ALTER INFO

Le médiateur du journal 'Le Monde' avoue croire aux races humaines !


Dans la même rubrique:
< >


Claude Ribbe
Mardi 18 Novembre 2008

Le médiateur du journal 'Le Monde' avoue croire aux races humaines !
Pour un scoop, c’est un scoop et franchement, j’en reste ébahi. Je n’invente rien. Voici le texte du mail que Véronique Maurus, médiateur du journal Le Monde, auteur de l’article Appeler un noir un noir (Le Monde du 16 novembre 2008) m’adresse ce jour en réponse à mon billet : Appeler un raciste un raciste (16 novembre 2008).

« Le Monde n'a pas, je pense, m’écrit Véronique Maurus le 17 novembre 2008, toutes les arrières pensées que vous lui prêtez. Sur la majuscule du mot un "Noir", il se contente d'appliquer la règle typographique en usage pour tous les mots désignant une race, une ethnie ou un habitant (d'un pays, d'une région, et.). On écrit un Noir, un Blanc, un Français, et c... C'est seulement la règle typographique et il n'y a là aucun sens caché. »

On a bien compris que, dans l’esprit de Véronique Maurus (que je me remercie de me rappeler les règles de ma langue) un «noir» est quelqu’un qui appartient à la «race» noire, un « blanc », quelqu’un qui appartient à la « race » blanche, d’où cette fameuse majuscule, qui, en l’espèce, ne peut s’expliquer ni par le «pays», ni par «l’ethnie» (une autre manière soit dit en passant de désigner la «race»). Ainsi y aurait-il donc pour le médiateur des "races" humaines ! Oui, comme au bon temps de Jules Ferry. Il n’est plus question de traquer des «arrière-pensées» puisque l’aveu est là, indiscutable. On peut supposer qu’on n’embauche pas les gens au Monde sans s’assurer qu’ils ont une certaine éducation. Véronique Maurus est certainement une personne éduquée. Elle a été désignée pour répondre aux lecteurs et elle m’avoue naïvement, à moi, qu’elle croit aux races humaines ! De deux choses l’une : ou bien elle ne reflète pas la ligne éditoriale du journal et c’est au directeur de la publication d’en tirer les conséquences, ou bien la notion de «race humaine» est communément admise par les journalistes du Monde en 2008, ce qui pourrait expliquer certains articles et certaines prises de position, comme ceux, par exemple de Laetita Van Eeckout, de Jérôme Gautheret ou de Pierre-Yves Catinchi. Qu’ont-ils en commun ? Ils mettent la majuscule au mot « noir » et, a priori, vraiment, ils ne m’aiment pas du tout alors qu’ils n’ont rien à me reprocher. En ce qui concerne l’explication donnée par Véronique Maurus, la « règle d’usage», dans le cas d’espèce, n’est pas typographique, mais grammaticale. L’ouvrage de référence, connu de tous les correcteurs, de tous les journalistes et de tous les auteurs, est Le Bon Usage de Maurice Grévisse (14e édition, 2007, éditions De Boeck-Duculot). Que nous dit-il à ce sujet (p 94) ? « On met souvent une majuscule à des noms qui désignent des groupes humains, par ex. d’après la couleur de leur peau ». Grévisse donne plusieurs exemples littéraires où le mot « noir » prend la majuscule. Ainsi Malraux et Beauvoir mettaient-ils parfois la majuscule à « noir ». Mais c’était il y a cinquante ans et tout le monde pensait alors que la notion de « race» avait une valeur scientifique. Grévisse indique clairement que si on met « souvent » la majuscule, on ne la met ni «toujours» ni «forcément». La «règle d’usage» invoquée par Véronique Maurus est donc une pure invention idéologique qui reflète le fond de sa pensée. Grévisse prend bien soin de donner des exemples où « noir » prend la minuscule, par exemple en citant l’excellent André Pieyre de Mandiargues, qui tenait, comme moi, à la minuscule. Grévisse précise que « l’usage est partagé pour le nom juif ». On remarquera que dans Le Monde, le mot « juif » prend toujours la minuscule. Beauvoir, elle, mettait une majuscule… Bien évidemment, Maurice Grévisse se garde bien d’utiliser le mot de «race» ni même celui d «ethnie» (inventé par le théoricien raciste Vacher de Lapouge). Il est clair qu’on ne peut mettre une majuscule au substantif « noir » ou au substantif « blanc » que si justement on valide la notion de race humaine. En ce qui me concerne, j’ai toujours prescrit à mes correcteurs « distraits » de ne pas le faire (comme on pourra vérifier en lisant mes livres) et ils l’ont toujours admis sans aucun problème et sans discussion. Deux questions :

1. Comment appelle-t-on ceux qui déclarent croire aux races humaines en 2008 ?

2. Quelqu’un qui déclare par écrit croire aux races humaines a-t-il sa place dans un journal comme Le Monde, surtout comme médiateur ?

Pour joindre Véronique Maurus :

mediateur@lemonde.fr

http://www.claude-ribbe.com http://www.claude-ribbe.com



Mardi 18 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par ciborg le 18/11/2008 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore un coup de pub double pour claude ribbe et le journal le monde . Depuis que je connais ce journal je sais qu''il est foncierement reactionnaire et surtout qu' il est du
coté de l'argent . Et voltaire quand il disait ""lorsqu ' il s' agit d'argent on est tous de la meme religion """ il a du oublié de rajouter qu 'on est tous de la meme couleur de peau.
Monsieur ribbe au lieu d'entré dans des considerations academiques aurait du nous dire ce qu'ecrit alain minc sur la crise financiere par exemple ???

2.Posté par al akl le 18/11/2008 11:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Zemmour et les races. vidéo
Vont ils réussir à répéter la division qu'ils avaient obtenu entre les français et les allemands ? Cette secte de diviseurs c'est l'essence de la haine.

3.Posté par amiralk le 18/11/2008 11:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les quatre couleurs de l’homme

Pour comprendre le monde et connaître sa destinée, il faut nécessairement avoir à l’esprit que l’homme est dans son enfance sur cette planète qui est elle-même en bas de la grande spirale et dans les débuts de son existence. Et, avec l’aide du serpent, il faut imaginer ce que fut la continuelle amélioration des conditions de vie qui permirent la création de l’humanité dans ses quatre couleurs auxquelles se rattachent tous les peuples.

Voici comment ces différentes et précieuses couleurs de l’homme sont consécutives, elles aussi, au réchauffement progressif de la Terre qui se fit à l’approche du Soleil. On l’observe ici à la sortie du tertiaire, en fin du mouvement de va-et-vient qui la fit entrer dans le quaternaire où elle se stabilisa. Bien que déjà réchauffée et couverte d’un très grand nombre d’espèces animales, elle se rapprocha encore un peu du Soleil, en resserrant progressivement ses orbites qui l’amenèrent doucement dans la région du ciel où nous nous trouvons aujourd’hui. Ce qui permit évidemment à la région équatoriale de se tempérer en premier. Puis, au fur et à mesure de son avancement, cette douce température s’étendit sous toutes les latitudes. Ainsi, il s’avère que les conditions de vie nécessaires à l’existence humaine apparurent en premier à l’équateur (sous les tropiques), et se répartirent ensuite sur l’ensemble du globe qui se réchauffait lentement.

Il est alors manifeste que ce sont les hommes très NOIRS qui furent créés les premiers dans les régions équatoriales (1). Puis, un peu plus tard et plus loin de l’équateur (2), vinrent les hommes moins noirs et plutôt BRUNS de peau. Plus tard encore et toujours plus loin (3), ce sont les hommes JAUNES qui arrivèrent sur terre. Et en dernier (4), ce sont les hommes BLANCS qui naquirent en terminant la création. Ce sont là les quatre générations qui apparurent l’une à la suite de l’autre et sans

En vérité, lorsque au sixième jour le jardin fut achevé et rempli d’animaux de toutes les espèces, Dieu créa l’humanité dans un même mouvement et dans une seule couleur dégressive, passant par ces quatre nuances. L’humanité est ainsi comme un seul fil teint pour le premier quart en noir, pour le deuxième quart en brun, pour le troisième quart en jaune, et pour le quatrième quart en blanc. Il s’agit des quatre colonnes du temple de Dieu, des quatre couleurs dégressives et distinctes de l’humanité qui se subdivisent en races, en peuples, en tribus, en familles, en couples et enfants.

4.Posté par Sarkomance le 18/11/2008 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

al akl.

Voila où nous mène le dawinisme, couveuse de l'eugénisme, diffusé par des crétins pseudo-scientifiques à des populations qui n'y comprenne que couic ! Et c'est ici que le bas blesse.
Cet abruti persiffleur de Zemmour (et ses multiples congénères qui polluent les médias de leurs vomis nauséabonds) compte bien faire coup double pour la promotion de la supériorité blanche, dominée, bien évidemment, par le judaïsme sioniste...
Les vrais juifs n'ont jamais été une race pauvre nase, pendant que les faux (sionistes-nazis) dans ton genre ne perdent rien pour attendre...

Vous êtes la honte des victimes de la shoa derrière lesquels vous vous planquez pour vous engraissez. en supportant la politique d'extermination ( hitlérienne ! ) d'Israël sur le peuple palestinien depuis 60 ans ! ! !

Ces propos ne regardent que moi et aucunement le site Alter info qui les publie ( s'il le fait)

5.Posté par amiralk le 18/11/2008 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au temps de Moïse ce ne pouvait être le jour de manger la pâque, parce que, contrairement aux animaux, les hommes sont obligés de porter le mal à son comble pour en tirer leçon. Sinon, bien qu’on leur montre que ceci est bon ou mauvais pour soi ou pour autrui, ils ne le voient. L’homme est ainsi, parce qu’en s’apercevant qu’il peut tout changer, il se méprend sur son intelligence qui lui fait croire qu’il a le droit de faire tout ce qui lui plaît, en toute impunité. C’est pour cela qu’il faut un temps durant lequel Dieu laisse les hommes faire tout ce qu’ils désirent, jusqu’à ce qu’ils se donnent une cuisante leçon que les rescapés ne seront pas prêts d’oublier. Alors cette fois, quel que soit leur peuple, ils sauront parfaitement discerner le bien et le mal, et évaluer leurs conséquences.

6.Posté par Sarkomance le 18/11/2008 14:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


(Sorry pour les fautes d'orthographe du post 4. Comme d'hab', je m'en aperçois après l'envoi...)
Souvenez-vous de ça :
8. Je connais tes oeuvres. Voici, parce que tu as peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom, j'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer.

9. Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaitre que je t'ai aimé...

Environ 2000 ans et toujours d'actualité. Edifiant non ?

7.Posté par Sarkomance le 18/11/2008 14:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Post 5 Amiralk.

Jolie vision de la situation !

Si depuis l'aube de l'humanité le mal (synonyme de destruction) existe, c'est pour mieux activer la notion de bien ( construction par la paix et la prospérité) : le mouvement !.

Les conceptions de bien et mal ne pouvant effectivement exister l'une sans l'autre, elles ne peuvent qu' être considérées comme des forces contraires (plus et moins), motrices de l'évolution.
De ces deux "bornes" laquelle contrôlera le coeur des hommes ?
C'est l'intellect qui possède la clé.

Car le mouvement se situe dans le " no man's land " qui fait tourner les planètes autour du soleil : zone magnétiique neutre ! ! !




8.Posté par al akl le 18/11/2008 15:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le choix du mot antisémite permet de racialiser ce qui est doctrinal. Puis de fil en aiguille de faire interdire le racisme, alors qu'ils en sont les prosélytes les plus ardents, au travers du colo
En même temps qu'un multiculturalisme sauvage qui crée des déséquilibres, et dont ils amplifient la conscience en dénaturant l'information.
Mais c'est bien la doctrine que tout le monde pourchasse depuis des siècles.
La question à propos de cette schizophrénie du judaisme en tant que doctrine doit etre posée, et est en train d'être posée.
Cette doctrine doit être lavée de la haine qui lui est ajoutée par les lévites et les judas.
Et rien de mieux qu'un débat confrontation pour ça.
Un débat en direct avec toutes les parties intéressées doit avoir lieu.
Ceux qui refusent ce débat sont ceux qui ont le plus de choses à cacher. sont ceux qui monopolisent le débat vers la futilité et l'absurde. Sont( ceux qui nous ont imposé leur lois criminelles qui servent à cacher leurs crimes innombrables et permanents.

9.Posté par Sébastien le 18/11/2008 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si les races n'existent pas, j'aimerais au moins qu'on m'explique clairement pourquoi les noirs défendent uniquement et systématiquement les noirs????

"noir " n'est ni une race, ni un pays, ni une culture, alors quoi????

Les métis sont-ils des noirs, ou des blancs, ou des "jaunes"?

Si les races n'existent pas, d'où viennent les métis ?

Un enfant né d'un Russe et d'une Anglaise est- il un métis?

Le ciel est vert, 2+2=5. A quand le droit des femmes d'avoir un pénis et les hommes le droit de porter un vagin?

Vive la modernitude et le changement!

10.Posté par Kevin le 18/11/2008 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Vont ils réussir à répéter la division qu'ils avaient obtenu entre les français et les allemands ? Cette secte de diviseurs c'est l'essence de la haine."

Hmm, je vois qu'il y'a de nombreuses façons de voir le problème du sionisme, car autant sur certains points tout le monde est d'accord, autant sur d'autres points, les avis divergent...

Moi je pense que prôner le fait qu'il existe bien des races n'est pas mal en soi. Le métissage divise plus qu'il ne rassemble, c'est mon point de vue. Car, une personne métisse perdra toute notion d'identité et d'attachement à seulement UNE culture commune. Bon ou mauvais ?
Eh bien mauvais, car ces gens seront moins fort pour résister à la volonté de diviser du sionisme. C'est comme ça qu'ils font. Les bobos qui hurlent sans cesse au metissage vont dans le sens de la pensée unique actuelle...

11.Posté par zimir le 18/11/2008 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La culture c'est comme la confiture moins on en a plus on l'étale....

12.Posté par al akl le 18/11/2008 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La démonstration est pourtant faite dans l'histoire. Ils n'ont pas eut besoin de métissage pour dominer les européens, ni les russes, le cas de l'amérique étant un peu différent du fait de leur implication dans l'esclavage.
Partout ils dominent en divisant. En créant les races et en glissant directement vers la supériorité intrinsèque qu'ils s'attribuent, mais qu'ils font mine d'attribuer aux "blancs", n'ont ils pas insufflé leurs combats aux nations trompées ?
Qui a colonisé pour le dieu de juda ?
Les allemands, les européens en général, les us depuis qu'ils sont sous leur joug prennent les territoires pour les banquiers.
Ils ne réservent pas ce mécanisme au monde, il est flagrant en israel ou ils opposent les juifs en les sous divisant en entité différentes. L'irradiation des enfants séfarades en est une des démonstrations. Mais elles sont innombrables.
Même les "élus" ont des supérieurs et des inférieurs, le comble de l'hypocrisie.

Nos gènes interviennent sur la forme et la matière, pas sur les idées et la pensée.
Un enfant s'il est dans un milieu qui lui permet de se développer le fait, ce n'est pas une question de race. C'est une question d'environnement socioaffectif.
Un enfant maltraité, et ignoré qu'il soit vert ou bleu sera blessé à vie et aura plus de mal à se développer qu'un enfant enrobé dans l'amour la protection, la tolérance le respect et l'éveil etc.. Et ce schéma se vérifie sans cesse.
Accepter qu'il y ait une différence intrinsèque, génétique qui conditionne nos capacités, est un crime. C'est le nazisme, le sionisme, etc. La seule différence n'est qu' idéologique.
Car nous sommes des êtres pensants, et que le mécanisme des races ne suffit plus à nous emprisonner. Nous avons en commun bien plus que toutes les différences, vraies ou supposées qu'ils instillent entre nous.

Sa ne remet pas en cause que l'immigration de masse comme la colonisation dérègle de façon brutale l'habitus des peuples et ne peut que créer des frictions.
lutter contre le symptôme ne réussit jamais à soigner la maladie, juste à ne plus en voir les manifestations. Les causes sont plutôt l'endroit ou il faut chercher.
Heureusement de nombreux identitaires ne tombent plus dans ce piège, meme s'ils ont envie de conserver leur fierté, ils savent qu'ils ne peuvent l'acquérir au prix de la fierté des autres. Et s'unissent contre ceux qui sont à la source de ces déséquilibres.
Ils visent la cause, pas les symptômes qui disparaitront d'eux mêmes dès que la cause aura été identifiée.

et vice versa. C'est une question d'éducation comme on dit.

Hervé Ryssen et d'autres ont bien compris ce phénomène, et ils n'ont plus peur de le dire, et de le dire haut et fort. Le phénomène est mondial. Malgré les lois, plus rien ne peut empêcher les gens excédés de le faire.

13.Posté par Kevin le 18/11/2008 19:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Nos gènes interviennent sur la forme et la matière, pas sur les idées et la pensée.
Un enfant s'il est dans un milieu qui lui permet de se développer le fait, ce n'est pas une question de race. C'est une question d'environnement socioaffectif."

Ce sont tes croyances, je les respecte mais les trouve trop matérialistes. L'esprit évolue dans son milieu et on peux constater qu'il est mal à l'aise s'il ne se trouve pas dans son environnement d'origine. La preuve, encore beaucoup de musulmans vivant en France ne se verraient jamais renier toutes leur tradition pour adopter ceux de la France. Il y'a l'hérédité mais elle ne fait pas tout selon moi, je ne vois pas dans le métissage qu'une simple formule scientifique...

Etre fier de son identité n'a rien de mal. De nos jours on modifie le sens principal des mots. Un raciste est maintenant quelqu'un qui croit aux races, même s'il ne les hiérarchisent pas. On nous interdit d'employer le mot "race" pour le remplacer par "ethnie" etc...

Nous sommes passé comme disait Zemmour d'une société où prendre en compte les races était quelque chose de tout à fait naturel, à une diabolisation de l'idée de race après la seconde guerre mondiale. Et cela s'est fait très rapidement, personne ne s'est posé de questions, "tout va bien, c'est bénéfique !", se disent les gens en ne se rendant même plus compte qu'ils pourraient dire Adieu à des milliers d'années d'évolution (qu'elle que soit son identité) au sein de la même race.

Pensez-vous que les Palestiniens, qui souffrent au quotidien de la dictature sioniste, serait encore debout, maintenant la tête haute, actuellement, si ce peuple n'était pas soudé au plus point, par le sang, l'histoire, et la langue commune ?

J'ai des doutes...

14.Posté par al akl le 18/11/2008 21:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas étonnant qu'ils dominent, confrontés à des gens qui se prennent pour des couleurs et qui ont depuis longtemps oublié leur nature profonde. Qu'ils sont humain comme tous les autres humains.

Bon on brule quand les métis kevin ? Puisqu'ils sont le problème d'après toi ?

15.Posté par Kevin le 18/11/2008 22:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Bon on brule quand les métis kevin ? Puisqu'ils sont le problème d'après toi ? "

Je n'ai absolument rien contre personne si cela dépend seulement de sa race. Je n'ai pas de haine raciale !
Mais ce dont je suis contre, c'est le système agissant dans les coulisses qui favorise grandement par tout les moyens, le métissage ethnique, culturel et où je ne vois aucune autre raison pour faire ça que, soit se remplir les poches, soit tenter de manipuler la population en les rendant plus vulnérables.

16.Posté par Kevin le 18/11/2008 23:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je rappelle que généralement dans un pays, moins le peuple est tenu informé de son passé historique et européen (ou autre bien entendu), plus il est susceptible d'être influencé par des partis politique peu scrupuleux.

17.Posté par zimir le 19/11/2008 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour e "MONDE" la société est un meuble ou l'on place les choses et les êtres dans des tiroirs bien séparés, sous peine de prise de conscience générale !
Il est de toute première importance que les individus composants cette société soient le plus divisés possible !
Le Monde n'a pas inventé l'eau chaude....

18.Posté par UN chouka le 19/11/2008 12:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je crois que @ cyborg,a tout dit !
Quelle Que Soit La Couleur De La Bobine Des gens, Les Billets De Banque Se Resemblent, Et Ont La Meme Odeur .
Bien Ce voltaire !

19.Posté par Mbamba Messè le 20/11/2008 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Je n'avais pas lu l'article incriminé. Je suis un noir. Mais, voyez-vous? Je suis pour qu'on appelle un noir un noir; surtout pas un black. Voilà. Merci.


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires