PRESSE ET MEDIAS

Le feuilleton Frêche


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



Gilles Devers
Mardi 16 Février 2010

Le feuilleton Frêche
Action Discrète a-t-il dépassé les bornes ? Réponse dans quelques années devant la Cour de cassation, mais en attendant c’est la curie. Et pourtant…

Regardez le sketch : c’est à vomir. Blagues lourdingues, puant les bières de trop, injures, propos innommables sur les homos ou les handicapés. Beurk. Dans les rues de Montpellier, les lascars d’Action Directe n’ont pas fait dans la demi-mesure. L’angélique Georges Frêche a aussitôt saisi le CSA ; le Collectif contre l'homophobie et la Lesbian and Gay Pride de Montpellier annoncent qu’ils vont porter plainte. L’Unapei, fédération d'associations de représentation et de défense des personnes handicapées mentales, demande à Canal+ des excuses publiques.

En réalité, ce sketch est salutaire, car sans ambiguïté.  

Le blème, ce n'est pas Action Discrète, c’est le président d’une région qui, du haut d’une tribune, traite les harkis de sous-hommes : « Vous n'avez aucun honneur, rien du tout… Vous faites partie de ces harkis qui ont vocation à être cocus jusqu'à la fin des temps… Vous êtes des sous-hommes ! ». violence_affiche.jpg

Frêche a été innocenté ? Certes, par la cour d’appel de Montpellier, confirmée par la Cour de cassation (Chambre criminelle, 31 mars 2009, n° 07-88021). Mais sur de purs motifs de forme. Lisez : « La communauté des harkis ne constitue pas un groupe de personnes entrant dans l'une des catégories limitativement énumérées par l'article 33, alinéa 3, de la loi du 29 juillet 1881, et l'interdiction de toute injure envers les harkis posée par l'article 5 de la loi du 23 février 2005 n'est assortie d'aucune sanction pénale ». Les harkis avaient voulu jouer collectivement, ce que la loi ne permet pas, mais le propos n’en est pas moins clairement injurieux. Oui, à vomir.

Alors, Action Discrète reprend la même thématique : je t’injurie, mais je t’aime bien. Seulement, vis-à-vis d’autres groupes, et avec une réalisation qui percute. Là, on se retrouve dans la peau du harki.

Essayons de raisonner.

hors-jeu-744366.jpgLa liberté d’expression vaut non seulement pour les informations ou idées accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l'esprit d'ouverture sans lesquels il n'est pas de société démocratique. Toute personne qui exerce sa liberté d'expression, assume des devoirs et des responsabilités. Le journaliste doit agir de bonne foi sur la base de faits exacts. Ca, c’est la CEDH  (Fressoz et Roire c. France, no 29183/95).

Une autre affaire. L’association de l'image dénaturée d'une religieuse, de l'expression « Sainte Capote » et d’un dessin de préservatifs, créant un amalgame provocateur et de mauvais goût, ressenti comme une offense envers la communauté catholique en raison de sa croyance et de ses pratiques. « Si le tract litigieux a pu heurter la sensibilité de certains catholiques, son contenu ne dépasse pas les limites admissibles de la liberté d'expression ». Ca, c’est la Cour de cassation (14 février 2006, n° 05-81932).  

Alors, le sketch d’Action Discrète, c’est une plongée dans ce qu’ont vécu les harkis. Que ce soit du mauvais humour, ce n’est pas le problème, car il est évident que ce sketch est de la fiction. Aucun doute n’est possible.

Le message d'Action Discrète est net, pour qui use plus de trois neurones pour réfléchir. La patronne du bar lesbien comme la secrétaire du service social sont impeccables. Leurs réactions, passé l’instant de surprise, sont exemplaires, et le sketch d’Action Discrète est si bien fait qu’il nous amène immédiatement à vouloir virer à grands coups de pied dans le cul les empafés de la Frêche Touch.

Finalement, la leçon est simple : l’usage de mots peut nous faire souffrir, terriblement souffrir. Celui qui a traité d’autres humains de sous-hommes n’a pas sa place dans une fonction officielle. La vraie violence est là, née de la culture de la domination.

Mais, pour qui se prend-il ?

23215751-978.jpg
Frêche, fantasmant sa campagne électorale

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/ http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/



Mardi 16 Février 2010


Commentaires

1.Posté par damien le 16/02/2010 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai vu le sketch, et il m'a franchement fait rire. C'est le but d'une caméra cachée. Faire de la provocation pour faire réagir les gens, est une bonne chose. Ca permet de voir par les réactions des gens, ce qu'ils pensent.
J'ai d'ailleurs vu dans la synagogue la bonne réaction de la directrice face aux propos un peu raciste. Elle aurait pu au moins protester

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires