Religions et croyances

Le drame de la mort



cybermoine3000@yahoo.fr
Dimanche 7 Juin 2009

Le drame de la mort
La mort, un phénomène qui nous accompagne, une entité qui nous tourne autour oserais-je dire comme l’oxygène que nous respirons. La mort est là, à notre porte, qu’elle peut franchir à tout moment. Je dirais même qu’elle est incontournable, on ne peut y échapper, alors doit-on en avoir peur ? Je ne sais pas comment on peut craindre quelque chose qu’on ne peut éviter, qui peut vous atteindre où et qui que vous soyez et d’une manière que vous ne pouvez même pas imaginer. Anton Lavey, un personnage que je n’aime pas, appelait la mort le grand égalisateur, car tout le monde est impuissant devant la mort. La mort terrifie la plupart d’entre nous car elle est un saut vers l’inconnu, car qui pourrait dire ce qu’il y a après la mort ? Certains selon le paradigme aux qu’ils adhèrent en ont idée. Qu’ils soient musulmans, chrétiens ou juifs ils croient qu’après la mort soit ce sera le paradis, soit ce sera l’enfer. Les athées sans doute pensent que c’est le néant. Quant aux autres les avis sont variés, entre tunnel de lumière blanche, néant ou autre chose. Oui nous abordons la mort de manière différente, mais généralement nous n’avons pas envie de mourir. Je passe les personnes qui sont atteintes de maladies dégénératives ou douloureuses pour qui la vie devient un enfer et qui aimeraient mourir, mais je m’intéresse ici au quidam moyen. Puisque nous ne pouvons pas échapper à la mort, je pense que nous devons l’accepter car elle nous aide à être plus humbles. Pas qu’elle d’ailleurs, toutes ces catastrophes naturelles ou non, devraient nous rendre plus humbles. Mais le problème avec les humains c’est que dès qu’ils sont en bonne santé, physique ou financière ils en viennent à oublier que tout ne tient qu’à un fil et pourrait s’effondrer du jour au lendemain, il suffit d’un rien. A chaque fois que l’humain fait preuve d’une pareille arrogance, quelque chose, un évènement le rappelle à l’ordre. Ainsi rien ne pouvait couler le Titanic, même pas Dieu disait-on, résultat un simple morceau de glace s’en est chargé et des centaines de personnes ont péri. Ainsi comme les voyages de la navette spatiale se passaient bien on n’en avait oublié qu’ils pouvaient être dangereux, quand Challenger a explosé ce fut un choc pour le monde dit civilisé. Et on pourrait trouver de nombreux exemples. C’est donc ainsi que je perçois cet accident d’avion dont on fait tout un foin comme jadis celui du Concorde, pour moi ce sont des choses qui arrivent. Je dirais même avec cynisme que cela ne choquait pas tellement certaines personnes quand irakiens, palestiniens et libanais périssaient sous les bombes « de la liberté et la démocratie ». Chaque mort est un drame, mais chaque mort est inévitable. Mes propos sur la mort sont souvent qualifiés de cyniques et à vrai dire je ne m’en excuse pas. Je pense que chaque mort est un message divin, pour nous rappeler que nous ne sommes là que pour un temps limité. Il nous faut donc profiter de ce temps et non pas le gaspiller en de stupides futilités. Rien ne nous protège de la mort, ni accumuler le fric, ni faire des sacrifices humains ou je ne sais quelle autre imbécilité. La mort a quelques fois croisé ma route, j’ai perdu deux grand-mères, mon père, un bon nombre d’amis, d’oncles et de tantes. A chaque fois ce fut un choc, mais en même temps un message que j’ai plutôt pris positivement. Cela m’a amené à chaque fois à faire un bilan sur ma vie et ce sera toujours le cas. Je me fiche bien de ce que l’on dira de moi après ma mort. Mais si grâce à moi des personnes mangent à leur faim, si des gens ont pu se repentir et devenir d’autres personnes, si des gens ont un toit, un espoir, alors je dirais que j’aurais réussi ma vie. Oui c’est cela que j’appelle réussir ma vie et je prie d’en avoir le temps avant que la mort ne vienne pour moi. Plus rien ne me fait plus peur que de savoir que ma vie fut futile et inutile pour les personnes qui avaient besoin de moi et que je n’ai pas aidé volontairement. A part ça la vie terrestre continue jusqu’à ce qu’elle s’achève, ce qui en fin de compte est le but de toute existence.


Dimanche 7 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par VIRGILE le 07/06/2009 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le "drame" n'est pas la mort, mais la souffrance qui l'accompagne.
Cette souffrance vient de "séparation" d'avec notre Créateur et des artifices de l'Ennemi qui sait tant nous séduire. Bien sûr, c'est un discours de foi. Mais une vie sans Amour de son prochain, sans affection envers son "semblable", sans entraide solidaire et fraternelle, c'est bien cela la "mort" spirituelle.
La mort est bien une libération et c'est bien le sort de tous. Certains tuent en masse pour imposer leur élitisme. C'est une effrayante vanité qui va se payer cher de l'autre côté du voile.
Pour d'autres, la mort est une renaissance en gloire.
Mais ce qu'il y a d'insupportable et que l'on ne trouve même pas dans le règne animal, c'est cette propension de l'homme "élu" à torturer et à tuer son prochain dans les plus abominables perversions, tout ça par "business" des Lumières ! C'est beaucoup plus qu'une maladie mentale et relève réellement du satanisme. La vie, la terre sont merveilleuses. C'est l'homme incrédule qui en fait un enfer pour 30 deniers.

2.Posté par nemo le 07/06/2009 17:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans un sifflement bref ta faux a fait son œuvre et fille d’Atropos tu scelles mon destin, tu me libères enfin de ce carcan rouillé que les ans ont ruinés et fait péricliter. Tant de fois j’ai chercher dans les ombres et le froid, un pan de ton suaire ou le bruit de ton pas. Je sais pourtant trop bien que d’un commun accord en des temps oubliés au-delà du Léthé nous avons par serment fixé l’heure et le jour et la manière enfin dont ton bras frappera. Jamais je ne t’ai craint si ce n’est pour les miens de peur d’abandonner à cette terre aride et la chair de ma chair et le sang de mon sang. L’ignorance des hommes t’a coloré de noir et fait de ton parfum celui d’un vrai charnier, car ils sont sans savoir que tu es de lumière et que les orchidées ont tout à t’envier. Quelques uns parmi nous commencent à murmurer que le masque d’horreur dont on t’a affublé, sorti d’esprits malade et torturés d’angoisses n’est rien que le reflet de nos propres pensées, cette peur d’inconnu qui nous tord les entrailles quand arrivés au seuil de notre renaissance nous pleurons sur nos vies et nos actes manqués. Les aveugles du cœur te fuient et te renient et leur raison défaille à l’ouïe de ton nom, mais ont ils bien compris que chaque être qui né n’a que toi pour futur et unique destin, te croient ils donc si rare qu’au milieu des vivants ils se croient protégés et hors de ta portée, ils oublient simplement que la marche du temps inexorablement les conduit dans tes bras. Je suis là devant toi car mon heure est venue et les champs de lumière me rappellent à eux, ils sont ma vraie patrie et le pays bénit que pour le temps d’un rêve il fallut oublier. Tu me conduit vers eux en ce moment de grâce et du bout du tunnel d’où la lumière m’appelle, mille êtres de lumière chantent à l’unisson les louanges et la gloire qui couronnent to nom.

3.Posté par fadi le 07/06/2009 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la "mort" n'est pas un drame,c'est une philosophie qui va dans le sens du naturel,du logique et du rationel,la vie sans la mort ne peut exister ou existerais autrement que ce qu'il est actuellement et puis qui peut supporter de vivre 10 000 mille ans.
la mort c'est une loi de l'existance comme la vie.
quand on pleure la mort d'un proche , inconsiement on pleur la notre.

4.Posté par bobwallace le 08/06/2009 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Fadi pour :

qui peut supporter de vivre 10 000 mille ans.

Cela prouve une fois de plus la grandeur du createur, 80, 70, 90 ans c est parfaitement suffisant avec ces satanistes sur terre ensuite, pour ma part, a mon niveau, la mort est mon ultimatum de pardon, mais comme, on ignore la date de notre mort, l ultimatum est quotidien, et le repenti est remis en cause continuellement, la vie quoi, Dieu dit dans le coran exalté soit il, qu'il a creer la vie et la mort pour voir notre oeuvre, Allah wa alem,

Mais l epreuve est tres difficile aujourd hui, car on vit dans une société satanique a apparence d'amour, comment combattre un truc comme ca, bah c'est simple,
Dieu a creer tout a sa juste mesure, sa juste capacité, comme la nourriture en quantité limité sur terre afin que nous la partageons.

Enfin, il faut chercher Dieu pour se trouver, je pense

5.Posté par usum le 08/06/2009 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La mort ou la mort des illusions ??

Ne realises-tu pas que seule l'illusion naît.
Ne realises-tu pas que seule l'illusion meurt.

Ne realises-tu pas que tu es juste identifié à cette même illusion (libre arbitre).

C'est pour cela que tu souffres et c'est parceque tu souffres de cela que tu realiseras.

Tu n'es pas ce qui naît, tu le deviens parceque tu y crois (principe d'identification).
Tu n'es pas ce qui meurt, tu re deviens parceque tu y crois.

Je crois en toi.

6.Posté par Masque le 06/08/2009 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vie est une vue de l'esprit.
Le corps est une prison (virtuelle).
La vie est une expérience.
Elle est une belle occasion d'orienter cette expérience comme on la désire.
La mort est à la fois la fin de cette belle expérience et une délivrance de la prison qu'est le corps.

Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires