Lobbying et conséquences

Le lobby juif poursuit son racket de l’Allemagne



Bocage
Samedi 17 Novembre 2012

Le lobby juif poursuit son racket de l’Allemagne
Voici un communiqué AFP du 15 novembre 2012 : Berlin va indemniser des victimes de l’Holocauste en ex-URSS. « L’Allemagne et la Jewish Claims Conference (JCC), chargée des demandes d’indemnisation des victimes de la Shoah, ont signé, jeudi 15 novembre, un accord qui doit permettre de dédommager des dizaines de milliers de personnes persécutées par les nazis en Europe de l’Est et dans d’anciennes républiques soviétiques. »

Allemagne

« Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, et Julius Berman, président de la Jewish Claims Conference, fédération mondiale d’organisations juives chargée de réclamer des dédommagements pour les victimes de la Shoah ou leurs ayants droit, ont célébré, jeudi 15 novembre 2012, le 60e anniversaire de l’accord du Luxembourg. Signé entre l’Allemagne et Israël à l’automne 1952, ce texte avait engagé l’Allemagne à aider financièrement à l’intégration des réfugiés juifs en Israël et avait permis à l’Allemagne de réintégrer la scène internationale. Lors de la célébration de cet anniversaire, au Musée juif de Berlin, MM. Schäuble et Berman ont scellé un nouveau pacte prévoyant d’indemniser les victimes et leurs ayants droit qui n’avaient pas pu bénéficier des précédentes indemnisations parce qu’ils se trouvaient de l’autre côté du Rideau de fer. Le grand âge est déjà quelque chose de suffisamment difficile, mais beaucoup de survivants ressentent aujourd’hui dans toute leur force les effets de la famine et du travail forcé subis dans leur jeunesse, a souligné M. Berman. Leurs moyens financiers ont souffert des années d’études perdues et de la disparition des biens familiaux. Et avec leurs carrières terminées et leurs enfants partis, ils ont plus de temps seuls avec leurs souvenirs de terreur et de perte, a-t-il expliqué. Quelque 80000 survivants supplémentaires de l’Holocauste doivent être indemnisés à partir de maintenant. Chaque ayant droit doit recevoir en une fois 2556 euros, selon la Jewish Claim Conference. L’accord prévoit également un engagement à fournir des soins à domicile à environ 100000 victimes des nazis. C’est une assistance directe qui va immédiatement bénéficier aux personnes concernées, a expliqué M. Schäuble, ajoutant : en agissant ainsi, l’Allemagne renouvelle la reconnaissance de sa responsabilité historique vis-à-vis des victimes juives de l’Holocauste. Le ministre avait déclaré, dans la matinée, à la radio berlinoise Inforadio, que la tâche de l’indemnisation était complexe du fait de la dimension des crimes nazis et qu’elle ne représenterait évidemment qu’un geste, au regard de l’immensité des souffrances occasionnées. Le crime de l’Holocauste a été si incroyablement grand qu’on ne connaît ni toutes les personnes assassinées ni tous les ayants droit, avait dit M. Schäuble. Si la RFA [Allemagne de l’Ouest avant la réunification] a procédé à des indemnisations, la RDA [Allemagne de l’Est] qui se considérait comme un Etat anti-fasciste sans responsabilité dans l’Holocauste, n’a en revanche jamais payé de réparations à Israël. Quelque 500000 victimes juives de l’Holocauste sont encore en vie [sic !
- Bocage], selon des estimations de la Jewish Claims Conference. »
Julius Berman en compagnie de Wolfgang Schäuble

Dans le communiqué de langue anglaise de l’AFP on trouvait aussi ceci : « La Jewish Claims Conference estime que cet accord [de jeudi 15 novembre 2012] coûtera à Berlin la somme de 300 millions de dollars. Par l’Accord de Luxembourg signé le 10 septembre 1952, l’Allemagne de l’Ouest avait reconnu sa responsabilité dans le génocide nazi et payé plus de 3 milliards de marks (environ 1,5 milliard d’euros) à l’Etat d’Israël et à la Jewish Claims Conference. (...) A l’heure qu’il est, selon la Jewish Claims Conference, l’Allemagne a payé environ 70 milliards de dollars à des survivants de l’Holocauste ou à des programmes d’aide aux survivants. » Le communiqué en français ne mentionne pas non plus les propos de Stuart E. Eizenstat, ancien ambassadeur américain auprès de l’Union européenne et négociateur spécial de la Jewish Claims Conference, propos qui rappellent étrangement ceux d’un certain Nahum Goldmann, négociateur, auprès du chancelier Adenauer, des réparations allemandes en 1952, se vantant des sommes "astronomiques" (le mot est de lui) qu’il avait réussi à extorquer du chancelier (interview du "Nouvel Observateur", 25-29 octobre 1976). Voici ce que dit maintenant M. Eizenstat : « Jamais auparavant, ni depuis, on n’a vu un pays vaincu verser de l’argent à des individus pour leurs blessures de guerre. (...) Voilà 60 ans que l’Allemagne d’après-guerre écrit un nouveau chapitre de l’histoire du monde dans lequel son peuple pourra dire au monde : "Ce que nous fîmes fut impardonnable, mais ce que nous avons fait pour dédommager nos victimes a été unique". »
Bocage
Stuart E. Eizenstat

Commentaire
Les gouvernements allemands successifs ont manifestement trahi les intérêts de la population allemande en se prêtant, par opportunisme, à l’entreprise d’extorsion du lobby juif. C’est d’autant plus scandaleux que, dans le même temps où il se laisse extorquer des dizaines de milliards par le lobby juif, le gouvernement allemand prétend qu’il n’y a pas d’argent pour les plus démunis et les chômeurs allemands. Dans le même temps, il taille dans les prestations sociales et réduit délibérément des millions d’Allemands à la misère. Il s’agit là d’une véritable trahison.
C’est dans le but de "justifier" cette gigantesque trahison que les gouvernements allemands successifs ont feint de croire à la fable du "génocide des juifs", alors que, non seulement rien ne le prouve, mais que tout prouve qu’il s’agit de désinformation. On ne s’étonne pas qu’en Allemagne la persécution des révisionnistes soit particulièrement féroce, le gouvernement ayant le même intérêt que le Shoah business à ce que la vérité soit censurée. En Allemagne, quand un révisionniste est jugé, si son avocat, dans sa plaidoirie, démontre que son client a dit la vérité, il encourt lui-même une condamnation pour "négationnisme". C’est dire que les révisionnistes n’ont aucune justice à attendre des tribunaux.
Le prétexte "humanitaire" de cette entreprise d’extorsion est manifestement hypocrite, puisque les organisations juives n’ont jamais réclamé un centime d’indemnité pour les déportés non juifs -pourtant traités exactement de la même manière que les juifs dans les camps de concentration- et que le gouvernement allemand n’a lui-même jamais prévu d’indemniser également les déportés non juifs.
Frank BRUNNER


Samedi 17 Novembre 2012


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires