Politique Nationale/Internationale

Le président du Burkina Faso critique les pays du Nord coupables de la détérioration des termes de l'échange en Afrique


Le président du Burkina Faso, Blaise Compaore a critiqué à Cannes les pays du Nord qui ont, selon lui, grandement contribué à la détérioration des termes de l'échange en Afrique pour leur attitude tendant à infléchir les cours mondiaux des matières premières telles que le coton, le café et le cacao.


IRNA
Dimanche 18 Février 2007

Selon le quotidien « Jeune Afrique », Présidant une table ronde "Afrique et les matières premières" à l'occasion du 24e sommet Afrique-France à Cannes, dans le sud de la France, Blaise Compaore a déploré le fait que l'Afrique, malgré ses immenses richesses naturelles, occupe une place "marginale" dans le commerce international.


Il a attribué cette situation à la faible capacité productive et l'absence de transformation et de diversification des pays africains, qu'il a présenté comme "résultat des pratiques déloyales et inéquitable des grandes puissances du commerce international".


La détérioration continue des termes de l'échange et l'effondrement des prix des produits de base restent les principales causes du déséquilibre des comptes extérieurs des Etats africains et de l'accumulation de leurs dettes extérieures, qui annihilent leurs efforts de développement, a-t-il noté.


Le président Compaore a noté que le "dumping commercial pratiqué par les Etats-Unis et l'Union européenne" avait entraîné en 2004 une perte de gains de près de 400 millions de dollars pour les pays africains producteurs de coton.

La vulnérabilité extrême des économies de l'Afrique subsaharienne aux chocs exogènes peut être parfaitement illustrée par l'exemple du coton, a-t-il ajouté.


Il a invité les pays industrialisés à engager des "réformes courageuses", à l'exemple de ceux d'Afrique, afin de rétablir les vertus de l'économie de marché. Il a appelé les membres de l'Organisation mondiale du commerce à aboutir un accord "juste et équilibré" qui organise un développement mondial partagé par le commerce.


Le président français Jacques Chirac, de son côté a appelé vendredi les Etats-Unis à supprimer des subventions "scandaleuses et totalement injustifiées" au coton, à l'issu du sommet Afrique France.


"L'Europe a réglé son problème, les Etats-Unis ne l'ont pas encore fait. Je les encourage très vivement, au nom de la morale, à prendre les mesures qui s'imposent, c'est-à-dire à supprimer ces scandaleuses aides", a déclaré le président Chirac lors d'une conférence de presse.


"Le coton, une des ressources essentielles qui permet à beaucoup de gens de vivre (en Afrique), est totalement perturbé dans ces cours par des subventions scandaleuses et totalement injustifiées, je dirais parfaitement immorales, qui sont données à un certain nombre de producteurs de coton des pays riches", a indiqué M. Chirac.


Les Etats-Unis ont refusé en juillet 2006 dans les négociations sur la libéralisation du commerce mondial, de baisser des subventions aux producteurs américains de coton, qui affectent les cours mondiaux de coton et pénalisent le secteur dans les pays pauvres, selon la France.


Dimanche 18 Février 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires