentation, des médicaments pharmaceutiques, d’armement, des vaccins, et même de graines de semences pour la production alimentaire locale. Ainsi, les maitres du monde décident de qui nourrir et qui affamer, qui mettre en guerre contre qui et chez qui restaurer la paix, où provoquer des épidémies et où protéger, où déclencher la guerre et d’où restaurer la paix…Ces serviteurs de Satan disent qu’ils vous aiment. NON !!! Dieu a dit : « Il est des hommes qui disent : Nous croyons en Dieu et au Jour Dernier ; et, ils n’ont point la foi…Sourds, muets et aveugles, ils ne se convertiront pas » Sourate II – la Vache – Versets 7~17 du Saint Coran. La tromperie de Satan y est palpable et evidente.
2/ Ce qui arriva à Ben Ali de Tunisie, Moubarak d’Egypte, Mouammar El Kadhafi ne fut qu’un signal pour dire aux dirigeants des nations d’arrêter de croire qu’ils furent élus pour dignement diriger leurs peuples. Finalement, mêmes ceux qui seront de serviles serviteurs de ces puissance mondiales ne seront jamais arrivés au bout de leur service sans connaître les tribulations de Satan le Maitre de ceux qui manœuvrent sur le gouvernail de la planète. Cela veut dire que les serviteurs de Satan qui placent qui ils veulent au pouvoir, peut-être qu’eux-mêmes ignorent qu’ils servent Satan, et, ils croient fermement qu’ils font de bonnes œuvres à l’humanité. Or, Satan leur cache ses intentions car il a juré devant le Seigneur Créateur Suprême de ne jamais s’abaisser pour adorer la créature humaine : Adam l’ancêtre de l’humanité. Dieu a dit : « Nous commandâmes aux Anges d’adorer Adam, et ils l’adorèrent. L’orgueilleux Satan/Ibliss refusa d’obéir et il fut au nombre des infidèles. Nous dimes à Adam : Habite le Paradis avec ta compagne (Awa/ Eve) ; nourris-toi des fruits qui y croissent ; étends tes désirs de toutes parts ; mais ne t’approche pas de cet arbres de peur que tu ne deviennes coupable. Le Diable Satan/Ibliss les rendit prévaricateurs (les poussa à commettre le péché originel en l’acte sexuel illégal et extra conjugal car avant terme fixé par Dieu ; donc, illégitime et dégradant) et il les fit perdre l’état où ils vivaient (le Paradis Céleste). Nous leur dimes : Descendez. Vous avez été vos ennemis réciproques (l’homme et la femme qui se sont adonnés à cette pratique). La terre sera votre habitation et votre demeure jusqu’au temps » Sourate II – la Vache – Versets 32~34 du Noble et Lumineux Livre, le Saint Coran. Le Majestueux sur son Trône Sublime continua a dit : «Il est des hommes qui, en discourant des choses mondaines, ravissent votre admiration. Ils prennent Dieu à témoin de la sincérité de leurs cours ; mais, ils sont ardents à disputer. A peine vous ont-ils quittés qu’ils se livrent à l’injustice….OH, croyants ! Embrassez l’Islamisme dans toutes son étendue ; ne marchez pas sur les traces de Satan Les hommes n’avaient qu’une religion. Dieu envoya les Prophètes, organes de ses promesses et d ses menaces. Il leur donna des Ecritures avec le sceau de la Vérité…Croyez-vous entrer (retourner pour habiter) au Paradis sans avoir senti les maux qu’ont éprouvés vos pères ?... » Sourate II – la Vache – Versets 200~210 de la Constitution des Constitution, le Saint Coran.
Ainsi donc, il est clair à n’en point douter et sans conteste, que Satan/Ibliss le Démon, par sa tromperie et sa mesquinerie, entraine des grands hommes dans le mauvais chemin, le chemin de la perdition sans leur donner la possibilité de comprendre ses maléfiques intentions. Il les pousse à commettre des excès sur des innocents. Sinon, comment comprendre que des dirigeants comme ceux des pays très puissants en Europe et aux Amériques, se font le plaisir de concocter des abominations tels qu’en Irak, en Afghanistan, entre Israéliens et Palestiniens, en Tchétchénie, et relativement au Printemps Arabes pour diviser des frères, des amis, des bons voisins afin de disloquer la solidarité légendaire tant prônée par l’Islam et toutes les religions d’Allah ? Le Tout Puissant ajouta : « Ceux qui recherchent l’amitié des infidèles, plutôt que celle des croyants, prétendent-ils se faire un appui de leur puissance ? Toute puissance vient de Dieu… Les impies voudraient tromper Dieu ; mais ils seront la dupe de leur fourberie… Ceux qui, rebelles à Dieu et à ses Envoyés veulent mettre de la différence entre eux, croyant (la mission) aux uns, et niant la mission des autres, se font une religion arbitraire. Ceux-là sont les vrais infidèles, destinés à subir un supplice ignominieux » Sourate IV – les Femmes – Versets 138~149 du Livre des livres, le saint Coran. Certes, les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans se reconnaissent tous des frères de sang émanant des veines du saint Prophète Abraham annonciateur du monothéisme : l’Islamisme (Judaïsme/1ereconstitution destinée aux têtus enfants d’Israël. Le Christianisme/2nde constitution toujours destinée aux incurables et infiltrés à l’extrême par les serviteurs de Satan. Le rempart de l’humanité contre le mal de Satan fut la dernière constitution que renferme le saint Coran qui englobe toutes les informations dans la Thorate et dans l’Evangile pour un culte pur et universel imposé à l’attention de l’humanité tout entière). Hélas ! Satan, l’ennemi des enfants d’Adam resté aux aguets continue d’haranguer ses militants à ne pas revenir sur leur pas et de continuer d’avilir les hommes. Ainsi donc, l’ennemi commun des adeptes de Dieu Créateur Seigneur Très Haut et de ses propres invétérés adeptes égarés ne fait que semer du désordre sur terre. Il avait à suivi Adam et Eve des le début des temps et avait pu corrompre leur enfant1er né, Caïn qui tua son frère Abel sous la tromperie de son conseiller Satan qui lui avait auparavant fait croire qu’il ne mourra pas alors qu’il savait que toute vie est appelée à mourir sur terre pour retourner auprès de son Créateur Qui la jugera le Jour des Comptes. Satan avait donc dramatisé la famille d’Adam sur terre. Satan avait réussi à recruter des soldats parmi les gens de Noé, avant le Déluge. A travers ses agents tapis dans tous les rouages de la société humaine, Satan avait donc pu convaincre Sarah/ Saratou de faire chasser sa coépouse Agar/ Hadjara et son fils Ismaël parce que, par orgueil et par individualisme, elle avait eu son propre fils Isaac que Dieu lui a promis en consolation de son âme meurtrie par l’amour maternel chaque fois que leur unique enfant assistant espéré Ismaël s’absentait longuement en emmenant les moutons de son père au pâturage ; ce, dans la crainte qu’un animal sauvage ne le tue. Dieu la consola d’Isaac et, depuis elle pris plaisir de ne plus voir Agar et son enfant béni dans la famille. Ce ne fut que l’œuvre suggérée par Satan et ses sbires environnant la famille du Patriarche. Ils divisèrent cette noble famille propagatrice du véritable culte d’Allah d’où se trouvait d’un cote, Ismaël l’ancêtre des musulmans et de l’autre, Isaac l’ancêtre des Juifs. Ne s’arrêtant pas là, Satan et ses serviteurs s’arrangèrent autour du Prophète Jacobs pour corrompre dix de ses douze enfants en leur inoculant la jalousie et s’entendirent afin d’éliminer Joseph/Youssouf. Fils de Rahila à cause de l’amour que le père porta plus sur lui que sur les autres. Ainsi, Satan dramatisa la famille de Jacobs le Prophète de Dieu. A travers les Indigents en manifestation dans toutes les villes européenne et américaines, ainsi que le Printemps Arabe, Satan et ses serviteurs veulent déclencher les pires hostilités pour diviser filles et mères, fils et père, mari et épouse, voisins et amis, frères coreligionnaires afin de mieux régner sur l’humanité. Intelligemment, le malin ennemi des enfants d’Adam engagea ses agents d’établir et exécuter le plan de Globalisation puis de mondialisation à travers des institutions internationales et mondiales dont il a la plus puissante main mise. Son règne interviendra lorsque les quatre grandes organisations continentales seront regroupées au sein d’une unique Super Organisation Mondiale que l’on peut appeler sa présidence mondiale. Les plus grands intellectuels sont restés inconscients du danger qui attend l’humanité gangrenée et minée par le mal de Satan. Cet ennemi de l’humanité a déjà installé les représentations de ses ministères à travers le monde ainsi que son siège et ses départements ministériels, à savoir : l’Assemblée des Nations Unies (Assemblée Mondiale), le Conseil de Sécurité (le Senat), l’UIT, Union Internationale des Telecommunications (Ministère de l’Information, de la Communication et des Nouvelles Technologies), l’OMS (Ministère de la Sante), l’OMC (Ministère du Commerce), le FNUAP (Ministère de la Population, de la Protection de la Femme et de l’Enfant), l’UNICEF (Ministère de l’Education et de la Famille), l’OTAN (Ministère de la Défense), la Franc-maçonnerie (Ministère des Affaires Intérieures et Religieuses) avec sa Police des Casques Bleus, la Banque Mondiale (le Trésors General Mondial), les FMI (le Ministère des Finances), l’AIEA (Ministère de l’Energie et des Infrastructures), la FAO (Ministère de l’Alimentation)…Les Syndicats, les ONG et les Organisations de la Société Civile disparaitront à jamais. Qu’Allah nous garde des pièges de Satan. Amen !

12.Posté par Mossatoun Guidan gouss le 22/10/2011 03:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas de commentaire. L'affaire dépasse la limite de l'entendement.

13.Posté par Lina le 22/10/2011 06:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On est bien loti, entre le prêchi-prêcha de Dan Bassorah, et cet article de notre OUSTED Ahmed ROUADJIA, renvoyant régime et peuple algérien dans le "meilleur des mondes" d'une fraternité entre corrupteurs et corrompus" dans tous les sens du terme... et de plus, "heureux de vivre ensemble"! On croit rêver...

14.Posté par mouslim le 22/10/2011 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Le Printemps arabe aura t il lieux en Algérie" Eh nan, car ils ont retenu la leçon, tout comme les libyens, les tunisiens, les égyptiens, les syriens vont la retenir aussi et c'est à ce moment là qu'on va pouvoir se relever.

Lisez donc cet article :

http://daralhadith-sh.com/voie-a-suivre/la-position-des-gens-de-la-sunna-concernant-ce-qui-se-passe-en-libye/

15.Posté par Zaheer le 22/10/2011 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dan Bassora

Tu dis que : Ismaël l’ancêtre des musulmans et de l’autre, Isaac l’ancêtre des Juifs, peux tu nous dire dans quel ouvrage est ce qu'il est écrit cela ?
Ne mèles pas la vérité aux mensonges des crypto sionistes, c'est ce qui a causé notre décadance.

16.Posté par ange le 22/10/2011 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme les autres, puis les islamistes au pouvoir partout dans le Sud puis le grand choc Nord-Sud , Occident-Orient ou choc des civilisations . C'est bien ce qu'il se passe sous nos yeux , n'est-ce pas ? Sauf si les religions parvenaient à s'entendre et à passer par-dessus les politiques et les financiers , les entreprises , peut-être ?

17.Posté par wah fkir le 27/10/2011 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le même refrain ! Ahmed Raoudjia est un mercenaires de la plume qui arbore son doctorat comme ordre de mission délivré par ses commanditaires parisiens, les recteurs des universités de l'endoctrinement. Gavé de l'histoire officielle et de sociologie de la subversion, le pauvre agent provocateur n'est retourné en Algérie que pour y semer la discorde, en s'alliant naturellement avec les média à la solde de BNP Paribas (El Watan et C°), les ONG étasuniennes et la nébuleuse des employés locaux de la NED.. Le harki de la plume vite épinglé par les "services" fut contraint de rejoindre sa base d'entrainement (Paris). Annonçant à maintes reprise l'arrivée du printemps arabe (oxymore d'hiver apocalyptique), ses prophéties s’avérèrent relevant du charlatanisme intellectualisant, pas de l'étude sociologique sérieuse. Aux lecteurs, si ce message est accepté et publié, je recommandairais une brève demande à Google pour découvrir le profil de ce serviteur du NOM, dont l'agitation sous couvert de lutte contre le mythique "système" , n'est qu'une tentative de diversion appuyée par les média dominants. Le passé est le passé, et les carences du "système" ont été surmontées. Rien n'est parfait, mais les accusations contrefaites que porte notre Rouidjal (petit homme) contre l'état sont destinées à nuire à l'Algérie, pas à la servir.
Une vérité, due à un lapsus, suinte des lamentations de ce mercenaire : l'Algérie est différente. La France et "ceux qui la gouvernent" ont beau recruter des armées de ces serviteurs, apatrides renégats, sa malveillance est définitivement circonscrite et neutralisée. L'Algérie a été à la dure école du sacrifice, ce qui a formé des hommes. Oui certains responsables l'ont trahie et se sont avérés indignes de confiance principalement à cause du "système" mis en place par cette même France, dans le but de préserver ses intérêts. Mais aujourd'hui le balais du patriotisme réel est entrain de nettoyer, de devant sa porte, le résidus de l'héritage ravageur du colonialisme, colonialisme que Mr Rouidjal ne mentionne jamais dans ses diatribes. Pourquoi mordrait-il la main qui le nourrit ?

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires