Palestine occupée

Le document stipulant la protection de la mosquée d'Al Aqsa


Dans la même rubrique:
< >

La police du régime sioniste a empêché, mercredi 28 février, l'organisation de la conférence de presse, à laquelle ont participé les personnalités chrétiennes et musulmanes s'opposant à la destruction de la mosquée d'Al Aqsa par Israël.


Jeudi 1 Mars 2007

Il était prévu qu'à cette conférence, le Grand Mufti de Beitolmogadas, le Chef du mouvement islamique et l'Archevêque orthodoxe de Qods, prononcent des discours, pour protester contre les récents travaux d'excavation du régime sioniste à la mosquée d'Al Aqsa.

Rappelons qu les travaux en question ont commencé, au début du mois de février dans l'enceinte de la mosquée d'Al Aqsa, provoquant les protestations unanimes de l'OCI, de la Ligue arabe et de l'UNESCO, organisation scientifique et culturelle de l'ONU.

A Ghods occupé, un document intitulé "Alliance et Entente" a été rédigé, afin de protéger et de sauvegarder Beitolmoghadas et la mosquée d'Al Aqsa, document, rédigé, par les représentants musulmans et chrétiens.

Le Grand Mufti de Ghods, le Président du Conseil des œuvres pieuses de Ghods, le Directeur du haut Conseil islamique de la Palestine, l'Archevêque orthodoxe de Ghods et le Chef du mouvement islamique de la Palestine figuraient parmi les signataires dudit document.

L'invasion des bulldozers israéliens à la porte d'entrée occidentale de la mosquée d'Al Aqsa a infligé, jusqu'à présent, d'importants dégâts à cette partie de la mosquée. Les actes destructeurs du régime sioniste, au cours de ces dernières semaines, visaient, notamment, la porte occidentale appelée, par les Musulmans, le mur Borag, un lieu sacré, où l'ascension du vénéré Prophète de l'Islam se serait produite. Il est bien manifeste que ces démarches du régime sioniste, non seulement, s'inscrivaient dans le cadre du plan de judaïsation de Beitolmoghadas, mais aussi, dans l'idée de faire disparaître toutes traces ou vestiges religieux et nationaux de Ghods et de la Palestine. Après plus de 40 ans d'occupation, Ghods donne, toujours, son identité à la Palestine et ses œuvres nationales et religieuses en font partie intégrante. L'historique de Ghods est, intimement, mêlé au nom de la Palestine, pour tous les adeptes des religions divines. C'est pourquoi, la destruction de monuments d'une grande ancienneté, comme la mosquée d'Al Aqsa, a, toujours, figuré à l'ordre du jour des projets des Premiers ministres de gauche et de droite du régime sioniste. Dans de telles conditions, aux côtés du monde de l'Islam, les personnalités chrétiennes et musulmanes de Beitolmoghadas se sont réunies, afin qu'en signant le document intitulé "Alliance et Entente", on puisse faire, d'une part, entendre au monde entier la voix d'innocence de Beitolmoghadas, et, que l'on puisse, de l'autre, faire comprendre, clairement, au régime sioniste, la sensibilité du monde de l'Islam et de celui du Christianisme, à l'égard de la sainte Ghods et de ses valeurs sacro-saintes.

C'est pourquoi la police du régime sioniste inquiète de la répercussion de la Conférence à la quelle ont participé les personnalités chrétiennes et musulmanes à Beitolmogadas ont empêché la tenue du point de presse de ces derniers.

IRIB


Jeudi 1 Mars 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires