ALTER INFO

Le modèle d’Obama discrédité : avec le programme NICE, un Anglais sur six meurt euthanasié !



Vendredi 4 Septembre 2009

Le modèle d’Obama discrédité : avec le programme NICE, un Anglais sur six meurt euthanasié !
Un article dévastateur paru dans le Daily Telegraph, intitulé Condamné à mort par le National Health System (NHS, le système de santé de l’Etat britannique), révèle qu’au Royaume de sa gracieuse Majesté, entre 2007 et 2008, 16,5%, c’est-à-dire près d’un décès sur six, est le résultat d’« euthanasie involontaire » !

Lyndon LaRouche se félicite que la vérité finisse par éclater sur le fonctionnement fasciste du système de santé britannique, alors qu’Obama et ses conseillers comportementalistes l’ont malheureusement érigé en modèle, y compris son volet euthanasie. Ces révélations ne sont pas étrangères à la campagne menée internationalement par LaRouche et son comité d’action politique (LPAC) pour démasquer l’imposture de la réforme de santé d’Obama.




Dans la même édition, le quotidien britannique publie une lettre à la rédaction, envoyée par des médecins et des experts médicaux, mettant gravement en cause le Liverpool Care Pathway (LCP), un des programmes du NICE (National Institute for Clinical Excellence, équivalent de la Haute autorité de la santé française) et initialement développé par l’hospice Marie Curie de Liverpool pour soigner des cancéreux en fin de vie. Par la suite, le LCP fut étendu à toute l’Angleterre et appliqué à tout type de malade et de pathologie.




Les signataires de cette mise en accusation affirment que le programme LCP consiste à administrer précocement la mort des patients en leur coupant les soins et en interrompant leur alimentation et hydratation. Une fois que l’on estime que le malade évolue vers la mort, cette décision, prise par les médecins, intervient très rapidement et souvent à tort. Après avoir été recommandé par NICE en 2004, 300 hôpitaux, 130 hospices et 540 centres de soins appliquent ce programme.




2004 est une date clef, car c’est l’époque où Blair est aux commandes. Le conseiller de Blair sur les questions de santé entre 2000 et 2004 était Simon Stevens, qui travaille actuellement aux Etats-Unis pour l’association des retraités américains AARP ; c’est aussi un supporter inconditionnel de la réforme prônée par Obama.




La lettre des médecins souligne qu’on abuse gravement de ce programme où l’on finit par prouver ce qu’on a décidé d’avance : les patients vont mourir. Dans la période 2007-2008, pas moins de 16,5% des décès en Angleterre concernent des personnes sous sédation profonde et prolongée, affirment les chercheurs de la London School of Medecine and Dentistry, c’est-à-dire deux fois plus qu’en Belgique ou au Pays-Bas !




La critique contre le programme LCP n’est pas nouvelle. En décembre 1999, avant même que le LCP fût promue par NICE, le docteur Adrian Treloar, un gériatre londonien de renom, avait accusé le NHS de pratiquer l’euthanasie involontaire. A l’époque, la British Medecial Association avait suggéré de permettre aux médecins de suspendre les soins et l’alimentation aux malades cardiaques graves et ceux frappé de démence qui ne sont plus en état d’exprimer ce qu’ils désirent. La directive affirmait : « Les médecins devraient avoir le dernier mot pour déterminer si le maintien des soins, l’alimentation et l’hydratation, sont dans l’intérêt des patients. Ce n’est pas toujours souhaitable de prolonger la vie ».




Plus récemment, le 26 avril 2008, le docteur Adrian Treloar avertissait dans une lettre envoyé au British Medical Journal que le programme LCP crée le cadre d’une politique systématique d’euthanasie des malades et des infirmes. « Couplé avec l’interruption de l’alimentation, la sédation profonde conduit rapidement à la mort. Treloar précise que le LCP est une menace car les critères d’éligibilité pour le programme sont trop larges et ne se limitent pas à des personnes en fin de vie. »




Vidéo : Non au triage humain : santé publique et population




Article : Santé publique : les américains se révoltent contre le fascisme financier





Déçus par Obama, les progressistes américains pointent du doigt la complicité avec Wall Street

« La colère qui se manifeste contre la réforme de la santé est l’enfant de la colère contre le renflouement », explique Arianna Huffington dans un article publié le 31 août sur le Huffington Post, un des principaux site progressiste américain. Pour elle, le constat est sans appel : si la présidence Obama a perdu toute crédibilité auprès du peuple, c’est parce qu’elle s’est vendue à Wall Street.


Après s’être attaquée au renflouement des banques, Arianna Huffington cite Rob Johnson, le directeur de l’Economic Policy Initiative au Roosevelt Institute :


« En refusant de s’opposer aux oligarques et d’ériger des barrières en défense de la société, ils [les responsables de la Maison blanche] ont alimenté le cynisme et dissipé la magie créée par Obama en faveur du changement. L’administration semble plus proche de Jamie Dimon [le PDG de JP Morgan - ndt] et de Goldman Sachs que de nous. Leçon : si vous échouez à défendre la société une fois, les gens perdent la foi. Cette perte de foi a un coût élevé, que nous payons dans le domaine de la réforme de la santé. »


Et elle poursuit :


« Mais l’administration est sous le choc, en voyant que les américains ne se rassemblent pas derrière cette vague réforme de la santé. Ils peuvent toujours accuser Fox News et les fous des Town Hall meetings, mais j’espère qu’ils savent qu’en grande partie, la colère qui se manifeste contre la réforme de la santé est l’enfant de la colère contre le renflouement.


« Les américains sentent instinctivement que la Maison Blanche traite les grandes compagnies du secteur de la santé comme elle a traité l’establishment de Wall Street. Le président semble croire que ce qui est bon pour Goldman Sachs et PhRMA [le lobby des groupes pharmaceutiques – ndt] est forcément bon pour le pays. On entend l’administration dire que sa réforme promeut « le choix et la concurrence ». Mais nous voyons bien comment « choix et concurrence » ont fonctionné avec la finance. »


Puis, elle cite Elizabeth Warren, présidente du conseil du Congrès pour la supervision du plan TARP :


« Ce qui me soucie le plus est ce qui arrive à la classe moyenne, qui est la fondation des Etats-Unis. Elle est non seulement la clé de la prospérité économique, mais également de la stabilité politique. Mais, pierre par pierre, les fondations qui soutiennent la classe moyenne disparaissent, jusqu’à son effondrement. Et lorsque la classe moyenne s’effondrera, nous nous retrouverons comme au Mexique ou en Colombie, avec des riches vivant retranchés derrière des murs et protégés par des gardes armés, pendant que les autres se battent pour survivre. »



Les médecins entrent en campagne contre Obama

Maintenant qu’il devient de plus en plus évident que le président Obama n’a pas réellement l’intention de créer une assurance maladie universelle en faveur des 48 millions américains qui n’en ont pas, de plus en plus d’activistes de la gauche progressiste, furieux d’être trahis sur un projet qui fut au centre de leur vote, prennent leurs distances avec Obama.

Ainsi, dans l’Etat de l’Oregon, cinq médecins, membres de l’association Physicians for a National Health Program (PNHP ou Médecins pour un programme national de santé), ont lancé l’association « Mad as Hell Doctors » (Médecins fou furieux !)

Ils feront tourner une caravane à travers le pays pour mobiliser l’opinion publique en faveur du projet de loi de sécurité sociale universelle (House Resolution 676) défendu par le démocrate Conyers et soutenu par Dennis Kucinich.

John Conyers, un démocrate progressiste, a fait savoir depuis plusieurs semaines qu’il rejetait la réforme de la santé d’Obama et il propose de faire ce que dicte le bon sens : élargir le Medicare à tous sans faire de compromis avec les assureurs privés.



La caravane se mettra en route le 8 septembre et compte arriver à Washington à la fin du mois. Les médecins exigent que le projet en faveur d’une assurance maladie universelle, jusqu’ici totalement ignoré par la direction démocrate, soit débattue et soumis à un vote du Congrès.

Comme l’affirme depuis le début le Comité d’action politique de Lyndon LaRouche (LPAC), ils indiquent au président qu’il existe un domaine de prédilection où des économies substantielles puissent être réalisées : les marges scandaleuses, estimées à 31% en moyenne de toutes les dépenses dans ce domaine, empochées par les assureurs privés et la bureaucratie.

D’après l’association PNHP, le président Obama n’a même pas voulu rencontrer leur représentants, bien que l’idée d’une couverture maladie universelle est soutenue par la majorité des professionnels de la santé.

Article : Réforme de la santé : les Américains se révoltent contre le fascisme financier

http://www.solidariteetprogres.org http://www.solidariteetprogres.org



Vendredi 4 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par roland le 04/09/2009 22:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bref ils sont pour la "liberalisation" du droit de mettre fin à une vie "qui ne mérite pas d'être vécue", comme le préconisaient karl Binding et Alfred Hoche ....

et comme on peut s'en douter ce genre de chose dès qu'on leur entrouve la porte s'emballe très vite et devient avalanche, d'ores et déjà la pratique britannique dépasse ce qui était préconisé par Binding et Hoche, quand à l'Allemagne qui a suivi leur livre on sait ce que ça a donné, à partir du moment où le pays s'est couvert d'affiches montrant le coût que représentait pour la Sécu du Reich l'entretient de ces "vies qui ne valent pas d'être vécues".

2.Posté par MiKE le 05/09/2009 01:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je comprend mieux pourquoi ce réac de LaRouche est devenu la coqueluche de Fox News et autres médias beaufisant aux Etats Unis !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires