Géopolitique et stratégie

Le "génie" stratégique de l’entité sioniste



Jeudi 29 Janvier 2009

Le "génie" stratégique de l’entité sioniste
Loin de la mythomanie qui caractérise beaucoup de partisans de l'entité sioniste, terre des miracles en tous genres, Stephen M. Walt dresse un état des lieux sans fards de la pensée et des réalisations stratégiques des dirigeants sionistes.

L'agression contre Gaza n'est que le dernier exemple de ce qu'il considère comme l'échec des stratégies sionistes, constat d'autant plus intéressant qu'il a écrit les lignes que je vous propose avant même la proclamation d'un cessez-le-feu unilatéral par les terroristes sionistes.

L'article parle de lui-même tant il est clair et argumenté ; des liens dont certains figurent dans la traduction permettent d'ailleurs de vérifier la pertinence du raisonnement de l'auteur.

Et n'allez pas croire que Stephen M. Walt est hostile à l'entité sioniste. Il cherche en réalité à protéger cette dernière contre elle-même et se désespère de voir que les USA, son pays, ne trouvent rien de mieux à faire que d'encourager les sionistes dans leur course vers le précipice. Et l'avènement d'Obama au pouvoir n'a semble-t-il pas provoqué en lui un regain d'optimisme. Il est également soucieux des intérêts de son propre pays qui lui semblent mis en cause par le soutien réflexe des diverses administrations aux actions, sensées ou non, de la bande qui sévit à Tel Aviv.

Stephen M. Walt dit craindre pour la « démocratie » sioniste. On lui posera quand même la question de savoir s'il craignait pour la démocratie de Pretoria avant la fin de l'apartheid.

Ceci dit, ce texte est d'un grand intérêt et met la situation actuelle en perspective avec le passé et l'avenir que Stephen M. Walt voit se dessiner pour l'entité.

Le mythe du génie stratégique d'Israël

Foreign Policy (USA) 19 janvier 2009 traduit de l'anglais par Djazaïri

Beaucoup de partisans d'Israël ne critiqueront pas son comportement, même lorsqu'il se fourvoie dans des opérations brutales comme l'attaque récente contre Gaza. En plus de leur hésitation compréhensible à dire quoi que ce soit susceptible d'aider les ennemis d'Israël, cette tendance est partiellement fondée sur la croyance que les responsables politiques et militaires d'Israël sont des stratèges exceptionnellement habiles et réfléchis qui comprennent leur environnement menaçant et ont toute une histoire de victoires contre leurs adversaires. Si c'est le cas, alors il n'est guère judicieux que des tiers se posent des questions sur leurs démarches.

Cette image du génie stratégique israélien a été cultivée par les Israéliens au fils des ans et semble être un article de foi pour les néoconservateurs et d'autres partisans extrémistes d'Israël aux Etats-Unis. Elle cadre également très bien à l'image fausse mais populaire de l'Israël comme éternel David faisant face à un Goliath arabe d'apparence indistincte ; selon cette représentation, seuls de brillants stratèges brillants ont pu être capables de toujours l'emporter sur des armées arabes supposées formidables et coalisées contre eux.

L'idée que les Israéliens possèdent un sens unique de la stratégie renvoie assurément à un certain nombre de prouesses militaires effectives, dont les victoires décisives dans la guerre d'indépendance de 1948, la conquête éclair du Sinaï en 1956, la capture très risquée d'Adolf Eichmann en 1960, le triomphe israélien stupéfiant au début de la guerre des six jours en 1967, et l'audacieuse libération d'otages à Entebbe en 1976.

Ces réussites tactiques s'insèrent cependant dans un cadre plus large, et ce cadre n'a rien de reluisant. Israël a également perdu plusieurs guerres dans le passé -- aucune d'entre elles n'était décisive naturellement -- et sa capacité d'employer la force pour atteindre les objectifs stratégiques les plus importants a diminué sensiblement avec le temps. C'est pourquoi les Israéliens parlent fréquemment de la nécessité de reconstituer leur «dissuasion» ; ils se rendent compte que les succès tactiques occasionnels n'ont pas amené d'améliorations à long terme de leur situation sécuritaire globale. L'attaque sur Gaza est simplement la dernière illustration de cette tendance inquiétante.

Que montrent les données ?

En 1956, Israël, la Grande-Bretagne et la France, avaient passé un accord stupide pour s'emparer du canal de Suez et renverser le régime de Nasser en Egypte. (C'était après qu'une incursion israélienne contre un camp militaire égyptien à Gaza ait fini de convaincre Nasser de se procurer des armes en Union Soviétique). Initialement, le premier ministre David Ben-Gourion espérait qu'on permettrait à Israël de conquérir et d'annexer la Cisjordanie, des parties du Sinaï, et des parties du Liban, mais la Grande-Bretagne et la France avaient vite écarté cette idée. L'attaque qui suivit fut un succès militaire mais un échec stratégique : les envahisseurs furent forcés de restituer les terres qu'ils avaient conquises tandis que le prestige de Nasser s'accroissait dans son pays et dans le monde arabe, alimentant le radicalisme et aiguisant les sentiments anti-israéliens dans toute la région. L'épisode avait amené Ben-Gourion à conclure qu'Israël devrait renoncer à d'autres tentatives de repousser ses frontières – c'est pourquoi il était opposé à la prise de la Cisjordanie en 1967 -- mais ses successeurs n'ont pas suivi son sage conseil.

Dix ans plus tard, les politiques agressives d'Israël envers la Syrie et la Jordanie contribuèrent à précipiter la crise qui aboutit à la Guerre des six jours. Les gouvernements de l'Egypte, de la Syrie, de l'URSS et des Etats-Unis ont également de lourdes responsabilités pour cette guerre, bien que ce soient les responsables Israéliens qui choisirent de la commencer, quoiqu'ils aient reconnu que leurs ennemis arabes savaient être incapables de surclasser l'armée israélienne et n'avaient pas l'intention d'attaquer Israël. Plus important, après s'être emparés de la Cisjordanie, du plateau du Golan et de la bande de Gaza pendant la guerre, les chefs israéliens ont décidé de commencer à construire des colonies et de les incorporer par la suite au «Grand Israël. » Ainsi, 1967 marque le début des projets d'implantations de colonies par Israël, une décision que même quelqu'un aussi bien disposé envers Israël que Leon Wieseltier avait qualifiée de « gaffe morale et stratégique de niveau historique». De façon remarquable, cette décision importante n'a jamais a été ouvertement discutée dans la classe politique israélienne.

Les forces israéliennes occupant la péninsule du Sinaï, l'Egypte a lancé ce qu'elle appelait la guerre d'usure en octobre 1968 afin d'essayer de la récupérer. Le résultat fut un match nul sur le champ de bataille et les deux côtés conclurent par la suite un accord de cessez-le-feu en août 1970. Cette guerre fut cependant un échec stratégique pour Israël parce que l'Egypte et son parrain soviétique profitèrent du cessez-le-feu pour mettre en place un bouclier de missiles le long du canal de Suez de sorte à protéger les troupes égyptiennes si elles attaquaient à travers le canal pour reprendre le Sinaï. Les chefs américains et israéliens n'avaient pas perçu cette évolution importante dans l'équilibre des forces entre Israël et l'Egypte et restaient convaincus que l'Egypte ne disposait d'aucune option militaire. En conséquence, ils ignorèrent les ouvertures du président Egyptien Anouar es Sadate et ne lui laissèrent guère d'autre choix que d'employer la force pour essayer de déloger Israël du Sinaï. A l'époque, Israël n'avait pas détecté la mobilisation de l'Egypte et de la Syrie du début octobre 1973 fut victime d'une des attaques surprise les plus réussies de l'histoire militaire. L'armée israélienne s'est par la suite mobilisée et a triomphé, mais le coût de cette guerre qui aurait facilement pu être évitée fut élevé.

L'énorme faux pas israélien qui suivra sera l'invasion du Liban en 1982. L'invasion était une idée personnelle du ministre de la défense Ariel Sharon, un faucon, qui avait concocté un plan grandiose visant à détruire l'OLP, à avoir les mains libres pour incorporer la Cisjordanie dans le « Grand Israël » et à faire de la Jordanie un Etat palestinien. Ce fut une grave faute stratégique : la direction de l'OLP échappa à la destruction et le bombardement de Beyrouth par Israël ainsi que sa complicité dans les massacres de Sabra et Chatila furent largement et à juste titre condamnés. Et après avoir été d'abord accueillis comme des libérateurs par la population chiite du sud Liban, la longueur et la dureté de l'occupation israélienne favorisèrent l'émergence du Hezbollah qui devint rapidement un formidable adversaire ainsi qu'une porte d'entrée pour l'influence iranienne à la frontière nord d'Israël. Israël fut incapable de vaincre le Hezbollah et finit par retirer ses troupes du Liban en 2000, chassée en réalité par la résistance de plus en plus efficace du Hezbollah. L'invasion du Liban non seulement ne permit pas de résoudre le problème d'Israël avec les Palestiniens, mais elle lui créa un nouvel ennemi qui menace Israël aujourd'hui.

A la fin des années 1980, Israël avait encouragé le renforcement du Hamas – oui, la même organisation que l'armée israélienne cherche actuellement à détruire – dans le cadre de son effort de longue haleine pour affaiblir Yasser Arafat et le Fatah et entretenir la division chez les Palestiniens. Cette décision a eu également son revers car Arafat a finalement reconnu Israël et accepté de négocier une solution à deux Etats, au moment où le Hamas émergeait comme un nouvel adversaire dangereux qui refusait de reconnaître l'existence d'Israël et de vivre en paix avec l'Etat juif.

La signature des accords d'Oslo en 1993 offrit une chance sans précédent de mettre fin une fois pour toutes au conflit israélo-palestinien, mais les dirigeants Israéliens ne surent pas saisir cette opportunité. Les premiers ministres Yitzhak Rabin, Shimon Peres, et Benjamin Netanyahu refusèrent tous d'avaliser l'idée d'un Etat palestinien – même Rabin n'a jamais parlé publiquement de permettre aux Palestiniens d'avoir leur propre Etat – et l'offre tardive d'un Etat faite par Ehoud Barak au sommet de Camp David en 2000 n'allait pas assez loin. En tant que ministre des affaires étrangères d'Ehoud Barak, Shlomo Ben-Ami admettra plus tard, « si j'étais Palestinien, j'aurais aussi rejeté Camp David.» Entre temps, le nombre de colons en Cisjordanie avait doublé pendant la période des accords d'Oslo (1993-2001), et les Israéliens ont construit plus de 250 miles de routes [interdites aux Palestiniens] en Cisjordanie. Début 2000, Barak fit aussi capoter un traité de paix avec la Syrie qui semblait abouti du moins aux yeux du président Bill Clinton qui avait contribué à le façonner. Mais quand les sondages laissèrent entendre que l'opinion israélienne pourrait ne pas soutenir l'accord, le premier ministre Israélien devint frileux et les discussions cessèrent.

Plus récemment, les USA ont fait ensemble de mauvais calculs. Après le 11 septembre, les néoconservateurs aux USA qui poussaient à la guerre contre l'Irak dès 1988, étaient parvenus à convaincre le président Bush d'attaquer l'Irak dans le cadre d'une stratégie plus large de « transformation régionale. » Les officiels Israéliens étaient initialement opposés à ce projet car ils voulaient que Washington s'en prenne à l'Iran à la place, mais quand ils comprirent que l'Iran et la Syrie suivaient sur la liste des cibles de l'administration, ils soutinrent ce plan avec enthousiasme. De fait, des personnalités Israéliennes importantes comme Ehoud Barak, Benjamin Netanyahu et le ministre des affaires étrangères de l'époque Shimon Peres aidèrent à vendre la guerre aux Etats-Unis tandis que le premier ministre Ariel Sharon mettait la pression sur Washington pour éviter que Bush ne se dégonfle et laisse Saddam [Hussein] en place. Le résultat ? Un bourbier ruineux pur les Etats Unis et un très net renforcement du rôle stratégique de l'Iran. Inutile de dire que ces évolutions n'étaient guère dans l'intérêt stratégique d'Israël.

L'initiative ratée suivante fut la décision du premier ministre de l'époque Ariel Sharon d'évacuer unilatéralement tous les colons Israéliens de la bande de Gaza en août 2005. Même si Israël et ses partisans en Occident ont décrit cette décision comme un geste de paix, cet « unilatéralisme » faisait en réalité partie d'une démarche plus large pour torpiller ce qu'on a appelé la « feuille de route,» geler le processus de paix et consolider le contrôle israélien sur la Cisjordanie, reportant ainsi «indéfiniment» la perspective d'un Etat palestinien. Le retrait fut réussi, mais la manœuvre de Sharon pour imposer les termes de la paix aux Palestiniens échoua complètement. Assiégés par les Israéliens, les Palestiniens de Gaza commencèrent à tirer à la roquette et au mortier sur les villes israéliennes voisines, puis le Hamas remporta les élections législatives palestiniennes de janvier 2006. Cet événement reflétait sa popularité croissante face à un Fatah corrompu et à la poursuite de l'occupation de la Cisjordanie par Israël, mais Jérusalem et Washington refusèrent d'accepter le résultat du scrutin et décidèrent de renverser le Hamas. Ce fut encore une erreur de plus : le Hamas expulsera finalement le Fatah de Gaza et sa popularité n'a cessé de croître.

La guerre du Liban de l'été 2006 a très nettement révélé les déficiences de la pensée stratégique israélienne. Un raid transfrontalier du Hezbollah provoqua une offensive israélienne visant à détruire l'important arsenal balistique du Hezbollah et à contraindre le gouvernement libanais à se retourner contre le Hezbollah. Cependant, indépendamment de la pertinence de ces objectifs, la stratégie israélienne était vouée à l'échec. Les frappes aériennes furent incapables d'éliminer un arsenal du Hezbollah bien caché et le bombardement de zones civiles au Liban ne fit que susciter plus de colère contre Israël et rehausser l'opinion sur le Hezbollah dans la population libanaise ainsi que dans le monde arabe et islamique. Une offensive terrestre tardive ne parvint pas plus à résoudre le problème étant donné que l'armée israélienne pouvait difficilement accomplir en quelques semaines ce qu'elle avait échoué à faire entre 1982 et 2000. De plus l'offensive israélienne était mal préparée et médiocrement exécutée. Il était également stupide de penser qu'un gouvernement central libanais fragile aurait pu mettre au pas le Hezbollah ; si cela avait été possible, les autorités de Beyrouth l'auraient fait depuis longtemps. Il n'est pas surprenant que la commission Winograd (commission officielle constituée pour examiner la conduite de la guerre par Israël) ait critiqué sévèrement les dirigeants Israéliens pour leurs multiples erreurs stratégiques.

Finalement, c'est la même myopie stratégique qui apparait dans l'attaque contre Gaza. Les dirigeants Israéliens avaient annoncé initialement que leur but était d'infliger suffisamment de dommages au Hamas afin qu'il ne soit plus en mesure de menacer Israël avec ses tirs de roquettes. Mais ils concèdent maintenant que le Hamas ne sera ni détruit ni désarmé par leurs attaques et disent plutôt qu'un contrôle plus important empêchera l'entrée clandestine à Gaza de pièces constitutives des roquettes ainsi que d'autres armes. C'est cependant un vœu pieux. Au moment où j'écris ces lignes, le Hamas n'a pas accepté de cessez-le-feu et continue à tirer des roquettes ; même s'il acceptait bientôt un cessez-le-feu, les tirs de roquettes et de mortiers reprendront nécessairement à l'avenir. Pour couronner le tout, l'image d'Israël dans le monde a pris un sacré coup, le Hamas est probablement encore plus populaire et des dirigeants modérés comme Mahmoud Abbas ont été largement discrédités. Une solution à deux Etats – qui est essentielle si Israël veut rester juive et démocratique et éviter de devenir un Etat d'apartheid – est plus éloignée que jamais. La performance de l'armée israélienne a été meilleure à Gaza qu'au Liban, surtout parce que le Hamas n'est pas un ennemi aussi redoutable que le Hezbollah. Mais ça n'a pas d'importance : la guerre contre le Hamas reste un échec stratégique. Et avoir infligé un tel carnage aux Palestiniens sans gain stratégique durable est particulièrement répréhensible.

Dans pratiquement tous ces épisodes – particulièrement ceux d'après 1982 – la supériorité de la puissance militaire israélienne a été utilisée de manières qui n'ont pas amélioré son positionnement stratégique. Compte tenu de ce bilan bien terne, il n'y a donc aucune raison de penser qu'Israël dispose de stratèges hors pair ou de décideurs en matière de sécurité nationale qui procèdent régulièrement des choix judicieux et à long terme. En fait, ce qui est le plus remarquable avec Israël, c'est de voir à quel point les architectes de ces désastres – Barak, Olmert, Sharon et peut-être Netanyahu – ne sont pas écartés de leurs rôles dirigeants mais se voient au contraire offrir une nouvelle chance de répéter leurs erreurs. Où est la responsabilité dans le système politique israélien ?

Certes, aucun pays n'est à l'abri de la folie et les adversaires d'Israël ont commis de nombreux actes répréhensibles et fait eux-mêmes de nombreuses erreurs. L'Egypte de Nasser avait joué avec le feu en 1967 et en avait été gravement brûlée ; la décision du roi Hussein de participer à la guerre des six jours fut une bévue catastrophique qui coûta à la Jordanie Jérusalem Est et la Cisjordanie ; et les dirigeants Palestiniens firent de mauvais calculs et commirent bien souvent des actes brutaux et injustifiables. Les Américains firent de graves erreurs au Vietnam et plus récemment en Irak, les Français se trompèrent complètement en Indochine et en Algérie, les Britanniques échouèrent à Suez et à Gallipoli, et les Soviétiques furent sévèrement défaits en Afghanistan. A cet égard, Israël n'est pas différent d'Etats plus puissants : parfois il fait des choses admirables et sages et d'autres fois il suit des politiques qui sont stupides et cruelles.

La morale de cette histoire est qu'il n'y a aucune raison de penser qu'Israël a toujours bien conçu ses stratégies pour gérer les problèmes auxquels il est confronté. En fait, le niveau du raisonnement stratégique d'Israël semble avoir beaucoup baissé depuis les années 1970 – à commencer par l'invasion du Liban en 1982 – peut-être parce que le soutien inconditionnel des Etats-Unis a contribué à couper Israël de certains coûts liés à ses actions, lui rendant plus facile de se laisser aller à ses illusions stratégiques et à ses fantasmagories idéologiques. Compte tenu de cette réalité, les amis d'Israël – Juifs comme Gentils – n'ont aucune raison de rester silencieux quand il décide de poursuivre une politique stupide. Et compte tenu que nos « relations spéciales » avec Israël signifient que les Etats-Unis sont invariablement associés aux actions de Jérusalem, les Américains ne devraient pas hésiter à donner de la voix pour critiquer Israël quand il agit d'une manière qui n'est pas dans l'intérêt national des Etats-Unis.

Ceux qui refusent de critiquer Israël même quand il agit stupidement pensent sûrement qu'ils aident l'Etat juif. Ils ont tort. En fait, ce sont de faux amis car leur silence, ou pire leur soutien automatique, ne font simplement qu'encourager Israël à persévérer dans un cours potentiellement désastreux. En ce moment, Israël devrait écouter des conseils honnêtes et le véritable bon sens voudrait que son allié le plus proche soit capable de les lui prodiguer. Dans l'idéal, le conseil devrait émaner du président, du secrétaire d'Etat et de membres influents du Congrès – qui s'exprimeraient aussi ouvertement que certains politiciens le font dans d'autres démocraties. Mais il est improbable que cela se produise parce que les partisans d'Israël font en sorte qu'il soit impossible à Washington que de soutenir de manière réflexe les actions d'Israël, qu'elles soient sensées ou non. Et ces jours-ci, elles sont rarement sensées.

http://mounadil.blogspot.com/ http://mounadil.blogspot.com/



Jeudi 29 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par PREDICATEUR le 30/01/2009 10:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les anges exterminateurs sont de retours sur terre :

tuer femmes, enfants, vieillards, résistants, bruler les animaux, souiller les rivières, déchirer le ciel, éventrer
la nature !

Protocolistes, rien n'absoudra vos crimes !

rien n'effacera la marque que vous portez !

aucun châtiment ne sera assez grand pour vous !

vous êtes le rappel du Diable à la race Humaine

2.Posté par Intellecterroriste le 30/01/2009 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que de haine! Du prédicat sur un site d'information... Et on se demande pourquoi le monde part en vrille...

3.Posté par PREDICATEUR le 30/01/2009 11:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'entends que des crimes sont commis au nom d'un état religieux qui écrase les peuples de la région depuis 1948 !
je vois des cadavres d'enfants déchiquetés, pissant du sang par les yeux ...

j'entends dans mon pays que les victimes palestiniennes sont accusées de porter une 'responsabilité ECRASANTE' !
Je vois que je ne suis qu'un petit citoyen de rien du tout confronté à la sauvagerie israélienne et la complicité de leurs agents dans nos pays.

alors pour ne pas sombrer, je regarde au plus profond de moi !
et j'y vois la nécessité de combattre le mal, par le bien, comme avant nous JESUS ou MAHOMET

Mais je n'ai AUCUNE HAINE, juste la volonté de défendre le BIEN contre le MAL, c'est notre devoir a tous .........


4.Posté par Intellecterroriste le 30/01/2009 11:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah! Alors là je te suis parfaitement, je pensais que toi aussi te laissais aller à la légendaire "marque...", et à toutes ces rumeurs dangereuses pour l'âme et l'esprit!

Une chose sur laquelle je suis en désaccord, les massacres ont commencé dès les années 1880...

Amicalement

5.Posté par Abdelghani le 30/01/2009 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il ne faut pas confondre la rage et la colère avec la haine !

Devant tant d'injustice et de déni de droits légitimes... il ne nous reste que la rage et la colère que nous ne pouvons exprimer que par nos écrits !

La haine est visible dans les yeux et le regard de l'ennemi !

N'oublions jamais que nos ennemis sont les maîtres de la désinformation !

6.Posté par Abdelkader17 le 30/01/2009 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jerusalem n'est pas la capitale d'israel
L'État d'Israël a proclamé Jérusalem unifiée comme étant sa « capitale éternelle ». Cette désignation n'est pas reconnue par la communauté internationale.
remarquez que tous les journalistes même Français tentent de faire passer cette escroquerie dans les esprits soyons vigilants.
Tel Aviv est la capitale de l'etat usurpateur sioniste.

7.Posté par Intellecterroriste le 30/01/2009 13:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Militons contre les ADM, "Armes de Désinformation Massive"

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires