Conflits et guerres actuelles

Le massacre de Kunduz : que cache le gouvernement allemand ?



Peter Schwarz
Vendredi 18 Décembre 2009

Le massacre de Kunduz : que cache le gouvernement allemand ?

Dix semaines après le massacre de Kunduz, le gouvernement allemand continue systématiquement à dissimuler la vérité. Les détails de l’attaque la plus mortelle commise par des soldats allemands depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale ne parviennent au public que par bribes et révèlent sans cesse de nouvelles contradictions.

Le 4 septembre, des avions de combat américains ont bombardé deux camions-citernes transportant du carburant et qui avaient été détournés près de Kunduz dans le nord de l’Afghanistan, en tuant selon les chiffres de l’OTAN jusqu’à 142 personnes. D’autres sources parlent même d’un nombre encore plus élevé de victimes. L'ordre de la frappe est venu du colonel allemand Georg Klein, le commandant militaire à Kunduz.

Entre-temps, l’on sait que Klein a insisté pour que les deux camions-citernes remplis de carburant soit attaqués sans avertissement préalable en transformant les parages en un terrible brasier alors que de beaucoup de gens étaient présents sur les lieux. Les deux pilotes de chasse avaient à plusieurs reprises proposé de survoler la zone à basse altitude afin d’avertir les personnes présentes avant l’attaque.

Dès le départ, le gouvernement allemand a cherché à dissimuler l’ampleur et les circonstances du massacre. Bien que des informations fiables sur le nombre des victimes civiles existaient déjà un jour après l’attaque, l’ancien ministre de la Défense, Franz Josef Jung (CDU, Union chrétienne-démocrate) a obstinément nié que des civils avaient été tués.

En raison de sa politique de désinformation, Jung a dû par la suite démissionner. Mais son successeur, Karl-Theodor zu Guttenberg (CSU, Union chrétienne-sociale), défendait encore l’attaque deux mois plus tard comme ayant été « militairement appropriée », et ce en dépit du fait qu’à ce moment-là il ne pouvait plus y avoir de doute quant au nombre élevé de civils tués. Guttenberg avait également eu accès au rapport confidentiel du Comité international de la Croix-Rouge (ICRC) disant que la frappe n’était pas « conforme aux lois internationales ».

Fin novembre, Guttenberg a finalement limogé le chef d’état-major, le général Wolfgang Schneiderhan et le secrétaire d’Etat à la Défense, Peter Wichert, parce qu’ils l’auraient paraît-il privé d’une importante information. Le 3 décembre, il a corrigé son évaluation de l’attaque au Bundestag (parlement). La frappe aérienne « n’avait pas été militairement appropriée », a dit Guttenberg en se référant aux rapports dont il n’avait jusque-là pas été en possession. Mais il continue de défendre le colonel Klein qui, comme il l’a souligné à plusieurs reprises, avait agi « sans aucun doute agi en toute bonne foi ».

Ce qui demeure complètement obscur dans ce fatras de mensonges et de demi-vérités est ce qui a incité Klein à ordonner cette attaque. La justification officielle, à savoir que le colonel avait craint une attaque suicide contre le camp allemand à Kunduz était tout à fait invraisemblable. Les deux camions-citernes avaient été détournés près du camp militaire, mais s’en étaient ensuite éloignés de plusieurs kilomètres avant de s’enliser dans le sable de la rivière Kunduz où ils étaient restés immobilisés pendant plusieurs heures tout en faisant l’objet d’une observation aérienne. Et donc, aucune menace imminente n’existait.

Cette semaine, le journal allemand Bild a publié de nouvelles informations et qui éclairent d’un jour nouveau les possibles motifs de l’attaque. Selon ce rapport, Klein s’était concerté avant d’agir avec au moins cinq officiers et sous-officiers appartenant à une unité secrète dont le nom de code est « Task Force 47 » (TF47). Près de la moitié de cette unité est composée de membres des troupes d’élite de la Bundeswehr KSK (« unité des forces spéciales »).

Selon le Bild, le TF47 opère son propre poste de commandement à Kunduz et qui est bien mieux équipé pour communiquer avec les avions américains que les postes des troupes conventionnelles. C’est à partir de là que Klein, qui commande aussi le TF47, a conduit l’attaque.

Le TF47, selon le Bild, a pour tâche de « chasser et de détruire les talibans et les dirigeants terroristes ». La nuit de l’attaque, un officier du TF47 avait été en contact téléphonique sept fois environ avec un informateur afghan, « qui avait identifié quatre dirigeants talibans près des camions-citernes ».

Si ces informations sont correctes, alors de nombreuses questions restées sans réponse jusque-là ont un sens. Le but du bombardement de Kunduz n’était alors pas d’écarter un danger immédiat pour le camp allemand, mais le massacre ciblé de présumés dirigeants talibans. Ce qui expliquerait pourquoi Klein a insisté sur une frappe sans avertissement préalable et pourquoi le gouvernement allemand a tenté avec un tel acharnement à dissimuler les véritables circonstances du massacre.

En aucun cas, il ne veut rendre public le fait qu’en Afghanistan les KSK allemands, tout comme leurs homologues américains et britanniques, dépistent délibérément des suspects pour les tuer. Ces unités d’élite travaillent en étroite collaboration avec les services du renseignement et ce faisant une dénonciation ou une accusation souvent sans fondement suffit à prononcer une condamnation à mort qui est alors exécutée. Ceci est incompatible avec la loi allemande ou internationale et ne serait également pas accepté par l’opinion publique allemande.

C’est pourquoi le gouvernement entoure les activités des KSK du plus grand secret. Selon le Bild, le procès-verbal rédigé par les KSK sur leurs actions cette nuit-là est tellement secret que même les enquêteurs officiels de l’OTAN n'ont pu le consulter, du fait « des termes de la réglementation allemande relative aux secrets d’Etat ».

Le gouvernement a longtemps trompé le public en affirmant qu’il n’y avait pas de troupes KSK déployées en Afghanistan. Le 13 novembre 2008, le Bundestag avait officiellement mis fin au mandat des KSK dans le cadre de l’opération « Enduring Freedom » (OEF), qui avait été largement considérée comme un retrait de ces forces d’élite d’Afghanistan. En fait, sous le couvert du mandat de l’ISAF, elles sont restées très actives dans la guerre.

Seuls les initiés étaient au courant. A la question posée par le journal télévisé allemand Tagesschau de savoir s’il ne s’agissait pas d’une « duperie », le chargé des questions de défense au sein du groupe parlementaire du SPD, Rainer Arnold, a reconnu, « Conformément au mandat de l’ISAF, et en respectant les règles, on peut avoir recours à toutes les capacités de la Bundeswehr [forces armées]. Ceci vaut également pour les soldats des KSK. »

Outre Arnold, tous les autres présidents de la Commission de la Défense, soit un représentant de la CDU/CSU, un du Parti libéral démocrate (FDP), un des Verts et Paul Schäfer de La Gauche, étaient au courant de l’intervention des KSK. Elke Hoff, la présidente du FDP, l’avait confirmé à l’hebdomadaire allemand Die Zeit. « Les présidents de la Commission de la Défense avaient été informés par le ministère de la Défense de la participation des commandos de forces spéciales dans l’attaque, » a-t-elle dit.

Et c’est précisément cette commission qui est supposée enquêter et clarifier le contexte du massacre de Kunduz ! Il ne s’agira de rien d’autre que d’une continuation de l’actuelle campagne de dissimulation.

Premièrement, contrairement à une enquête parlementaire normale, la Commission de la Défense est soumise au secret le plus strict. Même si ses membres devaient découvrir quelque chose, ils ne peuvent en informer le public. Ils n’ont pas le droit de prendre des notes ni de rédiger un protocole de leurs réunions secrètes.

Deuxièmement, quatre des cinq partis représentés à la Commission de la Défense sont lourdement compromis par la guerre en Afghanistan. Ils mènent pour ainsi dire une enquête sur eux-mêmes. Le SPD et les Verts ont expédié l’armée dans l’Hindu Kuch en 2001 ; la CDU/CSU et le FDP veulent qu’elle y reste. Et donc, aucun d’entre eux n’a un intérêt quelconque à ce que des choses soient divulguées qui pourraient renforcer l’opposition largement répandue contre la guerre en Afghanistan.

Contrairement aux autres quatre partis, le parti La Gauche se prononce certes en faveur d’un retrait de l’armée de l’Afghanistan. Toutefois, il a avant tout maintenu sa position dans le but de disposer d’un outil de marchandage lors de futures négociations de coalition. Il a à maintes reprises clairement montré qu’il n’exigeait pas un retrait immédiat. En acceptant les dispositions relatives au maintien du secret de la Commission de la Défense, La Gauche se fait complice d’un véritable complot contre la population.

Paul Schäfer, qui a passé 18 ans de sa vie dans le Parti stalinien DKP (le parti communiste allemand), était le président de La Gauche à la Commission de la Défense lors du précédent mandat parlementaire et était parfaitement informé des détails secrets. A ses côtés, siègent trois autres députés de La Gauche à la Commission de la Défense : Christine Buchholz, membre influent de Linksruck (qui est affilié au Socialist Workers Party britannique) jusqu’à sa dissolution dans La Gauche ; Inge Höger du syndicat Verdi ; et Harald Koch qui durant 14 ans fut un membre du parti dirigeant stalinien en Allemagne de l’Est. Eux aussi feront tout leur possible pour que rien ne transpire à l’opinion publique.

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Vendredi 18 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par joszik le 18/12/2009 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Pur mensonge,
manip à trois franc six sous pour couvrir un massacre. TF47 n'a rien à voir la dedans c'est un crime de guerre prémédité et couvert par l'inconscience généralisée de l'occupant. Aucune escuses n'est ici recevable.

2.Posté par brigitte le 18/12/2009 15:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mensonge ou pas, cela n'excuse rien. C'est un crime, même si des chefs Taliban étaient proche du camion.

3.Posté par Chéri-bibi le 18/12/2009 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KOLLOSSAL !

Les bombardements de la Terreur ( Dresde,Hambourg, Cologne, Stuttgart (250.000 morts) ,aux oubliettes ! Nach Kaboul !

4.Posté par MISTER NO le 18/12/2009 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

posons nous la question. a savoir: qu y avait-il dans ces camions qui vaille la peine de tuer des centaines d innocents et par la même occasion d effacer toutes preuves.n étaient-ils pas plein de "sniffette"pour angela et sa cohorte de nazillons ou autres diableries sorties tout droit du cerveau des usionistes???on nous dit, de l essence!!! est idiot ou écervelé celui qui croit aux contes a dormir debout de ces fils et filles du diable... a suivre

5.Posté par Joseik le 19/12/2009 10:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De toutes façon pourquoi avoir attendu qu'il arrive dans un endroit plein de gens pour le tirer? Il est impossible pour les talibans d'approcher un endroit stratégique pour voler des camions citernes (même en rêve),cela fait donc partie des coups tordus et des faux attentats à l'explosif, dont on ce demande où se trouve l'usine qui produit autant d'explosifs et pourquoi aucune analyse n'est faite pour en déterminer l'origine.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires