Palestine occupée

Le mouvement national libanais face au gouvernement Siniora


La situation politique libanaise se complique davantage d’autant que le gouvernement Siniora et les groupes partisans de l’Occident au Liban jettent de l’huile sur le feu. L’opposition libanaise, dont le Hezbollah est le fer de lance, observe depuis trois jour un sit-in face au siège du gouvernement.


irib
Lundi 4 Décembre 2006

Le mouvement national libanais face au gouvernement Siniora
Aux yeux des politologues, le gouvernement libanais perd de plus en plus de terrain. Le groupe du 14 mars, mené par Saad Hariri, fils de l'ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri, s'efforce d’internationaliser la crise et en ouvrant le chemin à l’ingérence occidentale, il cherche à maintenir le gouvernement au pouvoir. Entre-temps, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et Israël ont assuré Siniora de leur soutien, faisant la sourde oreille à la volonté des Libanais, qui souhaitent un pays démocratique, dirigé par un gouvernement d'union nationale. La chute du gouvernement Siniora sera considérée comme la troisième victoire du Mouvement du Hezbollah libanais, au XXIe siècle. Après 22 ans de la résistance sans défaillance des combattants du Hezbollah, le Liban a été en 2000 témoin du retrait des forces de l'armée sioniste du sud du Liban. Pendant sa guerre de 33 jours contre le Liban, l'armée israélienne a expérimenté un nouveau revers. Dans la conjoncture actuelle, la chute du gouvernement Siniora, qui ferme les yeux sur la situation névralgique du Liban et les dangers qui menacent la souveraineté nationale du pays, tente de rester encore à la tête du pouvoir, sera considérée comme la troisième victoire du Hezbollah libanais. Ceci étant, l'Occident ne lésine sur rien pour empêcher la concrétisation de la volonté du peuple libanais. Les succès consécutifs de la Résistance islamique du Liban a renforcé l'esprit de la résistance dans la région, et dérangé les calculs de l'Occident, surtout les Etats-Unis. Suite à la défaite d'Israël au Liban, le plan américain du « Grand Moyen-Orient » est resté lettre morte, tandis que la ferme volonté du peuple libanais qui a su tenir tête à l'Occident et à Israël, a transformé ce petit pays apparemment faible au sein du Moyen-Orient, en un pays puissant et courageux. Dans de telles circonstances, le Liban sera, dans les prochains jours, à l’heure d’une situation cruciale. Il est clair que les dangers de tout faux geste de la part du groupe 14 mars, qui compte parmi ses leaders le chef des phalangistes, Samir Jaajaa, entraînera le Liban dans une guerre civile, aux préjudices irréparables aussi bien pour le groupe 14 mars que pour tout le pays.


Lundi 4 Décembre 2006


Commentaires

1.Posté par zbrams le 04/12/2006 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je souhaite longue vie et beaucoup de courage au peuple libanais. J'espère qu'il réussira à contrecarrer toutes les tentatives de déstabilisation honteuses des pays occidentaux.
Quelle cynisme et quelle hypocrisie de la part de ces pays. J'en suis un observateur quotidien.


Inchallah

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires