Politique Nationale/Internationale

Le nucléaire iranien



Mercredi 13 Août 2008

Le nucléaire iranien
Le deuxième tour de négociations téléphoniques entre le haut négociateur iranien, Saïd Jalili et le responsable de la Diplomatie européenne, Javier Solana continue d'attirer l'attention des milieux politiques du monde, alors que les Etats-Unis et certains pays occidentaux cherchent, d'une manière ou d'autre, à serrer l'étaux autour de l'Iran et à perturber le climat positif dominant le processus de pourparlers nucléaires. Dans une récente conversation téléphonique, Javier Solana, haut représentant de l'Union européenne pour la sécurité et la politique étrangère, et Saïd Jalili, Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne et négociateur en chef du pays dans les pourparlers nucléaires ont insisté sur la poursuite des négociations en bénéficiant du climat positif né grâce aux entretiens de Genève. "La poursuite des négociations entre Solana et Jalili interprète l'intérêt commun des deux parties pour continuer le dialogue", a affirmé lundi, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, le porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères, Hassan Ghashghavi. Les résultats des négociations menées à Téhéran et Genève devront être évalués dans le cadre général des pourparlers, a ajouté le porte-parole de la Diplomatie iranienne. M. Ghashghavi s'appuie aussi sur les dires d'un responsable de l'Union européenne pour rassurer que les deux parties sont déterminées de poursuivre le dialogue dans l'avenir. "Ces négociations sont censés aboutir à une entente, de sorte à ne pas dépasser les deux principes qui s'imposent: défendre les droits de l'Iran en matière nucléaire et dissiper les inquiétudes de nos interlocuteurs", a-t-il ajouté. Cependant, des analyses et commentaires abondent en provenance de certaines agences d'information étrangères, sur un éventuel durcissement des sanctions anti-iraniennes. Le Département américain au Trésor a fait part mardi de l'application de nouvelles sanctions contre cinq sociétés iraniennes, soupçonnées, comme le prétendent les milieux washingtonien, d'activités douteuses dans le domaine nucléaire non pacifique. Parmi ces sociétés, sont cités un centre de recherches médicales et agricoles et une compagnie pharmaceutique. Beaucoup de pays ont critiqué l'attitude américaine d'appliquer des sanctions unilatérales contre Téhéran. Deux membres permanents du Conseil de sécurité, la Chine et la Russie s'opposent à une extension du boycott. Elles plaident pour la poursuite de la voie diplomatique sur fonds de l'ambiance positive issue de Genève. "L'Iran est un important pays et j'espère qu'on trouvera une solution politique à l'affaire nucléaire iranienne", a entre temps affirmé Hans Peter Pöterring, Président du Parlement européen, dans une interview avec le quotidien Al-Hayat. Une analyse d'Al-Hayat évoque aussi l'approche ambivalente de l'Occident aux questions liées à la dénucléarisation du Moyen-Orient, pour conclure que l'Iran a appliqué une approche vigilante pour obtenir son droit légitime. C'est cette politique de deux poids deux mesures- celle qui tolère qu'Israël stocke plus de 200 ogives nucléaires- qui rend stériles tous les efforts en cours et tous les accords établis dans le sens de non prolifération, ajoute Al-Hayat.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mercredi 13 Août 2008

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires