Politique Nationale/Internationale

Le monde de Sarkozy


L’intégralité du discours de Sarkozy aux préfets

Dans le monde de Sarkozy, il faut de la vidéosurveillance un peu partout. Ces « dispositions novatrices » permettront à la France de rattraper son « retard dans ce domaine ». Il était en effet urgent d’être plus liberticide. Bien entendu, dans cette optique, il faut obliger « un certain nombre d’acteurs publics et privés à s’équiper ». Dans ce monde, Big Sarkozy aura toujours un œil sur vous : « je vais également améliorer les capacités de ciblage et de traçabilité à l’égard de certains individus à risques ». Euh, monsieur Sarkozy, c’est quoi un individu à risques ?


Lundi 26 Septembre 2005

lundi 26 septembre 2005, Matthieu Brabant




Dans le monde de Sarkozy, ce sont les sondages et les sondeurs, voyants de ce siècle, qui décident : « si les sondages semblent indiquer que l’insécurité est un problème moins présent à l’esprit de nos concitoyens [...] cela ne signifie pas que la bataille soit gagnée sur tous les fronts ».

C’est vrai : la délinquance politique et financière est encore très largement impunie.

Et puis, quelle admirable candeur, quelle superbe prudence : on ne parle pas de sécurité, mais d’insécurité mesurée par un sondage qui « semble indiquer » que...bref, dans le doute, comme on ne sait pas trop et que de toute façon les outils statistiques ne permettent pas d’y voir plus clair, dans le doute soyons répressifs !

Voilà, finalement, ce que nous dit Grand Méchant Sarkozy.
Et pour cela, il faut « mettre le paquet », au karcher sans doute. Sarkozy nous explique que « les français en ont assez des « petites terreurs » qui leur rendent la vie insupportable ».
Et il faut sans doute s’attaquer à la pire de ces « petites terreurs », ce petit chien hargneux et haineux, cette boule de nerfs misérable : le ministre de l’intérieur.
Et, bien entendu, il faut « équiper les lieux les plus vulnérables aux violences urbaines en moyens de vidéosurveillance ». Il a un pourcentage sur chaque caméra vendue ou quoi ?!!

Dans le monde de Sarkozy, la police est rentable. Normal, pour un libéral, pour un adepte de l’économisme.
C’est ainsi qu’est mis en place un « test d’emploi des personnels » qui permet « d’interroger [...] le taux d’occupation de la voie publique ». La police de Sarkozy est mathématique !
C’est quand même pratique : la police gagnera « en productivité ». Mais, Grand Pythagoricien Sarkozy, c’est quoi un policier qui produit bien ?

Dans le monde de Sarkozy, pour « juguler une violence de plus en plus présente à l’égard des forces de l’ordre », on ne cherche pas des réponses du côté de la sociologie (trop déprimants les sociologues), on invente de nouvelles armes : les « pistolets à décharge électrique ». C’est, effectivement, une manière très subtile de pacifier la situation : le problème n’est pas réglé, mais, au moins, les « blessures occasionnées aux personnes interpellées » et « une baisse très nette du nombre d’agents blessés en service » pourra être engagée.

Dans le monde de Sarkozy, le VRP de la vidéosurveillance veut équiper les véhicules de police de « caméras embarquée ». Il faudra un jour vérifier si des transferts d’argent n’existent pas entre les compte de Sarkozy et ceux des entreprises de vidéosurveillances.
Je ne vois en effet que cette explication à cette folie vidéaste : chacun sait que cela n’a aucun intérêt, à part jouer le grand frère autoritaire et chacun sait aussi que Sarkozy ne fait rien qui ne soit idéologique, non ?

Dans le monde de Sarkozy, la « lutte contre l’immigration irrégulière » n’est pas un problème humain, c’est un problème administratif : « lors de notre dernière rencontre, je vous ai fixé des objectifs chiffrés, en vous demandant de procéder, au minimum, à 23 000 éloignements d’étrangers en situation irrégulière cette année. Je constate qu’à la fin du mois d’août, 12 849 étrangers avaient fait l’objet d’une mesure effective d’éloignement : sur huit mois, 56 % des objectifs ont été atteints. Il vous reste donc 5 mois pour accentuer l’effort ».
Chacun appréciera la précision mathématique et administrative. Monsieur Eichmann, en particulier, appréciera.
Concernant les êtres humains, il faut les combattre : le ministre demande aux préfets de « résister aux pressions de tels ou tels collectifs ou coordinations qui ne représentent qu’eux-mêmes ».
On notera que monsieur Sarkozy est faible : le Réseau Education Sans Frontière a obtenu de lui la libération de Guy Effeye...

Dans le monde de Sarkozy, les pauvres qui brûlent dans les immeubles insalubres ne sont pas des victimes : « vous devez », dit-il aux préfets, « procéder aux expulsions qui s’imposent » et « être attentifs aux situations de séjour irréguliers que les marchands de sommeil protègent ». C’est bien connu, les « marchands de sommeil » protègent les méchants « étrangers ».

Ce discours aux préfets n’est pas anodin. Dans ce discours, toute l’idéologie de Sarkozy est décortiquée. Chacun de ses actes et chacune de ses paroles font partie d’une machine cohérente.
Ce libéral autoritaire convaincu a pris acte de la position dominante de l’économisme. L’Etat n’a plus d’autre « occupation » que la sécurité, et d’abord la sécurité de la propriété privée des grands groupes financiers.
Sarkozy est ministre de l’intérieur mais aussi de l’Education Nationale (les cadets de la République), de l’Economie (une réforme de l’impôt et de l’ISF)...

N’attendons pas 2007 pour le combattre, soyons dès aujourd’hui tous sarkophages !


altermonde-levillage


Jeudi 29 Septembre 2005


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires