Politique Nationale/Internationale

Le contre-Président français à la recherche de partenaires : est-ce la fin pour Macron ?


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 19 Février 2019 - 00:20 Afrique : Gilets Jaunes depuis 150 ans ?


Selon plusieurs médias indépendants, après des mois de troubles et de protestations de millions de citoyens, un gouvernement de transition sur le modèle du Venezuela a été formé en France. Alors que les mesures déstabilisatrices prises par les USA laissent craindre une occupation des gisements de pétrole au Venezuela, ce qui est en jeu en France est la restauration de conditions démocratiques et sociales. Un politicien l'opposition nommé Jacques Labonté vient de se déclarer président par intérim et a appelé l'ancien président autoritaire Emmanuel Macron à démissionner et à permettre de nouvelles élections.


Wolfgang Bittner
Lundi 11 Février 2019

Macron est accusé d'avoir plongé de larges pans de la population française dans la pauvreté à travers sa politique extrêmement néolibérale et d'avoir brutalement réprimé les manifestations de masse - y compris celles de ceux qu'on appelle les gilets jaunes - qui s’étaient initialement déroulées dans le calme. Des millions de manifestants, dont des milliers ont été grièvement blessés par l'usage rigoureux de matraques, de gaz poivre et de balles en caoutchouc, exigent la reconnaissance du gouvernement de transition.

Le bombardement de la Libye avec l'assassinat de Kadhafi, les raids aériens sur la Syrie, les interventions à l’étranger et l'armement militaire massif avaient déjà mis en évidence la politique inhumaine du gouvernement français et de ses partisans. Avec Macron, la situation sociale s'est gravement détériorée et le combat des riches contre les pauvres a pris un visage. La colère des défavorisés parmi la population française s'est accumulée à tel point que des conditions révolutionnaires pourraient être imminentes. Une guerre civile ne peut plus être exclue, puisque certaines parties de la classe moyenne et de la classe supérieure ont pris le parti de Macron.

C'est la raison pour laquelle le président par intérim autoproclamé Labonté a maintenant présenté ses intentions pour un renouveau de la France avec son plan Paix et Socialisme : un bon travail – de bons salaires, des retraites plus élevées, désarmement, débureaucratisation, fin de l'État policier. Ses compatriotes, qui descendent actuellement dans la rue pour un changement de gouvernement, savent donc ce que représente le président par intérim charismatique et qu'il ne s'agit plus seulement de remplacer Emmanuel Macron.

Entre-temps, l'Algérie, le Maroc, le Vietnam, le Cambodge, l'Angola, le Cameroun, le Gabon, le Togo et Maurice ont reconnu le président par interim. Il semble que l'armée de l'air française ait pris le parti de Labonté et, dans certaines villes, de nombreux policiers ont fait défection et sont passés du côté des manifestants. On rapporte qu'il y a eu des scènes émouvantes de fraternisation.

L'alliance occidentale réagit avec horreur, d'autant plus qu’aux USA et dans d'autres pays occidentaux, les gens sont également très mécontents de l'évolution néolibérale de leurs gouvernements et cela pourrait provoquer des réactions similaires. Avec une rare unanimité, le président US Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel ont déclaré qu'ils soutiennent le président élu Emmanuel Macron. C'était une évidence et conforme au droit international, ont-ils dit, et ils ont exprimé la volonté de continuer à soutenir le gouvernement Macron par tous les moyens, y compris militaires, si nécessaire.

Angela Merkel a dit dans une interview :

« Où irions-nous si n’importe quel politicien de l'opposition pouvait se déclarer président avec l'appui de gouvernements étrangers ? »

En fin de compte, cela invaliderait les acquis durement conquis du droit international dans un monde civilisé et humain, et ouvrirait peut-être la porte au terrorisme international, a dit Mme Merkel. En cas de guerre civile, elle offre au président jusqu’à nouvel ordre Emmanuel Macron un passage sûr et l'asile en Allemagne. Sous les applaudissements des médias aux ordres du gouvernement, celui-ci a annoncé qu'il n'était pas prêt à se plier aux diktats de la rue et à démissionner. Quelle que soit la suite des événements, les médias nous tiendront au courant.


Traduit par Fausto Giudice
Merci à Tlaxcala
Source: https://www.nachdenkseiten.de/?p=49037
Date de parution de l'article original: 09/02/2019
URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25309


Lundi 11 Février 2019


Commentaires

1.Posté par Duc1950 le 11/02/2019 14:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La merkel: ou irions nous si n'importe quel politicien de l'opposition pouvait se déclarer président avec l'appui de gouvernements étrangers? Donc,d'après elle;ce qui serait valable pour le Vénézuela ne le serait pas pour la France? Et elle ose parler de "droit international?

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires