MONDE

Le journaliste et médecin président de l'Association algérienne de lutte contre la corruption Djilali Hadjad arrêté à l aéroport de Constantine



Salima Tlemçani -EL WATAN-
Jeudi 9 Septembre 2010

Le journaliste  et médecin   président de l'Association algérienne de lutte contre la corruption  Djilali Hadjad  arrêté à  l aéroport de Constantine
Djilali Hadjadj, président de l'Association algérienne de lutte contre la
corruption (AALCC), affiliée à Trensparency International (également médecin
et journaliste), a finalement été embarqué hier à bord d'un fourgon
cellulaire (puis un véhicule bariolé) pour rejoindre la capitale, sous bonne
escorte policière.

Le convoi devait faire une halte au niveau de chaque sûreté de daïra des
quatre wilayas (Sétif, Bordj Bou Arréridj, Bouira et Boumerdès), qu'il
traverse tout en s'arrêtant à Bordj Bou Arréridj, pour y passer la nuit et
reprendre aujourd'hui le chemin vers Alger, qu'il atteindra certainement en
fin de journée.
Djilali Hadjadj avait été arrêté dimanche dernier, à l'aéroport de
Constantine, au moment où il embarquait avec son épouse à destination de
Marseille. Présenté devant le procureur du tribunal de Constantine, il a été
placé en détention et c'est là où il a appris qu'un mandat d'arrêt avait
été lancé à son encontre par le juge d'instruction de la troisième chambre
près le tribunal de Sidi M'hamed, près la cour d'Alger, le 17 février 2010.
En fait, selon des sources judiciaires, il s'agirait d'une affaire pour «faux
et usage de faux» liée à des «prescriptions d'ordonnance et d'arrêt de
travail pour son épouse» qu'il aurait signées sans en avoir la qualité. Une
affaire que la brigade économique et financière près la sûreté de wilaya
d'Alger avait ouverte en 2006, à la suite d'une lettre de dénonciation
anonyme.
En réalité, il n'y a pas eu de plainte du ministère du Travail, ni de la
Cnas, son ancien employeur, mais une auto-saisine du parquet de Sidi M'hamed.
Ce n'est que le 23 mai 2010 que l'affaire est jugée par défaut. Hadjadj et
son épouse ont été condamnés respectivement à 3 et 1 an de prison ferme
assortie d'une amende de 5000 DA. Contactée par téléphone, Mme Hadjadj est
formelle. Ni elle ni son mari n'ont été entendus par le juge d'instruction
et encore moins reçu une quelconque convocation de la justice pour être
entendus ou jugés. «Mon mari a été entendu une seule fois, en 2006, par la
police à la sûreté de wilaya d'Alger. Depuis, jamais nous n'avons reçu un
quelconque courrier ni de la police ni du parquet…», a souligné Mme Hadjadj.


Elle précise que de février, date à laquelle le mandat d'arrêt a été
lancé, jusqu'à dimanche dernier, son mari «a beaucoup voyagé et n'a jamais
été inquiété» par les services de police au niveau des postes-frontières.
De ce fait, elle s'interroge sur «l'opportunité» d'une telle décision et
craint qu'elle ne soit liée aux activités de son mari au sein de
l'association. Hier, Mme Hadjadj n'a pas quitté d'un pas son époux. Elle a
fait le voyage avec lui de Constantine jusqu'à Alger, en suivant le véhicule
de police qui le transportait à travers l'ensemble des sûretés de daïra.
Elle espère qu'une fois à Alger, «le calvaire prendra fin» et elle pourra
rentrer avec son mari à la maison avant la fête de l'Aïd. «J'espère que
l'autorité judiciaire fera tout pour vider le mandat d'arrêt aujourd'hui et
éviter ainsi que mon époux passe l'Aïd, à la prison. Je ne pense pas que sa
place soit dans ce lieu en ces jours de fête», lance-t-elle amèrement.
A signaler que l'arrestation de Djilali Hadjadj a suscité la réaction de
nombreuses associations et ONG militant pour les droits de l'homme et contre la
corruption.
Il est évident que dans cette affaire, il y a anguille sous roche, d'autant
que depuis le 17 février dernier à ce jour, il s'est passé six mois, sans
que les services de la police exécutent le mandat d'arrêt. Peut-on croire à
une simple mauvaise gestion de ces services ou s'agit-il de dessous politiques
? Dans les deux cas, il est à craindre pour le pays…
Salima Tlemçani


Jeudi 9 Septembre 2010


Commentaires

1.Posté par PALESTRO le 10/09/2010 01:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour ce livre nous révèle les rouages de la corruption en Algérie de la mafia politique qui depuis le sommet de l etat au simple fonctionnaire gangrène l économie de notre pays depuis son indépendance
u[
A lire absolument !
]u

2.Posté par faridas le 11/09/2010 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'affaire de Monsieur Djilali hadjadj serait une affaire d'un simple citoyen qui a commis une infractions à la réglementation tant elle est qualifiée de " faux et usage de faux". Signer des arrets de travail pour son épouse de surcroit sans avoir la qualité est passible de prison. Si le concerné a agit ainsi , la presse doit arréter d'amplifier cette affaire.et considéré ce journaliste comme un justiciable comme tous les algériens.
Par contre si son arrestation est pour des raisons autres que cela, je ne peux que m'associer à la presse pour dénoncer cette action visant à faire étouffer sa voie qui combat la corruption en Algérie.

3.Posté par Nassim HAMENI le 12/09/2010 04:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas n'importe qui! c'est le président de l'association de lutte contre la corruption et qui est accusé depuis 2006 pour corruption!!!
quand à Salima Tlemcani elle n'écrira jamais un mot sans le commandement de Toufik Medienne le gestionnaire et le sécuritaire de toute l'organisation de la corruption en Algérie!!!
Je ne pense pas que la corrompue Salima Tlemcani soit affolé, elle ne fait que semer la zizanie comme toujours!
Elle a mes coordonnée réel pour son toufik, peut être qu'il aura besoin en 2012 je suis un Algérien, je vie en Algérie je ne craint personne! ma photo et d'autre de mes coordonnées sont dans mon blog!

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires