Proche et Moyen-Orient

Le peuple du Moyen-Orient détestent la démocratie à l'américaine



Samedi 22 Mars 2008

Le peuple du Moyen-Orient détestent la démocratie à l'américaine
" Malheureusement, la Maison Blanche a abusé de l'idée de la démocratie au Moyen-Orient dans le sens de l'aventurisme américain", a déclaré l'analyste américain, Shadi Hamid. Le directeur de l'institut du "projet de la démocratie au Moyen-Orient" a déclaré concernant l'avenir de la démocratie dans la région que l'aversion du peuple du Moyen-Orient résultait de l'aventurisme américain en Irak et de l'attitude arbitraire de l'administration Bush dans la mise en vigueur des politiques étrangères des décideurs de la Maison Blanche. Le peuple se sent pessimiste à l'égard des Etats-Unis qui se réclament de défenseur de la démocratie, terme qui leur rappelle le souvenir des néo-conservateurs, de l'Irak et de la confrontation militaire. Concernant la démocratisation du Moyen-Orient, Shadi Hamid, a indiqué que cela ne regardait jamais à l'occident, mais que le peuple de la région devait décider là-dessus. A l'en croire, la démocratie au Moyen-Orient était différente de celle de l'occident. En fait, le rôle que joue la religion dans les sociétés de la région, est plus important de ce que les occidentaux supposaient. Voici la réalité qu'on doit accepter. Le directeur du projet de la démocratie au Moyen-Orient, faisant allusion aux problèmes en cours au Moyen-Orient, qui entrave la démocratisation de cette région et à la politique de deux poids deux mesures des Etats-Unis envers la RII, ajoute que subir les responsables corrompus saoudiens par les Autorités US et le Président Bush en personne était bel et bien honteux. Pour cela, personne ne prend au sérieux les allégations américaines concernant la démocratisation de la région. L'administration US doit changer le cap et au lieu de scander les slogans, prennent des décisions sérieuses pour parvenir à ses objectifs dans ce domaine et œuvrer à réhabiliter son prestige. Interrogé:" Comment les Américains peuvent-ils exhorter les autres pays du monde à rétablir la démocratie sans que ces derniers qualifient d'arbitraires ces tentatives américaines?", est-il allé plus loin dans ses propos, en ajoutant que le rétablissement de la démocratie est en pratique trop difficile, parler de ce sujet ne s'avère pas difficile. Selon Shadi Hamid, les Etats-Unis allouent chaque année leurs aides de milliards de dollars aux dictateurs des pays moyen-orientaux. A titre d'exemple, l'Egypte reçoit annuellement près de 2 milliards de dollars US, ce qui n'est pas assurément acceptable. En d'autres termes, les Etats-Unis doivent mettre un épilogue à ses soutiens aux Etats de la région qui se permettent de piétiner les droits de leurs peuples. " Les Etats-Unis doivent subordonner leurs aides financières et militaires à l'Egypte, à la Jordanie et au Maroc à y faire certaines réformes politiques et au respecter les droits de l'homme. Par conséquent, nous pourrons attirer l'attention des Musulmans, notamment les Arabes", a-t-il martelé. A l'en juger, l'Amérique n'est pas à même de presser l'Arabie Saoudite de démocratiser son pays. De même, il a critique le double langage des Etats-Unis envers l'Iran. Cet analyste des questions du Moyen-Orient rappelle que malheureusement, la Maison Blanche instrumentalise notamment face à l'Iran de l'idée de la démocratie dans le sens de son aventurisme dans la région. Shadi Hamid croit que le discours de Bush sur l' "axe du mal" dévoile les politiques irrationnelles et hostiles des caciques de la Maison Blanche. Aux dires de cet analyste, les tentatives de l'administration US de scinder le monde en pays amis et hostiles révèlent l'incapacité des décideurs de la Maison Blanche à distinguer leurs amis de ses ennemis

http://french.irib.ir/ http://french.irib.ir/



Samedi 22 Mars 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires