Economie

Le modéle Islamique à l’épreuve du Capitalisme ?


En pleine crise financière puis économique aujourd’hui, les états n’ont cessé de prendre des mesures coercitives afin de remettre sur pied le système capitaliste qui a fait preuve d’une fébrilité sans commune mesure. Cette crise, qui a été certes non prévisible dans son avènement, était inéluctable dans sa réalisation temporelle. Devant la puissance du système économique dominant, une critique simpliste du capitalisme qui s’attacherait uniquement à ridiculiser ses conséquences tragiques et fatales, sans remettre en cause et récuser sa logique propre - la réification - ne pourra ébranler au cœur du monde contemporain les contradictions qui les animent. C’est l’être du capitalisme qu’il faut critiquer et non son paraître. L’homogénéisation de l’ensemble des sociétés en proies au capitalisme ou en devenir n’a aujourd’hui d’autre modèle économique viable pour prétendre à une alternative tangible. Le capitalisme tel que nous le connaissons est un opium déguisé en apparat de musc. Réifier l’ensemble des sociétés est la finalité suprême du capitalisme avec bien sûr au passage les inégalités sociales, la misère, l’exploitation ou les guerres impérialistes. L’aveuglement est tel que les esprits critiques de tous bord ont du mal à convaincre ou à concevoir autre chose que le capitalisme.


info.critique@gmail.com
Mercredi 24 Mars 2010

Le modéle Islamique à l’épreuve du Capitalisme ?
En pleine crise financière puis économique aujourd’hui, les états n’ont cessé de prendre des mesures coercitives afin de remettre sur pied le système capitaliste qui a fait preuve d’une fébrilité sans commune mesure. Cette crise, qui a été certes non prévisible dans son avènement, était inéluctable dans sa réalisation temporelle. Devant la puissance du système économique dominant, une critique simpliste du capitalisme qui s’attacherait uniquement à ridiculiser ses conséquences tragiques et fatales, sans remettre en cause et récuser sa logique propre - la réification - ne pourra ébranler au cœur du monde contemporain les contradictions qui les animent. C’est l’être du capitalisme qu’il faut critiquer et non son paraître. L’homogénéisation de l’ensemble des sociétés en proies au capitalisme ou en devenir n’a aujourd’hui d’autre modèle économique viable pour prétendre à une alternative tangible. Le capitalisme tel que nous le connaissons est un opium déguisé en apparat de musc. Réifier l’ensemble des sociétés est la finalité suprême du capitalisme avec bien sûr au passage les inégalités sociales, la misère, l’exploitation ou les guerres impérialistes.
L’aveuglement est tel que les esprits critiques de tous bord ont du mal à convaincre ou à concevoir autre chose que le capitalisme.  
 
 Le modèle Islamique est-il une alternative au modèle capitaliste ou n’est-elle qu’une composante de son paraître grâce à un mécanisme revu et corrigé d’un marketing occidental islamisé pour l’occasion ? On est en train de nous faire passer la pilule en jouant sur un vocabulaire propre à l’Islam pour nous vendre ce que notre cœur et notre raison ont refusé au nom d’une éthique musulmane qui prône le bien être collectif avant le bien être individualiste et égoïste. Les pays musulmans les plus élaborés ressemblent de près aux pays occidentaux si ce n’est que dans la forme que l’on constate des marqueurs identitaires. Des questions de fond restent sans réponse, les musulmans d’aujourd’hui se doivent de proposer un modèle de société unique qui doit prendre en compte l’esprit de la Charia qui n’est rien d’autre que la traduction du dessein d’Allah pour l’humanité afin que la justice, l’égalité et le partage soit la trame de fond.  
 
 Le modèle islamique à pour devoir de s’ériger contre le capitalisme qui ne fait que soumettre les hommes à l’argent et au profit qui est sa finalité propre. Le but de l’islam et de son modèle est la soumission réfléchie par amour à Allah sans contrainte. Le but de l’Islam est de mettre la science et le progrès au service de l’Homme qui lui-même est au service d’Allah, et non pas l’inverse. La résistance Islamique ne peut s’organiser que dans la promotion de la diversité des peuples, des cultures, des spiritualités et des civilisations face à la globalisation du capitalisme et à son caractère uniformisant et surtout déshumanisant.  
 
 Les particularités culturelles, les spécificités spirituelles, individuelles et naturelles sont aussi des armes de résistance face au capitalisme uniformisateur. Face à cette uniformisation, ceux qui s’opposent au capitalisme doivent prendre conscience que chaque peuple, chaque langue, chaque ethnie, chaque individu, chaque spiritualité, chaque particularité est un reflet de la diversité du monde non-marchand. L’anti-capitalisme en soit ne peut vaincre sans une spiritualité dynamique ayant pour source le Coran et la Sunna du Prophète (SAV). Les musulmans doivent tendre à défendre, tous les particularismes car elles sont susceptibles de former un substratum pour une libération sociale et culturelle. Il y a plusieurs niveaux de résistance à mettre en place ; spirituelle et culturelle. La critique en soi ne suffit pas, il faut être en mesure de proposer des alternatives tangible et viable. Une résistance effective au capitalisme doit nécessairement inclure l’opposition à la diffusion de la culture du capitalisme et à l’occidentalisation du monde qu’elle engendre.  
 
 Un exemple frappant du détournement des valeurs islamiques et de sa spécificité dans ce monde capitaliste qui n’a de foi que dans l’argent se vérifie dans les grandes surfaces. Ces temples dédiés à la consommation que sont les grandes surfaces possèdent aujourd’hui un rayon « halal » pour attirer le consommateur musulman. Le mois de ramadan, est l’occasion pour ces sanctuaires du marché d’organiser des semaines « spéciales », alliant un folklore orientaliste à une « islamité » consumériste et superficielle, permettant de dégager des profits subsidiaires. Tout devient prétexte à un démarchage « islamique ». Le plus grave dans tout çà c’est l’absence totale du message spirituel qui doit accompagner l’action dans sa finalité chez le musulman.  
 
 La commercialisation des croyances et des religions ne sont pas épargnées dans les tourments du capitalisme. L’Islam est intégré par la civilisation capitaliste dans sa logique marchande, l’Islam est utilisé pour créer de nouveaux marchés et attirer une nouvelle clientèle puisqu’il est dans la logique du capital de générer sans cesse de nouveaux « besoins ». Cette utilisation de l’Islam comme un « argument publicitaire » permettant de promouvoir un produit et de lui donner une plus value, pose le problème de la réification, telle que le philosophe hongrois Georg Lukacs l’a expliqué dans Histoire et conscience de classe, c’est-à-dire la transformation, par le capitalisme, de tous les rapports sociaux et de toutes les formes culturelles en choses et en rapports « chosifiés » ce que Karl Marx appelait le « fétichisme inhérent au monde marchand ».  
 
 Il faut attirer l’attention sur les enjeux réels et les dangers du capitalisme qui transforme la nature des choses en marchandise consommable à outrance tel que : les Hommes, et les rapports entre les Hommes, les cultures, les spiritualités. Pour Georg Lukacs, toutes les relations et toutes les pensées dans la civilisation capitaliste deviennent inéluctablement des rapports marchands. Par ces rapports marchands, les Hommes, les cultures et les spiritualités, dans notre cas l’Islam, sont intégrés à la dynamique du capitalisme. Les Hommes, les cultures et les spiritualités sont asservies à l’idéologie de la marchandise et c’est pourquoi il devient facile de convaincre les individus de consommer.  
 
 Une révolution est d'abord, pour une société, ce qu'est une conversion pour l'individu : changer le but et le sens de la vie (R.Garaudy). Cette épreuve de force se traduira tôt ou tard par l’émergence d’un modèle économique qui sera le juste milieu que prône l’Islam. On pourrait traduire cela comme une synthèse entre le capitalisme sans excès et le communisme sans la rigueur économique et le dirigisme politique empreint d’immobilisme et d’impuissance. Comme le dit si bien Allah dans le Coran "Allah ne change l'état d'un peuple que s'ils changent ce qu'il y a en eux-mêmes." (Verset
13 :11).  
 
 Les musulmans ne doivent surtout pas chercher à Islamisé le modèle capitaliste ou le modèle communiste mais travailler pour mettre en exergue le model islamique qui propose une véritable éthique basé sur la conscience de l’homme devant sa responsabilité en qualité de gérant comptable devant Allah.  
 
 R.A
 http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com



Mercredi 24 Mars 2010


Commentaires

1.Posté par Advice le 24/03/2010 12:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Belle analyse. Le Bouddhisme dit aussi la même chose. Cordialement.

2.Posté par Alif Lam Min le 24/03/2010 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le modèle Islamique est une alternative bénéfique pour le monde entier au niveau politique, social, économique c'est une réponse à tout les maux

1. universaliser et promouvoir la langue arabe (Langue du coran)
2. créer une monnaie unique indexée sur des valeurs réelles (or/argent)
3. créer des accords multilatéraux entre pays se proclamant musulmans pour mettre en place un passeport unique. (oumma islamiya)
4. abolir les visas entre les pays musulmans
5. mettre en place une armée internationales musulmanes genre casques bleus et pourquoi pas les casques verts :-)
6. prioriser l’éducation pour nos enfants et viser l’excellence intellectuelle dans plusieurs domaine afin d’avoir des élites
7. s’investir dans la vie sociales, politiques…dans tous les pays dans lesquels les musulmans sont présents
8. et surtout arrêter de se mettre en position de victime et aller de l'avant partout. Il faut s’investir dans tous les domaines. tout en étant des ambassadeurs de notre religion.



3.Posté par zoro le 24/03/2010 22:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Alif Lam Mim pas Min .!!!


cordialement .

4.Posté par roland le 25/03/2010 00:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"conscience de l’homme devant sa responsabilité en qualité de gérant comptable devant Allah. "
C'est une idée qui est apparue dans la religion égyptienne dès 2 600 ans av.J-C:
"Ne sois pas avare de tes richesses, tu ne les possèdes que par don de Dieu" (Ptahhotep)
un autre texte quelques siècles plus tard dit encore plus explicitement que les richesses du riches ne lui ont été données par "Neter" (Dieu) que comme à un intendant, pour qu'il les distribue aux pauvres.

5.Posté par lala le 25/03/2010 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

slm wa wr wb

en lisant votre article , j'aurais remplacé le titre par "le capitalisme à l'épreuve du modèle islamique"
justement parce que nous connaissons déja les conséquences du capitalisme, 80% des richesses pour 20% de la population mondiale et que justement le modèle islamique serait une alternative.
très bon article

6.Posté par Shirdi le 25/03/2010 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et puisqu'on parle d'économie, pourquoi ne pas se pencher sur la notion de "finance islamique" qui, rappelons le, rejette l'usure et la spéculation entre autre !! ... et c'est pas rien !
Ce concept est vraiment en avance sur notre temps, dans un monde où règne en maître un capitalisme qui ne dit pas son nom
Qu'on le veuille ou non, il y a une notion spirituelle dans cette approche de la finance version orientale et je lui pressens un bel avenir !

7.Posté par chipo le 25/03/2010 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la finance islamique est un instrument de la finance, rien de plus. Les grandes banques europeennes et americaines ne s'y sont pas trompees, elles investissent beaucoup dedans. La HSBC est tres active et c'est tout dire que de dire cela. L'objectif dans tous les cas est le meme: attirer l'epargne et endetter les gens.

8.Posté par Muriel le 25/03/2010 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui, c'est beau de parler l'Islam, mais entre nous c'est pas nouveau. La religion catholique a été la première à se faire enrôler par le grand Capital. Peut-être faudrait-il remettre au goût du jour l'enseignement des religions pour mettre les choses au clair. Mais ceci est un autre débat.

9.Posté par redk le 25/03/2010 19:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chipo, le crétinisme a l'état pur, dit nous donc selon toi quelle grande ou même petite banque européenne ou américaine "investit" dans la "finance islamique", qui ne fait pas d'usure, de spéculation et qui ne fait pas non plus d'investissement au hasard et dans, le sexe, l'alcool, les armes, la drogue, le tabac, les jeux entre autres?, allez cite en une seule!!

10.Posté par redk le 25/03/2010 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Juste pour préciser, les banques du style HSBC, via Amanah Finance par exemple, se plient aux exigences de la charia Islamique, c'est une règle qui ne peut être changée car c'est un fondement de la religion Musulmane, si bien sûr comme pour les produits Hallal qui parfois n'en sont pas et que le goût de l'argent pousse des gens peu scrupuleux à en vendre, il se peut qu'il y ait des dérives aussi dans le futur de la banque Islamique si il n'y a pas de contrôle pointilleux!

11.Posté par Saber le 25/03/2010 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Si les oulémas se plient aux exigences des banques dites islamiques, il n'y a pas loin de penser que c'est peine perdue à y attacher une quelconque réponse salutaire face aux désordres économiques et sociaux à travers le monde.

La question centrale et qui est primordiale c'est qui va accorder les bons points aux banques sérieuses et soucieuses de son attachement à la loi islamique dans la bonne gouvernance du domaine monétaire et financier ?

ALMOURAQABA ( CONTRÔLE ) A NE PAS CONFONDRE AVEC ALMOURABAHA OU ALMOUCHARAKA , QUI VA S'EN CHARGER ?

12.Posté par norodon le 27/03/2010 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'auteur est bien conscient que par les temps qui courent ,la resistence au systeme capitaliste aussi bien chez ses propres promoteurs, l' occident , que chez les musulmans est quasiment inexistente .Alors se leurré qu'un jour il en sortira un systeme ""juste miieu"" s'est faire fi des loi de la nature ""qu' allah ""
a créer sur cette terre !!!! Ne pas reconnaitre que le moteur du developpement social et humain sont : les contradictions entre forces productives et rapports de productions ,et entre infrastructure et superstructure c'est oublier sciemment le materialisme dialectique et historique sur l'evolution de la socité humaine. Ne pas reconnaitre que l'economie marxiste est la seule chance de salut pour cette planete et il est plus que sur qu'elle aura la benediction d'allah. Si les musulmans n'etaient pas hypocrites ,ils reconnaitraient que le fait de dire que dieu a créer le riche et le pauvre , le faible et le fort suffirait normalement pour convaincre que le systeme social des musulmans ""si il y en a un quelque part""?? est aussi injuste que le modele capitaliste qu'il veut raplacer .Moussa el hadj
hadj moussa .

13.Posté par Tekbir le 27/03/2010 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sa ramazan abi,

bon article, jazakallahou khayr.
Juste pour reprendre une citation de toi "On pourrait traduire cela comme une synthèse entre le capitalisme sans excès et le communisme sans la rigueur économique et le dirigisme politique empreint d’immobilisme et d’impuissance".

Le modèle islamique n'est en aucun cas un équilibre entre le communisme et le capitalisme ou la moyenne des deux. Le monde moderne occidental nous fait croire que nous sommes restreint à cette seule dimension qui part de la gauche jusqu'à la droite, et si nous sommes ni l'un ni l'autre, on est au milieu.

Au contraire les modèles 'becheri' (humains) sont peut être sur une seule dimension qui ne peut aboutir que sur des modèles injustes.

De part son origine divine, le modèle islamique dépasse ces dimensions et est transcendant, représentant LA SEULE ALTERNATIVE de son origine jusqu'à la fin des temps.


14.Posté par Alcide le 28/03/2010 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"En pleine crise financière puis économique aujourd’hui, les états n’ont cessé de prendre des mesures coercitives afin de remettre sur pied le système capitaliste qui a fait preuve d’une fébrilité sans commune mesure."
Ça commence bien, un véritable sophisme !
Les gouvernements n'ont pas remis en place le système capitaliste, ils ont remis en place le système bancaire, la nuance est de taille. Cette pratique est tout à l'opposé du système libéral, c'est une intervention d'État, financés avec l'argent des contribuables, au profit exclusif d'une ploutocratie mondiale.
En réalité ceci n'a rien à voir avec le renflouage d'un système capitaliste, en réalité c'est un coup d'état, en réalité c'est un hold-up planétaire gigantesque, jamais vu et bien sûr par son caractère une réification des peuples comme le signale l'auteur
C'est une parfaite illustration du fascisme :
"Le Fascisme devrait plutôt être appelé Corporatisme, puisqu'il s'agit en fait de l'intégration des pouvoirs de l'état et des pouvoirs du marché."
Benito Mussolini (1883-1945), Dirigeant Fasciste de l'Italie de 1922 à 1943
Ce fascisme est à l'œuvre principalement depuis la création de la FED et ensuite la destruction de l'étalon or qui a prévalu comme monnaie en Occident pendant des millénaires.
Il s'en est suivi une descente aux enfers de l'Occident parallèlement un accroissement prodigieux des richesses d'une poignée de ploutocrates mondiaux, des familles que vous connaissez tous, les mêmes qui ont financé la révolution d'octobre et l'ascension d'Hitler. Et qui peut être sont à l'œuvre actuellement pour déstabiliser le Moyen-Orient car ils se fichent pas mal de la vie des hommes.
Il serait salutaire pour tout le monde que la finance islamique réintroduise la monnaie or et argent qui est un gage de stabilité, cela provoquerait la chute du dollar, l'adossement obligatoire de l'euro sur les réserves d'or, la fin de la dette que les gouvernements occidentaux ont acceptée de payer aux banquiers et ce en toute trahison de leurs peuples , par les articles 104 du traité de Maastricht et 123 du traité de Lisbonne.
Dans tous les cas il est sain d'avoir une concurrence et je souhaite longue vie à la finance islamique et aux banques islamiques en Occident.

15.Posté par manita le 07/04/2010 16:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour
magnifique analyse bravo
Merci

16.Posté par arouna le 23/02/2012 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam mes frère je suis content d'accéder

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires