Palestine occupée

Le massacre d'Al-Ibrahimi était le point de départ pour transformer Al-Khalil en une colonie


Il y a treize ans de là, 29 Palestiniens ont été massacrés dans la mosquée d'Al-Ibrahimi, dans la ville d'Al-Khalil (Hébron). Ce massacre a transformé cette ville palestinienne en une grande colonie.


palestine-info.com
Vendredi 2 Mars 2007

Le massacre d'Al-Ibrahimi était le point de départ pour transformer Al-Khalil en une colonie

En effet, ce massacre perpétré par le terrorisme israélien Baruch Goldstein, les Israéliens l'ont pris comme prétexte pour mettre la main sur deux tiers de la grande mosquée de la ville qui a une position particulière chez les Musulmans, étant le foyer de Prophètes.

Dans la treizième commémoration de cet affreux crime, le cheikh Taïsir Al-Timimi, juge suprême de la Palestine, dit :

"Le massacre du sanctuaire d'Al-Ibrahimi représente une agression contre toutes les valeurs éthiques, les doctrines divines, les lois et les conventions internationales. C'est une agression fulgurante contre la sainteté de la place, contre l'Histoire et la grandeur du lien avec Allah le Tout Puissant".

Malgré la monstruosité du massacre, la ville endurante d'Al-Khalil s'est rétablie et s'est remise sur pieds par les efforts de ses fidèles enfants "qui promettent à Allah (le Tout Puissant) de s'attacher à elle, de la défendre, de continuer sa restauration, de faire le cours dans ses marchés et de s'appliquer à accomplir la prière dans sa bénie mosquée : Al-Ibrahimi".

Le juge insiste sur le fait que :

"La mosquée appartient complètement aux Musulmans, avec ses bâtiments, ses salles, ses couloirs, ses portes. Les juifs n'y ont aucun droit, ni de près ni de loin".



Il souligne :

"La vie ordinaire ne revient à la ville des Prophètes et des pieux qu'après le départ du dernier colon et soldat occupant sa terre si pure".



Colère et manifestations

Le massacre d'Al-Ibrahimi est un point marquant dans le registre sanguinaire des Sionistes. Il se trouve entre le massacre de Deir Yacine, perpétré en 1948 où 254 Palestiniens sans arme avaient été tués, et celui de Beit Hanoune où 18 membres d'une même famille ont été abattus en quelques secondes seulement.

Le massacre d'Al-Ibrahimi a été commis par le criminel Baruch Goldstein qui habitait la colonie de Kariat Arbaa installée abusivement sur la terre de la ville d'Al-Khalil (Hébron). Il était un officier réserviste dans l'armée de l’occupation israélienne et membre du mouvement terroriste de Kahana Haï, une filiale du mouvement politique de Kakh. Et pour réaliser son œuvre terroriste de façon parfaite, il s'entraînait dans des camps appartenant à son mouvement aux Etats-Unis d’Amérique.

Sans être inquiété par les autorités israéliennes, Goldstein parcourait les coins de la mosquée d'Al-Ibrahimi tous les samedis afin de rassembler les informations nécessaires pour commettre le crime qu'il commettrait, aidé par d'autres extrémistes et les soldats israéliens qui étaient sur place prétendant garder le lieu.

Et lorsque le soleil de ce jour de Ramadan, le 25 février 1994, s'est levé, vingt neufs corps de croyants, qui étaient venus accomplir leur prière de l'aube dans la mosquée Al-Ibrahimi, gisaient par terre, noyés dans leur sang.

Cet acte barbare a tout de suite suscité la colère de tous les Palestiniens qui sont sortis en grande manifestation de protestation dans la ville d'Al-Khalil et d'Al-Quds, dans la Cisjordanie et dans la bande de Gaza. La colère s'est étendue vers les territoires palestiniens occupés en 1948 pour se transformer en manifestations et en affrontements sanglants. Les soldats de l’occupation israélienne ont ouvert le feu directement sur des manifestants pour que des dizaines de personnes tombent en martyre en une seule journée.



Chercher une prétendue Histoire !

Le jour du massacre, les autorités de l’occupation israélienne ont fermé la mosquée d'Al-Ibrahimi, ainsi que l'ancien bourg d'Al-Khalil pour une durée de six mois successifs. Cela a laissé le champ libre aux colons israéliens pour qu'ils pratiquent des travaux de fouille sous la bénie mosquée sous prétexte de chercher des lieux appartenant à une époque juive révolue !

Et après la réouverture de la mosquée, les Musulmans ont été surpris de voir leur mosquée divisée en deux parties. Deux tiers de la mosquée sont restés sous la dominance de colons israéliens et de l'armée de l’occupation. Neuf jours seulement par an, le sanctuaire sera tout entier ouvert devant les Musulmans, les jours d'occasions religieuses uniquement. Les colons cependant ont toute la liberté de danser et de pratiquer leur culte où ils veulent.

Ces sont les Israéliens qui avaient commis le massacre, mais ce sont les croyants musulmans qui payent le lourd tribut. L'occupant a installé plusieurs portails électroniques pour ne leur permettre de pénétrer dans la mosquée qu'après une longue et laborieuse inspection. L'armée de l’occupation israélienne a aussi installé des portails en ferraille pour que les croyants ne puissent atteindre la mosquée que par un seul chemin.

Une nouvelle réalité du terrain, le moindre que l’on puisse dire coloniale, a été crée dans l'ancien bourg. Tous les établissements palestiniens dont le siège du tribunal légal, le bureau des biens islamiques, le bureau de restauration… ont été fermés. Les rues d'Al-Chohada et d'Al-Sahla, le marché de légumes, des centaines magasins commerciaux, le marché de lait, les khans de Chahine, d'Al-Qanatir et d'Al-Hasba ont été fermés par une décision militaire israélienne pour confirmer cette réalité.

L'accord d'Al-Khalil (Hébron) signé par l'Autorité palestinienne naissante et le gouvernement de l'occupation de Bényamin Natanyaho n'a pas arrangé les choses. Il a mis le cœur de la ville dont la mosquée d'Al-Ibrahimi sous la direction directe de l'occupant !


Vendredi 2 Mars 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires