Politique Nationale/Internationale

Le président russe Poutine dénonce vivement la politique étrangère américaine


Quelques heures seulement après le début de la 43e Conférence de Munich sur la Sécurité, la devise de cette réunion annuelle, « Paix par le dialogue », se trouvait déjà démentie. Au contraire, c’est l’expression « roulements de tambour » qui fut la plus utilisée pour qualifier ce qui se produisit à conférence, une autre étant « discours violents ». On parla même de « nouvelle guerre froide ».


Niall Green et Andreas Rizzi
Vendredi 16 Février 2007


Par Niall Green et Andreas Rizzi




Ces réactions firent suite au discours du président russe Vladimir Poutine, qui a vivement critiqué la politique étrangère américaine. Ce fut une des critiques les plus dures jamais prononcées publiquement à l’encontre de Washington par le dirigeant d’une grande puissance. Le président russe déclara que la politique étrangère américaine était « très dangereuse » et dit : « Nous assistons à un usage exagéré et quasiment illimité de la force, de la force militaire, dans les relations internationales, une force qui est en train de plonger le monde dans un abîme de conflits permanents. »

Poutine a déclaré à son auditoire, qui comprenait le secrétaire américain à la Défense Robert Gates, les sénateurs John McCain et Joseph Lieberman ainsi que d’autres hauts responsables de Washington, que l’impérialisme américain « était sorti de ses frontières nationales à tous les points de vue ».

Faisant clairement allusion à la débâcle américaine en Irak, Poutine a déclaré : « Les actions unilatérales n'ont pas résolu un seul conflit ; elles ont plutôt donné naissance à d’autres conflits. » Et le président russe de poursuivre : « Nous voyons de plus en plus de violations des principes fondamentaux du droit international… Plus personne ne se sent en sécurité, parce que personne ne peut plus trouver refuge derrière le droit international. Évidemment, une telle politique alimente une course aux armements. Le règne de la force encourage inévitablement un certain nombre de pays à se doter d’armes de destruction massive. »

Dans une interview accordée à la chaine de télévision arabe Al-Jazira, Poutine a comparé les « centaines de personnes » qui, selon lui, sont mortes aux mains du dictateur irakien Saddam Hussein au nombre de morts depuis l’invasion de l’Irak en 2003 : « 3000 Américains sont morts, alors que le nombre d’Irakiens tués atteint — selon diverses estimations — des centaines de milliers. »

Critiquant les tentatives de Washington d’affermir par des moyens militaires sa position en tant qu’unique superpuissance, Poutine a demandé : « Qu'est-ce qu'un monde unipolaire ? Même si on essaie d'enjoliver ce terme, il signifie simplement un seul centre d’autorité, un seul centre de pouvoir et un seul centre de décision. »

« C’est un monde où il y a un seul maître, un souverain unique. Et au bout du compte, cet état de fait est nuisible non seulement pour ceux qui se trouvent au sein du système, mais aussi pour celui qui en est le souverain parce qu’il s’effondrera de l’intérieur. »

Dans une attaque visant ceux qui le critiquent à Washington et qui, soulignant la montée de l’autoritarisme sous son régime, demandent une politique plus dure envers la Russie, Poutine déclara que l’hégémonie américaine n’avait « rien à voir avec la démocratie ».

« On nous donne en permanence des leçons de démocratie. Mais pour une raison ou pour une autre, ceux qui veulent nous l’enseigner ne veulent eux-mêmes rien apprendre », a-t-il dit.

Poutine a directement accusé Washington d’adopter une politique militaire visant directement la Russie. Faisant allusion à l’installation prévue d’un système américain antimissile en Pologne et en République tchèque, il a déclaré : « Ils tentent de nous imposer de nouvelles divisions et de nouveaux murs » et il a menacé de prendre des contre-mesures : « Nous savons qu’ils [les Etats-Unis] développent un système de défense antimissile. Et qu’en conséquence, nos armes nucléaires pourraient être neutralisées. La Russie, toutefois, possède les armes qui peuvent rendre ce système inefficace. »

Poutine a aussi rappelé les garanties données à l’Union soviétique en 1990 par le secrétaire général de l’OTAN de l’époque, Manfred Wörner, notamment la promesse que celle-ci ne stationnerait pas de troupes à l’est de la frontière allemande. « Qu’en est-il de ces garanties aujourd’hui ? » a-t-il demandé, faisant allusion aux dix mille soldats stationnés dans des camps militaires en Bulgarie et en Roumanie.

Le porte-parole de Poutine par la suite insisté pour dire que, malgré le ton dur de sa critique, le discours « n’avait pas pour but la confrontation, mais de susciter la réflexion ». Dans ses commentaires ultérieurs à la presse, Poutine a lui-même mis en avant son amitié personnelle avec le président Bush, qu’il a décrit comme un « homme décent ».

Préparatifs de guerre contre l’Iran

On ne peut comprendre cette entorse publique à la coutume diplomatique, et ce, au cours de la plus prestigieuse de toutes les réunions sur la défense et la sécurité, que si on la voit dans le contexte des préparatifs de guerre contre l’Iran.

En décembre, après la défaite subie par le Parti républicain aux élections de mi-mandat aux Etats-Unis et la publication du rapport Baker-Hamilton, Moscou et les capitales d’Europe occidentale avaient espéré que Washington reviendrait à une politique étrangère basée sur la coopération et la diplomatie internationale, et abandonnerait l’usage unilatéral de la force militaire. C’est précisément l’opposé qui s’est produit. Les Etats-Unis n’ont pas seulement augmenté le nombre de leurs soldats en Irak, mais ils préparent encore une attaque militaire contre l’Iran.

De façon pratiquement quotidienne, l’establishment américain prononce de nouvelles accusations contre l’Iran. Tout récemment, des officiels américains qui ont refusé d’être nommés, ont déclaré sans la plus petite preuve que Téhéran fournissait des armes aux rebelles chiites pour qu’ils tuent des soldats américains en Irak.

Toute cette propagande rappelle la situation avant la guerre en Irak. Des falsifications patentes et des mensonges absurdes avaient été répétés pendant des mois dans le but de créer une excuse pour l’invasion et la conquête du pays.

C’est dans cette optique qu’il faut comprendre l’exigence américaine d’envoyer plus de soldats dans le sud de l’Afghanistan pour l’« offensive printanière » contre les rebelles talibans annoncée par Condoleezza Rice, la secrétaire d’Etat américaine. L’Afghanistan partage une frontière de près de 1000 kilomètres avec l’Iran et cette extension des opérations militaires accompagnée d’un « nettoyage » du territoire afghan représente une nouvelle étape des préparatifs d’une guerre contre Téhéran.

Moscou a accédé de façon répétée aux demandes américaines, la Russie devant faire pression sur l’Iran pour que celui-ci se plie aux exigences agressives de Washington à propos du programme nucléaire iranien. La Russie tente elle-même d’empêcher l’Iran de devenir une puissance régionale influente, craignant qu’une augmentation du pouvoir du régime des mollahs ne renforce les forces islamistes dans les régions limitrophes de la Russie et en Asie centrale.

Durant son discours de Munich, Poutine a, pour l’essentiel, soutenu encore une fois la position américaine consistant à faire pression sur Téhéran et son programme nucléaire : « Je ne comprends pas pourquoi l’Iran n’a pas réagi positivement et de manière constructive à ces inquiétudes et aux propositions du directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Mohamed El Baradei, qui ont pour but d’apporter des réponses à ces questions. »

Une attaque militaire américaine contre l’Iran serait néanmoins un cauchemar pour la Russie. D’importants intérêts économiques sont en jeu. En janvier, Téhéran a encore signé un accord pour faire l’acquisition de 83 avions de ligne russes. De telles commandes sont très importantes pour l’industrie russe dans des conditions où la forte croissance économique de la Russie est presque exclusivement due à l’exportation d’énergie et de matières premières.

La Russie joue aussi un rôle majeur dans la construction controversée du réacteur nucléaire iranien. La livraison des carburants nucléaires nécessaires devrait s’effectuer en mars, et le réacteur devrait être prêt à être relié au réseau d’électricité iranien en octobre.

Les principaux intérêts en jeu sont cependant d’ordre stratégique. Une attaque de l’Iran viendrait pratiquement compléter l’encerclement de la Russie, ce que cherchent à faire systématiquement les Etats-Unis depuis 1991 ; cela fait partie de leurs plans d’hégémonie mondiale. La plupart des anciens pays d’Europe de l’Est membres du Pacte de Varsovie (l’alliance militaire d’après-guerre dominée par l’Union soviétique) ont depuis rejoint l’OTAN. Des gouvernements alignés sur Washington ont été portés au pouvoir en Ukraine et en Géorgie à l’aide de « révolutions » soutenues par les Etats-Unis. L’Afghanistan et l’Irak, qui faisaient anciennement partie de la zone d’influence soviétique, sont maintenant occupés par des troupes américaines. L’Iran est l’un des derniers pays de la région sur lesquels Washington a très peu d’influence.

Ainsi, le franc-parler de Poutine exprimait l’inquiétude grandissante de Moscou face au rôle du militarisme américain et à la supériorité de plus en plus importante des capacités nucléaires de Washington sur celles de la Russie. Cela exprimait aussi la nouvelle confiance de Moscou sur la scène mondiale, due à la richesse venant des revenus élevés du pétrole et du gaz et à la capacité croissante du Kremlin d’utiliser les vastes ressources énergétiques à sa disposition pour exercer des pressions politiques sur ses alliés et ses rivaux.

Réaction modérée de l’Europe

Poutine était très conscient du fait que ses critiques vis-à-vis de Washington trouveraient un écho dans une conférence ou prédominaient les responsables de la sécurité européenne. Si son discours a été vertement critiqué par des délégués américains la réaction de leurs homologues européens, dont les gouvernements se sont abstenus de critiquer Washington ouvertement, a été particulièrement modérée.

La Maison-Blanche s’est déclarée « surprise et déçue » et a dit que les accusations de Poutine étaient « fausses ». Le sénateur John McCain, un probable candidat républicain aux présidentielles de 2008, a tiré à boulets rouges sur Moscou pour son « tournant autocratique » et a accusé sa politique étrangère d’être « opposée aux principes des démocraties occidentales ».

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a déclaré que les problèmes et les défis communs devaient être réglés « sur la base du partenariat avec d’autres pays, y compris la Russie », mais s’est montré surpris que la Russie semble « aller à l’encontre de la stabilité internationale », par « des ventes d’armes ou des tentatives d’utiliser les ressources énergétiques comme moyen de pression politique ». Jaap de Hoop Scheffer, le secrétaire général de l’OTAN, a déclaré que les commentaires de Poutine étaient « décevants ».

Cependant, le gouvernement allemand a tenu à affirmer que le discours de Poutine ne devait pas être perçu comme un « retour à la Guerre froide ». Un porte-parole du gouvernement de Berlin a décrit la rencontre à Munich comme un cadre qui a fait ses preuves pour ce genre de discussion ouverte.

Le coordonnateur de la coopération germano-russe, Andreas Shockenhoff (Union chrétienne démocrate, CDU) a loué Poutine pour avoir ouvert une discussion publique et critique tout en faisant plusieurs propositions constructives. Le président du comité des Affaires étrangères du parlement allemand, Ruprecht Polenz (CDU) a déclaré que Poutine avait soulevé des questions légitimes et le porte-parole social-démocrate pour la Défense, Rainer Arnold, dit que, bien que Poutine ait rudoyé la politesse diplomatique, il avait des raisons de s’inquiéter du déploiement de missiles et de soldats supplémentaires près des frontières russes.

Le premier ministre français, Dominique de Villepin et son ministre des Affaires étrangères, Douste-Blazy, avaient déjà critiqué la politique américaine au Moyen-Orient avant la conférence de Munich. Ils avaient demandé une date pour le retrait des troupes américaines de l’Irak et exigé que l’Iran et la Syrie soient inclus dans toute solution aux conflits de la région.

Tout comme la Russie, les gouvernements allemand et français craignent les conséquences d’une attaque militaire américaine de l’Iran. Les deux pays ont des relations économiques importantes avec ce pays; ils ont aussi des intérêts stratégiques. Le commerce avec l’Iran est florissant grâce au soutien actif des Etats européens.

Dans la première moitié de 2006, des marchandises d’une valeur de 2,3 milliards d’euros ont été exportés vers la république islamique. En 2005, le gouvernement allemand a accordé un total de 5.4 milliards d’euros au profit du commerce et des affaires avec l’Iran, ce chiffre n’étant dépassé que par l’Italie. L’Iran a également des liens commerciaux étendu avec la France, derrière l’Allemagne son partenaire commercial le plus important de l’Union européenne.

Durant son dernier voyage au Moyen-Orient la semaine dernière, la chancelière Angela Merkel, pratiqua une diplomatie visant à prévenir toute action militaire brusque des Etats-Unis contre l’Iran par l’établissement de relations et de nombreux accords bilatéraux. Berlin n’ose pas prendre position ouvertement contre son puissant associé américain.

Conflits impérialistes

Bien que les critiques de Poutine à l’égard de Washington soient entièrement justifiées, il ne faut pas les confondre avec une critique progressiste ou même pacifiste de la politique criminelle de l’administration Bush.

Plusieurs des accusations portées par Poutine pourraient également être portées contre la politique de son propre gouvernement. La seconde guerre de Tchétchénie, qui a eu lieu sous la présidence de Poutine, a coûté des centaines de milliers de vies ; selon une estimation indépendante, un quart de la population tchétchène a été éliminé.

La situation interne de la Russie est caractérisée par un tournant vers des formes autoritaires de gouvernement et des divisions sociales énormes. Alors que la richesse d’une minorité d’oligarques défie toute description, la masse des gens ordinaires mène une lutte quotidienne pour la survie.

Poutine attaque Washington du point de vue des intérêts de la Russie en tant que grande puissance, c’est-à-dire du point de vue des intérêts de l’oligarchie dirigeante. Le même critère s’applique aux gouvernements européens, qui défendent aussi leurs propres intérêts impérialistes. C’est ce qui détermine aussi les méthodes qu’ils emploient. Ils réagissent au militarisme américain avec leurs propres bruits de bottes et en étendant leurs opérations militaires internationales.

Le 8 février, le ministre russe de la Défense, Sergei Ivanov, annonçait une augmentation importante du budget militaire russe, l’augmentant de 189 milliards de dollars sur les huit prochaines années; le but de l’augmentation est d’améliorer l’infrastructure militaire et comprend l’acquisition d’une nouvelle génération de missiles balistiques intercontinentaux, de sous-marins nucléaires et l’amélioration du système radar de première alerte

S’adressant au parlement russe, Ivanov annonça que les militaires recevraient beaucoup plus de missiles balistiques cette année que les années précédentes. Il mentionna aussi le fait que la Russie prévoyait le déploiement de 34 nouvelles rampes de lancement pour missiles du type Topol-M, de nouvelles unités de contrôle et de 50 missiles de ce type montés sur des rampes de lancement mobile d’ici 2015.

Ces mesures visant à étendre l’arsenal nucléaire du Kremlin et à améliorer sa manoeuvrabilité sont clairement motivés par l’attitude provocante de Washington dont le bouclier antimissile n’a pour cible crédible que la Chine et la Russie. Avec seulement un vingtième du budget militaire du Pentagone, Moscou tente de développer un mécanisme qui vise à conserver la possibilité d’une riposte nucléaire face à la capacité de plus en plus sophistiquée des Etats-Unis de frapper et de neutraliser les rampes de lancement nucléaires fixes russes.

La situation rappelle de plus en plus celle du début du siècle, où les tensions entre puissances impérialistes finirent par exploser sous forme de l’horrible boucherie de la Première Guerre mondiale. Une guerre contre l’Iran déstabilisera entièrement le système international des grandes puissances. Une telle guerre signifiera non seulement l’horreur pour toute la population de la région, mais entraînera également des confrontations inévitables et directes entre les grandes puissances ayant des intérêts stratégiques dans la région.

La lutte contre la guerre impérialiste ne peut être menée que sur la base d’un mouvement international de la classe ouvrière. Son objectif doit être de surmonter le système capitaliste mondial, qui menace une fois encore de plonger l’humanité dans un abîme de guerre et de réaction.

(Article original paru le 13 février 2007) wsws.org


Vendredi 16 Février 2007


Commentaires

1.Posté par anis le 12/01/2008 08:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ca sent le roussi,
il fait chaud sur terre

2.Posté par calmel le 20/01/2008 21:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme tout semble apparament calme en "france", comme dit l'auditeur précédent, Bush se charge de mettre un peu de chaleur sur terre "à sa façon, et curieusement, la terre peut basculée d'un jour à l'autre; alors un seul échange de tir un peu musclé au large d'omar peut tout décidé. Il y a un fait avéré, c'est qu'au vu des actualités, avant les nouvelles élections américaines, on se lèvera un matin, avec la nouvelle toute fraiche d'une attaque-riposte concommitante USA-Iran, ou bien d'une attaque sourde syrienne allié au Hesbbollah sur Israël, et ce sera le commencement de l'apothéose; Et il ne sera pas bon à ce moment de vivre sur terre ou qu'on soit, même pas en France avec notre situation économico-sociale,
Que ce soit l'attaque grandeur de la bande de Gaza, une autre intervention militaire mal conçue par l'Etat-major israëlien, ou un attentat sur un autre convoi américain au Liban ,sans concevoir le pire en Iran, tout , cette fois-ci peut gravement dégénèré, car les réalités de tension sont mûres pour l'explosion; Mais malgré tout bien que la situation est très délicate, malgré les diatribes déplacés d'Amadinédjad sur Israël, il faut reconnaître que celui-ci a une forte personnalité pour résister à l'hyperpuissance américaine. Imaginez-vous être iranien et avoir cette force collossale au large de vos côtes, c'est une réalité qui ne supporte pas l'épreuve et son contraire. Savoir qu'on peut narguer la puissance nucléaire américaine comme les gardiens de la révolution le font, est d'un autre ordre. Sont -ils fous, ou incompétents ? Curieusement c'est une situation qui semble irréelle. Et là est le danger. ( c'est la raison pour laquelle poutine a dit qu'il ne comprenait pas les réactions de l'Iran pour une non-réponse satisfaisantes des demandes étrangères en substance,) C'est du mëme ordre que lorsque les avions kamicazes se sont jetés sur les tours jumelles, personne ne le réalisait. Ici la réalité est la mëme. Tout aussi irréel que l'attente qu'on veut occulter du retour du Mahdi, Là est la cause de cette épreuve, qui fait se lever et et les soldats de Sadhr en Irak(l'armée du Madhi) et l'effervescence des extrèmistes iraniens; Sans tenir compte des espérences des extrèmistes israëliens sur la situation sioniste de l'avenir et de leurs contraire du Hamas. Il va y avoir une rupture et ce ne sera pas celle de Sarkosy.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires