Palestine occupée

Le leader radical au sein du Likoud avait fait l’apologie du nazisme



Dimanche 14 Décembre 2008

Photo: www.timesonline.co.uk
Photo: www.timesonline.co.uk

La bête noire du chef du parti Benyamin Netanyahou est candidate aux législatives.

« Adolf Hitler était un génie militaire incomparable [...]. Il écoutait de la belle musique, savait se comporter, et a remis de l’ordre en Allemagne.  » Ces propos n’ont pas été prononcés par un quelconque néonazi en mal de nostalgie guerrière mais par Moshe Feiglin, le nouveau leader de tendance dure du Likoud.


Serge Dumont - Le Temps



A l’époque - c’était en 1995 -, Moshe Feiglin et ses amis venus des colonies de Cisjordanie avaient fondé un mouvement baptisé « Zo Artzenou » (« C’est notre pays »). Leurs sympathisants paralysaient les routes d’Israël pour tenter d’empêcher l’application des accords de paix d’Oslo signés deux ans auparavant. Treize ans plus tard, Moshe Feiglin, qui est un juif pratiquant portant la kippa, est devenu l’un des ténors du Likoud, le parti de Benyamin Netanyahou. Mardi dernier, à l’occasion des primaires organisées au sein de sa formation, il a d’ailleurs été élu à la 20e place sur la liste du Likoud pour la Knesset. Dans la foulée, huit autres « feiglinistes » se sont également retrouvés à une place éligible.

« Je serai premier ministre »

Certes, depuis lors, Benyamin Netanyahou a obtenu l’accord des instances de son parti pour rétrograder Moshe Feiglin à la 36e place. Dans la foulée, plusieurs autres « rebelles » se sont d’ailleurs également retrouvés à des places moins attractives, ce qui leur permet de se poser en « victimes des pressions gauchistes » en attendant le résultat des procédures qu’ils comptent entamer devant la justice.

Contrairement à la plupart des activistes de droite israéliens, Moshe Feiglin n’est pas un fort en gueule. Il parle posément et en regardant ses interlocuteurs dans les yeux. « A terme, je serai premier ministre, lâche-t-il dans un sourire mangé par sa barbe. J’imposerai la prière obligatoire à l’école et je veillerai à ce que toutes les lois votées par la Knesset trouvent leur fondement dans la Bible. »

Né à Haïfa, marié à une immigrante d’origine américaine, père de cinq enfants et deux fois grand-père, Moshe Feiglin a d’abord été capitaine dans une unité combattante du génie avant de faire fortune avec une entreprise de lavage de vitres. Au début des années 1990, il a cependant laissé tomber les affaires pour se lancer dans l’action politique.

« Vers la fin des années 1990, Feiglin et ses amis ont donc mis au point une stratégie visant à conquérir le Likoud de l’intérieur afin d’en faire un instrument au service de leurs idées  », raconte un ancien du Shabak, la Sûreté générale israélienne. C’est ainsi qu’est né « Manigout Yehoudi » (Leadership juif), le courant le plus à droite du Likoud.

Grosso modo, le courant compterait de 7 000 à 10 000 membres en Israël - principalement des colons - et quelques centaines à l’étranger. Notamment aux Etats-Unis, en France, et en Grande-Bretagne où Moshe Feiglin est d’ailleurs interdit de séjour depuis mars dernier.

Jusqu’à récemment, le programme « feigliniste » diffusé sur Internet exigeait qu’Israël se retire des Nations unies et rompe ses relations diplomatiques avec les « pays antisémites » - parmi lesquels la Suisse. Mais cette page a été caviardée peu après les primaires du Likoud. En revanche, dans les nombreuses interviews qu’il accorde depuis le début de la semaine, Moshe Feiglin maintient sa proposition de payer les Arabes israéliens et les Palestiniens de Cisjordanie « pour qu’ils s’en aillent ». Selon lui, ceux qui resteraient devraient alors « faire allégeance à Israël en se montrant des citoyens au-dessus de tout soupçon d’un Etat uniquement régi par des lois juives ».

13 décembre 2008 - Le Temps

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5535



Dimanche 14 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par isaLoL le 14/12/2008 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fut-il rappeler que l'idéologie du sionisme existé bien avant le nazisme ..
Alors, que des gens comme ce psychopathe Moshe Feiglin fait l'apologie du nazisme coule de source.
L'un va avec l'autre, on aura beau a nous dire que ce n'est pas vrai, etc.
Mais les faits sont là ..

2.Posté par blackhole le 14/12/2008 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hitler était un fervent adepte/membre de la Société de Thulé ou Ordre de Thulé.

Wikipédia:
"L'idéologie de l'Ordre était fondée sur la croyance en l'existence de surhommes et d'une race humaine supérieure : les Aryens qui aurait vu le jour dans l'hypothétique Hyperborée. L'un de ses textes de référence est les Protocoles des Sages de Sion. Ce texte fut repris par Adolf Hitler comme pièce maîtresse de la propagande antisémite du Troisième Reich."

Protocole des sages de Sion société de Thulé nazisme.

Etrange comme liens!

3.Posté par Loupbavevite le 14/12/2008 15:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui Isa c'est ce qui s'appelle un retour aux sources, il n'ont plus ces ordures qu'à dresser un mausolée à la gloire d'Adolph Hitler en face de Yad Vache haine et la boucle sera bouclée et la mémoire des déportés-exterminés une fois de plus foulée aux pieds.
Yad Vashem comme un blasphème....

4.Posté par Loupbavevite le 14/12/2008 16:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas si étrange que ça Blackhole il suffit de lire la Bible. Sais-tu que comme le demande ce Feiglin, la prière était obligatoire dans toutes les écoles allemandes sous le IIIème Rieich comme dans l'ESpagne de Franco d'ailleurs qui recevra lors de son putsch une lettre de Pie XII dans laquelle il a pu lire que " L'Espagne (franquiste) est la patrie de Dieu. " L'Espagne le grand laboratore de la seconde guerre mondiale, il était impératif de ne pas perdre cette guerre contre les fascites, à son habitude cette pourriture de Blum fera tout le contraire, s'opposera notamment à la livraison d'armes aux républicains. Si quelques avions partirent de France c'est Malraux qui mettra Blum devant le fait accompli. Et aujourd'hui on parle encore du grand Léon Blum : " Blortch !"

5.Posté par Soravardi le 14/12/2008 16:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

isalol est ce isa qui nous vient de suisse OUI ou NON ?

6.Posté par Aigle le 14/12/2008 17:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme tu dis Isa c'est tout naturellement que l'Hydre se decouvre ....Il veut reussir ce qu'il n'a pas reussi dans les années 30 à 45

7.Posté par luckie lauprechon le 14/12/2008 18:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je comprend plus rien mais rien du tout à l'Histoire. Comment un juif fût il même sionniste pourrait il daire l'apologie du nazisme. Si queslqu'un peut m'expliquer un lien logique je suis prenneur.

8.Posté par bledmiki-99 le 14/12/2008 20:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Luckie Lauprechon,

il y a bien longtemps qu'ils nous disent de ne pas essayer de comprendre. Mais ils n'arrivent plus à cacher la vérité qui leur éclate à la face ! et surtout ne pas prononcer le mot magique, sinon..............EN TÔLE !!!!!!

9.Posté par Roubine le 14/12/2008 20:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce que les historiens n'aprennent pas dans les programmes scolaires, c'est l'étroite collaboration entre les sionistes et les nazis de 1933 à 1944. Cette collaboration nazisioniste est profondément masqué car elle détruit un certain nombre de mythes et de mensonges, qui permettent de légitimer la colonie sioniste, et d'embrigader l'ensemble des juifs derrière une politique criminelle d 'ethnocide du peuple palestinien.


Hannah Arendt avait dénoncé dans Eichman à Jérusalem la collusion des sionistes avec les nazis à travers les Judenrat (conseil juif dirigé par des sionistes) et ce dans toute l'Europe. Le procès Eichman révéla que le docteur sioniste Kastner signa avec les nazis, au nom du congrès juif mondial, la déportation de 400 000 juif hongrois à Auchwiiz en échange de l'acheminement de 1200 sionistes en Palestine, considérés comme l'élite chargés d'édifier l'Etat sioniste. Le journal Haaretz révéla que le procès de Kastner devrait conduire à l'arrestation de l'ensemble des membres du gouvernement, c'est à dire les fondateurs de la colonie sioniste en Palestine.
Kastner fut durant le procès assassiné sur les marches du palais de justice, son assassin écopa de quelqes mois de prison, et le gouvernement fut érigé une stèle commémorative à la gloire de Kastner pour service rendu à la nation.

Quant à Arendt, elle fut banni de la communauté juive, le nouvel observateur alla jusqu'à se demander si Arendt n'était pas nazi (1974). Des procédés qui en rappellent d'autres.

En France, l'UGIF (Union Générale des Israélites Français), ancêtre du CRIF, a collaboré avec le régime de Pétain en donnant ses fichiers et en sacrifiant les Juifs étrangers (voir site de pierre Stamboul).


Les fondateurs du sionisme, dont Herzl était des racistes convaincus, leur stratégie a consisté a cherché des alliances avec tous les régimes pogromistes et antisémites, de manière à contraindre les juifs qui n'étaient pas en très grande majorité sioniste, à les suivre dans leur rêve nationaliste d'un Etat juif en Palestine. Donnez-nous une terre et nous vous débarasserons de tous les juifs d'Europe, tel était en subtance le message délivré.

Le sionisme est un mouvement nationaliste d'extrême-droite dès sa naissance qui utsurpent la religion juive pour imposer sa politique coloniale. C'est pourquoi les plus grands rabins jusqu'en 1940 ont toujours dénoncé le sionisme comme un aventurisme criminelle et barbare, profondément anti-judaïque (voir les écrits du scientifique Leibowitz)


Enfin, voici une série de citations qui démontrent clairement la collaboration et l'étroitesse des intérêts entre la politique nazis et la politique sioniste. Accrochez-vous !

Voilà pourquoi les dirigeants utilisent des méthodes qui ressemblent étrangement à celle des nazis.




COLLUSION ET COLLABORATION DU MOUVEMENT SIONISTE
AVEC LE NATIONAL-SOCIALISME HITLERIEN.

Fédération sioniste d'Allemagne, un mémorandum au parti nazi le 21 juin 1933 :
" Dans la fondation du nouvel État, qui a proclamé le principe de la race, nous souhaitons adapter notre communauté à ces nouvelles structures... notre reconnaissance de la nationalité juive nous permet d'établir des relations claires et sincères avec le peuple allemand et ses réalités nationales et raciales. Précisément parce que nous ne voulons pas sous-estimer ces principes fondamentaux, parce que nous aussi nous sommes contre les mariages mixtes, et pour le maintien de la pureté du groupe juif.. Les Juifs conscients de leur identité, au nom desquels nous parlons, peuvent trouver place dans la structure de l'État allemand, car ils sont libérés du ressentiment que les Juifs assimilés doivent éprouver ; ... nous croyons en la possibilité de relations loyales entre les Juifs conscients de leur communauté et l'État allemand.
Pour atteindre ses objectifs pratiques, le sionisme espère être capable de collaborer même avec un gouvernement fondamentalement hostile aux Juifs... La réalisation du sionisme n'est gênée que par le ressentiment des Juifs à l'extérieur, contre l'orientation allemande actuelle. La propagande pour le boycott actuellement dirigée contre l'Allemagne est, par essence, non sioniste... "
Source: Lucy Dawidowicz, A Holocaust reader, p. 155.

Le Mémorandum ajoutait :
" qu'au cas où les Allemands accepteraient cette coopération les sionistes s'efforceraient de détourner les Juifs, à l'étranger, d'appeler au boycott anti-allemand. "
Source: Lucy Dawidowicz, The war against Jews (1933 - 1945) Ed. Penguin books,1977, p.231- 232.

Ben Gourion ( premier dirigeant de l'État d'Israël ) le 7 décembre 1938, devant les dirigeants sionistes du "Labour" :
" Si je savais qu'il est possible de sauver tous les enfants d'Allemagne en les amenant en Angleterre, et seulement la moitié d'entre eux en les transportant en Eretz Israël, je choisirai la deuxième solution. Car nous devons tenir compte non seulement de la vie de ces enfants, mais aussi de l'histoire du peuple d'Israël. "
Source: Yvon Gelbner, "Zionist policy and the fate of European Jewry", dans Yad Vashem studies. Jerusalem. Vol. XII, P. 199.

La circulaire de la Wilhelmstrasse indique:
" les objectifs que s'est donnée cette catégorie (de Juifs qui s'opposent à l'assimilation et qui sont favorables à un regroupement de leurs coreligionnaires au sein d'un foyer national), au premier rang de laquelle se trouvent les sionistes, sont ceux qui s'écartent le moins des buts que poursuit en réalité la politique allemande à l'égard des Juifs ".
Source: Lettre circulaire de Bülow-Schwante à toutes les missions diplomatiques du Reich. N° 83, 28 février 1934.

" Il n'y a aucune raison, écrivait Bulow-Schwante au Ministère de l'Intérieur, d'entraver, par des mesures administratives, l'activité sioniste en Allemagne, car le sionisme n'est pas en contradiction avec le programme du national-socialisme dont l'objectif est de faire partir progressivement les Juifs d'Allemagne. "
Source: Lettre no Z U 83?21. 2818 du 13 avril 1935.

Reinhardt Heydrich, chef des Services de Sécurité S.S:
" Nous devons séparer les Juifs en deux catégories : les sionistes et les partisans de l'assimilation. Les sionistes professent une conception strictement raciale, et, par l'émigration en Palestine, ils aident à bâtir leur propre Etat juif... nos bons vœux et notre bonne volonté officielle sont avec eux. "
( 1935 Das Schwarze Korps, organe officiel de la S.S - ) Source: Hohne. Order of the Death'a Head, p. 333

Circulaire de la Gestapo de Bavière à la police, 28 janvier 1935 :
" les membres de l'organisation sioniste, en raison de leur activité orientée vers l'émigration en Palestine, ne doivent pas être traités avec la même rigueur qui est nécessaire pour les membres des organisations juives allemandes (assimilationistes) ".
Source: Kurt Grossmann, "Sionistes et non-sionistes sous la loi nazie dans les années 30" Yearbook. Vol. VI, p. 310.

Alfred Rosenberg, principal théoricien nazi, écrit :
" le sionisme doit être vigoureusement soutenu afin qu'un contingent annuel de Juifs allemands soient transportés en Palestine. "
Source: A. Rosenberg: Die Spur des Juden im Wandel der Zeiten, Munich 1937, p. 153.

Nota : Betar : groupe para-militaire sioniste.
" Le Betar allemand reçut un nouveau nom: Herzlia. Les activités du mouvement en Allemagne devaient obtenir bien sûr l'approbation de la Gestapo; en réalité, Herzlia agissait sous la protection de cette dernière. Un jour, un groupe de SS attaqua un camp d'été du Betar. Le chef du mouvement se plaignit alors auprès de la Gestapo et, quelques jours plus tard, la police secrète annonça que les SS en question avaient été punis. La Gestapo demanda au Betar quelle compensation lui semblait la plus adéquate. Le mouvement demanda que la récente interdiction qui leur avait été faite de porter des chemises brunes soit levée; la requête fut satisfaite. "
Source: Ben Yeruham, Le Livre de Betar, T. H, p. 350.

" L'organisation sioniste des juifs allemands avait une existence légale jusqu'en 1938, cinq ans après l'avènement d'Hitler... La Jüdische Rundschau (journal des sionistes allemands) parut jusqu'en 1938. "
Source: Leibowitz, Israël et Judaïsme. Éd. Desclée de Brouwer, 1993. p. 116

" Le sauvetage des juifs en Europe ne figurait pas en tête de liste des priorités de la classe dirigeante. C'est la fondation de l'état qui était primordiale à leur yeux. "
Source: Tom Segev. Le septième million. Éd. Liana Levi, Paris, 1993, p. 539


Memorandum du Comité de sauvetage de l'agence juive :
" Devons-nous aider tous ceux qui en ont besoin sans tenir compte des caractéristiques de chacun ? Ne devons nous pas donner à cette action un caractère national sioniste et tenter de sauver en priorité ceux qui peuvent être utiles à la Terre d'sraël et au judaïsme ? Je sais qu'il peut sembler cruel de poser la question de cette façon, mais nous devons malheureusement établir clairement que si nous sommes capables de sauver 10 000 personnes parmi les 50 000 personnes qui peuvent contribuer à la construction du pays et à la renaissance nationale ou bien un million de juifs qui deviendront pour nous un fardeau ou au mieux un poids mort, nous devons nous restreindre et sauver les 10 000 qui peuvent être sauvées ? malgré les accusations et les appels du million de laissés pour compte. "
Source: Memorandum du Comité de sauvetage de l'agence juive. 1943. Cité par Tom Segev. (op. cit)


Itzak Shamir ( futur premier ministre d'Israël ) et Abraham Stern, document remis à l'ambassade d'Allemagne à Ankara ( à cette époque les troupes du Maréchal Rommel était déjà en Egypte ) :
" En matière de conception nous nous identifiions à vous. Pourquoi donc ne pas collaborer l'un avec l'autre ? "Mémorandum de l'agent des services secrets nazis à Damas, Werner Otto Von Hentig, sur les pourparlers avec les émissaires de Stern et de Shamir : " la coopération entre le mouvement de libération d'Israël et le nouvel ordre en Europe sera conforme à l'un des discours du chancelier du IIIe Reich dans lequel Hitler soulignait la nécessité d'utiliser toute combinaison de coalition pour isoler et vaincre l'Angleterre ".
Nota : ces documents se trouvent au Mémorial de l'holocauste (Yad Vachem) à Jérusalem, classés sous le numéro E2M.

Israël Eldad, un des chefs historiques du groupe Stern confirme, dans un article publié dans le quotidien de Tel-Aviv, le Yediot Aharonoth, du 4 février 1983, l'authenticité de ces pourparlers entre son mouvement et les représentants officiels de l'Allemagne nazie -

Extraits :
"Principes de base de t'Organisation militaire nationale (NMO) en Palestine (Irgun Zevaï Leumi) concernant la solution de la question juive en Europe et la participation active du NMO à la guerre aux côtés de l'Allemagne. Il ressort des discours des dirigeants de l'État nationale-socialiste allemand qu'une solution radicale de la question juive implique une évacuation des masses juives de l'Europe. (Judenreines Europa).Cette évacuation des masses juives de l'Europe est la condition première de la solution du problème juif, mais cela n'est possible que par l'installation de ces masses en Palestine, dans un Etat juif, avec ses frontières historiques.Résoudre le problème juif de façon définitive, et libérer le peuple juif, c'est l'objectif de l'activité politique et des longues années de lutte du "mouvement pour la liberté d'Israël" (Lehi) et de son Organisation militaire nationale en Palestine (Irgun Zevaï Leumi).Le NMO, connaissant la position bienveillante du gouvernement du Reich envers l'activité sioniste à l'intérieur de l'Allemagne, et les plans sionistes d'émigration estime que:

1) Il pourrait exister des intérêts communs entre l'instauration, en Europe, d'un ordre nouveau, selon la conception allemande, et les véritables aspirations du peuple juif telles qu'elles sont incarnées par Lehi.
2) La coopération entre l'Allemagne nouvelle et une nation hébraïque rénovée (Vôlkisch Nationalen Hébräertum) serait possible.
3) L'établissement de l'État historique juif sur une base nationale et totalitaire, et lié par un traité au Reich allemand pourrait contribuer à maintenir et à renforcer, dans l'avenir, la position de l'Allemagne au Proche?Orient. A condition que soient reconnues, par le gouvernement allemand, les aspirations nationales du "Mouvement pour la liberté d'Israël"

"(Lehi), l'Organisation militaire nationale (NMO) offre de participer à la guerre aux côtés de l'Allemagne. La coopération du mouvement de libération d'Israël irait dans le sens des récents discours du Chancelier du Reich allemand, dans lesquels Monsieur Hitler soulignait que toute négociation et toute alliance devait contribuer à isoler l'Angleterre et à la battre. D'après sa structure et sa conception du monde, le NMO est étroitement lié avec les mouvements totalitaires européens."
Source: Le texte original, en allemand, " trouve, en Appendice no 11, dans le livre de David Yisraeli: Le problème palestinien dans la politique allemande, de 1889 à 1945, Bar Ilan University, Ramat Gan, Israël, 1974, p. 315-317.

Les pourparlers ont subi un coup d'arrêt lorsque les troupes alliées ont arrêté en juin 1941, l'émissaire d'Abraham Stern et Itzak Shamir, M. Naftali Loubentchik, au bureau même des services secrets nazis à Damas. D'autres membres du groupe ont poursuivi des contacts jusqu'à l'arrestation, par les autorités britanniques, de M. Itzak Shamir, en décembre 1941, pour "terrorisme et collaboration avec l'ennemi nazi."

Ben Gourion :
" Beghin appartient incontestablement au type hitlérien. C'est un raciste disposé à détruire tous les Arabes dans son rêve d'unification d'Israël, prêt, pour réaliser ce but sacré, à user de tous les moyens. "
Source: E. Haber, Menahem Beghin, the man and the legend Ed. Delle Book. New York, 1979,
p. 385.34151-8.

Politique-Info - Mars 2002 - Toute reproduction autorisée.




10.Posté par redk le 14/12/2008 20:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

luckie lauprechon, elle date la collaboration sionistosnazis!!

Les sionistes firent venir en Palestine le baron von Mildenstein du Service de Sécurité S.S. pour une visite de six mois de soutien au sionisme.
Cette visite aboutit à un rapport en douze chapitres de Joseph Goebbels, ministre de la Propagande de Hitler, dans DerAngriff (L’Assaut) en 1934, rapport louangeur pour le sionisme. Goebbels commanda un médaillon frappé d’un côté avec la swastika et de l’autre avec l’étoile de David sioniste.

En mai 1935, Reinhardt Heydrich, chef du Service de Sécurité S.S., écrivit un article dans lequel il séparait les juifs en "deux catégories".
Les juifs qu’il aimait étaient les sionistes " Nos bons voeux et notre bonne volonté leurs sont acquis. "

En 1937, la milice ouvrière "socialiste" sioniste, la Haganah (fondée par Jabotinsky) envoya un agent (Feivel Polkes) à Berlin, offrant d’espionner au compte du Service de Sécurité S.S. en échange du déblocage de richesses juives pour la colonisation sioniste. Adolf Eichmann fut invité en Palestine par les soins de la Haganah. Feivel Polkes informa Eichmann " Les cercles nationalistes juifs sont très satisfaits de la politique radicale de l’Allemagne, car la population juive en Palestine sera de ce fait tellement accrue que dans un futur proche les juifs pourraient compter sur une supériorité numérique face aux Arabes. "

La liste des actes de collaboration des sionistes avec les nazis est longue.
Qu’est-ce qui peut expliquer cette volonté incroyable des dirigeants sionistes de trahir les juifs d’Europe ? Tout le raisonnement avancé par ses défenseurs pour justifier l’Etat d’Israèl était qu’il a été conçu comme un refuge pour les juifs persécutés.
Les sionistes, en fait, considéraient tout effort pour sauver les juifs d’Europe non comme l’accomplissement de leur objectif politique mais comme une menace pour leur mouvement tout entier.
Si les juifs d’Europe étaient sauvés, ils voudraient aller ailleurs et l’opération de secours n’aurait rien à voir avec le projet sioniste de conquête de la Palestine!!.

source: Voir les 51 documents de Lenni Brenner : Collaboration sioniste avec les nazis pour les données historiques

11.Posté par isaLoL le 14/12/2008 20:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Soravardi salut, oui je suis isa de Suisse. Au moment de m'inscrire 3 lettres n'étaient pas assez et comme je fais souvent de l'humour. LoL.

luckie lauprechon,
vous, vous demandez ou est la logique !
Cette idéologie sionisme/nazisme - nazisme/sionisme qui est morbide, pervers et j'en passe.
La seule logique que l'on puisse donner, c'est le venin qui coule dans les veines de ces gens dont leurs âmes sont vident de toutes morales, vides de toutes compassions même pour les leurs.
Hitler lui même avait un arrière grand-père juif !
Et oui ! LoL.

12.Posté par Soravardi le 14/12/2008 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

isalol

je suis trés heureux d'apprendre que vous êtes la même personne,néanmoins je suis trés déçu par vous :)

ou est le festin que vous nous aviez promis? :)

ou est l'article que vous deviez retrouver dans votre classeur ?

13.Posté par blackhole le 14/12/2008 21:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Luckie lauruchon

Le sionisme est une idéologie politique et n'a rien à voir avec le judaïsme authentique.
La véritable philosophie du sionisme (qui est aussi celle des élites dirigeantes de la planète-illuminati) est assez bien décrite dans les très controversés Protocoles des Sages de Sion (texte disponible sur wikisource)
Même si officiellement le texte est un faux au sens où il aurait été écrit à la fin du XIXe siècle à Paris par un faussaire antisémite russe, Mathieu Golovinski, il est frappant de voir à quel point son contenu colle à la réalité du monde: l'instauration du Nouvel Ordre Mondial (NWO).
En 1921, Henry Ford, interviewé par le New York World au sujet de l'authenticité des protocoles déclarait déjà:
"La seule chose que je peux dire est qu'ils correspondent tout à fait à ce qui se passe. Il est sûr que les protocoles existent depuis au moins 16 ans (ils ont été publiés en 1905 en Russie). Ils ont jusqu'à maintenant bien décrit la situation dans le monde et ils continuent à le faire."
En gros les protocoles décrivent comment contrôler le monde:
- Contrôle de l'argent
- Contrôle de la presse
- L'extension du pouvoir : faire croire qu'ils sont les amis de tous
- Le contrôle de la foi : ôter la vraie foi, pensée matérialiste.
- Le moyen d'amener la confusion dans les esprits.
- L'aspiration du luxe
- Le politique utilisé comme instrument
- Le contrôle de la nourriture : ceux vivant en zone rurale est un problème car ils peuvent vivre en autarcie
- Rôle de la guerre
- Contrôle des loges franc-maçonniques
- La mort : y conduire tous ceux qui font obstacle.
Pour boucler la boucle, les protocoles et l'idéologie de l'Ordre de Thulé sont les sources qui ont inspiré "Mein Kempf" d'Aldolph Hitler, le génocide planifié, et tout le nazisme.
Le sionisme et le nazisme reposent sur les même bases idéologiques (expansionnisme, impérialisme, contrôle du monde, eugénisme,...)
Il m'apparaît donc pas du tout étonnant qu'un sioniste adhère à l'idéologie nazie. L'un découle de l'autre comme le dit isa.ol. au poste 1

14.Posté par Roubine le 14/12/2008 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Redk pour la référence de l'ouvrage. Internet c'est génial, les journalistes menteurs ont toute leur place dans les poubelles de l'histoire.

Dans le livre de Lenni Brenner, « 51 documents : Collaboration sioniste avec les nazis », nous lisons :

i[« Les sionistes avaient aussi un plan commercial avec le gouvernement de Berlin, selon lequel les juifs allemands pourraient obtenir le remboursement de leurs propriétés en marchandises nazies exportées vers la Palestine occupée alors par les britanniques. Et pour couronner le tout, l’infâme SS-Hptscharf, Adolf Eichmann, a visité la Palestine, en octobre 1937, invité par les sionistes. Il a aussi rencontré Feivel Polkes en Égypte, un employé sioniste, qu'Eichmann décrivait comme un « principal fonctionnaire de la Haganah. » Polkes, fumant cigarette sur cigarette, était aussi sur la liste du personnel nazi « comme informateur. » (...)

Après la déportation des populations, dans les camps de travail, ait commencé en 1942, Eichmann avait régulièrement affaire avec le Dr. Rudolf Kastner, un juif hongrois, qu'il considérait comme un « sioniste fanatique ». Kastner a été assassiné plus tard en Israël comme collaborateur nazi. Cependant, le problème était à l’époque la négociation sur le destin de certains juifs de Hongrie, qu’il était prévu de liquider dans les camps de la mort dirigés par les nazis. b[Eichmann a déclaré ceci au sujet de Kastner, le représentant sioniste :

« Je crois qu’il aurait sacrifié mille ou des centaines de milliers de [gens de] sa race pour réaliser son objectif politique. Il n'était pas intéressé par les vieux juifs ou ceux qui s’étaient intégrés dans la société hongroise. « Vous pouvez avoir les autres «, disait-il, » mais laissez moi avoir ce groupe là «. Et parce que Kastner nous a rendu un grand service en aidant à maintenir paisible la déportation en camp. Je laisserai ces groupes s'échapper. »]b
Les lecteurs seront aussi étonnés d'apprendre, qu’après que les Lois Contre la Race Juive de Nuremberg aient été décrétées en septembre 1935, seuls deux drapeaux ont été autorisés pour parader dans toute l'Allemagne nazie. L’un était le favori de Hitler, le svastika. L'autre était la bannière bleue et blanche du Sionisme. On a aussi permis aux sionistes d'éditer leur propre journal. Les raisons de ce favoritisme parrainé par le Reich étaient selon l'auteur : Les sionistes et les nazis avaient un intérêt commun à faire émigrer les juifs allemands en Palestine. «]i

Lenni Brenner est juif américain et l’auteur de 4 livres : Zionism in the Age of the Dictators, The Iron Wall: Zionist Revisionism from Jabotinsky to Shamir, Jews in America Today, The Lesser Evil, etude du Parti Democrate américain. Des articles signés de lui ont été publiés par The Nation, Amsterdam News, Jewish Guardian, Atlanta Constitution, Washington Report on Middle East Affairs, Middle East Policy, Middle East International, Journal of Palestine Studies, New Statesman, Al-Fajr and United Irishman.

In 2002, il a publié : 51 Documents: Zionist Collaboration with the Nazis. Cela reprend de nombreuses traductions de documents cités dans Zionism in the Age of the Dictators, The Iron Wall. En 2004 il a publié Jefferson & Madison On Separation of Church and State: Writings on Religion and S

15.Posté par isaLoL le 14/12/2008 21:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Soravardi, Oh ! soyez pas deçu s.v.p

J'ai retrouvé l'article en question que j'ai même traduit d'Anglais en Francais.
Mais j'ai plus su ou était mon commentaire a ce sujet.
Si vous me dites sous quel article, j'y cours.
J'allais quand même posée ma fleure ailleurs qui aurait eu aucun sens ! LoL.

16.Posté par Soravardi le 14/12/2008 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

isa

l'article concernée est "israel exploite les attentats de bombey" le 30 novembre 2008 :)

17.Posté par luckie lauprechon le 14/12/2008 21:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si vous regardez la vidéos qui oppose Zemmour à Attali sur www.fdesouche.com vous pourrez laisser un commentaire à Attali sur son blog personnel pour lui dire tout le bien que vous pensez de lui.

Mais avant toute réaction voici un lien qui permet de comprendre ce qu'il y a dans la tête noséabonde de Attali.

En effet Attali n'est autre que la courroie de relais en France d'un certain Brzesizinski.

Voici le lien : http://www.polemia.com/article.php?id=641

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires