Politique Nationale/Internationale

Le président algérien a condamné la politique nucléaire de l’Occident face à l’Iran



irna
Lundi 18 Septembre 2006

 Le président algérien a condamné la politique nucléaire de l’Occident face à l’Iran


Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a condamné la politique occidentale face aux activités nucléaires iraniennes.


Le président algérien à la Havane dans un entretien avec l’agence de presse algérienne publié dimanche, a souligné ce qui est connu sous le nom de la crise du dossier nucléaire iranien n’est rien d’autre que le résultat de la politique sectaire de l’Occident sur la question de non prolifération.


Abdelaziz Bouteflika tout en condamnant cette politique, a demandé aux pays membres du Mouvement des Non Alignés de condamner la politique discriminatoire actuelle de l’Occident dans le domaine nucléaire et de non prolifération.


Le président algérien a également rejeté l’utilisation par les pays occidentaux des avertissements obstinés du conseil de sécurité et leur utilisation demandant de le dénoncer. Il a mis en garde contre ce genre d’avertissement sur le dossier nucléaire iranien qui ne fera que durcir la position iranienne et pousser ce pays à la suspension de toute coopération avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique et sa sortie du Traité de Non Prolifération.


Sollicité pour une analyse du contexte international dans lequel est intervenu le Sommet de La Havane des pays non-alignés, le président Bouteflika a considéré que « la déferlante unilatéraliste envahit le monde depuis les évènements du 11- Septembre ». Une déferlante qui, a-t-il estimé, a entraîné le verrouillage du débat international et l’imposition d’une grille d’analyse et de lecture fortement réductrice.


Par ailleurs, le président Bouteflika a considéré qu’il est fait un usage abusif des notions de terrorisme international et de prolifération des armes de destruction massive qualifiées par le sommet international de 2005 comme des menaces à la paix et à la sécurité.


« Ces deux notions sont aujourd’hui largement galvaudées et présentées comme alibis pour justifier la légitimation des interventions étrangères et des agressions les plus flagrantes, l’occupation étrangère, les atteintes à la souveraineté nationale et à l’intégrité territoriale et la remise en cause du droit des peuples à l’autodétermination ».


« Au Moyen-Orient, la situation reste, à maints égards, explosive, alors que les Etats-Unis d’Amérique s’entêtent à vouloir imposer, contre vents et marées, leur projet du Nouveau Moyen- Orient » a précisé le président algérien.


Le Liban a été soumis, pendant plus d’un mois, à une terrible guerre d’agression menée, par procuration, par Israël », a affirmé en effet le président Bouteflika à l’agence de presse officielle APS. Autrement dit, pour le président de la République, Israël a opéré, en vérité, pour le compte des Etats-Unis d’Amérique et que le motivant premier, qui pointe en arrière-fond, de cette guerre confine en la mise en œuvre du fameux nouveau Moyen-Orient..


Lundi 18 Septembre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires