Histoire et repères

Le lobby juif et les faux témoins du shoah business


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 17 Août 2017 - 20:10 Carthage était une civilisation noire

Vendredi 28 Juillet 2017 - 14:11 La césure du Temps… Zéro


Le révisionniste américain Bradley Smith se demande pourquoi les organisations juives engagent des poursuites contre des Allemands pour le seul motif qu’ils ont travaillé dans un camp de concentration nazi au cours de la Seconde guerre mondiale, et cela même alors qu’ils contestent avoir tué quiconque, tandis que des juifs qui affirment publiquement avoir activement participé à l’extermination d’autres juifs, non seulement ne sont pas inquiétés, mais sont présentés comme des victimes...


Samedi 17 Mai 2014

Le lobby juif et les faux témoins du shoah business
Vue du United States Holocaust Memorial Museum, à Washington

Le révisionniste américain Bradley Smith se demande pourquoi les organisations juives engagent des poursuites contre des Allemands pour le seul motif qu’ils ont travaillé dans un camp de concentration nazi au cours de la Seconde guerre mondiale, et cela même alors qu’ils contestent avoir tué quiconque, tandis que des juifs qui affirment publiquement avoir activement participé à l’extermination d’autres juifs, non seulement ne sont pas inquiétés, mais sont présentés comme des victimes...

Etats-Unis

Dans une lettre datée du 12 mars 2014 et adressée à Sara Bloomfield, du United States Holocaust Memorial Museum (USHMM) de Washington, Bradley Smith écrit :
"(...) Vous êtes bien d’accord pour reconnaître que, dans le film présenté sur votre site, Abraham Bomba affirme qu’en tant que Sonderkommando il a collaboré avec les Allemands dans le massacre de peut-être un million de juifs à Treblinka. Et, en même temps, je ne vois nulle part que l’USHMM ait trouvé à redire au comportement de Mr Bomba. En fait, sur votre site, on le traite avec respect, comme s’il n’était qu’une victime, et peut-être même quelque chose comme un héros. Le témoignage de Bomba que le Musée a choisi de présenter comprend le texte suivant : Mr Bomba a été choisi pour couper les cheveux des femmes qui allaient être gazées et il dit lui-même "Je les connaissais, je vivais avec elles dans ma ville. Je vivais avec elles dans ma rue, et certaines étaient des amies proches. Et, quand elles m’ont vu, elles ont commencé à me demander "Abe ceci et Abe cela - Qu’est-ce qui va nous arriver ?" Qu’est-ce qu’on pouvait leur répondre ? Qu’est-ce qu’on pouvait répondre ?... Vous imaginez ce que c’est que de devoir leur couper les cheveux et ne pas leur répondre un mot, parce qu’on n’en a pas le droit ? Si on leur dit un seul mot, qu’elles vont être... euh... gazées cinq ou sept minutes plus tard, cela sèmerait la panique et ils (les coiffeurs) seraient tués eux aussi..." Bref, Mr Bomba témoigne dans ce film qu’il a collaboré avec les Allemands dans le massacre des juifs à Treblinka. Le Musée exploite ce témoignage pour recueillir des fonds pour le Musée. Mais on ne voit pas en quoi sur le site du Musée quiconque ait trouvé à redire au comportement de Mr Bomba. Quand quelqu’un reconnaît dans un film avoir collaboré avec les Allemands pour exterminer des milliers d’enfants juifs, ne voyez-vous pas là quelque chose qui, dans le comportement de cette personne, devrait être relevé ?
Abraham Bomba

Je me trompe peut-être mais on a l’impression que vous fermez volontairement les yeux sur le fait que la collaboration de Mr Bomba avec les Allemands dans les gazages massifs de juifs représente ce que l’on nous a toujours poussés à considérer comme un crime de guerre qui a valu à des Allemands et à d’autres d’être poursuivis en justice, condamnés et exécutés. Mme Bloomfield, ne pensez-vous pas qu’il serait temps que quelqu’un, à l’USHMM, s’intéresse à ce comportement d’individus, comme Abraham Bomba, qui ont décidé de participer à l’extermination des juifs ? Pourquoi ne serait-ce pas le moment ? Qu’y a-t-il de spécial à propos d’Abraham Bomba et de sa collaboration avec les Allemands dans les meurtres massifs de juifs ? Pourquoi sa culpabilité serait-elle considérée comme acceptable, son témoignage exploité, sinon pour lever des fonds pour votre Musée ? (...)"
Sara Bloomfield

2) Lettre du 15 mai 2014 adressée par Bradley Smith à Jillian Beck, du journal étudiant "The Daily Bruin", à Los Angeles, qui a passé une petite annonce ainsi rédigée : "Le USHMM devrait-il faire la promotion du témoignage filmé du Sonderkommando juif qui a participé au processus de gazage de juifs dans des chambres à gaz ? www.codohfounder.com "
Jillian Beck

Bradley Smith remercie Jillian Beck d’avoir passé cette annonce, l’avertit qu’elle va avoir des ennuis et lui fournit des éléments de réponse. Cette annonce pose le problème suivant : "Pourquoi des collaborateurs allemands sont-ils pourchassés, poursuivis et emprisonnés, alors qu’ils protestent de leur innocence, alors que d’autres avouent dans des films qu’ils ont collaboré avec les Allemands dans l’envoi de juifs aux chambres à gaz et on les laisse vivre leur vie comme s’ils étaient des gens "normaux" ?"
Nous demandons pourquoi le USHMM, lorsqu’il juge de la responsabilité de ceux qui ont collaboré avec les Allemands dans le meurtre massif de juifs, utilise un double langage. Certains collaborateurs sont coupables, alors qu’ils plaident innocents, tandis que d’autres sont traités comme s’ils étaient innocents, alors qu’ils avouent dans un film leur culpabilité. Pourquoi cela ? (...) Voyez, par exemple, le témoignage de Sam Itzkowitz qui reconnaît dans un film qu’il a construit des portes de chambres à gaz à Auschwitz pour que le meurtre des juifs puisse se faire de manière efficace. (...)
Pour moi, le fait de poser une telle question amènerait finalement à s’interroger sur le conflit israélo-palestinien et, de manière fondamentale, sur tous les problèmes du Moyen-Orient que traitent de cette façon ceux qui gouvernent, en en étant les premiers bénéficiaires, l’Empire américain. Qu’en pensez-vous ? Je suis prêt à admettre, à l’issue d’un libre échange d’idées, que je me trompe sur un point ou sur tous".
Bradley Smith

Le lobby juif a mis sur pied une véritable industrie de faux témoins de l’holocauste. Cette industrie consiste à exploiter des mythomanes qui prétendent témoigner de la réalité du prétendu génocide des juifs. Certains de ces faux témoins affirment même avoir officié dans le gazage des déportés. On les exhibe dans des émissions de radio et de télévision, on leur organise des tournées de conférences, on embauche des nègres pour rédiger des livres de pseudo-souvenirs dans lesquels il est de rigueur de se livrer à des surenchères d’atrocités prétendument vécues, parce que cela fait vendre. La plupart de ces faux témoins, à commencer par Elie Wiesel, ont été confondus preuves à l’appui, mais le shoah business n’en a cure et persiste à les présenter au public comme autant de "preuves vivantes de la réalité de l’holocauste"...
Elie Wiesel


Frank BRUNNER

http://www.interet-general.info/spip.php?article19787

Le lobby juif et son industrie de faux témoins

http://www.interet-general.info/spip.php?article16593


Samedi 17 Mai 2014


Commentaires

1.Posté par keg le 28/01/2015 10:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le mariage shoah et business est antisémite

https://launedekeg.wordpress.com/2015/01/28/keg-ce-28012015-la-shoah-business-en-heritage-dauschwitz/

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires