Tribune libre

Le dé-confinement exigera le port du masque même dans les plages publiques


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 6 Juillet 2020 - 01:34 L’épopée de Sanofi, aussi !



« Être en vacance avec un masque, c’est n’avoir rien à faire et avoir toute la journée pour le faire » citation


BENALLAL
Lundi 25 Mai 2020

  Le dé-confinement exigera le port du masque même dans les plages publiques
L’été 2020 arrive à grand pas très chaud, la canicule dans sa dimension atmosphérique et climatique s’empare déjà du contexte géographique liquide et social ; les personnes habitants hors de la littorale méditerranéenne ou autre mer océanique ou pacifique pensent trouver un espace idéal pour se rafraîchir d’eau de mer un peu trop salée en méditerranée pour son gout et son coût surtout en temps de crise touristique et autre. Les plages de chez nous, gardées, non gardées et sauvages seront certainement envahis par des familles, des individus, par des barbues ; par des jeunes, pas pour se reposer, mais bien plus pour atténuer l’effet de la canicule en période estivale, et en contre sens du coronavirus. Avec la forte canicule qui s’annonce déjà en juin, et se prononcera certainement en juillet- août. Les vacances d’été 2020, auront beaucoup de remous, et se font découvrir. Elles provoquent au sein de l’opinion publique des singularités, et des particularités distingués suivant un nouveau comportement égocentrique, ou tout est à moi-même, vive la vie.

Depuis des années déjà, l’été est devenu une période de vacances scolaires mais aussi une période de vacances préférées par les travailleurs , l’ été, cette belle tranche du temps de l’ année ramène en plus de la canicule , aussi le besoin pressant de se rafraîchir par tout moyen, surtout devant la mer, que ce soit d’ici ou d’ailleurs, bien que la montagne est belle disait J. Ferrat, comment peut-on s’imaginer en voyant l’eau de mer au lieu d’un vol d’hirondelle. Les gens pensent se baigner plus à la mer que dans des piscines, oubliant le vol d’hirondelle. Mais avec la pandémie, le coronavirus, il est certain, que les piscines n’ouvriront certainement pas, alors que les plages vont faire le plein, malgré les restrictions des autorités dont le port du masque et la distanciation vont faire l objet du nouveau style de vie sous cette pandémie



« On s’étonne trop de ce qu’on voit rarement et pas assez de ce qu’on voit tous les jours quand les masques font leur apparition dans les plages et les lieux publics se distancient.»



Devant une pareille situation, le coté environnemental ne rime plus avec la conception estivale et vacancière ; car en plus les dépotoirs de saleté se multiplient avec le nombres de visiteurs, de passagers d’ailleurs venues en bus , en voiture ou tout autre moyen, des mouettes quittant la mer pour se sustenter au niveau des dépotoirs, un fait nouveau à Benisaf « by beach » et ses alentours.

Par ailleurs, des tenues de vacanciers, vacancières et des comportements insidieux des visiteurs et visiteuses font germer des polémiques perfides sur :

– Les tenues de bain au milieu de l’ espace public très hostile même au milieu du champs de la plage, que les parasols transformées en tentes trafiquées en système D, interposés par un tissus sale, seule les yeux publics orchestrent sous le couvert des us et coutumes ou bien encore le rite religieux permet de faire jouer certaines cordes sensibles d’ordres sociaux pour mieux « amalgamer » certaines conceptions de la tolérance commune vis-à-vis du style nouveau vestimentaire relevant d’une culture venue d’ailleurs virtuellement via la TV satellitaire.



Maillot_ Bikini_ Monokini_ Rienkini_Butkini_Trikini



Ailleurs, se sont les medias tendancieux à vinaigre politique, ils nous font connaitre le style vestimentaire pour la baignade, l’ex Bikini du sexe féminin séparant les parties qui incitent la sensibilité des yeux au cœur du male dans des plages ou même dans les piscines abstraction faite aux endroits du nudisme ou du monokini de Djerba ,ile en plage , les plages d’Espagne, de Grèce, de France, d’Italie, de Turquie,et …. . Une nouvelle version aquatique venait hier, de voir le jour c’était le « burkini » qui empêche les yeux de faire de la pénétration sentimentale. Du maillot de bain traditionnel en une seule et unique pièce, est venue la mode du bikini en deux pièces , dans le monde naturaliste on y trouve des « rienkini » , l’évolution de la natation en baignade publique avait permis de faire voir une autre partie sensible de la femme en optant pour le « monokini » , et chaque été, que le bon Dieu fait ;une nouvelle façon d’exhiber le corps voit le jour, et avec l’actuelle pandémie, voila venu le temps du « trikini »...c’est une nouvelle fabrication, création et innovation, qui s ajoute aux anciennes, c’es la nouvelle mode : la mode parait- il s'adapte à l'air du temps, et même du coronavirus, et de sa pandémie qui dure encore ... le masque qui s’ajoute pour les femme et le bikini pour les hommes qui se complètent avec le masque désormais, le commerce expose les nouveaux modèles : « trikini » pour les femmes et le bikini pour les hommes entant dans le cadre de la pandémie, du corona,

L'univers de la mode s'adapte à toutes les situations : c'est là une occasion de vendre de nouveaux accessoires, même s'ils ne sont pas forcément utiles. C’est une récente et nouvelle marque de maillots complétées ou assorties de masques pour les deux sexes. le contexte pandémique exige forcement et réglementairement le masque, et le port devient obligatoire même en temps des glaces pour mieux s’exhiber avec beaucoup d’élégance et surtout de distinction par distanciation. Une cicatrice naitra sur le visage de ceux qui portent le masque en plein été, cette stigmate qui échappe au bronzage,. ressemblera à une muselière blanche naturelle



Ailleurs, dans les contrées occidentales dites démocratiques les « burkinis » se sont vu interdire l’entrée en piscine et même dans des plages, des lois ont été établies pour le port du « burkini » se rapportant au « Burqua » autorisant le « nonokini » et le bikini se rapportant à la minijupe et à l exhibition du corps féminin. Le trikini aurait sa place cet été.

Quand a nous plus précisément à Benisaf –Plage du puits –Rachgoun –et autres, dans un passé très récent le règlement communal datant de la période de l age d’or ne permettait guère aux estivants de se balader ou se trimbaler en maillot de bain pour les hommes et femmes en dehors de la zone des baignades c’est a dore en hors plages, il y avait même des plaques de signalisation sur les rivages des plages indiquant cette interdiction formelle.

Avec le temps va, tout s’en va, l’ancien règlement ne fait plus partie des us et coutumes laissant la plage aux romantiques. Aujourd’hui, le maillot de bain et la culotte de bain pour homme, le maillot simple, le bikini, le « burkini » et un autres genres de « monokini »,des « djaltitas » mouillée( sous robe) elle devient transparente, font le nouveau décors lors des ballades sur les rivages et sur les avenues commerçantes sans aucun scrupule, de peur de dénoncer dans cette intrusion au nouveau « droit de l’ homme » par sa culotte et le « droit de la femme » par son bikini ou « monokini » au lieu de porter un maillot conforme aux règles de la société dans un cadre dimensionnel ou le respect se fait valoir .

Il est vrai que derrière l’ombre de cette image, il y a une idéologie menaçant nos valeurs à nous en tant que pays musulman et les valeurs démocratiques d’ailleurs refusant la tradition d’autrui. Le trikini va s’imposer de force cet été .

« J’aime la plage et j’aime le soleil »

Le vacancier, le touriste et le visiteur venu pour bénéficier dans un contexte de géographie spécifique pour détente de fraîcheur et surtout de plaisir par les bienfaits de la fraîcheur de l’eau de mer, du sport et du soleil se conjuguent au verbe de la vie sociétal temporairement sous une canicule explosant des comportements dépassant la logique du cadre du vivre ensemble dans le domaine de l’ hygiène, du respect, du commerce ,de l’inflation exagérée due au plaisir de la plage ou le « parkingueur » fixe son prix fort au soleil, le solariums ne te permet pas de disposer d’une place au milieu de la plage publique pour planter ton parasol personnel sans lui payer un bail de mauvaise propriété que l’état n’ose pas intervenir , chômage des jeunes exigent….

Enfin personne n’est astreint de prendre la route vers la mer surtout en période de la pandémie, pour se baigner en période de chaleur ;on peut rester chez soi dans sa tenue de son choix, si l’ on estime que se dénuder en public par le port d’un « nonokini » , un bikini, un trikini ou encore une « djaltita »( sous-vêtement femme) transparente sinon une culotte d’homme transparente est immorale, de grâce que messieurs en culotte ou madame et mademoiselle en « nonokini » ou bikini ayez la décence de ne pas imposer vos critères de vertu a une société masculine ,qui de ces comportements leur est parfaitement étrangère « H’chouma »’ (la honte) et celui qui narre devient retro.

Le respect de l’un vient du respect de l’autre en général et la norme commune du vivre ensemble dans la quiétude ne permet pas d’exposer surtout le corps faible féminin à la lumière du jour car la santé publique repose sur le respect des valeurs issues des us et coutumes de notre société. Il a été fait en abstraction volontairement de beaucoup de circonstances relèvent du domaine de la collectivité locale pour mieux rentabiliser les effets et phénomènes sociaux pendant la période d’été dite estivale ou les bonnes âmes s’exposent dans un marché de communion estival. Il s'agit au fond et au fait de nous vendre des faux-semblants, des illusions, des chimères : il faut que les gens achètent et recommencent pour que tout va le commerce aussi Encore une fois, on nous vend du rêve, du clinquant, du snob, des apparences. Par conséquent, ce qui importe le plus pour un masque, c'est le fait qu'il soit efficace, fonctionnel, pratique sachant arrêter la pandémie et écartant loin de nous le corona...





BENALLAL MOHAMED Ancien président de l’association de la plage du puits.


Lundi 25 Mai 2020


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires