ALTER INFO

Le général derrière le rideau


Dans la même rubrique:
< >


xymphora
Lundi 9 Avril 2007

Xymphora, le 8 avril 2007


​​​​Je pense que l'histoire de la réécriture [*] est extrêmement importante, et qu'elle ne suscitera pas l'attention qu'elle mérite. Ce type de contrôle militaire des médias dominants se produit sans aucun doute à toute heure (et c'est l'un des points clefs particuliers à une dictature militaire telle que les États-Unis), mais il faut un concours de circonstances très rare pour qu'il devienne aussi évident :


1. Un porte-parole du Pentagone doit déraper, c'est-à-dire, dire la vérité, et déclarer quelque chose en dehors des compétences de la propagande du Pentagone.
2. Un journaliste doit honnêtement rapporter ce que le porte-parole a raconté, et ne pas s'engager dans la censure individuelle habituelle pour tourner l'article afin qu'il suive la ligne de propagande du Pentagone.
3. Les éditeurs doivent manquer le gros problème dans la nouvelle, et lui permettre de sortir sur Internet.
4. Google News doit la rechercher et la préserver pour la postérité [l'article trouvé par hasard lors de la recherche d'un particulier est systématiquement stocké dans le cache de Google, NDT]
5. Il doit y avoir une différence de vitesse dans l'établissement des deux articles, l'original et le réécrit (pour le commentateur du Daily Kos -- voir les différentes notes -- l'information originale de Reuters a été fixée après celle du Washington Post), de sorte que le montage dans la réécriture soit évident.
6. Quelques détectives aux yeux d'aigle d'Internet doivent le relever.

​​​​Cette série de circonstances extrêmement improbable nous a orienté sur le fait que le Washington Post arrange des informations pour suivre la ligne officielle du Pentagone. Non seulement cela, mais il reprendra et réécrira les nouvelles qui sortent par erreur disant un truc différent de la ligne officielle du Pentagone. On peut seulement supposer que le Pentagone lit toutes les articles des médias dominants en temps réel, et ordonne leur réécriture dans ces rares occasions où la censure individuelle de ces médias échoue, permettant par méprise à la vérité de s'échapper (le fait que le Washington Post et Reuters les deux aient arrangé l'histoire pour enlever la même partie qui réfutait la ligne de propagande du Pentagone est accablant).


​​​​Le scandale, bien entendu, est que les parutions des médias dominants approuvent les demandes du Pentagone, et accordent leurs mensonges au modèle exigé par ce dernier. Ce n'est pas un cas où il y aurait quelque argument acceptable pour une censure militaire, exigée afin de protéger la vie de soldats étasuniens ou de civils. C'est une partie d'une combinaison de mensonges racontés par le gouvernement étasunien sur le rôle allégué de l'Iran dans l'insurrection irakienne, mensonges dont le but militaire ou politique n'est absolument pas admissible. Ces mensonges sont destinés à excuser l'effroyable faillite du Pentagone en Irak, et à fournir une base pour attaquer encore une autre nation souveraine innocente qui ne constitue pas de menace pour les États-Unis.


​​​​Les gens obtiennent de plus en plus leurs informations sur le monde de sources autres que les médias dominants parce que ceux-ci continue à démontrer qu'ils ne sont pas dignes de confiance.



http://xymphora.blogspot.com/2007/04/general-behind-curtain.html

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info



* Article en français : http://www.alterinfo.net/Reecriture_a8018.html




Lundi 9 Avril 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires