ALTER INFO

Le néocapitalisme des marchands de cacahuètes.


Ils prétendent reconstruire l’industrie de leur pays après l’avoir méthodiquement détruite tout en continuant à divertir le bon peuple de France pendant que ces dangereux rigolos s’appliquent à raser ce qui en reste.

Quand on a vu ce que son patron a fait de Alstom... et continue de faire pression sur Bruxelles pour qu'il ne puisse en être autrement... (*)

De quoi se faire péter le bide de rire.

Djeha

Mercredi 30 janvier 2019

(*) Lire le récit d'un témoin qui a vécu le naufrage, au cœur de la catastrophe:

Frédéric PIERUCCI (2019): "Le piège américain. L'otage de la plus grande entreprise de déstabilisation économique témoigne". J.-C. Lattès, 396 p.

Lire papier plus bas.


Djeha
Jeudi 31 Janvier 2019

Le néocapitalisme des marchands de cacahuètes.
Le Maire veut un "capitalisme nouveau" pour réindustrialiser la France

Reuters, L. 28/01/2019 à 18:33

PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a prôné lundi l'instauration d'un "capitalisme nouveau" dans lequel l'Etat aurait un rôle majeur dans la "reconquête industrielle" du pays et assurerait une plus grande justice fiscale.

"Je souhaite que nous construisions un capitalisme nouveau, capable de lutter contre les inégalités et de mettre fin à des excès qui ont compromis son succès, comme son efficacité", a-t-il déclaré à l'occasion de la présentation de ses voeux aux chefs d'entreprise.

"Si nous avons aujourd'hui un problème de chômage qui persiste (...), si nous avons eu une telle désindustrialisation dans notre pays - un million d'emplois sacrifiés, une centaine d'usines fermées chaque année - c'est pour une raison simple : on n'a pas assez innové, on n'a pas assez investi, on a des produits qui ne sont pas assez compétitifs par rapport à nos voisins européens et par rapport à nos partenaires mondiaux", a déploré le ministre.

Deux secteurs seront privilégiés par l'Etat : la robotisation et de la digitalisation, "qui seront la croissance de nos entreprises et les emplois de demain", a dit Bruno Le Maire.

Le gouvernement table sur une croissance économique de 1,7% du PIB en 2019.

Dans le cadre de ce nouvel interventionnisme visant à répondre à une situation inédite mise en exergue par la crise des "Gilets jaunes", le ministre entend réunir "dans trois semaines" les présidents de régions et les organisations syndicales et patronales ainsi que la Banque publique d'investissement pour discuter de "l'avenir de l'industrie".

L'Etat se penchera d'abord sur la filière automobile, qui doit répondre aux défis du passage à l'électrique et à la voiture autonome.

L'innovation industrielle sera financée par un fonds alimenté par les produits de la vente des parts détenues par l'Etat dans un certain nombre de grandes entreprises : Aéroports de Paris, Engie et la Française des Jeux. Ces cessions sont "indispensables", a dit Bruno Le Maire.

PUISSANCE POLITIQUE

"La reconquête industrielle est une condition de la puissance politique de notre pays. Il n'y pas de nation forte sans industrie", a martelé le ministre.

Le gouvernement entend également récupérer des fonds en taxant plus fortement un certain nombre de contribuables, entreprises ou particuliers, qui échappent à l'impôt.

Il a ainsi confirmé son intention de taxer les filiales des grands groupes américains qui font des profits en France mais y paient peu d'impôts. "Un projet de loi sera présenté dans les prochaines semaines en conseil des ministres", a-t-il dit.

L'idée étant à terme d'obtenir un accord de tous les pays européens de façon à ce que les géants du numérique ne puissent plus jouer des désaccords européens pour éviter l'impôt.

La France compte profiter de la présidence du G7 qu'elle occupe en 2019 pour promouvoir sa nouvelle définition du capitalisme. Elle prônera notamment un taux d'imposition minimal des sociétés.

Paris compte aussi mettre à contribution les dirigeants des grandes entreprises françaises - présidents, directeurs généraux ou directeurs généraux délégués - qui devront payer leurs impôts en France (...), "y compris si vous êtes domiciliés à l'extérieur", a précisé lundi Bruno Le Maire.

"A partir du moment où vous êtes dirigeant d'une de ces grandes entreprises françaises, où que vous soyez, même pour les revenus que vous réalisez à l'extérieur de la France, vous devez payer vos impôts en France", a déclaré le ministre qui a dit vouloir aller vite dans la mise en place de ce dispositif.

Ses services étudient les conventions bilatérales passées entre Etats "qu'il pourrait être nécessaire de renégocier."

La justice fiscale passe aussi par une moindre pression fiscale pour les particuliers. Bruno Le Maire s'est déclaré lundi prêt à "accélérer la baisse des dépenses publiques" pour "accélérer" celle des impôts.

"Le capitalisme des inégalités crée des tensions politiques partout dans le monde et doit être désormais dépassé et refondé", a-t-il dit.

(Danielle Rouquié)


"Plus rien" ne justifie un veto de l'UE au projet Alstom-Siemens, dit Le Maire

Reuters, D. 27/01/2019 à 13:56

PARIS (Reuters) - Alstom et Siemens ont proposé de nouvelles concessions à la Commission européenne pour leur rapprochement dans le ferroviaire et "plus rien" ne justifie un veto de l'exécutif européen à ce projet, a déclaré dimanche Bruno Le Maire.

Reuters a rapporté vendredi que les deux groupes avaient soumis des "remèdes" supplémentaires à la Commission européenne pour tenter d'arracher son feu vert à leur rapprochement mais que ces concessions étaient peut-être trop tardives.

Ce projet est censé créer un champion européen du ferroviaire face au numéro un mondial chinois CRRC mais la Commission européenne a exprimé ses inquiétudes quant aux conséquences d'un tel mariage sur la concurrence.

Pour Bruno Le Maire, le raisonnement de l'exécutif européen s'appuie sur une logique qui n'est plus adaptée au contexte économique mondial.

"Alstom et Siemens viennent de faire de nouvelles concessions à la Commission européenne pour réaliser cette fusion entre Alstom et Siemens et créer un champion européen du ferroviaire", a dit le ministre français de l'Economie. "Plus rien ne justifie un refus par la Commission européenne de la fusion entre Siemens et Alstom."

La Commission européenne doit se prononcer sur ce mariage d'ici au 18 février, mais Reuters a rapporté la semaine dernière que sa décision pourrait être annoncée dès le 6 février.
(Bertrand Boucey, édité par Danielle Rouquié)



Jeudi 31 Janvier 2019


Commentaires

1.Posté par YYY le 31/01/2019 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

...alimenté par les produits de la vente des parts détenues par l'Etat ??? dans un certain nombre de grandes entreprises : Aéroports de Paris, Engie et la Française des Jeux...

Depuis quand la vente d'un bien est un produit !?
C'est exactement le contraire qui se produit, ce terme est un masque ''comptable/gestion/bourse'' mis sur la réalité.
Si vous vendez votre four à pain, avez vous produit quelque-chose ?
L' argent de votre four à pain ( parts de l’État /parts du peuple) n'est pas un produit mais c'est l'argent récupéré-perçu suite à la vente, aussi, il n'y a pas de produit mais le contraire, il se produit qu'il n'y a plus rien, excepter de la monnaie de singes imprimée par ceux qui s'approprie de votre four.
Là ces-Sion fait de pro-Duc-Sion / la session fait de production

C'est l'appauvrissement du peuple qui se produit ainsi '' le four à pain // Aéroports de Paris, Engie et la Française des Jeux...'' vous ne les aurez plus .

Près de 300 milliards d’euros budget de la défense d’ici à 2025, l’armée a des priorités...
GJ // loi anti casseur... et quelques miettes de pain pour les gaugoole gaulois google... accélèra-sion la censure // sang sur, mais qui fait ça ?

Belloubet confirme l'option du rapatriement des Djahadistes français:
La ministre française de la Justice (PM: Elle commande tous les juges de France sur ordre de qui ?) elle a confirmé vendredi que Paris avait désormais une “préférence” pour le rapatriement en France de ses ressortissants partis rejoindre Daech en Syrie et aujourd’hui détenus par les Kurdes syriens ( Les kurdes adorateurs de Bell-Ball-Bull, Zoroastre...).

Les Pitt-Bull, il faut les ramener au chenil.
Da-Esch-ra Ashraw Bull ont encore besoin de leurs chiens.

https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN1PP0QQ-OFRTP

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires