Politique Nationale/Internationale

Le feu vert de Washington à l'achat d'armes nord-coréennes par l'Ethiopie



IRIB
Mardi 10 Avril 2007

Le feu vert de Washington à l'achat d'armes nord-coréennes par l'Ethiopie
La révélation de l'affaire sur le feu vert américain à l'achat d'armes nord-coréennes par l'Ethiopie a eu de nombreuses répercussions dans les médias. Le New York Times a écrit le 8 avril que les Etats-Unis avaient violé les sanctions imposées par le Conseil de sécurité à la Corée du Nord en autorisant l'Ethiopie à acheter secrètement des armes à Pyongyang au mois de janvier dernier pour pouvoir aller combattre les forces des Tribunaux islamiques en Somalie.

Selon le quotidien qui a interrogé des responsables américains sous couvert de l'anonymat, un tel feu vert faisait le jeu des Etats-Unis en Somalie, c'est la raison pour laquelle, l'administration Bush a donné secrètement son blanc-seing à l'Ethiopie.

Tout cela montre le rôle irréfutable de Washington dans l'intervention militaire éthiopienne en Somalie. Ce alors que les Etats-Unis appellent tous les pays à respecter les sanctions imposées à la Corée du Nord. Une fois de plus, disent les analystes, la politique à deux vitesses de Washington est mise à jour dans cette affaire. L'ancien ambassadeur des Etats-Unis à l'Onu, John Bolton qui s'est beaucoup dépensé pour faire adopter la résolution imposant des sanctions à Pyongyang a déclaré que Washington aurait dû exiger de l'Ethiopie de rendre ces fameuses armes à la Corée du nord.

En réalité, les dirigeants américains font ce qu'ils veulent des résolutions onusiennes et des règles internationales, et les détournent pour assurer leurs propres intérêts, tout le reste n'est que slogans pour eux. Sont nombreux les analystes qui estiment que l'ambiguïté de la politique étrangère des Etats-Unis prouve le désarroi dans lequel se trouve la diplomatie prônée par la Maison Blanche. La révélation de cette affaire, amplifiera à coup sûr les critiques contre l'administration Bush et elle aura des répercussions sur les relations de Washington avec la Chine, la Russie, et la Corée du Sud, sans oublier qu'Addis-Abeba risque d'être discrédité en Afrique.


Mardi 10 Avril 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires