Politique Nationale/Internationale

Le gouvernement projette un texte sur les émissions religieuses qui confirme une politique raciste, ségrégative, islamophobe


Le gouvernement est en train de faire passer un texte sur la télévision (fin de la publicité sur des chaînes publiques).
Ce texte contient aussi un article sur les émissions religieuses (article 15). La rédaction de cet article reprend et aggrave des dispositions prises depuis 1994 et annulant un précédent texte de 1987, pour permettre des magouilles visant à dégrader l'image de l'Islam.

Il s'agit de maintenir secret le budget de chacune des émissions religieuses afin de pouvoir pratiquer une inégalité entre les émissions publiques catholique, protestante, judaïque et musulmane.
Il est évident que le secret se fera aux dépens de la religion la plus défavorisée.

Décidément, la "République laïque" continue à pratiquer activement une islamophobie militante acharchée. Avec ça, on veut nous assurer que tous les Français sont égaux et on se plaint que certains jeunes Français se sentent moins Français que d'autres et huent la Marseillaise...

Voilà donc une occasion pour les Français de culte ou de culture franco-musulmane d'élever la voix pour réclamer la transparence absolue. L'Etat doit dire combien il donne à chacun des cultes français et en fonction de quels critères publiquement énoncés.

Voilà une occasion pour le gouvernement pour expliquer à ses citoyens, aux Français musulmans que TOUS les citoyens français sont égaux, sur tous les plans et sans tricherie magouillarde.
Pour dire et prouver par la transparence que la Constitution est respectée et appliquée, que les obligations internationales de la France relatives aux droits de l'homme - droits des minorités, respect de tous les cultes - sont honorées.


abdellah.ouahhabi@online.fr
Mardi 18 Novembre 2008

Le gouvernement projette un texte sur les émissions religieuses qui confirme une politique raciste, ségrégative, islamophobe
Introduction historique

L’Islam était présent en terre gauloise bien avant l’apparition de l’Etat français. Il a occupé un territoire qui a été jusqu’à 25% de son territoire : des seigneurs de la suisse actuelle ont payé tribut à des suzerains musulmans. C’est dire jusqu’où s’étendait cette présence et cette suzeraineté. Or celle-ci est inimaginable sans la présence très nombreuse de personnes de culte musulman sur ce même territoire que nous dirions aujourd’hui « territoire français ».

Le dynamisme de l’Islam a constitué une concurrence religieuse vitale pour l’Eglise de Rome, liée par un accord politico-militaire avec des tribus germaniques franques. Aussi après la défaite des ennemis germains des Francs, les Wisigoths et autres, de religion chrétienne, mais du schisme arianique, l’Église romaine et l’État français se sont occupés de la liquidation de la religion musulmane qui si elle avait prospéré aurait vidé de son contenu l’accord « Église-Pouvoir franc » et aurait changé la nature du jeune État français naissant.

La liquidation de la religion musulmane s’est fait par les armes en occupant le territoire contrôlé par des Musulmans. Ensuite, l’étape suivante consistait à dé-islamiser ce territoire.


- Comment ?

- En tuant les Musulmans ou en les obligeant à revenir au Christianisme par la force.

- En effaçant de la mémoire collective cet épisode : aucune citation des seigneurs musulmans dans l’histoire de France, aucune restauration des monuments et châteaux musulmans de cette époque.

- En limitant au maximum l’influence culturelle de l’Islam. L’Église de Rome a ainsi inventé le mot INDEX. C’était la liste des ouvrages musulmans « non dangereux » dont la traduction en latin pour le public chrétien par des moines et des traducteurs arabes étaient autorisée. Le mot est resté dans le langage courant dans le sens « index = liste ».
En plus de cette limitation de l’accès aux sources musulmanes, il s’agissait de dénigrer systématiquement la culture et le mode e vie des pays musulmans. Or on sait aujourd’hui que le raffinement des pays musulmans était loin devant celui des pays gouvernés par des pouvoirs germaniques chrétiens : même pendant le Siècle des Lumières, dans le château du Roi-Soleil, on pissait dans les couloirs et on chiait où on voulait, dans des seaux transportés par des valets. L’Ambassadeur de l’empire Ottoman avait offert une baignoire au Roi qui devait sentir assez fort puisqu’il ne se baignait jamais… Ladite baignoire a fini dans le parc du Palais de Versailles comme jardinière.
Mais aussi bien Molière que les autres auteurs français chrétiens se devaient de critiquer le monde musulman « barbare »… Sans parler des auteurs d’opéras…

Cette politique de dénigrement et d’endiguement de la culture et de la réalité islamique a continué dans l’État français qui fut très tôt en position d’administrer des Musulmans : 1615 est l’année de création du comptoir de Saint-Louis du Sénégal. Cette administration de Musulmans n’a jamais cessé : la gestion commerciale a été suivie par la gestion esclavagiste qui fut relevée par la gestion coloniale.
Pendant tous ces siècles de domination, les aspects extérieurs de l’Islam ne furent pas gênants. De plus l’Église et l’État n’ont pas souhaité christianisé par la force les habitants de toute l’Afrique et du Moyen-Orient : la différence de religion justifiait un traitement inégalitaire et le maintien de cette centaine de millions de personnes des sous-citoyens, des « indigènes », officiellement des « sujets français », c’est-à-dire des objet de droit situés entre le citoyen et l’animal de ferme du citoyen français.
Alors que les fillettes portent le voile à l’école ou que le petit Mohammed vienne à l’école en djellaba, cela ne gênait pas les laïcs de l’époque, même les plus radicaux et les plus anti-islamiques. Il n’était nullement question de prosélytisme.
Des Musulmans se sont trouvés sur « le territoire métropolitain » dès la guerre de 1870. Ils participaient dans l’armée à la défense de la France. Certains ont participé à la Commune de Paris. L’État acceptait leur particularité, y compris sur le territoire national ; il a même instauré des tenues militaires adaptées avec chéchia ou turban selon le cas. Au contraire, cette différence visuelle désignait la cible de l’exploitation et des soldes inférieurs pour payer le don de la vie.

Jusque là, et ce durant trois siècles et demie la présence de Musulmans dans le cadre de l’Etat français, y compris dans le territoire continental ne gênait personne.


Puis, avec la décolonisation, les « indigènes » devinrent des citoyens de pays étrangers, associés ou non à la France. Un grand nombre d’« indigènes » ne partirent pas pour leur patrie culturelle ou religieuse et restèrent sur le territoire français. Ils ne pouvaient plus être des indigènes ; ils devinrent enfin des citoyens français. Pour la plus part, des citoyens français de culte musulman !

La gestion coloniale fut remplacé par la gestion impérialiste : la coopération culturelle, scientifique, culturelle, économique (zone franc CFA - « franc de la communauté française d'Afrique ») et militaire. Dans le même temps, l’économie française, après la Seconde Guerre Mondiale, eut un grand besoin de main-d’œuvre.

Les industriels français, avec la bénédiction de l’État, ont dû affréter des bateaux spécialement pour aller chercher des travailleurs musulmans dans les montagnes de l’Atlas, du Maroc à la Tunisie ! Au bout d’un certains temps, eux aussi, ou leurs enfants sont devenus Français. Et là aussi, le besoin faisant loi, le port de la chéchia ou du turban ou du foulard ne gênait personne.

C’est que même Français, ces gens continuaient de vivre une ségrégation sévère par le biais d’une politique orientée d’investissements urbanistique : « quartiers immigrés » sans écoles, sans crèches, sans logements sociaux, sans bibliothèques, sans centres culturels, etc. Malgré cela, les enfants les plus doués sont parvenus à étudier, à avoir des diplômes… La ségrégation au faciès, ou au nom de famille ou encore à l’adresse les attendait à la sortie des facs pour faire obstacle à leur embauche.

Mais se sentant de plus en plus français, essentiellement grâce à leurs études, ils ont commencé à revendiquer leurs droits de Français. Tous leurs droits.

Que dit la démocratie ?
Ce n’est pas seulement le pouvoir de la majorité. C’est aussi l’obligation pour le pouvoir majoritaire de respecter tous les droits de la minorité, en biens matériels et aussi en informations publiques et en répartition de la culture.
Mais ce n’est pas seulement une question de partage et de droits politiques et culturels ; c’est aussi l’obligation pour le gouvernement de diligenter une politique internationale qui doit se trouver dans une ligne médiane entre les aspirations des différentes composantes sociales de la communauté nationale : par exemple au Moyen-Orient ou encore concernant l’abandon de la vieille politique économique impérialiste envers l’Afrique.
En effet, de par leurs origines proches ou lointaines, les Français de culte musulman sont très sensibles à ces thèmes et ils sont blessés chaque fois qu’ils entendent qu’en leur nom, leur gouvernement mène une politique prédatrice à travers le monde, soutenant ici ou là, les agresseurs.
Les pays musulmans sont certainement les plus faibles économiquement. Mais cela ne rime à rien de stigmatiser l’Islam : des pays d’Amérique, christianisés depuis cinq siècles se sont pas dans une situation meilleure… L’extrémisme, le radicalisme, le terrorisme, le génocide ne sont pas le fait de la religion islamique. Il ya donc un malaise de la population française de culte ou de culture musulmane face à l’État français, leur État.

Alors pour endiguer cette vague qui réclame un partage plus équitable des biens de la Nation, l’État, porte-parole des groupes sociaux qui profitent de la ségrégation ancienne, mène une politique de ségrégation invisible par ses méthodes, mais visible par ses effets.

Sous des prétextes fallacieux on refuse de compter, de faire des statistiques. Les Musulmans en sont privés. Les autres groupes religieux disposent des données qui les concernent par d’autres moyens. Le flou, l’obscurité servent l’inégalité et la font durer dans le temps. Indéfiniment si rien n’est fait pour changer les choses.

Cas de l’émission de télévision religieuse consacrée par la télévision publique à l’Islam

Le Judaïsme est la première religion monothéiste en France, dès l’empire romain, bien avant la naissance de Jésus Christ.
L’Église romaine s’y est implantée à partir du premier siècle après Jésus Christ.
L’Islam est arrivé vers 700, après la chute du royaume Wisigoth en Septimanie (Languedoc)
L’Église Réformée est apparue en France au XVème siècle.

Actuellement, l’Église romaine peut compter 40 millions d’adeptes.
L’Islam ou si l’on veut, la sensibilité musulmane, en compte une dizaine si l’on compte les différentes générations et aussi les membres de familles mixtes.
Le Judaïsme compte entre 500 000 et 600 000 fidèles.
L’Église réformée compterait 500 000 fidèles.
(ces chiffres doivent être vérifiés ; les sources les plus fiables disponibles sont d’origine anglo-saxonne)

Je ne sais pas de quand date la première messe diffusée par la télévision française.
Je ne sais pas de quand date la première émission religieuse consacrée

La première émission islamique française, en territoire métropolitain date de 1983 ! Cela fait bien tard dans l’histoire de France… exactement trois siècles et demie de retard : Saint-Denis du Sénégal fait partie de l’État français depuis 1615… avant la ville de Lille ou Annecy ou encore Nice…

Cette émission avait une durée hebdomadaire de 15 minutes et était diffusée le dimanche matin, en ouverture d’antenne. Indiscutablement, l’Islam et les citoyens français de culte musulmans étaient défavorisés.
Il faut savoir que l’ouverture d’antenne du dimanche matin est l’endroit de la grille des programmes le plus défavorisé qui se puisse imaginer. Pour la durée, comparer l’importance démographique des fidèles d’une religion avec la durée des émissions correspondantes.

Il est clair que l’Islam s’est trouvé dans une situation d’endiguement.

Comment cela se passait-il du point de vue institutionnel ?
Après TF1, les émissions religieuses, émissions relevant d’une délégation de mlission de service public ont migré vers France 2.

Depuis le 1er septembre 1987, France 2 était soumise à un cahier des missions et des charges dont l’article 19, consacrée aux émissions religieuses était rédigé de la manière qui suit :

Titre V – EMISSIONS A CARACTERES RELIGIEUX

Art. 19. – La société programme et fait diffuser le dimanche matin des émissions à caractère religieux, consacrées aux principaux cultes pratiqués en France. Ces émissions, réalisées sous la responsabilité des représentants désignés par les hiérarchies respectives de ces cultes, se présentent sous la forme de cérémonies cultuelles ou de commentaires religieux.
Les frais de réalisation de ces émissions sont pris en charge par la société dans la limite d’un plafond fixé, pour chaque émission, par les dispositions annuelles du cahier des missions et des charges.


Explication de texte : le CSA rédige le cahier des missions et des charges – les obligations de France 2 – et chaque année il fixe le budget alloué à chaque culte dans un texte publié chaque année (les dispositions annuelles du cahier des missions et e charges de France 2).

Par la suite, France 2 doit faire un rapport annuel au CSA, où elle rend compte de la manière dont elle a rempli les obligations de son cahier des missions et des charges.

En réponse, le CSA publie un rapport, adressé aux pouvoirs public où il apprécie point par point la manière dont la chaîne s’est acquittée de ses missions et charges : il exprime soit un satisfécit, soit des observations-recommandations, soit une critique.

Avec 15 minutes de programmes alloués au culte musulman, celui-ci était défavorisé dès le départ. Le génie du réalisateur n’y pouvait rien : sans essence, on ne va pas loin, même si on conduit à l’économie. Le réalisateur de l’époque, une personne d’origine musulmane, rapatrié de la télévision française en Algérie à l’indépendance d ce pays, était un professionnel et il faisait tout ce qu’on pouvait faire avec un budget aussi rachitique. C’était Monsieur Abder Isker.

En janvier 1992, il y a eu un progrès : l’émission est passée à 30 minutes hebdomadaires : elle a rejoint la durée des émissions du culte judaïque et de l’Église réformée. Pour le budget, c’était une autre affaire…

Par exemple, ce fut la période où furent initiées les émissions intitulées « les nuits de ramadan ».
Comme chacun le sait, le mois de ramadan est un mois de piété particulière, de jeûne, de spiritualité. Or les émissions « les nuits de ramadan » étaient des émissions culturelles, parfois grivoise avec de la danse du ventre, etc. Ce n’était pas indiqué pour une période de profondeur religieuse. À titre d’exemple, la veillée de Noël ou le matin de Pâques, la télévision ne programme pas des émissions tournées dans Le Moulin Rouge ou dans un autre cabaret de Paris.

Pour l’Islam, il y avait donc inadéquation de titre, inadéquation de la date. Et en plus, le budget des émissions « les nuits de ramadan » était défalqués sur les émissions religieuses !

Le moins que l’on puisse dire est que cela n’était pas honnête.

Cela ne veut pas dire qu’il faut supprimer les émissions de culture sud-méditerranéenne. Au contraire, je pense qu’on devrait les programmer un peu chaque mois et à des heures de plus grande écoute : en fin de compte, les spectateurs désignés paient aussi la redevance audiovisuelle et ils ont droit à quelques émissions à leur goût. El les autres spectateurs français auraient l’occasion de découvrir ou approfondir leur connaissance de cette culture exotique en dehors de leurs voyages en Tunisie, au Maroc ou en Turquie…

La malhonnêteté consistait à passer des émissions culturelles pour des émissions religieuses, à diminuer un budget destiné à des émissions religieuses du coût d’une émission laïque, sans le dire. Cela concerne les rapports de France 2 au CSA puis par le rapport final du CSA qui accordait un satisfécit à la chaîne.

Une autre contrainte maintenue en défaveur de l’émission religieuse consacrée à l’Islam est toujours jusqu’à aujourd’hui la tranche horaire trop matinale défavorable.

C’est une politique de l’État d’endiguement de l’Islam et des personnes de culte musulman pour leur faire accepter le rôle de « Français en surcharge ». Comme on l’a vu dans la partie historique, cela a de profondes racines qui vont loin dans le passé.

De plus l’émergence sociologique de cette population pose de sérieux problèmes de répartitions des richesses, des responsabilités et de l’orientation de la politique du pays. Les différentes autres composantes religieuses de la France vont percevoir cela comme un risque de perdre des avantages anciens, comme l’obligation de faire une place à table à de « nouveaux convives »… qui d’ailleurs ne sont pas nouveaux du tout, mais qui sont quand même perçus comme tels.

Par ailleurs, le nouveau réalisateur de l’émission islamique était un professionnel qualifié. Il a fait son travail au mieux et les chiffres de l’audience montaient au point de dépasser ceux de certaines autres émissions religieuses…

Cette situation relativement favorable à l’Islam contrariait la politique d’endiguement et de dénigrement de l’Islam.

C’est pourquoi, l’idée s’est imposée au sein de la direction de la chaîne de diminuer encore le budget accordé à l’émission islamique de 50%, à l’occasion d’une malversation financière.

L’idée était la suivante : transporter la fabrication de 50% de la durée de l’émission (15 minutes par semaines) vers un opérateur du secteur privé. Celui-ci, la société France Méditerranée Productions (FMP) allait livrer à France 2 ces quinze minutes de programmes sans demander à être payé. Il se fera payer par les annonceurs de publicités clandestines insérées dans les programmes.

Les publicités clandestines sont des publicités insérées à l’intérieur des programmes, non déclarées comme telles. Aussi, FMP ne paiera pas pour la diffusion de ces publicités.

Dans cette opération, France 2 aura économisé le coût des 15 minutes qu’elle n’a pas financées… Et elle déclara au CSA avoir utilisé tout l’argent prévu !

Ainsi, l’image de l’Islam se trouve dégradée puisque « le message islamique est remplacé par des publicités ». La direction de France 2 utilise la moitié du budget selon son bon loisir : faux salaires, reversements vers des destinataires occultes, etc.

Le patron de la société FMP était un proche du PDG de France 2, Monsieur Hervé Bourges. La magouille aurait pu durer un siècle.

Mais, il y a eu un premier hic.

Le producteur et réalisateur de l’émission, un salarié de France 2 a refusé de participer à la magouille lorsqu’on lui en a exposé le projet. Or sa participation était incontournable : il devait signer les documents de production et de réalisation de l’émission.

Il a été menacé de licenciement s’il persistait à refuser son concours. Il a prévenu le ministre de l’Intérieur. Celui-ci s’est opposé mollement au projet de magouille. Mais il l’a fait par écrit.

Le producteur et réalisateur a quand même été licencié sous un faux motif, en réalité parce qu’il avait refusé d’enfreindre la loi : participer à un détournement de fonds publics.
Il a contacté l’Élysée. Madame Finistère, conseillère technique, consulta et lui répondit que rien ne sera fait pour bloquer la magouille.

Autre hic.
Une société de production, Médias Presse Production, a appris que France 2 comptait transférer la production de l’émission islamique vers un opérateur du secteur privé. Et cette société s’est portée candidate pour le marché de l’émission religieuse consacrée à l’Islam. Bien sûr, elle s’engageait à satisfaire aux obligations attachées par le CSA à cette émission. L’offre de Médias Presse Production était e plus très attractive financièrement. Professionnellement, cette offre était confortée par la collaboration de la société publique SFP qui était la plus grande société audiovisuelle d’Europe.
Socialement, selon cette offre, la société Médias Presse Production engageait tous les salariés intermittents employés par France 2 : en d’autres termes elle évitait tout chômage consécutif au changement de fabricant.

Pour tout dire, cette offre était incontournable.

Or cette émission est ce qu’on appelle une délégation de mission de service public. Le Code pénal traite justement de ce type de marché « relevant d’une délégation de mission de service public » :

Article 432-4

Est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende le fait par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public ou exerçant les fonctions de représentant, administrateur ou agent de l'État, des collectivités territoriales, des établissements publics, des sociétés d'économie mixte d'intérêt national chargées d'une mission de service public et des sociétés d'économie mixte locales ou par toute personne agissant pour le compte de l'une de celles susmentionnées de procurer ou de tenter de procurer à autrui un avantage injustifié par un acte contraire aux dispositions législatives ou réglementaires ayant pour objet de garantir la liberté d'accès et l'égalité des candidats dans les marchés publics et les délégations de service public.

La théorie législative considère que le droit à l’égalité des entreprises est un droit constitutionnel qui dérive directement du droit à l’égalité constitutionnelle de tous les citoyens français.
Cela veut dire que l’offre concurrentielle de Médias Presse Production faisait obstacle à celle illégale de FMP.

Oui, l’offre de FMP était illégale à plusieurs titres :
Faux en écritures comptables,
Fausses déclarations fiscales,
Fausses déclarations de douanes,
Abus de biens sociaux,
Faux salaires,
Concurrence déloyale,
Traitement inégal d’un candidat à ce marché,
etc.

Hé bien, le PDG de France 2 et les membres de sa direction, se sont sentis suffisamment appuyés pour passer outre la mise en garde du ministre de l’Intérieur et pour passer outre les risques constitués par la candidature indésirable de Médias Presse Production.

La gérante de Médias Presse Production, voyant dans quelle direction agissait France 2 (la chaîne a refusé de répondre à sa candidature), a convoqué une réunion d’information de toutes les associations musulmanes de France dans un studio de la SFP pour le 28 décembre 1998.
La gérante a invité le producteur et réalisateur de l’émission qui venait d’être licencié par France 2 à faire un exposé de la situation et des lois en vigueur.

Lors de la réunion, un huissier était présent et avait pris note de l’identité de tous les présents.
Toutes les fédérations, toutes les associations de Paris et certaines de province sont venues… sauf la Mosquée de Paris.
Le représentant de celle-ci, Monsieur Dramchini, avait exigé en échange de la présence de la mosquée de Paris que celle-ci soit assurée d’avance d’avoir la direction de l’instance qui sortira de la réunion programmée.

Comme la société invitante, Médias Presse Production, ne pouvait rien garantir parce que n’étant pas une association ou une autorité religieuse, la réponse de la gérante fut : « non, nous ne pouvons rien garantir. Nous vous invitons, nous vous délivrons une information. Si les associations présentes décident de faire quoi que ce soit, ce sera l’affaire des associations ».

Aussi, la mosquée de Paris s’est absentée de la réunion d’information convoquée à la SFP par la gérante de Médias Presse Production. Et elle a accordé ses recommandations à France 2 en faveur de la société ripoux, FMP.
Oui, la mosquée de paris avait fait passer ses luttes pour le pouvoir au détriment de l’image télévisuelle de l’Islam. Cela est un fait indiscutable.

Les associations réunies ont réclamé le contrôle collégial de ladite émission et le refus de l’introduction de tout affairisme dans cette émission religieuse. Le rapport fut enregistré par l’huissier présent. Elles ont confié à la gérante de Médias Presse Production la mission de le transmettre aux autorités.

Elles ont aussi constitué une association qui par ailleurs a déposé une requête devant le Tribunal administratif contre la décision du PDG de France 2 de remettre la fabrication de l’émission à la société privée ripoux, FMP, et ce à des conditions illégales.

Le tribunal administratif de Paris a jugé que l’affaire relevait des prérogatives du CSA.

Le président de l’association créée dans les locaux de la SFP pour saisir les autorités a transmis la décision du Tribunal administratif à la gérante de Médias Presse Production en la priant de bien vouloir saisir le CSA au nom des associations musulmanes – elle connaissait mieux les instances audiovisuelles que lui.

La gérante de Médias Presse Production a transmis les doléances des associations musulmanes au CSA.

Le CSA a répondu que le choix du producteur privé relevait des compétences de France 2 : cela s’appelle « retour à l’envoyeur ».

De sa propre initiative, et pour son propre compte, la gérante de Médias Presse Production a averti le Premier ministre, Monsieur Bérégovoy, des illégalités en cours, du détournement de fonds publics programmés, etc.

Il n’a rien fait.

Tout cela est étonnant.
- Pourquoi donc cette indifférence de l’Élysée, de Matignon, du CSA face à des délits normalement très sévèrement punis par la loi et par l’administration ?

- Parce que le but de l’action de la direction de France 2 visait en fin de compte à dégrader l’image de l’Islam, à endiguer l’Islam.

La magouille a fonctionné à partir du 3 janvier 1993.

Or on a vu plus que normalement l’émission faisait l’objet d’un encadrement juridique précis et contraignant pur la direction de France 2. Comment dans ce contexte passer des détournements de fonds publics ?

Le CSA a adopté un nouveau cahier de mission et des charges de France 2, valable à partir du 18 septembre 1994. Son article relatif aux émissions religieuses a changé :

V - Émissions à caractère religieux

Article 15
La société diffuse le dimanche matin des émissions à caractère religieux, consacrées aux principaux cultes pratiqués en France. Ces émissions, réalisées sous la responsabilité des représentants désignés par les hiérarchies respectives de ces cultes, après avis du ministère chargé des cultes, se présentent sous la forme de cérémonies cultuelles ou de commentaires religieux.
Lorsqu'il ne s'agit pas de retransmissions, la société peut procéder au visionnage de ces émissions et refuser leur passage à l'antenne.
Le coût financier de ces émissions est pris en charge par la société dans la limite d'un plafond fixé par le conseil d'administration de la société.

On remarquera dans le dernier paragraphe de cet article de 1994 que ce n’est plus le CSA qui fixe dans des dispositions annuelles du cahier des missions et de charges le budget des émissions religieuses ; c’est désormais le Conseil d’Administration de France 2, une société publique de droit privé.

Cela signifie que si vous voulez demander quel est le budget de l’émission catholique, celui de l’émission protestante, celui de l’émission judaïque, celui de l’émission islamique, alors la chaîne pourra vous répondre que les délibérations et les décisions d’une société de droit privé relèvent du secret professionnel et commercial !

Et de fait, plusieurs personnes ont réclamé de telles informations et la réponse fut : ce ne son pas des informations publiques.

Face à des citoyens plus curieux de leurs droits, la cuisine des budgets des émissions cultuelles se fait désormais à l’abri des regards indiscrets.

L’État a décidé de dissimuler sa politique islamophobe derrière le secret d’un conseil d’administration relevant du droit privé.

Mais, quand les malversations se sont installées avec la société ripoux FMP, la presse a dénoncé les dérives éditoriales et commerciales de ce programme : Télérama, l’Évènement du Jeudi, le Canard enchaîné, le Monde, El-Watan (Alger), El-Moudjahid (Alger), El-Qods (Londres et New York), El-Ahram (Le Caire).

Le gouvernement ne pouvait plus résister. Il a réorganisé l’émission islamique…

Des gens ont été convoqués au ministère de l’Intérieur et on leur a dit :
- ON vous a sélectionnés parce que vous n’êtes as représentatifs d’aucune association importante. Vous allez vous constituer en association islamique relevant de la loi du 1 juillet 1901. Désormais, nous vous donnons le statut de « représentant de la hiérarchie du culte musulman » ; c’est vous qui allez disposer du budget de l’émission islamique et diriger sa production.

Ce faisant, le gouvernement, en désignant des représentants religieux, enfreignait l’article 1 de la Constitution du pays - séparation des églises et de l’État.
Art. 1. - La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales.

La loi de 1905 dite de « séparation de l’Église et de l’État » ou encore « loi sur la laïcité » stipule :
Article 2

La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l'État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes.
Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets les dépenses relatives à des services d'aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons.
Les établissements publics du culte sont supprimés, sous réserve des dispositions énoncées à l'article 3.

Or le procédé appliqué à l’Islam décrit ci-dessus est ségrégatif : le gouvernement n’agit de cette façon, il ne désigne pas les représentants des autres cultes, chargés des émissions cultuelles.

De toute évidence en agissant de la sorte, en désignant les responsables de l’émission religieuse consacrée à l’Islam en fonction de leur servitude ou en fonction de leur discours, le ministre de l’Intérieur se met dans le rôle du Grand Mufti de France.

Le cahier des missions et des charges de 1994 met officiellement toutes les religions dans la même situation. La pratique est toute autre. C’est comme la loi pour interdire le foulard islamique.

Comme on l’a vu, durant le passé colonial ou dans les années 50 et 60, quand il fallait distinguer les Musulmans pour mieux les exploiter ; les signes religieux distinctifs n’étaient ni gênants ni protéolytiques. Mais quand cela a servi dans les années 2000 à structurer une communauté et à la renforcer, une loi a été inventée pour interdire à l’école le voile islamique « pour tous les Français », mais c’est une loi qui ne s’applique en pratique que contre les petites Musulmanes.

L’État triche avec ses propres citoyens français. De manière implicite, il fait un distinguo, dont la réalité est indiscutable si l’on est de bonne foi, entre les bons et les mauvais Français en fonction de leur religion. Les Musulmans ou les Musulmans non pratiquants ou les non Musulmans d’origine musulmane seraient de mauvais Français.

Les seuls bons Musulmans seraient ceux qui acceptent de travailler à détruire ou à diminuer l’Islam.

Hé bien, voilà, je suis un agnostique d’origine musulmane. Je suis fier de ma culture d’origine. Je reconnais qu’une culture n’est concevable qu’à partir de la religion qui l’a modelé. Je suis aussi Français. Je connais la culture chrétienne française aussi bien sinon mieux que certains Chrétiens pratiquants. Et je trouve le comportement raciste, anti-musulman, islamophobe de l’tat français scandaleux, en contradiction avec les valeurs de la Révolution française, proclamées officiellement en France et reprises partout à travers le monde.

Si je ne pratique aucune religion, je respecte totalement les personnes qui ont besoin de croire en une religion, qui croient en une religion, qui pratiquent une religion. Je suis même convaincu que cela leur fait beaucoup de bien. Sinon, ils ne le feraient pas.
Je ne dis pas que ces gens sont plus bêtes ou moins intelligents. Je dis que les gens sont différents. Certains croient, d’autres non et c’est l’affaire intime de chacun.

L’islamophobie est une forme de racisme très réelle en France, très pernicieuse et très grave.

Mes accusations d’islamophobie contre l’État français sont d’autant plus graves que je ne suis pas un Musulman pratiquant, que je me déclare depuis toujours agnostique. Mes accusations sont crédibles.

Le cas de l’affaire islamique est révélateur.

Quand la société Médias Presse Production a découvert les preuves de la magouille, des détournements de fonds publics, de la concurrence déloyale, elle a été en justice.

Des gens sont allés en prison pour beaucoup moins que cela. Mais visiblement, commettre des délits n’est pas punissable par la justice française si ces délits ont nui à l’image de l’Islam, à l’Islam, aux Musulmans. Oui, la première procédure basée sur des preuves matérielles fut initiée en 1997 ; à ce jour, la justice n’a encore puni aucun coupable ! Elle refuse de reconnaître qu’il y ait eu une quelconque infraction à la loi.

Or les preuves sont telles en nombre et en qualité qu’elles crèveraient les yeux d’un aveugle. Le gouvernement lui-même a reconnu l’existence des magouilles décrites par la presse ; il a changé les équipes en place. Mais il refuse de reconnaître les faits. Le cabinet du Président Chirac a même signé un courrier. Mais la reconnaissance officielle, la réparation ne vient pas.

Pourtant, légalement, l’émission islamique de France 2 a le droit de récupérer les sommes détournées pour rattraper la perte d’image occasionnée par les détournements de fonds publics. L’État doit faire payer les coupables, récupérer l’argent sur leurs biens privés.

Il ne le fait pas. J’ai vu des magistrats regarder le plafond. J’ai vu dans cette affaire des substituts du procureur baisser la tête et gribouiller quand ils étaient interpellés pour donner suite aux preuves accumulées sur leur pupitre.


Conclusion
L’objet de ce long texte est d’attirer l’attention de la communauté musulmane de France sur un projet de texte législatif très dangereux. Il s’agit du projet de nouveau cahier des missions et des charges de la télévision publique. Il est sur le site de la Direction pour le Développement des Médias du Premier ministre pour consultation publique… jusqu’au 31 octobre 2008.
Ce texte contient un article 15 relatif aux émissions à caractère religieux.

Mais les associations musulmanes n’en ont pas eu communication. Et elles n’ont pas eu de débats à ce sujet.
Heureusement, le texte n’est pas encore adopté par les députés et un amendement peut encore être introduit. À défaut, il pourra être introduit plus tard par un décret ministériel d’application.
Voici comment il se présente :

Article 15 : les émissions religieuses

Les émissions religieuses et portant sur la spiritualité continueront d’être diffusées sur France 2 avec un éclairage particulier sur les grands événements.

Ces émissions, réalisées en liaison avec les représentants désignés par les hiérarchies de ces cultes après avis du ministère chargé des cultes conformément à l’article 56 de la loi du 30 septembre 1986 relatives à la liberté de communication, se présentent sous la forme de cérémonies cultuelles ou de commentaires religieux.

En outre-mer, la société peut programmer et diffuser, dans le cadre des programmes locaux, des émissions consacrées aux diverses familles de croyance et de pensée, et à l'expression des principaux cultes pratiqués localement.

Lorsqu'il ne s'agit pas de retransmissions en direct, la société procède à leur visionnage et valide leur passage à l'antenne.

Le coût financier de ces émissions est pris en charge par la société dans la limite d’un plafond fixé par le conseil d’administration. Il est réparti entre les différents cultes en tenant compte, notamment, de leur représentativité respective. Les conditions de production et de financement sont fixées par un accord passé par la société avec chacun des cultes.

Les parties soulignées en gras ci-dessus montrent que l’État se donne le moyen de sélectionner par son avis préalable les responsables que se donnent les différents cultes. Or on sait que cela n’a jamais concerné le Catholicisme ni l’Église réformée ni le Judaïsme. C’est une stipulation taillée sur mesure pour le cas de l’Islam.

Je passe sur le paragraphe concernant l’outre-mer qui mérite une analyse longue et détaillée, notamment dans l’institution d’une différence entre la France continentale et le reste de son territoire, en réalité une différence entre des Français selon leur origine ou selon leur culte ou encore selon leur lieu de résidence. Toutes choses que la Constitution met en dehors de la compétence et des droits du gouvernement de la République.

Le plus grave est que ce texte, en son dernier paragraphe, pose une chape de plomb sur les budgets publics alloués à chaque culte.
La presse a déjà parlé à longueur de page sur les frais associés aux visites des Papes en France. On sait la longueur et l’importance de l’émission « Le jour du Seigneur », des programmes protestants et judaïques.

Mais le budget l’émission islamique reste rachitique, il supporte le financement des émissions culturelles « les nuits du ramadan » et en plus tous ces financements relèvent du secret d’entreprise parce que France Télévision est une entreprise publique mais de droit privé !

On nous dira que ce projet de loi concerne tous les cultes. C’est faux. Il est écrit comme s’il visait tous les cultes. Mais la pratique montre qu’il est écrit spécialement pour défavoriser le culte musulman, les Français de culte musulmans et l’Islam. C’est un texte islamophobe, dans la continuation des pratiques médiévales, puis coloniales qui visent à endiguer cette religion.

Nous les Français de culte musulman ou de culture franco-musulmane, nous devons dire haut et fort au gouvernement de la France :

Si vous voulez qu’il n’y ait pas de soupçon de racisme, d’islamophobie, alors revenez aux dispositions du cahier des charges de 1987 : que le budget global alloué à toutes les émissions religieuses soit publié. Que les principes de répartition entre les différentes religions soient proclamés et acceptés par tous et calculons ensemble le budget de chaque émission.


Si tous les Français sont égaux, c’est la seule manière d’agir.
Si le gouvernement considère qu’il y a des Français plus français que d’autre à cause de leur religion ou de leur culture d’origine de leurs parents ou à cause de leur ethnie, alors qu’il l’assume publiquement.

Si le gouvernement adopte exprès un procédé caractérisé par son opacité qui sera accepté par des responsables qu’il a lui-même désignés, alors il devra accepter de porter l’infamie au regard des valeurs républicaines françaises, issues de la Révolution françaises.

Il saura qu’en agissant de la sorte, nous saurons et nous dirons qu’il ne respecte ni la Constitution française, ni les lois françaises ni les conventions et traités internationaux de l’ONU qui engagent la France.

Je considère que tous les citoyens français démocrates, musulmans ou non, que les associations musulmanes de France et en premier lieu les grandes fédérations d’organisations musulmanes, que le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) doivent tous faire ensemble et séparément une demande au gouvernement afin qu’il amende ce projet de texte avant qu’il ne soit adopté par les députés ou afin que le décret d’application lui apporte toute la transparence nécessaire pour que tous les citoyens Français, de toute confession, soient rassurés sur la validité égale de leur nationalité française.

Nous demandons une procédure inspirée du texte de 1987 qui confirme et augmente la transparence du financement de cette émission : les Musulmans aussi paient des impôts. Ils sont Français. Ils ont droit à un égal respect.




Mardi 18 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par Aigle le 18/11/2008 12:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Désolé , ce n'est pas par cynisme , mais ce n'est pas au gouvernement qu'il faudra s'adresser mais au Betar et les autres representants de l'Entité sioniste en FRANCE qui eux vont decider si oui ou non les autres , les Humains auront droit à respirer

2.Posté par COCO le 18/11/2008 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bof, c'est pas plus mal ! Au tant ne rien avoir que d'avoir des émissions mal faite qui donne envie d'éteindre la télé !

3.Posté par claudio le 18/11/2008 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'aurai deux observations à faire :
La première et la plus importante est relative à l'existence même des émissions religieuses. En effet, dans un état laïc, aucune communication religieuse ne doit être véhiculée par un média appartenant au service public. Point !
La seconde observation concerne les forces en présence. Comme le signale Aigle, tant que le lobby juif maintient ses ramifications partout, la seule possibilité qui reste aux mains de nos concitoyens musulmans c'est leur bulletin de vote. 10 millions de musulmans (je suis surpris par ce chiffre) représentent un moyen de pression considérable. Il n'est malheureusement pas exploité. Comment l'expliquez-vous ?
Nous aussi nous commençons à en avoir assez de l'omniprésence des sionistes qui vont finir demain par s'attaquer aussi au catholicisme.
Alors, votez en force ! Vos voix, ajoutées aux nôtres, peuvent créer un bouleversement du paysage politique dont les sionistes ne se relèveront jamais !

4.Posté par Blackhole le 18/11/2008 16:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'avoue n'avoir pas lu tout le texte mais mon commentaire est le suivant:

Le but du nouvel ordre mondial (illuminati, Bilderbergers, CFR, ...) et donc aussi celui du troll qui dirige la France est de supprimer toutes religions pour imposer la sienne (Luciférienne peut-on lire dans certains textes)

Bien sûr l'Islam est attaqué en premier (c'est plus facile de ramer dans le sens du courant) mais le reste suivra...






5.Posté par claudio le 18/11/2008 16:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour compléter ce que j'ai dit plus haut, je pense que les musulmans de France doivent s'organiser pour constituer une vrai force politique. Peut-être créer un parti qui rassemblement sous une bannière démocratique tous les "marginalisés" de la République et des républicains d'autres confessions mais soucieux de faire régner la liberté, l'égalité et la fraternité. Un part qui présentera ses propres candidats ou qui conclura des accords de gouvernement avec les partis traditionnels...
Si la puissance électorale qui est la vôtre n'est pas mise en avant, je regrette de vous le dire crûment, vous resterez les "moutons noirs" de la République.
Il n'est plus temps de s'occuper du budget d'une émission religieuse, c'est une "bataille" politique de niveau national qu'il va falloir maintenant remporter.
Et vous pouvez le faire !

6.Posté par Nordine le 18/11/2008 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@claudio

Les médias tentent de faire penser au peuple que les musulmans représentent une menace en tant que communauté influente et soudée. Ce qu'il faut comprendre c'est que le fait d'etre musulman (tout comme le fait d'etre chrétien) ne détermine pas ton chemin de vie ou ton opinion politique ! Il n'y a pas de "pouvoir" de la communauté musulmane en France. Je me sens plus de points en commun avec un chrétien ou athé antisystème qu'avec un musulman habillé en jean slim et qui passe son temps au mcdo ;)
Comme le disait Seb Musset dans une de ses vidéos sur dailymotion à propos d'Obama (et du fait que c'etait un bourge avant d'etre un noir)," il y a plus de points communs entre un noir pauvre et un blanc pauvre qu'entre un noir pauvre et un noir riche !"
C'est donc ensemble qu'on va devoir s'élever peu importe notre croyance ou notre couleur de peau pour, comme tu le disait : "créer un parti qui rassemble sous une bannière démocratique tous les "marginalisés" de la République" ! Ca ne sera pas à des musulmans de sauter le pas, mais à des citoyens francais de tous horizons !

Ciao!

PS : fuck le nouvel ordre mondial.

7.Posté par kari le 18/11/2008 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je ne crois pas qu'il ya dix millions de musulman en france?

8.Posté par zimir le 18/11/2008 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour le coup ça sera une loi sur la miction religieuse

9.Posté par A le 18/11/2008 20:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"10 millions de musulmans (je suis surpris par ce chiffre)"
A vrai dire les statistiques religieuses et ethniques sont interdits en France.
Sarko avait estimé à 5%, Le Pen à 9 et d'autres entre tout ça.

Pour revenir aux émissions, il a tout de même existé des reportages de qualité notamment un sur l'amitié judéo-islamique dont certains imams et rabbins figuraient en premier plan pour le rapprochement des vrais croyants.

Si les émissions sont parfois intéressantes, elles sont trop souvent ennuyantes.
Il faut noter que le bouddhisme a lui aussi son émission le dimanche.

L'état n'a pas qu'une politique anti-1-religion mais une politique démagogique de séduction suivant l'interlocuteur en face afin de le rallier à sa cause.

10.Posté par A le 18/11/2008 20:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pardon, pour l'estimation de Sarko c'est pas 5% mais 5 millions... (France continentale).


11.Posté par Mbango le 18/11/2008 21:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La rhétorique du chiffre 10 millions c'est pour susciter la peur au sein de la population :ils sont trop,on les voit partout etc,...Cela ressemble au chiffre que distille W.Bush et les néos-conSionistes comme quoi les musulmans sur la planète dépasse le 1 Milliard etc,etc....Sinon sociologiquement parlant les musulmans représentent une petite minorité autour de laquelle gravite le "reste" qui est abreuvé par la sous culture télévisuelle et le rap des bas fonds.

12.Posté par Tristesse le 18/11/2008 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le moins pire serait d'annuler complètement ces émissions, Maintenant qu'il ont tuer le catholicisme (le dimanche plus d'église... au boulot) désagrégation de la cellule familiale ... reste l'islam ... ça n'est pas les religions leur vrai mobil ... ils espèrent faire de nous de gentils toutous ... ils espèrent nous diviser ...
alors s'il vous plait continuer à aller à l'église le dimanche, que les musulmans continent à pratiquer, continuer surtout à vivre comme vous l'entendez ... jetez vos télés
Quels sont les abrutis qui allument leur télé le dimanche matin pour regarder ces émissions à la con .. déjà que dans la journée c'est insuportable ... la télé n'est plus regardable ...
je ne suis pas croyante, mais l'idée que des gens puissent penser, et vivre différement de moi me séduit beaucoup, soyons ce que nous avons envie d'être et résistons à toutes ces conneries.

13.Posté par Manu le 18/11/2008 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nordine, je salue ici ton commentaire particulièrement remarquable de tolérance et de respect. Je crois moi aussi, que c'est là la seule voie vers l'avenir des peuples et de l'humanité.
Je suis chrétien. Je le dis et l'annonce chaque fois que l'occasion m'en est donnée, mais je ne l'affiche pas car en ce domaine, l'ostentation est à mon sens une provocation et une atteinte à la liberté d'autrui.
Ces "autres" ne sont pas encore suffisamment instruits ni adeptes du libre-arbitre pour ne pas se sentir offensés en croisant dans la rue un crucifix, un voile ou une kippa. N'étant pas instruits, ce qu'ils voient est alors "étrange", l'étrange étant inconnu et l'inconnu dangereux alors il faut se protéger de ce qui est étrange.
Mais si chacun d'entre nous, libre de toute entrave pouvait lever les yeux de son nombril pour regarder l'autre, faire un geste vers l'autre, lui parler, alors l'étrange commencerait à perdre de son étrangeté, la connaissance remplacerait l'ignorance et la confiance terrasserait la peur pour qu'enfin chacun d'entre nous accepte et respecte l'autre dans sa particularité et sa diversité d'homme et de femme libre.
Nous n'en sommes pas là, nous n'y parviendrons peut-être jamais mais je crois que les pratiquants de l'islam devraient, sur cette terre de France, avoir la démarche lumineuse d'abandonner l'ostentation de leurs rites qui en fait les cibles aisées aux artisans de toutes les haines et de cesser de se compter car le "nombre" est une force qui s'opposera toujours à une autre force. Ce n'est pas la voie de la Paix.
Shalom!... Salam!...Salut!

14.Posté par Gilles le 19/11/2008 00:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"jetez vos télés "!
Bravo c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Non pas pour symboliquement se dire qu'on n'en n'est pas l'esclave, mais en faisant un bon gros tas de télés sur la voie publique, on montrera au pouvoir qui est le vrai patron ici, bordel!
Par ailleurs, ceux qui regardent la messe devant leur poste sont aussi "religieux" que les "sportifs" qui regardent le match affalés dans leur canapé. Alors les religieux nous emmerdez pas et allez à la messe ou à la prière comme tout le monde, et les sportifs : hop! au stade! Faites prendre l'air à vos poumons et à vos neurones.

15.Posté par Kalix le 19/11/2008 02:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il semble là, que le dénominateur commun de la problématique se trouve dans cette citation (et faites sautez vos masques svp, dans peu de temps on viendra vous les ôter de gré ou de force !) :

« L'esclave est un homme libre s'il commande à ses appétits. L'homme libre est un esclave s'il court après ses plaisirs. » Ibn Ishaq al-Kindî.

Pour ce qui me concerne, je ne suis l’esclave que du Créateur Unique commun aux trois religions monothéistes. Et je ne serais jamais l’esclave des passions imposées par cette société ingrate et hypocrite… Dieu merci, j’en ai la capacité.

Une telle attitude n’est certes pas donnée à tout le monde, même parmi les croyants. C’est en tout cas, la seule brèche révolutionnaire qui nous reste, qu’on se le dise ! Concernant des forces de rassemblements d’ordre politique, religieux, anarchique ou ce que vous voulez d’autre, c’est complètement illusoire, l’homme du troisième millénaire a atteint un niveau de concupiscence critique et ne se donne pas les moyens de guérir faute de connaissance… Pendant ce temps, les vampires du N.O.M. nous consument à petit feu.

La seule révolution valable qui soit devrait commencer par « jeter ses passions» (pas seulement sa télé) si seulement vous voulez bien l’entendre !

Amicalement.


16.Posté par moi le 19/11/2008 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Des livres,des conférence, site très riche pour savoir......
http://60gp.ovh.net/~yakaasso/yaka/themes/th_connais.php

17.Posté par Thérèse le 19/11/2008 08:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est évident qu'une république qui favorise l'immigration de masse et combat le christianisme depuis 1789 va plutôt favoriser l'islam ou le judaïsme que le catholicisme.
Alors il faut arrêter la parano.
Les francs maçons sont des Anti-christ. Rien qu'à cause de cela toute personne qui ne veut pas du nouvel ordre mondial devrait se tourner vers Jésus Christ.
Il n'y a pas de conversion forcée chez les chrétiens. Rassurez-vous, ce n'est pas comme dans l'Islam. Réfléchissez un peu s'il vous plaît.

18.Posté par Gilles le 19/11/2008 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça tourne franchement au prosélytisme ici ! Et asséné avec un applomb pire que dans les cours de catéchisme, en plus.
On a la trouille pour après sa mort ?

19.Posté par Kalix le 19/11/2008 12:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Thérèse
Cessez votre prosélytisme ! On a pas besoin de ça, et sachez qu’en Islam, il n’y a pas de contrainte, il ne devrait pas y en avoir dans le christianisme, et non plus dans le judaïsme. Lisez en essayant de comprendre cet article --- > ici , si toutefois vos facultés vous le permettent, si vous comprenez, vous aurez fait un pas dans le bon sens à défaut de régresser…

@Gilles
N’ayez pas la peur d’après la mort, les vrais croyants ne l’ont pas, si vous êtes athée, il n’est jamais trop tard de chercher le pourquoi…

Amicalement.

20.Posté par Gilles le 19/11/2008 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mon message concerne Kalix également

21.Posté par loup bave vite le 19/11/2008 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le dynamisme de l’Islam a constitué une concurrence religieuse vitale pour l’Eglise de Rome, liée par un accord politico-militaire avec des tribus germaniques franques. Aussi après la défaite des ennemis germains des Francs, les Wisigoths et autres, de religion chrétienne, mais du schisme arianique, l’Église romaine et l’État français se sont occupés de la liquidation de la religion musulmane qui si elle avait prospéré aurait vidé de son contenu l’accord « Église-Pouvoir franc » et aurait changé la nature du jeune État français naissant.

Ceci s'appelle faux et usage de faux étant donné que les invasions et civilisations des Wisigoths et des Francs précédent la tentative de conquête musulmane. Jugez plutôt à partir de ce résumé de l'empire Wisigoths sur le site encarta.

Résultats avec Windows Live® SearchWisigoths - Wikipédia
Les Wisigoths (en allemand Westgoten, ou Goths de l'Ouest, ou encore Tervinges) étaient un peuple germanique d'origine scandinave, issu de la Suède méridionale et incorporé ...

Wisigoths
Présentation de l'histoire des Wisigoths sous forme d'une chronologie. ... Chronologie des Wisigoths. 239 Incursion des Wisigoths dans l'empire romain.

507 les Wisigoths
La vie et le rhgne du premier roi Franc chrhtien CLOVIS Ier (466-511) son hiritage , ses batailles , son mariage , son bapthme , et le partage de son royaume ` ses 4 fils

Afficher tous les résultats dans le contenu
Résultats avec Windows Live® SearchWisigoths
Article
Rechercher dans tout le texte de l'article | Afficher cet article au format imprimable | Envoyer
Médias

2 éléments
Wisigoths (« Goths sages ou vaillants »), peuple germanique, du groupe des Goths, qui apparaît entre le Danube et le Dniepr au IIIe siècle apr. J.-C.

Selon Pline l’Ancien, les Wisigoths sont originaires d’une région à l’ouest de la mer Baltique. Grands cavaliers, ils conservent la structure sociale des Indo-Européens. Sous le règne de l’empereur Aurélien (270-275), ils s’installent au sud-est, en Dacie. Au IVe siècle, ils sont convertis à l’arianisme par Ulfilas, consacré évêque des Goths en 341. Sous la pression des Huns au cours de la seconde moitié du IVe siècle, les Wisigoths ont été autorisés par l’empereur Valens à s’installer, en 376, à l’intérieur de l’Empire romain, dans la péninsule des Balkans, en Thrace. Mais une révolte des Wisigoths défait les Romains et se conclut, le 9 août 378, par la mort de Valens près d’Andrinople (actuelle Edirne). Après une courte paix, les Wisigoths, commandés par Alaric Ier, envahissent l’Italie en 401 et mettent Rome à sac en 410. Ils deviennent ensuite les alliés officiels de Rome chassant, pour Honorius, les Vandales, les Alains et les Suèves de la péninsule Ibérique. L’empereur romain Constance III leur concède, en 418, un royaume en Aquitaine, avec pour capitale Toulouse.

Théodoric Ier participe à la victoire romaine sur Attila lors de la bataille des champs Catalauniques (451), où il trouve la mort. Euric (466-484) règne sur les Wisigoths en roi indépendant, introduisant plusieurs éléments du droit et de la culture romaine, et agrandit son royaume du sud de l’Espagne à la Loire. Son successeur, Alaric II, introduit le fameux bréviaire d’Alaric. En 507, il est vaincu et tué par Clovis Ier, roi des Francs, lors de la bataille de Vouillé. Les Wisigoths évacuent alors la Gaule pour se réfugier en Espagne et en Septimanie. Ils font de Tolède leur capitale, après avoir cédé l’Andalousie aux Byzantins, vers 556. L’unité politique est obtenue par Leovigild avec la conquête du royaume des Suèves (585). En 589, le roi wisigoth Recarède Ier se convertit au catholicisme, mettant un terme aux querelles religieuses. Le roi Receswinthe (653-672) promulgue un code pour tous ses sujets aussi bien goths qu’hispano-romains. En 711, les Maures d’Afrique du Nord envahissent l’Espagne. À la mort de leur dernier roi, Rodrigue ou Rodéric, défait à la bataille de Jerez de la Frontera par les armées de Tariq Ibn Ziyad (711), alors que leur pays est sous la férule musulmane, une partie des Wisigoths se retranche au nord, dans les montagnes du pays des Asturies.

Les Wisigoths produisent un art distinctif, combinant l’habileté germanique dans le travail du métal avec les formes classiques et chrétiennes. L’exemple le plus célèbre est la couronne du roi Receswinthe (aujourd’hui au Musée archéologique de Madrid), datant du VIIe siècle.

Rechercher dans tout le texte de l'article
Afficher cet article au format imprimable
Envoyer



Comment citer cet article :
"Wisigoths" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
© 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Quant à la baignoire offerte par le Sultan à Louis XIV, si mes souvenirs sont bons, elle a été inventée à la fin du XVIIIème, début XIXème, c'était toute une révolution au palais quand Napoléon se baignait dans une espèce de truc qui ressemblait plus à un sabot qu' à une grande vasque dans laquelle je me prélasse, si certains ont les méditations transcendantales, les miennes sont plutôt subaquatiques, j'aime faire le poisson en rêvant d'être un oiseau. Qu'est-ce que vous voulez humaine trop humaine, un paradoxe sur pattes, oui car je suis un poisson bipéde et pourtant je ne suis pas homosexuelle enfin pas encore mais ça ne saurait tarder. C'est pas de ma faute, c'est la faute au B.CG. ma cuti elle a virée : si-si !!!

Par ailleurs, si c'est ça être musulman, mentir comme un sioniste, comme un arracheur de dents nous sommes fiers d'être mais créants, on a l'air un peu moins cons tout à coup n'est-ce pas mon bon vieux Gilles ?


22.Posté par Kalix le 20/11/2008 01:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C’est pitoyable ! Tu viens de prouver l’extrême confusion qui règne dans ton esprit !
Je ne réponds pas, je laisserai le soin à notre ami Gilles de confirmer tes propos s’il en a le courage ! Juste une citation pour peu que tu saches encore lire :

« La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque.»
Albert Einstein.

23.Posté par redk le 20/11/2008 02:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi faut-il que Dieu devienne le souffre-douleur de tous les aveugles de la terre, de tous les ingrats de la terre, de tous les apprentis agnostiques ou athées de la terre, de tous ces grands humanistes de la terre? Ce phénomène est mondial.

Bref, on s’occupe comme on peut, surtout “à éduquer cette pauvre masse populaire qui, c’est à peine croyable à l’aube du XXIème siècle, croit encore en une force divine…en un Dieu.”
Il se trouve que j’en fais partie…
Et si ces grands messieurs veulent bien, j’aimerai pouvoir, au nom de tous ceux qui se sentent insultés par leurs critiques, par la présente, leur répondre, ou leur apporter, sans exclusive, des éléments, non-exhaustifs, de réponse.
Je n’ai pas pour habitude, ni pour vocation, de répondre aux piqûres de tous les moustiques de la terre, mais lorsque le vide logique se conjugue avec le vide idéologique pour se présenter aux lecteurs des médias comme un idéal de pensée rationnelle et…scientifique; lorsqu’en plus c’est répétitif, alors agir devient mesure de salubrité publique. Le religieux, eux, croyaient qu’on l’avait “géré”, or à leur éternel désespoir, ce fait s’affirme davantage chaque jour!
Dans ce monde spirituellement vide, être croyant dérange. Cela dérange tout et tous. Y compris “les agnostiques” de service qui ont tout compris.
Dans leurs grandes modesties, leurs compétences fort éclectiques, décidément, embrasent et transcendent sciences et religions.
Et, des fois, ils daignent descendre de leur piédestal “agnostique” pour jeter à tous ceux qui croient en Dieu des miettes de leur Savoir infini.
Tel un opportuniste profitant des méandres de l’actualité, surtout si morbide, comme mise en scène pour insulter les croyants: ils apostrophent les uns en “prouvant” l’antinomie Religions/Sciences, insultent les autres (“cocus” de Dieu), nous ressortent les clichés fanés de Religion-Opium du peuple, ou encore s’emplissent de compassion douteuse pour les pauvres bougres qui se prosternent devant leur Créateur, ou qui acceptent l’Omniscience de Dieu .

Assommant les croyants de questions qu’ils veulent, ou croient, pertinentes, mais qui ne reflètent en fait que les interrogations de bouffon du roi, ou, sérieusement, leurs interventions illustrent leur faillite intellectuelle devant la tâche d’expliquer ou de rationnaliser leur doctrine agnostique.

Tous examinent des cas de persécution des scientifiques par l’Église, et concluent d’une manière incohérente et inattendue sur TOUTES les religions.
Faire cela c’est argumenter avec des données de Pierre et conclure sur Paul, Jacques et André! Cela fait peu sérieux.
Populisme démaguogue…

L’Islam n’a jamais persécuté les savants, mais toujours encouragé la recherche du savoir et de toutes sciences. Les travaux des chercheurs arabes furent les nourrices de la Renaissance.
À savoir…

Ils prônent l’évolution des espèces, thèse chère à Darwin et autres récents Monod ou Changeux.
Sachant qu’à l’échelle du temps le présent n’existe pas, il n’est que la limite entre le passé et le futur, je leur prie de m’indiquer UNE seule, pas deux, espèce animale en voie d’évolution vers une autre espèce: ç.à.d. un poisson ayant des mini pattes et un poumon embryonnaire par ex.? Si on ne le peut, alors contentons-nous de n’émettre, comme Darwin lui-même l’avait fait, que des hypothèses bien humbles.

Qu’est-ce donc que l’agnosticisme?
Sûrement pas cette logique fermée et l'arrogance qu'ils arborent.
L’agnosticisme est par essence un écart à la science: c’est un à priori reniant par définition l’absolu et toute métaphysique.
Ainsi on nous déclare que l’attitude des croyants “efface d’un revers de bras toute la démarche scientifique”.
Il convient que chacun balaye devant sa porte!
Quand les agnostiques déclarent que nous ne pouvons rien savoir avec certitude de ce qui dépasse notre entendement et perception sensorielle, les agnostiques ne font, en fait, qu’affirmer qu’il n’y probablement pas de réalité au-delà, rejoignant ainsi les thèses athées.
C’est pourquoi, bien que des différences dialectiques existent entre ces deux notions, les similitudes l’emportent, aussi par concision, je m’adresse ici aux deux catégories de personnes.

Selon leur logique respective - seules nos perceptions sensorielles nous permettent d’appréhender la réalité, seule existante, car seule perceptible.
C’est une position sans justification intellectuelle, car tout au plus peut-elle induire qu’il n’est pas possible d’établir une quelconque probabilité d’une réalité extra-sensorielle. Mais c’est tout.
Donc les limites de ce que nous pouvons voir, sentir, toucher, ne sont pas les limites de la réalité, mais les limites de notre perception.
L’Histoire regorgent d’exemples bousculant cette thèse.
Je n’en veux pour preuve que les ondes, radioélectriques, infrasons et ultrasons, infrarouge et ultra-violet, toutes des découvertes récentes à l’échelle de l’humanité.
Mais d’autres exemples existent.
Car, quelle sera la prochaine découverte qui engendrera une nouvelle réalité?
Ou maintiendrait-on que le dieu-Sciences ou le “Scientisme”, croyance des incroyants, religion des “non-religieux”, ait déjà dévoilé tous les secrets de l’être humain, de la nature, de l’Univers?
Que donc ce dernier est ainsi figé parce que nos perceptions sont limitées?
Bien sûr que non!

Au lieu d’être impressionnés par notre impuissance à établir avec certitude les limites de la réalité - toutes nouveautés apportant une nouvelle réalité, certains persistent dans un nombrilisme aigu, troquant une humble dignité à un orgueil stupide, au prix de pires contorsions intellectuelles.
Ce qui leur semble de l’audace toute “chée-bran”, n’est qu’autosuffisance béate, et nue arrogance.
Voilà comment, d’une simple et honnête hypothèse de travail, l’athéisme devient axiomatique!

La mécanique quantique, qui a bouleversé la représentation du monde microscopique, nous a appris que sans le langage elle n’aurait pu exister. En effet, nous ne pouvons formuler (comme notions) que ce que nous pouvons penser, et nous ne pouvons penser que ce que nous pouvons formuler.
En effet ces deux activités gravitent exclusivement autour de la “réalité”, elle-même communiquée par nos perceptions sensorielles.
Le cercle est ainsi bouclé.
Par le même raisonnement, quelle est donc cette logique agnostique qui veut que la réalité soit ainsi bridée par l’impuissance de nos sens ou sciences?
Est-ce peut-être le même postulat réducteur qui leur fait dire que la foi en Dieu viole la pensée sereine, tandis que l’agnosticisme, “noble”, ne voilerait pas la raison!

On comprend ainsi mieux qu’ils puissent être enclin à envier jalousement la sérénité de certains gens de foi face aux épreuves de la vie.

Je veux bien, libre expression oblige, que les uns ou les autres s’arrogent le rôle “vigilant” de chien de garde de l’athéisme, quitte à s’acharner sur le malheur des autres (en substance: “si votre dieu existait, il vous en aurait protégé”).
L’athéisme des uns peut, en effet, générer une transcendance de la foi des autres, une purification.
Mais de grâce, qu’il se manifeste à visage découvert, sans le fard usurpé de la science, sans le couvert de l’humaniste affecté, enfin, sans le voile d’une logique de parade.
Cet athéisme là en devient progressiste et intolérant.

Il n’aura de dignité non lorsqu’il bafoue ou insulte, mais lorsqu’il respectera la foi et la conviction d’autrui.

“Un misérable mortel conscient”!!!!

24.Posté par Kalix le 20/11/2008 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Redk ! très beau et très vrai. Te demande permission pour publier cette superbe lettre sur mon blog ? quel serait le titre ?

25.Posté par Gilles le 20/11/2008 22:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ redk: "la sérénité de certains gens de foi":
par quel postulat peut on définir cette "sérénité"? L'observation du quidam en lévitation transcendentale? Ha ha. Oui tu as parfaitement raison, il faut voir comment les bouddhistes sont experts en ce moyen! Un détachement des réalités qu'on leur envierait presque.
Et le lavage de cerveau, n'est-ce pas un thème que tu as oublié de mentionner?
Désolé si je n'écris pas 3 tonnes de commentaires en réponse, car je ne pense pas que ce soit très utile.

26.Posté par Kalix le 21/11/2008 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Gilles
"On a la trouille pour après sa mort ?"
Par quel postulat peut on définir cette certitude du néant post mortel ? Par un esprit vide de raisonnement ? Par une complaisance égoïste et ingrate à son moi ?
Même un indigène a une capacité de raisonnement suffisante pour concevoir un au delà. Seuls les ingrats dénués de conscience sont suffisamment bête et méchant pour penser que tout leur est acquis... Ils ne font d'ailleurs qu'augmenter leur servilité qui profite aux élites dirigeantes... C'est pas utile de s étaler dans un débat avec des aveugles...

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires