Propagande médiatique, politique, idéologique

Le journaliste qui a accusé Tsahal de trafic d’organes invité en "Israël"



Lundi 2 Novembre 2009

Le journaliste qui a accusé Tsahal de trafic d’organes invité en "Israël"
Plusieurs dizaines de manifestants ont protesté contre l'arrivée en « Israël » d'un journaliste suédois au coeur d'une vive polémique après avoir accusé l'armée israélienne de couvrir un trafic d'organes prélevés sur des cadavres de Palestiniens.
 
Donald Bostrom, qui travaille pour le tabloïde suédois Aftonbladet, a été invité pour s'expliquer à une conférence internationale sur les médias organisée à Dimona, dans le désert du Néguev (sud d'Israël).
 
 Les protestataires attendaient le journaliste à son arrivée à l'aéroport Ben Gourion à Tel Aviv.
  
Sa visite suscite la controverse en « Israël ». Le vice-Premier ministre Silvan Shalom a fait part dimanche de son refus de participer à la conférence aux côtés du journaliste suédois.
 
 "J'ai décidé de boycotter cette conférence car je ne veux pas accréditer le fait qu'une plateforme soit offerte à un ennemi qui publie des articles diffamatoires à l'encontre d'Israël", a expliqué Shalom à la radio.
Shalom, qui détient le portefeuille du Développement régional pour le désert du Néguev et la Galilée, avait été convié à ce titre à prendre la parole à cette conférence qui s'ouvre lundi à Dimona.
 
 Invité il y a deux semaines, Bostrom doit s'expliquer sur un article très controversé publié en août par son journal, dans lequel il affirmait que des soldats israéliens auraient volé pour les vendre des organes de morts palestiniens.
 
 La publication de cet article que les autorités suédoises ont refusé de désavouer au nom de la liberté d'expression, a jeté un froid diplomatique entre Stockholm et « Israël ». Les dirigeants israéliens avaient exhorté la Suède à condamner un article à leurs yeux ouvertement antisémite.
 
 Interrogé à la radio, un des organisateurs de la conférence, Gidon Adin, a justifié l'invitation du journaliste suédois en faisant valoir qu'"il devra pour la première fois expliquer devant un public hostile pourquoi il publie des articles diffamatoires sur la foi de rumeurs".
 

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Lundi 2 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par dik le 02/11/2009 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bostrom est intrépide d'aller à la boucherie. Il ne craint pas d'y laisser un de ses organes ?

2.Posté par Néjia le 02/11/2009 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils vont l'assassiner...et ainsi plus aucun journaliste n'osera dire tout haut ce que les faits et des milliers de témoins décrivent tout bas, en Palestine OCCUPEE.

3.Posté par MOUEMINA le 02/11/2009 17:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils l'ont invité pour le corrompre c'est leur stratégie pour étouffer les affaires qui les dérangent! soit le liquider, chose qui n'est pas possible, le monde entier est prévenu et le journaliste n'est pas naïf, il les connait bien , donc il a dû prendre toutes les précautions et avertir le monde entier ..
Ou le corrompre , comme ils pensent que tout est vendable ..
espérons que le journaliste tienne bon jusqu'au bout et leur crache la vérité en face
bon courage Monsieur Donald Bostrom et bravo encore !!!

4.Posté par dik le 02/11/2009 18:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je maintiens que la visite de M. Bostrom en Israël est un mystère. Israël ne recule devant rien de rien et il a toujours été ainsi. Il a tué même le Compte de Bernadote (ex-Secrétaire Général de l'ONU pendant le partage de Palestine) pour peu qu'il ait essayé de défendre quelque droit des palestiniens! M. Bostrom sera accueilli à l'américaine : Le sbire sioniste lui demandera de choisir entre une balle dans la tempe ou un million de dollars, prix pour collaborer, à commencer par démentir son reportage.

Si Bostrom revient d'Israël saint et sauf, ce qui est souhaitable, il faut désormais le lire avec méfiance!

5.Posté par Habakuk le 02/11/2009 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'espère qu'il aura apporté sa propre nourriture et qu'il aura regardé sous sous matelas, qu'une punaise radioactif ne s'y trouve pas... Que va-t-il en sortir...? Mystère...

6.Posté par djamel le 02/11/2009 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi le journaliste suédois n'a t-il pas proposé une vidéo-conférence, ne serait ce que pour éviter qu'un fou extrémiste ne vienne attenter à sa vie?
Est-il assuré de sortir vivant d'un territoire si hostile au regard du scandale qu'il a dévoilé?
S'il accepte un tel déplacement périlleux, c'est qu'il est sûr d'en sortir vainqueur et qu'il a tous les atouts en main. Il se peut aussi que son accord pour cette conférence soit le prélude à un marchandage qui ne dit pas son nom.
S'il est autant convaincu qu'il ne lui arrive rien de fâcheux, c'est qu'il le sait déjà et que par conséquent les dés sont pipés d'avance. La force corruptrice a encore de beaux jours... J'espère me tremper mais quand je pense que des rabbins et quelques fonctionnaires véreux de Chicago attendent d'être jugés pour des crimes similaires dénoncés par le journaliste Suédois Donald Bostrom, le doute est en principe non permis. Affaire à suivre .

7.Posté par LA SUITE le 03/11/2009 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

très bonne et objective information de la part d'alter infio. Bravo! Mais il est oimportant de connaître la suite de ce jour, la voici :

«Je n'ai pas la preuve que Tsahal récolte des ‘organes’ palestiniens»
Le journaliste suédois qui avait causé l’indignation en Israël avec ses allégations contre Tsahal, accusant les soldats israéliens de récolter les organes des morts palestiniens pour s’adonner au trafic de ces mêmes organes a défendu son article face à un public largement hostile, ce lundi, à Dimona.

S’exprimant à une conférence des medias, où il a été fréquemment interrompu par des participants, Donald Bostrom a admis qu’il n’avait aucune preuve des allégations des familles des palestiniens tués par l’armée israélienne.

Bostrom a écrit son article dans le tabloïde suédois Aftonbladet au mois d’aout citant des palestiniens qui accusaient Tsahal de récolte et de trafic d’organes sur des palestiniens morts.
Son interviewer, le présentateur de la télévision israélienne Yair Lapid, a remis en question l’éthique journalistique de Bostrom et l’a accusé d’être antisémite « parce que vous êtes disposé à croire que le gouvernement israélien pourrait prendre part à ces atrocités. »

Bostrom lui a répondu : « en Suède, tout comme moi, nous appuyons fermement le droit à Israël d’exister en paix. Si vous violez les règles… nous avons une tradition de critiquer. »

« Le fait est que les familles ont dit ce qu’elles ont dit. C’est un article normal, » déclare Bostrom.

« Si vous êtes journaliste, vous interviewez, vous posez des question, et vous recevez des réponses. Le trafic d’organes est un problème global, » dit-il.

L’article, autour duquel il y a eu beaucoup de malentendus (…), ne fait que dire que les allégations des familles palestiniennes demandent une enquête approfondie, selon lui.

Il dit qu’Israël avait étudié des cas précédents dans lesquels l’Institut de Médecine Légale d’Abou Kabir avait été accusé de mauvaise conduite et que son article était une tentative de pousser « plus loin l’enquête sur les allégations palestiniennes. »

L’idée de cette histoire est venue d’officiels de l’ONU ayant porté les plaintes palestiniennes à son attention dit-il.

Bostrom a félicité les organisateurs de l’avoir invité et de lui donner une chance de défendre son travail en Israël…

Il est plus que difficile de considérer cet article comme un « travail ». Colporter des rumeurs de palestiniens de Gaza contre Israël, sans d’autre preuve que ces « déclarations » ne peut être considéré comme un « travail journalistique ». On n’accuse pas sans preuves, pas plus dans un tabloïde suédois que dans un tribunal espagnol. C’est pourtant devenu quotidien en ce qui concerne Israël.

8.Posté par Jean Marie le 04/11/2009 00:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il n'y a pas de fumer sans feu !

Puisque les israéliens n'ont rien à se reprocher, logiquement il doivent accepter qu'une enquête internationale ait lieu, pour tirer au clair cette affaire très grave.

Les israéliens ont montré par le passé que les vies humaines n'ont aucune importance et ce ne sont pas les preuves qui manquent, tous les massacres de Palestiniens, de Libanais, de journalistes européens et même de juifs sacrifiés qui ont eu lieu témoignent de cette politique qui obéit à une idéologie nauséabonde que tout le monde connaît.

Qu'il laisse alors les journalistes indépendants enquêter !


9.Posté par JoJo Lapin le 07/11/2009 08:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ne soyez pas naïfs dans vos commentaires. Si Israël voulait assassiner ou corrompre Bostrom, le Mossad a le bras long et cela aurait pu être fait très facilement en Suède. Israël va plutôt chercher à le décrébiliser publiquement, pour tenter de s'offrir un bon lavage médiatique. On dira que ses photos sont truquées ou d'une provenance douteuse, etc. Donc il serait intéressant d'entendre Bostrom dans une confrontation publique, car si ses arguments son béton, Israël peut très bien être mis à mal.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires