Politique Nationale/Internationale

Le discours d’Obama devant la NAACP (l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur)



Tom Eley
Lundi 27 Juillet 2009

Le discours d’Obama devant la NAACP (l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur)
L’idée maîtresse du discours prononcé jeudi par Barack Obama à l’occasion du centenaire de la NAACP (l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur) a été de rejeter sur la classe ouvrière afro-américaine la responsabilité de la crise sociale qui la frappe.
Obama a fait allusion au degré de misère auquel sont confrontés les travailleurs noirs. Les Afro-Américains sont « bien plus touchés par le chômage que n’importe qui  » et sont « plus susceptibles d’avoir à souffrir d’une multitude de maladies, mais ont moins de chance d’avoir une assurance maladie, » a dit le président. Obama a également évoqué le nombre d'une grandeur disproportionnée d’Afro-Américains qui sont incarcérés dans le système carcéral massif du pays et qui sont touchés par le sida.
Cette liste tronquée - Obama aurait aussi pu mentionner les ventes forcées de maisons, la situation des sans-abri, la crise de l’enseignement public dans les villes, etc - ne donne qu'une vague idée des conditions terribles auxquelles sont confrontés les travailleurs afro-américains, et sûrement pas les seuls travailleurs noirs.
Mais quelle est la raison de cette misère ? Et comment Obama pense-t-il la soulager ?
Là, Obama a recouru à l’ensemble des remèdes universels fallacieux et droitiers quant à la « responsabilité individuelle » et qui sont employés pour justifier la destruction des programmes sociaux, exacerbant par là la crise à laquelle sont confrontées de vastes sections de la classe ouvrière.
« Les programmes du gouvernement ne suffiront pas à conduire nos enfants vers la Terre promise, » a déclaré Obama. En d’autres termes, les travailleurs noirs ne peuvent pas s’attendre à bénéficier d’une importante aide sociale du gouvernement Obama. Au lieu de cela, Obama a affirmé que ce qui était nécessaire c’était « un nouvel état d’esprit, de nouvelles attitudes. »
D’après Obama, « [L’]un des héritages les plus destructeurs et les plus durables de la discrimination est la manière dont nous avons intériorisé le sens des limites, la manière dont tant d’entre nous en sont venus à attendre si peu de ce monde et d’eux-mêmes. »
Obama sait pertinemment que ceci est une reprise de la théorie largement discréditée de Daniel Patrick Moynihan de la « culture de la pauvreté ». En 1965, le sociologue (et plus tard sénateur démocrate) avait rédigé une étude affirmant que la pauvreté parmi les noirs était essentiellement une pathologie sociale transmise au sein des « familles noires ». Ces conceptions ont toujours joué un rôle de premier ordre dans le but de restreindre les bénéfices du système de protection sociale.
Obama a clairement dit que les terribles conditions sociales n’étaient pas une justification pour que des jeunes noirs puissent bénéficier de l’assistance gouvernementale. Même s’il existe des problèmes économiques, a-t-il dit, « Ce n’est pas une raison pour avoir de mauvaises notes, ce n’est pas une raison pour sécher les cours, ce n’est pas une raison pour abandonner la scolarité et quitter l’école. »
« Nous devons apprendre à nos enfants…Votre destin est entre vos mains… Pas d’excuses… toutes ces difficultés vont simplement te rendre plus fort, mieux à même de prendre part à la compétition. » Pour Obama la faim, la situation de sans-abri, le harcèlement de la police ne sont pas seulement des « excuses ». Ces « difficultés » sont en fait un bienfait et rendent les jeunes noirs « plus forts, mieux à même de prendre part à la compétition. »
Le président a même donné quelques conseils aux parents. « Parents… vous ne pouvez pas simplement sous-traiter vos obligations parentales, » leur a-t-il dit. « Cela veut dire mettre la Xbox de côté et mettre nos enfants au lit à une heure raisonnable. »
Si un politicien blanc avait fait de telles déclarations, il ne fait pas de doute que lui ou elle aurait été traité de raciste. Mais, en raison de sa couleur de peau, les paroles d’Obama passent pour être un exemple de « qui aime bien, châtie bien » (« tough love »). Obama avait prononcé dernièrement un discours identique en Afrique dans lequel il affirmait que le continent le plus ravagé par l’impérialisme était responsable de son propre sort. (Voir « La mission néocoloniale d’Obama en Afrique
») La leçon d’Obama faite aux travailleurs afro-africains ressemblent fortement aux positions de Booker T. Washington (1856-1915), un enseignant noir qui soutenait que le seul moyen par lequel les noirs pourraient contrer la brutalité et la pauvreté dans le Sud ségrégationniste où régnaient les lois Jim Crow, c’était en améliorant leur position par « l’entraide » (« self-help »), et non par l’action politique.
L'ironie de tout cela réside dans le fait que c'est son opposition amère contre Booker T. Washington qui avait conduit W.E.B. Du Bois (1868-1963) à fonder en 1909 la NAACP. Obama a affirmé que la NAACP « ne fut pas fondée pour obtenir l'aumône. » Peut-être pas. Mais elle fut fondée, et quelles qu’en soient ses limitations, dans le but de combattre politiquement la répression de la population noire.
Obama a révélé le contenu essentiel de sa perspective en déclarant : « C’est parce que les lois Jim Crow ont été abrogées que des PDG noirs dirigent des entreprises figurant au classement du magazine Fortune des 500 plus grosses du monde. (Applaudissements.) Parce que les lois sur les droits civiques ont été votées, que des maires noirs, des gouverneurs noirs, des parlementaires travaillent en des lieux où par le passé ils auraient [sic] non pas simplement pu voter, mais pu prendre une gorgée d’eau. Et parce que des gens ordinaires ont fait ces choses si extraordinaires… qui m’[ont] permis d’être ici ce soir en tant que 44ème président des Etats-Unis d’Amérique. (Applaudissements) »
Ce passage a reçu un accueil enthousiaste de la part d’un auditoire constitué principalement de nantis. Pour cette couche sociale, l’essentiel du mouvement des droits civiques était de créer une couche de « PDG noirs » et de politiciens. Ils n’éprouvent que du mépris pour les besoins des travailleurs noirs.
Le contenu progressiste du mouvement des droits civiques était basé sur la lutte pour l’égalité. Toutefois, à mesure que les conflits sociaux s’intensifiaient dans les années 1960, y compris les insurrections populaires dans les ghettos en 1967-68, une section de l’establishment politique chercha à créer une classe moyenne noire en adoptant la politique de la discrimination positive et en l’intégrant dans l’establishment capitaliste. Au cours des quatre dernières décennies, l’inégalité sociale au sein de la population noire s’est considérablement accrue.
Obama est le produit de ce processus. Il n’existe rien dans l’histoire personnelle ou politique d’Obama qui soit relié aux luttes des travailleurs afro-américains. Il fut choisi très tôt par de puissants cercles politiques et financiers et qui l’ont escorté jusqu’à la Maison Blanche. En raison de son passé ethnique particulier, il fut considéré comme quelqu’un de plus apte à vendre une politique droitière.
Loin de promouvoir les intérêts de la majorité de la population noire, la politique identitaire est devenue un instrument visant à lancer des attaques sévères à l’encontre des travailleurs afro-américains et de la classe ouvrière en général. Alors que son gouvernement débloque plus de 12 mille milliards de dollars en faveur des grosses institutions financières, Obama manipule la faillite de l’industrie automobile dans le but de faire baisser les salaires et les niveaux de vie de la classe ouvrière. Il a proposé une réforme du système de santé qui aboutirait à un système d’assurance obligatoire et des soins rationnés. En ce qui concerne l’éducation, qu’il a qualifiée de condition préalable au succès, Obama soutient la fermeture des écoles publiques, et l’expansion des écoles privées sous contrat ainsi que les attaques contre les enseignants.
Le discours d’Obama et l’ensemble du contenu politique de son gouvernement ne font que prouver que la société est divisée en classes sociales et non en groupes ethniques.

http://www.wsws.org/ http://www.wsws.org/



Lundi 27 Juillet 2009


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires