ALTER INFO

Le déploiement de la tourmente dans le monde entier pourrait annuler des années de prospérité


Dans la même rubrique:
< >


Mardi 7 Octobre 2008

Le déploiement de la tourmente dans le monde entier pourrait annuler des années de prospérité

Les négociants à la Brazilian Mercantile and Futures Exchange de Sao Paulo. Les actions brésiliennes ont fait le plus grand plongeon de la décennie quand les produits de base ont chuté, et les négociations boursières ont été interrompues à deux reprises à cause de la baisse. (Crédit : Marcos Issa de Bloomberg News)


Washington Post, David Cho et Binyamin Appelbaum, 7 octobre 2008


    Que s'est-il passé ?


    La semaine dernière, les dirigeants politiques du pays disaient que le système financier plongerait si l’on n’approuvait pas le renflouage de Wall Street à 700 milliards de dollars. Lundi, le premier jour des négociations boursières après l’adoption du plan, le système financier a quand même continué à se déliter.


    Voici pourquoi : Le plan élaboré par le Ministre des Finances Henry M. Paulson Jr. pour racheter les actifs hypothécaire étasunien en difficulté pourrait ne pas démarrer avant un mois. Et, malgré son prix considérable, il semble déjà dérisoire par rapport à l'ampleur de l'évolution rapide de la crise mondiale.


    Martin Evans, professeur de finance et d'économie à l'université de Georgetown, a déclaré : « Les gens réalisent que le plan Paulson sera insuffisant. Ce n'est pas parce qu’il est mal conçu. Il semble que ce soit la chose juste à faire, mais le problème est de plus en plus astronomique. »


    Le plan de renflouage est axé sur étayage des institutions financières étasuniennes. Mais ce sont les marchés mondiaux qui ont plongé hier, au moment où les investisseurs ont liquidé les produits de base au Brésil, la monnaie au Mexique, les actions bancaires en Russie et la dette à court terme de l'État de Californie.


    Robert B. Zoellick, président de la Banque Mondiale, a déclaré que le système financier mondial peut avoir atteint le « point de basculement, » le moment où la crise tombe en cascades dans un effondrement de grande ampleur et devient extrêmement difficile à contenir pour les gouvernements.


    La multiplication des problèmes « déclencheront la faillite des affaires et, éventuellement, des situations bancaires critiques. Certains pays glisseront dans des crises de balance des paiements, » a-t-il déclaré hier, parlant au Peterson Institute for International Economics.


    La crise menace d’annuler les années de prospérité qui ont financé la croissance économique des pays développés et des pays émergents grâce au système financier mondial qui a rendu le crédit largement accessible. Les banques et les gouvernements ont pu prêter de l'argent à une échelle sans précédent en vendant de la dette grâce à de nouveaux types de packages financiers, permettant même aux consommateurs les moins solvable d’emprunter et de dépenser.


    La Chine a exporté des biens et puis prêté l'argent aux États-Unis en achetant ces nouveaux packages de dette. L'histoire est similaire en Russie, qui a exporté de grandes quantités d'énergie en Europe, et au Brésil, qui a exporté des produits de base, notamment du jus d'orange et du sucre. Tous ont utilisé l'énorme afflux d'argent de l’emprunt du monde développé pour alimenter l'expansion économique et les bulles boursières.


    Hier, les négociations sur les principales places boursières en Russie et au Brésil ont été interrompues après l’écrasement des prix. Les principaux indices en Chine ont chuté d'environ 5 pour cent. Les bulles apparaissent pour éclater en succession rapide.


    Devant ces développements, les marchés n'étaient pas d’humeur à applaudir l’adoption du plan Paulson. Hier, à un moment donné, le Dow Jones Industrial Average a chuté de près de 800 points, plus de 7 pour cent. Il a fini la journée avec 3,6 pour cent de réduction, en-dessous des 10.000 points pour la première fois depuis 2004.


    « Très franchement, ce que recherche le marché est une sorte d'action coordonnée des banques centrales du monde entier, » a déclaré Kathy Lien, directrice de recherche sur la monnaie au GFT Forex. Le plan Paulson, a-t-elle ajouté, ressemble à une « solution provisoire pour un problème qui s'étend à présent bien au-delà du système bancaire. »


    Les fonctionnaires des Finances disent que l’augmentation du package de renflouage prendra du temps, et qu'ils travaillent aussi vite que possible.


    Hier, le ministère a publié les règles pour les gestionnaires d'actifs qu'ils s'attendent à embaucher afin de superviser son programme de secours, exigeant que les parties intéressées l’appliquent demain. Le Ministère des Finances a aussi nommé Neel Kashkari comme adjoint intérimaire aux Finances pour la stabilité financière afin de superviser le programme de secours jusqu'à janvier, quand l’administration suivante prendra ses fonctions.


    En dépit de ce renflouage gigantesque, Zoellick et les autres dirigeants en sont maintenant à exhorter les banques centrales des grandes économies pour qu’elles imaginent une réponse coordonnée.


    Ils n'ont pas beaucoup de temps.


    Cela fait près de trois semaines depuis que le président de la Réserve Fédérale, Ben S. Bernanke, a averti les législateurs de la menace d’un véritable effondrement dans le pays.


    Depuis lors, les mêmes problèmes ont frappé l'Europe. Les gouvernements ont renfloué cinq grandes compagnies financières, dont deux ce week-end, ce qui a déclenché la peur de l’effondrement d’autres banques en Europe.


    Hypo Real Estate, un prêteur immobilier allemand, est en train de sombrer sous le poids de ses propres créances véreuses, ce qui a obligé le gouvernement allemand et les principales banques à annoncer dimanche qu’ils prêteraient jusqu'à 68 milliards de dollars à la compagnie.


    Le renflouage de l'un des plus grands prêteurs immobilier d'Angleterre, Bradford & Bingley, a été suivi de sa nationalisation. L'Islande a aussi sauvé l'une de ses plus grandes banques, Glitnir. Et plusieurs pays européens ont été contraints d'investir des milliards de dollars dans Fortis, l’une des plus grandes banques du continent, dans une tentative qui n’a finalement pas réussi à éviter son effondrement. Fortis aussi est maintenant nationalisée.


    Avec la confiance en gros brisée envers les banques, de plus en plus de gouvernements ont été contraints de délivrer des garanties explicites sur la sécurité des dépôts bancaires.


    La semaine dernière, l’Irlande a garanti tous les dépôts et passifs, totalisant environ 540 milliards de dollars, pour les six banques nationales. La promesse concernait les filiales des six banques en dehors de l'Irlande, et excluait les filiales des autres banques en Irlande, faisant craindre que les dépôts des banques rivales allaient désormais affluer dans les coffres des six banques protégées par le gouvernement dès que les investisseurs s’enfuiraient vers la sécurité.


    L'Allemagne a promis dimanche de garantir tous les comptes d'épargne privés, lesquels sont estimés au moins à 800 milliards de dollars. Le Danemark a lui aussi annoncé hier qu'il garantirait tous les dépôts.


    L’économie de l'Irlande et du Danemark sont officiellement tombées en récession. Pendant ce temps, les investisseurs s’inquiètent du fait que le Pakistan et l'Argentine puissent manquer à leur engagement sur leur dette. En Inde, reflétant la rupture de la confiance, la moyenne de l’intérêt des prêts entre banques a bondi au-dessus des 11 pour cent.


    Le renflouage n'a même pas dégelé les parties critiques du marché du crédit étasunien.


    Selon Bloomberg, les sociétés étasuniennes ont vendu la semaine dernière pour 1,25 milliards de dollars d’obligations, la plus forte baisse en volume des ventes depuis 1999. L’emprunt commercial à court terme est tombé à 1,6 billion de dollars, une baisse de 9 pour cent dans les deux dernières semaines, presque entièrement due à la baisse considérable de l’emprunt des compagnies financières qui ne peuvent pas trouver des prêteurs à n'importe quel prix.


    Septembre a vu les pires pertes mensuelles de l'histoire du secteur des fonds de couverture. Les retraits des investisseurs pourraient entraîner l'effondrement des fonds principaux, ce qui déclencherait de nouvelles vente qui exacerberaient la crise financière.


    Les investisseurs craignent aussi de plus en plus que d’autres banques étasuniennes fassent faillite avant que le Ministère des Finances ne puisse lancer son programme de renflouage. Hier, les actions de National City, une banque régionale de Cleveland, ont chuté de 27 pour cent.


    Bank of America a déclaré que ses profits au troisième trimestre ont baissé de 68 pour cent, surtout à cause des pertes sur les prêts hypothécaires et les cartes de crédit. Cette compagnie a réduit par deux les dividendes de ses actions, largement détenues, et a déclaré essayer de lever 10 autre milliards de dollars des investisseurs. Ses actions étaient en baisse d'environ 7 pour cent, à 32,22 dollars.


    « Ce sont pour les institutions financières les moments les plus difficiles que j'ai connu en 39 ans dans la banque, » a déclaré le chef de la direction de Kenneth D. Lewis dans une téléconférence.



Original : www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/10/06/AR2008100603249.html?hpid=topnews
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info



Mercredi 8 Octobre 2008


Commentaires

1.Posté par eàeç àçàç àç'"" "- io"o lçéu h" h le 08/10/2008 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SUPER LA REVOLUSTION ET EN ROUTE OUI OUI
IL TEMPS POUR TOUS ET TOUTE
OUI LA RESTION OU INFLASTION
LA GRANDE REVOLUSTION? PLANETTER COMMENCE PAR TOUS
OUI IL TEMPS QUE LE MEURS DE CELA SUR TERRE OU DES TRILLIONS DE AUTRE CHOSE PAS CRAVE
LE FAIT QU IL PERDE TOUS OUI CA C EST LA REVOLUSTION ...
DIT DES MILLIONS DES BILLIONS DE BILLIARDS DES TONNES DE TRILLIONS SUR TERRE DANS
TOUS VOS ECRIE RISK RISQUE POURAIT INCACULABLE SUR TERRE
JAMIAS AFFIRME LES CHOSE NON PLUS VA SERA VA CE PASSE

STOP A RISK ET POURAIT ON Sait PLUS LE VOIR SUR TERRE IL PAR TOUS
PIRE QUE UN VIRUS OUI OUI OUI OUIIOIIIIIIIIIIII ATTENSTION LES GROS ARRIVE ON DE ANNEES
SUR TOUS LA TERRE LES BOURS ET L ECONOMIE MONDIA LE PIRE ARRIVE DES INCONUE
PAS ENCORE VUE SUR TERRE ALLER TOUS VOUS METER AU APRIS
OUI OUI OUI OUI OUI OUII OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII PIRE SERA TOUJOURS SUR TERRE
ET IL EN QU UN ET JE LES PAS CREE NON PLUS MOI
ET VOUS VOUS LA VAIS CREE VOUS GENS DE CE MONDE .......................

2.Posté par eàeç àçàç àç' le 08/10/2008 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les moins solvable d’emprunter et de dépenser.

VOUS VOUS TAIS DE QUI SUR TERRE QUAND JE LIS CELA
VOUS OSE ECRIE CELA AUSSI .........
DIRE QUI VOUS AVEZ RIEN COMPRIE
IL VAUDRAIS VOUS DONNEE DES COUR DE ECONIOMIE
PAS DE CREDITS PES DES EMPRUNTS SUR TERRE A QUI CELA RAPOTE
PAS A CELUI QUI MANGE AVEC
ET PAS AVEC CELUI QUI ECRIE DES MES AU BANQUES OUI OUI

3.Posté par Palfrenier le 08/10/2008 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Extrêmement pénible de lire ces commentaires dont on se demande en quel langue ils ont écrits. Tout le monde a le droit de s'exprimer mais faites un tout petit effort de rédaction s'il-vous-plaît.

4.Posté par Palfrenier le 08/10/2008 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Extrêmement pénible de lire ces commentaires dont on se demande en quelle langue ils sont écrits. Tout le monde a le droit de s'exprimer mais faites un tout petit effort de rédaction s'il-vous-plaît.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires